AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

Arrivée en fanfare ! [CLOS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Isaac Zylstra
- Modo - Loyauté me Lie
avatar

Nombre de messages : 964
Age : 32
Age : 48 ans
Spécialité : Connaissance des langues – Chance, jeux et hasard
Date d'inscription : 29/04/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Arrivée en fanfare ! [CLOS]   Mer 29 Avr - 23:14

- Premier poste -


Voilà bien des jours, enfin plutôt des nuits, qu'il marchait, se guidant par la simple carte des étoiles, fallait bien avouer que toutes ses années passées sur des bateaux, y étaient pour quelque chose. Isaac savait qu'il n'était pas perdu, sans pour autant savoir combien de temps il lui faudrait encore marcher, avant d'arriver à son but. Bien qu'il craignait que ses forces ne le lâchent avant.

C'est donc avec un énorme soulagement, qu'il aperçu enfin les toitures de la ville de Niagara Falls! Cette simple vision lui redonna quelques énergies et il tenta d'arriver le plus rapidement dans la ville. Pourtant, ses pieds le faisait souffrir comme jamais, il crevait de faim et de soif et était à se demander comment il pouvait encore tenir debout et poser un pied devant l'autre. L'homme avait parfois des forces cachées... le besoin de survie surpasser tout le reste. Certes, il avançait lentement, très lentement en fait, prenant tout son temps pour tenter de dépenser le moins d'énergie possible, mais il le savait, il aurait besoin de repos de toute urgence. Ce n'était pas les quelques heures qu'il avait passé à tenter de se reposer un peu plus tôt dans la journée, qui l'avait requinqué. Loin de là!

L'homme n'aspirait qu'à une chose, dormir, tranquillement, pas dans un bon lit, il s'en foutait, à même le sol pourquoi pas, mais dans un endroit sur, chauffé et... pour le moins agréable. Perdu dans cette idée, il n'entendit pas que des gens s'approchaient furtivement de lui. Ce qui d'un côté, était parfaitement normal, après tout, c'était leur boulot d'être le plus discret possible, mais c'était surtout son handicap à l'oreille gauche qui lui valu de se faire prendre ainsi, comme un bleu. Sentant quelque chose de froid se coller contre sa nuque, il s'arrêta directement, une sueur froide coula le long de son échine, pendant une fraction de seconde, il se voyait mort par terre, d'une balle dans la tête. Sa respiration reprit un rythme normal en entendant une voix humaine le questionner sur ce qu'il pouvait bien faire ici.

C'est vrai qu'avec le visage à moitié recouvert par son Keffieh, qui le protégeait du vent et du froid, ses guenilles qui lui servaient d'habits, il ne devait pas réellement avoir l'air d'être très avenant et sympathique. Et puis d'un côté, si une poche de la résistance se trouvait dans le coin, il était tout à fait normal que des sentinelles soient postées un peu partout pour protéger la base. Sans bouger d'un millimètre, Isaac parla d'une voix enrouée, comme celle de quelqu'un qui ne c'est pas fait entendre depuis quelques temps et qui a du se choper un sacré rhume.


- Je cherche à rejoindre la résistance... rien de plus.


Ce qui était déjà beaucoup au final, mais c'était le seul moyen qu'il avait trouvé pour avoir droit à l'hospitalité de ces gens et pour l'instant, tous les moyens étaient bons pour se retrouver à l’abri de ces saletés de machines, même si ça ne devait durer que quelques heures. Zylstra remarqua bien vite que celui qui se trouvait derrière lui, n'était assurément pas le seul qui le tenait en joue, 2 autres "militaires", venaient de sortir de l'ombre, alors qu'il avait prononcé ses mots.
L'un d'eux d'ailleurs, porta une radio près de ses lèvres, pour transmettre quelques infos, tandis que le marin sentait que le morceau de métal, qui était donc la pointe du canon de l'arme de la sentinelle, se retirer de sa nuque à son soulagement.

Il se sentit alors respirer un peu mieux, quoi que ces 3 lascars ne lui disaient vraiment rien qui vaille et il n'était pas en état de se faire ramasser si par hasard sa demande était rejetée. Mais celui qui semblait être le leader vint se poser devant lui et avec un léger sourire, le pria de le suivre. Oh moins ça, c'était fait! Il les suivit donc sans rien dire de plus.

Le quatuor s'arrêta alors à l'entrée d'un des bâtiments, Isaac toujours silencieux baissa le tissu qui lui cachait le visage, découvrant un visage bien marqué par la fatigue, les traits tirés, portant une barbe de quelques jours, du sang séché se trouvait sur le coin supérieur de sa lèvre, à croire qu'il avait quand même prit un sale coup et qu'elle c'était fendue. Le fait qu'ils ne se déplacent plus, laissa l'homme un peu perplexe...


- Faut que je trouve le mot de passe?
Fit-il avec un humour un peu foireux pour le coup, mais s'il l'utilisait, c'était plus pour prendre un peu d'assurance que d'essayer de détendre l'atmosphère. Parce que pas qu'il avait l'impression d'être un criminel qu'on amenait à la chaise électrique avec ces 3 gars armés autour de lui, mais c'était bien tout comme!

_________________
>Relation's / >RP'S

- Nous sommes une espèce de dégénérés mentaux... -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadwoodhorizon.forumperso.com/index.htm
Meredith Mayer
- Admin - Leader diplomatique
avatar

Nombre de messages : 1163
Age : 29
Age : 48 ans
Spécialité : Diplomatie et Commandement
Date d'inscription : 20/02/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Arrivée en fanfare ! [CLOS]   Jeu 30 Avr - 22:53

    La journée était déjà bien entamée et avec le décompte des heures s'était accumulé la liste des mauvaises nouvelles. Comme chaque jour que l'univers fait et que les machines dominent, Meredith avait papillonné de droite à gauche, arpentant la base pour régler les différents soucis qui rythmaient le quotidien des résistants. La dirigeante de Niagara Falls était connue pour son activité et son efficacité. S'il y avait bien une chose que Meredith ne supportait pas c'est que tout n'aille pas comme elle le souhaitait, et à ce niveau là elle était servie depuis dix ans ! La majorité des résistants locaux lui vouaient assez de respect pour toujours l'écouter et se plier le plus souvent à ses exigences, mais les fortes têtes étaient légion dans leurs rangs et il ne se passait pas une journée sans qu'un conflit interne quelconque éclate. Bien heureusement pour Meredith, lorsqu'il s'agissait des membres d'équipes de terrain leurs leaders s'en chargeaient, mais dès qu'un membre de la base était concerné l'ancienne sénatrice se faisait un devoir de s'assurer que le problème se règlerait comme il se doit. Gérer le stress, l'anxiété et la peur constante de centaines de personnes aux façons bien différentes de l'exprimer n'était pas chose aisée, mais de plus les choses semblaient avoir empirées depuis quelques semaines, si cela était possible.

    Meredith était bien entendu largement au courant des rumeurs qui circulaient dans les couloirs plus rapidement qu'une trainée de poudre. Si elle s'était toujours refusée d'y prêter attention en public, préférant assurer son calme habituel, comme une bouée à laquelle pourrait se raccrocher les esprits les plus fragiles, elle n'y était pas pour autant indifférente. Comme chacun, elle craignait les tenants et aboutissants de ces mauvaises nouvelles. Elle avait donc été loin de s'opposer à la méfiance décuplée qu'affichait les équipes de terrain, et en particulier les Green Bear, sur qui reposait la sécurité de la base. La seule exigence qu'elle avait imposée à Carson était d'être tenue au courant du plus petit détail, sur le champ.

    Elle ne fut pas déçue ce jour là. Elle traversait le réfectoire, une pomme à la main (casse-croûte avalé sur le pouce pour tenir le coup du surmenage), lorsque la radio qu'elle avait toujours sur elle, allumée, bipa. Elle prit l'appel en priant pour que ce ne soit pas une énième dispute ou annonce qu'ils étaient à cours de stock de je-ne-sais-quoi. Souhait exaucé puisque Carson lui annonça la présence à leurs portes d'un étranger affirmant vouloir rejoindre la résistance. En règle générale, ils laissaient ce genre de personnes entrer dans la base avant de poser des questions, mais, avec la rumeur très fiable de la destruction d'une base de la résistance à cause d'humains, tant de confiance innée était à proscrire. Meredith changea donc de direction en annonçant qu'elle les rejoignait à l'entrée.

    Il y a onze ans de cela, Meredith portait des escarpins cirés et un tailleur de couturier d'une élégance indéniable. Il y a onze ans, elle vivait également dans une maison très confortable et travaillait dans un bureau haut confort. Aujourd'hui qu'elle arpentait le macadam du vieux parking qui représentait l'une des entrées de la base, elle se satisfait amplement de ses tennis ayant vues de meilleurs jours, ainsi que de son pantalon en velours et de son pull en laine. Au moins, ainsi elle n'avait pas froid et était assez confortable pour faire les cent pas (ce qui est très bon pour la santé...). Elle battit distraitement des paupières en se rapprochant de la lumière naturelle. Vivre sous-terre avait de nombreux inconvénients et être privé de la lumière du soleil n'en était pas l'un des moindres. Elle aperçut quatre silhouettes à contre-jour , se doutant que quelques autres ours se trouvaient aux alentours.

    En arrivant à leur niveau, elle était assez habituée à la lumière pour pouvoir observer tout son soûl le nouveau venu. Probablement de sa tranche d'âge, il semblait clairement avoir vu de meilleurs jours, fatigué et amoché qu'il était, mais il gardait un port fier et un minimum de bonne humeur semblait-il. Il fut tout de suite relativement agréable à Meredith qui se détendit un peu. Elle avait généralement un bon instinct avec les gens. La majorité de la base faisait confiance à son jugement lorsqu'il s'agissait de faire ou non confiance à quelqu'un. Et si Meredith était bien loin de vouloir abuser de cette confiance, sa vigilance toujours constante, elle avait quand même appris à se fier à son coeur. Elle lui tendit donc la main sans ambages.

    « Meredith Mayer, leader de la base de Niagara Falls. » se présenta-t-elle simplement avec un sourire poli. Sourire qui l'invitait à déballer tous ses secrets en quatrième vitesse s'il voulait apprendre quoi que ce soit de plus.

_________________
    N'oubliez pas de voter pour le forum ici

    (c) kockacukoor @ LJ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://psychadelya.e-monsite.com/
Isaac Zylstra
- Modo - Loyauté me Lie
avatar

Nombre de messages : 964
Age : 32
Age : 48 ans
Spécialité : Connaissance des langues – Chance, jeux et hasard
Date d'inscription : 29/04/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Arrivée en fanfare ! [CLOS]   Jeu 30 Avr - 23:52

Les mecs qui l'entouraient ne semblaient pas goûter à la plaisanterie... c'était bien sa veine, voilà qu'il était tombé sur une équipe, qui en plus d'avoir des gueules pour le moins pas sympathique, étaient totalement dénués d'humour. Triste. D'ailleurs, le regard noir que lui lança l'une des sentinelles lui fit se racler la gorge. Ok, il avait comprit le message, il la fermerait jusqu'à ce qu'ils décident de la suite du plan. Isaac en profita donc pour observer un peu l'endroit où ils se trouvaient, ça ressemblait à un garage sous-terrain, la base était comme beaucoup d'autre sous terre, ce qui ne manqua pas de la faire soupirer légèrement, qu'est-ce qu'il détestait être coincé dans ces trucs, certes comme beaucoup, mais pour jouer aux égocentriques, il pensait que pour lui c'était sûrement pire que la plupart des gens. Imaginez, un mec qui à l'habitude d'être dehors 22 heures sur 24, de dormir à la belle étoile, de sentir le vent sur son visage, d'emplir ses poumons d'air marin, c'était juste une horreur de se retrouver à jouer les lapins de garennes, mais pourtant, il n'en faisait quasiment jamais mention, à quoi bon se plaindre de toute façon? Ca ne faisait pas avancer les choses.

Et pendant que l'homme était perdu dans ses pensées, il remarqua bien vite l'arrivée d'un nouvel arrivant, enfin d'une nouvelle arrivante plutôt. Son regard s'attarda sur la femme qui s'approchait du quatuor. Le pas assuré, un air totalement décidé et calme, a son air, il se doutait qu'elle devait être quelqu'un d'une certaine importance dans le coin, peut-être le médecin en chef ou quelque chose du genre. Plus elle s'approchait et plus il pouvait l'observer en détail, une femme mûre, qui devait sûrement s'approcher de son propre âge, ce qui n'était pas un mal, pour l'instant il avait plutôt été entouré de jeunots ou de trentenaires, alors pour lui qui s'approchait gentiment mais assurément des 50 balais, il se sentait un peu comme le vieux de service.

Si le marin c'était laissé à aller un peu plus loin dans son observation, il aurait même pu trouver un certain charme à cette dame d'ailleurs, mais il en resta là. Un fin sourire s'accrocha à ses lèvres quelques instants, après tout sa blessure le tiraillait un peu, alors qu'elle se plantait devant lui, peut-être tentait-il de passer pour quelqu'un d'avenant, qui n'était pas là pour mettre l'endroit à feu et à sang, mais elle ne sembla pas réellement s'y attarder, lui tendant alors une main tout en se présentant. Son sourire devint alors un peu franc, cette base était sous le commandement d'une femme? Et bien... c'était plutôt... original! Voilà c'était le mot. Que voulez-vous, le navigateur, sans être pour autant macho, venait quand même d'un monde où les femmes étaient rares, bien trop rare même, mais cette idée persistante qu'elles portaient malheur à mettre les pieds sur un bateau était encore bien présente dans les esprits. Comme pour les gens de théâtre, les marins étaient superstitieux et aimaient à garder leurs mythes et légendes le plus vivant possible.

Soyons pourtant clair, cela ne déranger absolument pas notre ami ici présent, c'était juste qu'il n'était pas habitué à cela, voilà tout. Sans attendre plus, il la prit (la main, pas Meredith... XD!), pour une franche poignée de main, sans non plus aller jusqu'à lui broyer les os, il savait contrôler un peu sa force et vu son niveau de fatigue, il n'aurait pas réussit s'il l'avait voulu. Non, elle était juste comme il le fallait.

Isaac savait aussi qu'on pouvait parfois rapidement juger la personne sur une simple poignée de main. C'était son mentor qui lui avait appris cela. Si la personne en face hésitait à vous tendre la main, ne la serrait pas comme il la fallait ou manquait d'une certaine poigne, la laissant totalement molle, ça pouvait montrer que cette personne pouvait avoir un manque de volonté, à l'inverse à trop vouloir y aller fort, c'était un manque d'assurance en soit et de dominance sur l'autre. Bref, on pouvait en apprendre des choses rien qu'avec ce premier contact, n'est-ce pas? Et en ce qui concernait cette femme qui lui faisait face, juste à l'instinct et avec cet échange, il pouvait déjà dire que c'était quelqu'un de bien.


- Isaac Zylstra, honoré de se faire accueillir par le leader de la base en personne.
Alors qu'il lui lâchait doucement la main. Bien que cela fasse maintenant quelques années qu'il se trouvait dans le coin, il n'avait pas perdu son accent du nord du vieux continent et de toutes les façons, à son nom, on pouvait bien se douter qu'il n'était sûrement pas d'ici. Ou faut-il, au contraire, que je m'inquiète de vous voir ici, madame? Le sourire qu'elle lui donnait était poli, mais sans rien de plus, comme si elle attendait quelque chose de sa part. Je viens de Toronto... la base où je me trouvais c'est faite attaquée et j'ai du fuir... ce n'était pas si loin au final, puisqu'en voiture à l'époque, ça ne prenait que 2h00 à tout casser pour relier la ville aux chutes, bon évidement, c'était sans compter sur le fait de devoir se cacher pour échapper aux machines et qu'une demie-heure en voiture équivalait à 4 heures de marche, à bonne allure, mais bon. Et si je suis venu jusqu'ici, c'est que c'était l'endroit qui me semblait le plus sûre aux "alentours".

L'homme n'était pas sur que cela pouvait convaincre les gens qui l'entouraient, mais on pouvait bien sentir qu'il était totalement honnête dans ses dires et de toute façon, il espérait que son état plus que pitoyable pourrait au moins pour une heure ou deux les apitoyer, qu'il puisse se reposer avant de repartir.

_________________
>Relation's / >RP'S

- Nous sommes une espèce de dégénérés mentaux... -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadwoodhorizon.forumperso.com/index.htm
Meredith Mayer
- Admin - Leader diplomatique
avatar

Nombre de messages : 1163
Age : 29
Age : 48 ans
Spécialité : Diplomatie et Commandement
Date d'inscription : 20/02/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Arrivée en fanfare ! [CLOS]   Sam 2 Mai - 13:54

    Bien que Meredith remarqua le silence lourd et la méfiance évidente des Green Bears qui les entouraient, elle y prêta peu attention. Les sentinelles se devaient d'être un brin paranoïaque, peut-être encore un peu plus que les autres membres de la base si cela était possible, la sécurité de l'ensemble des résistants reposant sur leur travail. Et ils étaient les premiers à réaliser combien recevoir de nouveaux venus étaient aussi dangereux et inquiétant qu'encourageant pour l'avenir de Niagara Falls. Certes, un nouveau membre correspondait à une nouvelle paire de bras prête à mettre la main à la pâte pour faire avancer les choses, mais c'était aussi un lot d'ennuis et de doutes supplémentaires.

    Seul l'accueil sans réserve qu'offrit Meredith à Isaac empêcha probablement les soldats de pointer leurs armes sur lui. Ils se contentèrent de pointer leurs fusils vers le sol et d'observer l'homme comme des rapaces analysant le moindre mouvement de leur proie, prêts à réagit à la moindre suspicion cependant. A une époque, vivre constamment auprès de militaires dont les comportements belliqueux étaient pour eux une question de survie avait dérangé l'esprit pacifique et diplomatique de l'ancienne sénatrice. Au bout de dix ans de ce régime, le danger et la peur avaient rapidement vaincu ses réticences. Lorsque c'est une question de survie, on fait avec ce qui nous dérange en tant normal.

    Elle observa, impassible, le dénommé Isaac et l'écouta attentivement. Nom comme accent dénotaient clairement son origine étrangère. Ce n'était pas vraiment monnaie courante vues les difficultés de transport de leur époque, mais un certain nombre de personnes avaient été piégé hors de leurs pays natals lorsque la guerre avait été déclaré. Peut-être cet homme en faisait-il partie, il avait après tout une bonne maîtrise de la langue anglaise dénotant l'habitude de l'utiliser. Comme elle en avait eu l'intuition, il paraissait avoir un esprit sagace, une intelligence lui permettant de comprendre dans quelle situation il se trouvait et ce qui était attendu de lui. Cela le rendait plus agréable à Meredith, qui avait toujours un peu moins de patience avec les gens obtus, mais aussi possiblement plus dangereux puisque ce n'était pas d'une personne dont on pouvait lire les pensées sur son visage que viendrait le danger.

    Qu'il lui annonce la destruction d'une base de la résistance à Toronto assombrit légèrement le visage de Meredith. Encore une à rajouter sur la liste. Les mauvaises nouvelles s'accumulaient bien trop à son goût, comparées aux rares succès qu'obtenaient la résistance. Elle osait espérer que les bonnes nouvelles avaient plus de difficultés à circuler, entraînant moins d'exodes, mais tout cela pesait véritablement sur le moral de tous. La plupart des nouveaux venus avaient d'ailleurs tous une histoire relativement similaire, et comme c'était eux qui fournissaient les rumeurs les plus fraîches, elles n'étaient jamais réjouissantes.

    « Ainsi, une de plus est tombée... Vous comprendrez que nous ne souhaitons pas partager leur sort. » répondit-elle simplement, avec fatalisme, pour s'excuser de toutes les précautions prises. « Comment aviez-vous rejoint cette base avant cela ? » demanda-t-elle.

    Encore une fois, elle était des plus polie (comme toujours), mais il était facile de deviner qu'il n'avait pas le choix de lui répondre. Elle attendait une réponse, et une réponse franche qui satisferait ses exigences. Ce n'était jamais un plaisir, pour Meredith comme pour les autres, d'interroger les nouveaux venus, de faire ressortir tout leur passé (souvent douloureux, difficile) pour s'assurer qu'ils étaient dignes de confiance. Mais c'était une nécessité à laquelle personne ne pouvait se soustraire.

_________________
    N'oubliez pas de voter pour le forum ici

    (c) kockacukoor @ LJ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://psychadelya.e-monsite.com/
Isaac Zylstra
- Modo - Loyauté me Lie
avatar

Nombre de messages : 964
Age : 32
Age : 48 ans
Spécialité : Connaissance des langues – Chance, jeux et hasard
Date d'inscription : 29/04/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Arrivée en fanfare ! [CLOS]   Sam 2 Mai - 20:21

Même si les militaires ne pointaient pas leurs armes sur lui, ça n'empêchait pas Isaac de se sentir pas mal, mal à l'aise quand même. Non vraiment, il avait l'impression d'être un danger à leurs yeux, alors qu'il ne souhaitait qu'un peu d'hospitalité. Bien sur, comme beaucoup, il avait entendu ces rumeurs sur ces humains qui vendraient leurs congénères aux machines. Mais l'Homme avait toujours été fait ainsi, ce n'était pas nouveau de voir des traîtres. Enfin, il comprenait oui, n'empêche qu'au final, ça ne lui plaisait pas. La fatigue qu'il venait d'accumuler, plus la peur et le reste, n'allait pas aider à lui faire garder sa patience longtemps, mais la femme qui lui faisait face, qui elle au moins, ne semblait pas "dangereuse", calmait son anxiété.

Impressionnant quand même, comme on pouvait devenir paranoïaque en un rien de temps. Quelle époque de m*rde. Ils devaient vivre avec, ça c'était clair, mais ils n'étaient pas obligés de l'aimer. Enfin, le marin connaissait peut de personne qui trouvait cette nouvelle ère, géniale, c'était certains. Son interlocutrice reprit alors la parole, pour lui expliquer le pourquoi d'une sécurité si poussée. Il fit un léger hochement de la tête, elle faisait son job, le navigateur voyait parfaitement tout ce qui pouvait peser sur les épaules d'un leader. C'était comme avoir un groupe de matelots à ses ordres, en tant que capitaine du bateau, il avait une responsabilité envers les hommes qui étaient là pour lui au final. Et trop de vie étaient en jeu ici, pour qu'elle ne soit pas sur ses gardes, face à lui, un étranger à la base, dont on ne savait absolument rien.


- Je ne vous le souhaite pas non plus. Avant qu'elle ne continue à s'informer sur sa vie, il lâcha un léger soupire, loin d'être agacé, juste un peu épuisé. Il avait besoin de s'asseoir au moins, ses jambes commençaient à avoir du mal à le soutenir, faut dire qu'a ne plus rien faire, toute l'adrénaline utilisée pour se déplacer retombait gentiment et il allait bien finir par s'écrouler à continuer cette discussion ainsi.

- Pour être tout à fait honnête, je ne sais pas comment j'ai fait pour rejoindre cette base, tout ce dont j'ai souvenir, c'est que je me suis réveillé dans leur infirmerie... le bateau sur lequel je me trouvais c'est fait torpiller, il se gratta alors l'oreille gauche un peu fortement, ce souvenir lui rappelait alors que les bruits étaient beaucoup moins distinct de ce côté et qu'il n'y avait rien de plus désagréable que d'avoir l'impression d'avoir une oreille comme bouchée et de ne pas pouvoir entendre en "stéréo", il a coulé corps et biens, le peu de survivants, dont j'ai fait parti on été ensuite transférés dans diverses bases aux alentours. Il marqua une petite pause, se frottant la barbe, avant de reprendre. Ecoutez, tout ce que je demande c'est quelques heures de votre hospitalité, j'ai juste besoin de boire queluqe chose, me laver rapidement, pouvoir dormir dans un lieu calme et sécurisé, avant de repartir. Je ne tiens pas à vous apporter le moindre problème. Alors qu'il eut un léger bâillement, ça faisait combien de temps qu'il n'avait pas dormir au minimum 6 heures? Il se le demandait à l'instant, mais son regard resta planté dans celui de celle qui lui faisait face.

Tout ce qu'il espérait, c'est que l'interrogatoire soit bientôt fini. D’un côté, il ne voyait pas vraiment en quoi son récit pouvait bien aider cette dame à se faire une idée de ce qu’il pouvait bien être. Après tout, Isaac aurait très bien pu être un acteur fort bien entraîné et très bon, qui ne jouait qu’un simple rôle afin de pouvoir passer les « sas de sécurité » de la base. C’était fou comme on pouvait se faire avoir par les bons comédiens. Et il en savait quelque chose ! Après tout, il en avait épousé une.

- Et si vous voulez en savoir plus, je serais ravi de vous raconter ma vie, fort peu intéressante au demeurant, mais il faut que je m'assoie...

Zylstra sentait qu'en plus de tout ce qu'il avait déjà, un fort tournis commençait à le prendre, sûrement du à la déshydratation, saleté, il avait vraiment du partir à l'arrache de l'autre base, sans pouvoir pendre plus que le strict nécessaire. En fait, il n'y avait que le sac qu'il portait sur son épaule qui lui servait de bagage. Tout ce qu'il avait réussi à embarquer avant de filer le plus rapidement possible du carnage que ces saloperies de trucs métalliques créaient. Rien qu'à y penser, ça le rendait malade et encore plus quand il se disait qu'il n'avait rien pu faire pour aider, n'étant pas un combattant, ni un réel héro dans l'âme, il n'avait pas su quoi faire pour se jeter dans la mêlée et avait préféré fuir comme un lâche, avec d'autres. Vivement qu'il puisse se reposer un peu, dormir, pour oublier quelques heures, les derniers jours qu'il avait vécu.

_________________
>Relation's / >RP'S

- Nous sommes une espèce de dégénérés mentaux... -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadwoodhorizon.forumperso.com/index.htm
Meredith Mayer
- Admin - Leader diplomatique
avatar

Nombre de messages : 1163
Age : 29
Age : 48 ans
Spécialité : Diplomatie et Commandement
Date d'inscription : 20/02/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Arrivée en fanfare ! [CLOS]   Ven 8 Mai - 16:58

    Face aux airs de rapaces des militaires, la menace que représentait Meredith paraissait sans doute nulle. Cependant, l'expression attentive et le regard scrutateur de la leader de cette base n'étaient pas là pour faire jolis. A une époque, lorsqu'elle n'était pas encore désabusée et restait capable de faire confiance aux autres sur un coup de tête (ce qui remontait au moins à son entrée dans le monde de la politique), on aurait pu la juger trop gentille, incapable de tenir le terrain face à une personne sachant toucher les bons boutons de son coeur altruiste. Aujourd'hui, bien qu'elle avait pleinement conscience de l'état déplorable apparent (et si ce n'était qu'apparent elle n'avait jamais vu pareil acteur) de son interlocuteur, le bien-être de celui-ci passerait après la sécurité des autres.

    Elle ne laissa donc pas distraire par le soupir de lassitude de Zylstra et attendit la réponse à sa question. Ce qu'elle obtint. Un naufrage l'avait donc amené sur les côtes canadiennes. C'était cohérent, ce genre d'évènements ayant été malheureusement assez courants au début de ces dix années de tourments. Cela supposait donc que l'homme avait vécu un certain temps dans cette base avant qu'elle ne soit détruite. Meredith se perdit quelques instants dans ses réflexions, écoutant d'une oreille distraite la plaidoirie du nouveau venu pour quelques heures d'hospitalité. Les hommes qui les entouraient remuèrent, n'appréciant pas ce qu'ils considéraient comme une tentative de passer à travers l'interrogatoire. Leur leader ne s'en formalisa pas.

    « Si nous vous permettons de vous reposer parmi nous Mr Zylstra, ce ne sera pas pour vous renvoyer l'instant d'après. Ce serait suicidaire de notre part de permettre de telles allées et venues. Nous ne tenons pas à ce que trop d'informations circulent sur notre base, vous vous en doutez. » remarqua-t-elle simplement. « Si vous comptez vous arrêter ici, c'est pour rester. Avez-vous un objectif particulier, si ce n'est fuir les machines ? » demanda-t-elle.

    Elle croisa un bras sous sa poitrine et porta une main sous son menton, son coude dans son autre main. Son expression n'était plus si scrutatrice désormais, simplement pensive. Néanmoins, lorsque Zylstra lui fit part de son besoin de s'assoir, Meredith n'était pas encore assez blasée pour lui refuser ce droit élémentaire. Elle adressa un signe de tête au plus jeune des Green Bear et celui-ci s'éloigna de quelques mètres pour récupérer une vieille caisse en bois. Les sentinelles l'utilisaient de temps à autres pour se poser à l'entrée tout en se reposant un peu. Du bout du pied, le jeune homme fit traîner la caisse dans leur direction, jusqu'à la placer derrière l'étranger. Le bruit créé n'était pas très fort mais désagréable, ce qui lui valut un regard agacé des autres, irrités qu'il ne se soit pas donné la peine de porter tout simplement la caisse. Il se contenta de hausser les épaules, la manière dont il tenait son arme indiquant qu'il ne tenait pas à se retrouver un instant sans défense.

    Meredith se passa de commentaire et adressa un nouveau signe de tête au leader, son regard indiquant de manière insistante la gourde de celui-ci. Sans beaucoup d'enthousiasme, le trentenaire tendit donc sa gourde à Zylstra pour qu'il se désaltère. Le petit groupe prononçait peu de paroles entre eux. L'habitude de rester assez silencieux pour ne pas se faire repérer jouait sans nul doute, mais Meredith avait également le don de se faire comprendre et obéir facilement. Ses hommes commençaient à la connaître depuis le temps.

    Toujours est-il qu'il n'était pas question que leur nouveau venu leur tourne de l'oeil à peine arrivé à la base quand même. Meredith était pour le moment bien décidé à le laisser les rejoindre, s'il continuait à répondre correctement à ses dernières questions. Qu'il se reprenne avant d'entrer dans la base, où il devrait parcourir les couloirs étroits et obscurs pour arriver au niveau des dortoirs, lui serait plus bénéfique.


[HJ : Allez, après ça je devrais pouvoir te laisser tranquille. Razz]

_________________
    N'oubliez pas de voter pour le forum ici

    (c) kockacukoor @ LJ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://psychadelya.e-monsite.com/
Isaac Zylstra
- Modo - Loyauté me Lie
avatar

Nombre de messages : 964
Age : 32
Age : 48 ans
Spécialité : Connaissance des langues – Chance, jeux et hasard
Date d'inscription : 29/04/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Arrivée en fanfare ! [CLOS]   Ven 8 Mai - 23:30

[HRP: Mais tu ne m'ennuies pas voyons. Wink]

Isaac ne se montra pas plus troublé que cela au manque de confiance flagrant qu'avait cette équipe qui l'entourait. Que ce soit les militaires ou la femme qui se tenait face à lui. Il savait que cela ne pouvait en être autrement, pourtant c'était quand même quelque peu frustrant de se voir dire qu'il pouvait ébruiter quelque chose sur cette base dont il ne connaissait rien aux prochains qu'il croiserait, alors que lui savait que ce n'était pas son genre, mais oui c'était bien cela le problème, lui se connaissait, pas ses interlocuteurs.

- Je sais être aussi muet qu'une tombe, vous n'avez réellement rien à craindre de moi. Et que ces satanés hommes armés ne prennent pas ce qu'il venait de dire pour une invitation à lui tirer dessus, juste pour confirmer qu'il serait aussi muet qu'une tombe. Pourquoi est-ce que cette idée plus que paranoïaque venait de lui traverser l'esprit? Peut-être parce qu'il leur faisait autant confiance qu'ils lui faisaient confiance tout simplement. Enfin, le fait d'être entouré de types armés n'était pas non plus fait pour qu'il se sente en total sécurité, pour l'instant.

Au final, il n'avait pas réellement acquiescé sur le fait qu'il comprenait la démarche de Mayer, mais qu'importe, elle avait pu comprendre le sous-entendu de sa propre réponse. Si on lui demandait de la fermer et de ne rien dire, il le ferait. Voilà tout. L'homme n'ayant pas plus envie que cela de se prendre la tête pour si peu à l'instant, écouta donc la question de la leader avant de laisser un long silence planer.

Quel était son objectif? Quelle bonne question que voilà. Il n'en avait qu'un, mais ne savait pas comment y arriver pour l'instant et il doutait un peu que les gens qui l'entouraient pourrait lui être d'une grande utilité. Pourtant, il comprenait que sa réponse ferait balancer la décision de cette femme en sa faveur... ou pas. Mais avant qu'il ne réponde, il comprit que sa demande de s'asseoir n'était pas tombée dans l'oreille d'une sourde et Mayer fit en sorte qu'on lui apporta de quoi poser ses fesses. Le militaire qui s'en chargea ne manqua pas d'agacer son monde, le bruit irrita le marin au possible, surtout que depuis qu'il n'entendait bien que d'une oreille, l'acuité de celle-ci c'était multipliée, comme un aveugle qui voit ses autres sens prendre un peu plus d'importance, lui avait juste une oreille qui entendait parfois pour deux et ce genre de sons ô combien désagréable, ne manquait pas de le faire grincer des dents.


- Je vous remercie. Fit-il néanmoins, à leur adresse tout en s'asseyant, non sans une petite moue de contentement, décidément, ça faisait du bien de ne plus avoir à porter tout son poids sur ses jambes. Avant qu'il ne se voit glisser sous le nez une gourde remplie d'eau, et beh, ils devenaient bien plus hospitalier tout d'un coup! Et ce n'était assurément pas pour lui déplaire. Il l'attrapa sans demander son reste et prit une trop grande rasade, qui ne manqua pas de le faire tousser quelque peu, lui rappelant qu'il avait intérêt à y aller doucement. Il but alors à petite gorgée, avant de rendre son bien au chef de troupe, tout en le remerciant de vive voix, accompagné d'un léger sourire.

L'attention de Zylstra se reporta alors sur la femme du groupe, montrant qu'il n'avait pas oublié la question posée, mais qu'il avait juste prit son temps pour y songer, ce n'était pas non plus très facile d'y penser.


- Mon objectif? Pouvoir rentrer chez moi un jour. Et puisqu'il avait expliqué juste avant qu'il avait fait parti d'un naufrage, peut-être qu'ils comprendraient qu'il devait traverser à nouveau l'océan pour retrouver les siens qu'il n'avait plus vu depuis fort longtemps maintenant. De l'autre côté de l'Atlantique, se crut-il bon d'ajouter quand même, juste pour donner une idée à ses interlocuteurs d'où pouvait bien se trouver son "chez soi". Objectif qui pouvait s'avérer fort peu probable aux yeux de ceux qui l'entourait, il n'en doutait pas une seule seconde.

Une ombre passa sur le visage d'Isaac en y pensant, qu'étaient-ils tous devenus? Il tentait de ne pas penser à eux trop souvent, pour ne pas se miner le moral, ça ne servait à rien. Il fallait qu'il garde l'espoir de trouver un moyen un jour, de traverser cette fichue étendue d'eau, sans se faire repérer par ces saletés de machines!

_________________
>Relation's / >RP'S

- Nous sommes une espèce de dégénérés mentaux... -


Dernière édition par Isaac Zylstra le Lun 18 Mai - 0:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadwoodhorizon.forumperso.com/index.htm
Meredith Mayer
- Admin - Leader diplomatique
avatar

Nombre de messages : 1163
Age : 29
Age : 48 ans
Spécialité : Diplomatie et Commandement
Date d'inscription : 20/02/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Arrivée en fanfare ! [CLOS]   Dim 17 Mai - 17:29

    En tant que leader, Meredith avait à prendre des décisions ; des décisions à risques, sans souvent avoir toutes les informations nécessaires pour les prendre en toute connaissance de cause. Du temps de sa carrière de sénatrice, elle n'avait jamais brigué le poste de présidente des Etats-Unis, parce qu'elle redoutait ces décisions ; parce que quoi qu'il arrive, il viendrait forcément un moment où elle se tromperait. Mais la guerre avait dévoilé ses grandes capacités de leader, l'avait poussé en avant, la forçant à prendre des décisions, à donner des ordres... Et une fois lancée dans cet engrenage, une fois qu'elle eut pris conscience de la confiance et du respect qui lui étaient voués, il lui avait été impossible de faire machine arrière. Elle ne pouvait pas se permettre d'être constamment hantée par le doute, par la crainte de faire une erreur. Elle devait avoir confiance en elle, en son instinct. Et son instinct aujourd'hui, lui assurait qu'elle pouvait avoir confiance en l'homme qui lui faisait face.

    Elle l'observa pensivement tandis qu'il s'asseyait avec une grande lassitude. Zylstra avait sans nul doute traversé de grandes épreuves, comme nombre d'entre eux. Elle croyait en ses explications, qui tenaient parfaitement la route et ne ressemblaient pas à une histoire inventée : trop de réalisme, trop de sentiments se mêlaient à son récit. Mais, qui sait ? Les meilleurs acteurs sont sans nul doute ceux qui mentent avec une part de vérité. Malgré ses doutes et ses craintes, elle devait faire un choix. Et son altruisme ne lui permettrait pas de faire un choix qui mettrait en danger quelqu'un envers qui elle était disposée à faire confiance.

    Elle inclina lentement la tête, acceptant la réponse d'Isaac. Rentrer chez soi... Ils l'avaient tous voulu à un moment ou à un autre de cette guerre. Pour beaucoup, le chez soi avait cependant été rayé de la carte, et avait dû être remplacé. Pour une grande majorité de la base, Niagara Falls était leur "chez soi". Mais elle comprenait que cet homme étranger cherche à retourner à sa terre natale... quoi qu'il y retrouve. Il y avait probablement laissé beaucoup de choses ou de personnes.

    « Ce qui ne sera pas pour aujourd'hui. » conclut-elle simplement, d'une voix douce.

    Traverser l'Atlantique était suicidaire en ces temps. Seules de petites embarcations pourraient traverser sans être détectées par Skynet, et celles-ci couraient un danger d'autant plus grand sur les océans. Zylstra n'avait donc nulle part où aller en attendant un miracle. Rejoindre une base de la résistance était sa seule option, et le repousser alors qu'il était arrivé à celle de Niagara Falls serait cruel. Meredith leva les yeux sur le leader du petit groupe de soldats. Celui-ci avait déjà compris sa décision, et se contenta de hausser les épaules. Il n'était pas opposé à l'accueil d'Isaac, il lui faisait confiance. Inspirant, Meredith hocha la tête.

    « Bien, Mr Zylstra, nous ne rejetons pas les survivants qui ont besoin d'aide et d'un endroit où retrouver un peu de raison de vivre. Soyez le bienvenu à la base de Niagara Falls. » déclara-t-elle, ouvrant officiellement les portes de la base au nouveau venu. « je crois que votre priorité est de prendre un peu de repos, si vous voulez me suivre, je vous conduirais aux dortoirs. » proposa-t-elle.

    Elle se retourna dans la direction dont elle venait, invitant silencieusement Isaac à lui emboiter le pas. Seul, il n'aurait quasiment aucune chance de trouver son chemin avant de s'endormir sur place. Elle pourrait en profiter pour lui donner deux trois consignes en chemin. Les Green Bear s'éloignaient déjà, prêts à reprendre leurs postes. Isaac étant officiellement invité dans la base, il n'y avait plus de raisons de le surveiller... Du moins, pas de manière aussi flagrante, car nul doute qu'en tant que nouveau venu il s'opposerait à un minimum de méfiance.

_________________
    N'oubliez pas de voter pour le forum ici

    (c) kockacukoor @ LJ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://psychadelya.e-monsite.com/
Isaac Zylstra
- Modo - Loyauté me Lie
avatar

Nombre de messages : 964
Age : 32
Age : 48 ans
Spécialité : Connaissance des langues – Chance, jeux et hasard
Date d'inscription : 29/04/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Arrivée en fanfare ! [CLOS]   Dim 17 Mai - 23:58

Bien qu'il ne se sentait encore pas totalement le bienvenue en ces lieux, Isaac se décontractait gentiment. C'était sûrement du au fait qu'il avait enfin pu s'asseoir et laisser tomber un peu la pression qui le tenait depuis quelques jours, depuis l'attaque de son ancienne base en fait. Maintenant qu'il se trouvait en terrain "allié", il pouvait en profiter pour reprendre un peu ses forces, surtout si au final sa "candidature" n'était pas retenue et qu'ils le foutaient dehors sans autre forme de procès. Pourtant, quelque chose lui disait que son interlocutrice n'était pas non plus de ce genre et pourrait, peut-être, faire confiance à sa seule parole. De toutes les façons, elle n'avait que cela pour le croire. Personne ne pouvait démentir ses dires, mais personne ne pouvaient les confirmer non plus... il fallait juste espérer qu'il ait réussi à lui faire une plus ou moins bonne impression de sa personne.

Il haussa doucement les sourcils à la réponse de la femme sur son peu probable retour chez lui. Elle touchait peut-être là un point sensible, c'était même certains en fait. Mais elle ne cassait pas le rêve de l'homme non plus, en lui disant que cela était tout à fait impossible. Même si Zylstra pouvait se dire qu'elle devait y penser fortement. Après tout, elle ne se serait pas la première qu'il croisait qui pouvait le penser ou le dire à haute voix. Ca n'avait pourtant jamais cassé son ambition de trouver un jour le moyen de retourner auprès des siens. Qu'importe que ce bout de pays ne s'appel plus les Pays-Bas, ce n'était pas cela l'important, même s'il pouvait se montrer assez patriotique à ses heures, non l'important c'était de retrouver sa famille saine et sauve.


- AH! Vous savez comment vous y prendre pour que les gens gardent le moral, dites-moi! ]Fit-il non sans un certain humour au final, mieux valait le prendre ainsi d'ailleurs, non? Un fin sourire c'était posé sur ses lèvres, alors qu'il l'observait, au moins, elle était directe, ce qui était une bonne chose en ces temps de troubles, à quoi bon tenter de leurrer les gens en leur faisant croire à des choses impossibles? Ce n'était jamais évident de les ramener sur terre, mais c'était ce qu'il y avait de mieux à faire. Isaac ne faisait pas partie de cette catégorie, il voyait parfaitement les problèmes qui l'attendaient, mais il devait bien garder une raison de vivre.

Meredith d'ailleurs, embraya d'ailleurs là-dessus, tout en lui souhaitant la bienvenue, il garda son sourire, assez heureux au final d'être accepté sur cette base.


- Je vous remercie, mais je tiens à dire que j'ai, et j'ai toujours eu, une bonne raison de vivre. Pour bien faire comprendre qu'il était loin d'être un cas désespérer, ou un homme qui n'avait plus rien à perdre. Pour l'instant, il n'avait que besoin d'un endroit où il pourrait survivre de son mieux, sans risquer à chaque pas de se faire trouer la peau. Et puis, s'il arrivait à se trouver une utilité pour la communauté de Niagara Falls et bien il leur revaudrait leur hospitalité.

La leader de la base lui proposa alors de l'emmener du côté des dortoirs, il était bien loin de dire non et se leva, lentement, réajusta le sac qu'il tenait sur l'épaule, alors que les hommes armés les quittaient, enfin, et suivit donc son guide à travers les dédales de la base souterraine.


- Vous croyez bien, je suis épuisé. Encore merci...

C'était bien la moindre des choses à dire, après tout, elle prenait un risque en l'acceptant. Lui savait qu'il devrait faire de son mieux pour se faire accepter dans la base, sachant pertinemment que les petits nouveaux étaient toujours vus d'un mauvais œil au début. S'il le savait, c'était bien parce qu'il avait vécu quelques arrivées de nouveaux venus dans son ancienne base et ce n'était pas non plus la première fois qu'il arrivait dans un nouvel endroit où il ne connaissait personne en ce temps de guerre. Mais s'intégrer n'était pas réellement un problème pour lui.

Le marin redevint alors totalement silencieux, concentrant son attention sur les pas de Mayer qui marchait devant lui pour le guider dans les différents couloirs de la base, ne sachant pas non plus trop quoi dire pour l'instant ou étant un peu trop fatigué pour réfléchir à un quelconque sujet de conversation, si inintéressant soit-il. Mais peut-être que son interlocutrice avait encore quelques trucs à lui dire.

_________________
>Relation's / >RP'S

- Nous sommes une espèce de dégénérés mentaux... -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadwoodhorizon.forumperso.com/index.htm
Meredith Mayer
- Admin - Leader diplomatique
avatar

Nombre de messages : 1163
Age : 29
Age : 48 ans
Spécialité : Diplomatie et Commandement
Date d'inscription : 20/02/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Arrivée en fanfare ! [CLOS]   Sam 23 Mai - 20:06

    Meredith esquissa un sourire tirant un peu sur la grimace à la rebuffade de son interlocuteur. Cette phrase désinvolte lui avait échappé. Ce n'était pas bien malin de la part d'un leader dont le devoir était de savoir motiver ses troupes et cultiver leur espoir. Mais ce Zylstra lui paraissait tellement différent du reste de ses ouailles... Comme le prouvait bien sa réplique pleine d'humour il ne s'offusquait pas facilement d'un peu de vérité brute. Elle n'avait pas à faire attention au moindre mot qu'elle pourrait prononcer de travers, elle le sentait, et elle en avait relâché quelque peu son strict contrôle sur ses paroles. La lassitude de toujours devoir être à la hauteur de son rôle se faisait parfois sentir et elle était reconnaissance à Isaac de ne pas lui en tenir rigueur. Elle lui adressa finalement un petit sourire, son regard convoyant aisément ses pensées. Nul doute que ces deux-là sauraient s'apprécier.

    S'il en était besoin, la volonté de vivre que le nouveau venu revendiquait démontrait bien sa force d'esprit. Une force très précieuse en ces temps difficiles, c'était, avec le soutien de ses proches, ce qui vous empêchait d'abandonner. Meredith hocha la tête, s'inclinant devant les paroles enthousiastes d'Isaac. Elle ne pouvait que se réjouir de son caractère. Elle ne doutait pas qu'il s'intégrerait plutôt facilement à la base, ce qui faciliterait les choses pour tout le monde.

    Ces considérations réglées, elle le guida dans les sous-sols de Niagara Falls. Ils passèrent les anciens parkings transformés en salles de garde, et Meredith salua d'un sourire et de quelques mots les Green Bears qui y prenaient une pause. Elle ouvrit ensuite une porte qui les mena à des couloirs plus étroits, anciens boyaux de service. Étant dorénavant seule, elle lui expliqua brièvement le fonctionnement de la base :

    « Le complexe s'étend sur trois niveaux : le premier regroupe d'anciens parkings, caves ou sous-sols, et est utilisé pour toutes les grandes pièces d'importance, vous y trouverez toutes les salles communes tels que le réfectoire, l'infirmerie ou la salle d'entraînement ; au niveau du dessous se trouvent les dortoirs, ils sont creusés dans la roche et assez sommaires mais en sécurité ; le niveau inférieur se compose des entrepôts, ce n'est pas le plus agréable à visiter. »

    Elle se tourna à moitié, jetant un sourire par dessus son épaule. Retournant son attention sur son chemin, elle se glissa dans une anfractuosité pour laisser passer un homme chargé d'une caisse d'armes. Elle en profita pour indiquer la direction du dit réfectoire qu'elle avait mentionné, ne doutant pas qu'une fois qu'il se serait reposé ce serait le premier endroit qu'Isaac visiterait. Ils reprirent leur chemin et arrivèrent à un trou soigneusement creusé dans la terre. Une échelle en fer était fixée le long du mur, menant au niveau inférieur. Ce n'était pas le plus praticable des accès mais ils avaient tous appris à ne pas être trop exigeants... et ça entretenait la santé ! Meredith descendit avec l'agilité gagnée par l'habitude et se poussa rapidement pour laisser le passage à Isaac. Elle jeta ensuite un coup d'oeil à droite et à gauche dans le couloir illuminé par les néons maladroitement ajustés au plafond. Elle pouvait retourner à ses quartiers les yeux fermés mais où étaient les dortoirs regroupant les nouveaux venus ? Ah. Oui !

    « A gauche, les quartiers personnels des leaders. A droite, les dortoirs. » déclara-t-elle lorsqu'Isaac l'eut rejoint, reprenant la tête vers les dits dortoirs.

    Ils passèrent un couloir perpendiculaire, dont quelques rires d'enfants provenaient, avant d'arriver à une salle dans laquelle était alignés des lits dépareillés. Elle se retourna alors vers Isaac, signalant qu'ils étaient arrivés à destination.


_________________
    N'oubliez pas de voter pour le forum ici

    (c) kockacukoor @ LJ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://psychadelya.e-monsite.com/
Isaac Zylstra
- Modo - Loyauté me Lie
avatar

Nombre de messages : 964
Age : 32
Age : 48 ans
Spécialité : Connaissance des langues – Chance, jeux et hasard
Date d'inscription : 29/04/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Arrivée en fanfare ! [CLOS]   Sam 23 Mai - 22:39

Même si Isaac était loin d'avoir un don tel que l'empathie, il sentait que cette femme l'avait prit en affection. Il n'y avait certes rien de réellement flagrant dans l'attitude de la femme, mais pourtant, il avait la certitude de lui avoir fait plus qu'une bonne impression. Mais l'homme pouvait aussi avouer qu'il ressentait lui aussi pas mal de sympathie pour la patronne des lieux. Elle dégageait quelque chose qui le mettait à l'aise, le rassurait aussi. Il n'était pas en état d'analyser tout ce qu'il pouvait ressentir à l'instant, mais une chose était sûre, il savait qu'il pourrait compter sur elle.

Toujours en suivant son nouveau guide, lui laissant deux pas d'avance, il observa tranquillement les différents endroits qu'ils traversèrent. Faisant d'abord profil bas quand ils croisèrent d'autres militaires, ne souhaitant pas se faire remarquer plus que cela par ces gens en arme, il sembla presque passer inaperçu aux yeux des autres. Presque, car il sentait quand même qu'on le regardait peut-être un peu de travers, la confiance était loin d'être gagnée pour l'instant, mais il ne doutait pas un instant que le fait d'être accompagné de Mayer lui permettait d'avoir une certaine garantie d'être tranquille.

Ils se retrouvèrent seul, à traverser quelques couloirs "obscurs" dont Zylstra savait pertinemment qu'il ne s'en souviendrait que vaguement à son réveil dans quelques heures. Et plus leurs pas les amenaient profondément sous la terre, plus il se disait qu'il était quand même mieux à l'air libre, au moins pour voir les étoiles la nuit. Décidément, il n'appréciait guère devoir se terrer dans un trou! Meredith le tira pourtant de ses considérations, en lui expliquant comment était crée la base, il l'écouta alors avec attention, il pouvait bien faire cela pour elle.

Ca semblait être plutôt bien pensé, pourtant, en homme curieux, aller savoir pourquoi, sa dernière remarque sur les entrepôts l'interpella un peu. Il ne manqua donc pas de se faire entendre.


- Et pourquoi cela?

C'était toujours bon à savoir, non? Sait-on jamais, des fois qu'il pouvait y faire une mauvaise rencontre, il ne tenterait pas de s'y aventurer. Non de toutes les façons, si lui devait aller quelque part, c'était bien à l'air libre! Et le fait que la base se trouve près d'un point d'eau, ne lui était pas déplaisant, bien au contraire! Il serait presque tenté de se créer une sorte de radeau, juste pour le plaisir de naviguer quelques minutes sur les eaux turbulentes des chutes.

Quand elle tourna la tête pour lui lancer un sourire, il le rendit tout naturellement, avant de se coller contre le mur, pour laisser passer un homme qui semblait plutôt bien chargé, tout en tentant de graver quelque part dans sa mémoire le chemin qui le mènerait au réfectoire. Après l'endroit où il allait pouvoir piquer un somme, c'était sûrement le plus important. Mine de rien, il commençait gentiment à crever la dalle, mais la fatigue serait assurément la plus forte!

Le marin suivit donc, toujours docilement sa guide, pour se retrouver à l'étage inférieur. Quand il remarqua comment on y accédait, une moue s'afficha sur son visage, non vraiment, il n’aimait pas du tout cette situation ! Mais il se força à descendre, sachant pertinemment qu’il n’avait pas le choix de faire autrement, que comme dans son ancienne base, il devait faire avec et vivre sous terre.

Une bonne chose, pourtant, l’accueilli alors qu’il venait de poser un pied à nouveau sur la terre ferme, après avoir descendu l’échelle. Des rires d’enfants, un petit sourire revint alors directement sur ses lèvres. C’était un son qu’il aimait particulièrement et qu’il n’avait plus entendu depuis longtemps. De là où il venait, les enfants n’étaient pas les bienvenus, la politique était de pouvoir tout abandonner en moins de 3 secondes montre en main et malheureusement, les enfants ralentissaient la fuite, plus qu’autre chose.


- Vous avez beaucoup d’enfants ici? Fit-il, alors qu’ils semblaient être arrivés à destination. Il jeta un regard à la ronde au dortoir. Bon ce n’était pas le grand luxe, mais il avait déjà repérer l’endroit où il s’écroulerait dans quelques minutes.

Pour l’instant, son intérêt était encore porté sur la réponse qu’allait lui faire Meredith.

_________________
>Relation's / >RP'S

- Nous sommes une espèce de dégénérés mentaux... -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadwoodhorizon.forumperso.com/index.htm
Meredith Mayer
- Admin - Leader diplomatique
avatar

Nombre de messages : 1163
Age : 29
Age : 48 ans
Spécialité : Diplomatie et Commandement
Date d'inscription : 20/02/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Arrivée en fanfare ! [CLOS]   Dim 7 Juin - 16:12

    Meredith, comme la grande majorité des résistants de la base, était loin d'apprécier la situation. Être forcé de vivre sous terre, sans lumière naturelle, l'être humain n'était pas fait pour. Certains s'y adaptaient plus ou moins bien mais c'était loin d'être le confort dont chacun rêvait. Meredith n'avait quasiment connu que ça depuis une dizaine d'années et, comme chacun, elle avait dû s'y faire sachant que c'était ça ou être vulnérable à la détection des machines. Mais ce qui, au fil des années, s'était révélé encore plus pénible que d'être privé de la lumière solaire, c'était de devoir toujours faire attention où on mettait les pieds, la tête, les bras... Les parois de la base se composaient parfois de nombreuses aspérités, les plafonds étaient plus ou moins bas, les couloirs plus ou moins grands... Meredith estimait avoir passé l'âge des acrobaties et des aventures quotidiennes... mais au moins ça la maintenait en forme ! Soyons positifs...

    « Nous avons taillé les entrepôts nous mêmes, sans y consacrer beaucoup de soin étant donné leur usage basique. Ils sont bas de plafond, inégaux, tortueux et sans lumière. Il est facile de s'y perdre et nous avons d'ailleurs eu quelques mésaventures avec des enfants avant que ceux-ci ne comprennent que ce n'était pas un très bon terrain de jeu. » expliqua-t-elle, obligeante.

    Après les dites mésaventures, les accès aux entrepôts avaient été rendu plus difficiles pour les enfants et ceux-ci avaient eu le droit à de sérieuses leçons sur le sujet. Les pauvres avaient malheureusement droit à une enfance bien particulière, d'autant plus remplie d'interdits et de strictes consignes que tout cela était absolument vital pour leur survie et leur bien être. Cela ne réjouissait pas Meredith, et elle ne savait plus si elle devait se réjouir ou s'attrister du fait que les enfants soient aussi réceptifs au danger qui les entourait. Chacun d'entre eux avait dû grandir bien trop vite. La plupart avait perdu leurs parents, une partie de leur famille... d'autres avaient parfois vécu seuls quelques temps dans ce monde dévasté, certains même avaient été dans les camps de Skynet. Leur vie n'était particulièrement pas facile, et Meredith ne pouvait que se réconforter en pensant qu'avec quelques personnes aussi dévouées que Joy Decker ou sa propre fille, les misères de ces enfants et leur passé horrible étaient un peu atténués.

    « Une petite centaine, environ quatre-vingt. » avoua-t-elle en se retournant machinalement vers le dortoir des enfants. « La plupart ont plus de dix ans. A partir de seize ans ils sont considérés comme adultes et peuvent aider au même titre que leurs aînés, s'ils le souhaitent... »

    Elle tourna vers Isaac un regard voilé de tristesse et de mélancolie. Les enfants étaient un sujet aussi réconfortant que délicat. Rares étaient les moins de dix ans, car rares avaient été les personnes ayant pu fonder une famille dans cette guerre. La plupart des résistants étaient des combattants bien conscients que mettre au monde un enfant serait une grave erreur dans ces circonstances. La naissance d'un bébé était toujours une joie, bien évidemment, mais une joie à laquelle se succédait la crainte de le perdre ou de le voir devenir orphelin... Les enfants étaient aujourd'hui autant une bénédiction qu'un poids pour la communauté. Bien que Meredith avait toujours refusé de penser ainsi, il fallait avouer que plus les jeunes enfants avaient grandis et moins grands leurs soucis avaient été.

    Soudainement, les rires semblèrent se rapprocher. Une fille et un garçon d'une douzaine apparurent au coin et se figèrent en les apercevant. Si le garçon fit rapidement demi-tour, la jeune fille, elle, hésita, avant de courir jusqu'à Meredith, qui lui sourit. Elle se baissa pour accueillir la brunette aux yeux clairs et accepter l'étreinte qu'elle lui réservait. Sans un mot, aussi rapidement qu'elle était apparu, la petite se retira avec un coup d'œil timide pour Isaac.

    « La plupart sont orphelins, ou ont des parents portés disparus dont ils se souviennent à peine du visage. Ce dont ils se souviennent, c'est la guerre, et la peur. » termina-t-elle.



_________________
    N'oubliez pas de voter pour le forum ici

    (c) kockacukoor @ LJ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://psychadelya.e-monsite.com/
Isaac Zylstra
- Modo - Loyauté me Lie
avatar

Nombre de messages : 964
Age : 32
Age : 48 ans
Spécialité : Connaissance des langues – Chance, jeux et hasard
Date d'inscription : 29/04/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Arrivée en fanfare ! [CLOS]   Lun 8 Juin - 22:50

Ah ouais... Isaac comprenait mieux d'un coup pourquoi les entrepôts pouvaient être considérés comme dangereux. C'est vrai que des trucs taillés à même la roche, pouvaient être loin d'être des plus safe et en effet, rien de très agréable à visiter. En plus, s'il y avait un risque de se perdre, il ne le prendrait pas. C'était certains. Bon, il ne put s'empêcher d'avoir un très léger sourire alors que Meredith lui apprenait que certains garnements avaient trouvé des plus intéressant d'aller y jeter un oeil, c'était bien de leur âge de faire des trucs pareils, au moins une chose qui ne changeait pas, son fils avait été le même à cet âge, un vrai casse-cou. Wouarf, impressionnant comme un rien pouvait à chaque fois le ramener sur sa propre famille et avec le temps c'était bien loin d'aller en s'arrangeait, décidément, la guerre et ses conséquences n'étaient pas pour lui rendre la vie des plus facile.

- Il faut que jeunesse se fasse, paraît-il et ce, malgré les temps qui courent.
Fit-il alors calmement en réponse à l'explication de son guide. Après tout, on ne pouvait pas non plus leur demander la lune et ils devaient aussi apprendre par leur propre expérience et l'Hollandais se disait qu'il valait mieux se perdre dans un sous-terrain où l'on pouvait être presque sur de se faire retrouver, plutôt que de tomber nez à nez avec une machine et ne pouvoir rien faire pour se défendre.

Il nota alors qu'en effet, cette base avait un certain nombre d'enfants à son actif et il n'était pas des moindre. Ils avaient du courage d'en avoir autant quand même et comme se doutait Zylstra, la plupart étaient assurément orphelins. Pauvres gosses, ce n'étaient pas une vie que de devoir se terrer au fond d'un trou et de vivre avec la peur au ventre à chaque heure de la journée, de connaître que la guerre, les larmes et le sang. Qu'est-ce qu'il ne donnerait pas pour que ces gamins puissent un jour goûter à la liberté telle qu'il s'en souvenait. Après tout, ils étaient leur avenir, quoi qu'il arrive, le marin savait qu'il ferait tout pour que les choses change. En tous les cas, il tenterait, sans pour autant jouer au kamikaze, il y avait d'autre moyen pour aider à terminer cette fichue guerre.

Une légère moue traversa son visage alors qu'il croisa le regard de la femme, quand elle se tourna vers lui. Il n'aimait pas la voir ainsi, il n'aimait voir personne ainsi même, mais là...

Avec son tempérament pas mal instinctif, il l'aurait prise dans ses bras quelques instants, pour lui redonner un peu de courage, il avait même amorcé un début de geste, mais c'était bien rapidement ravisé. Après tout, il ne la connaissait pas encore très bien et ne pouvait se permettre une familiarité pareille, sans connaître la réaction de son vis-à-vis et ça pourrait, en plus de cela, être mal interprété. Au final, il opta pour l'un de ses sourires dont il avait le secret et qui avait en général le pouvoir de remonter un peu le moral des autres.

Isaac lui aurait bien dit quelque chose, mais des rires se firent d'un coup plus proche et surtout, ils s'arrêtèrent aussi vite qu'ils s'étaient rapprochés. Il tourna alors al tête dans la direction des deux enfants qui se trouvaient non loin d'eux. Le gamin ne resta pas bien longtemps, sûrement pas rassuré par la présence de l'étranger. La gamine, elle, sembla un peu plus téméraire, ce qui ne manqua pas de l'amuser et il la regarda s'approcher avec un sourire quelque peu tendre. Il observa alors la scène silencieusement avant de faire un petit signe de la main, accompagné d'un clin d'oeil à la petite qui faisait demi-tour après son calin et ne prit pas ombrage du fait qu'elle semblait se méfier comme jamais de lui. C'était un peu normal, après tout, il n'avait pas l'air très avenant de toute façon, pour l'instant.

Son attention fût alors reprise par Mayer et il lui fit bien face.


- Mais il me semble pourtant qu'ils n'ont pas l'air si malheureux avec vous. L'avantage des enfants, c'est qu'ils savent s'adapter et que les plus jeunes, s'ils ont de la chance, n'auront plus qu'un vague souvenir de tout cela. Il ne perdait jamais son optimisme, mais il ne pouvait pas faire autrement, au risque de s'effondrer et ça, il ne se le permettrait jamais. Tendant alors la main pour prendre congé de cette dame dont il trouvait qu'il avait assez usé le temps. Je vous remercie encore une fois pour l'hospitalité et je serais prêt à me rendre utile en temps voulu. Alors qu'un petit sourire presque charmeur, mais sans aucune arrière pensée, vint se poser avec tranquillité au coin de ses lèvres, il y porta d'ailleurs la main de son interlocutrice pour un salut digne d'un gentleman. Un pote anglais qui lui avait apprit cela, il ne perdait pas ses habitudes.

Puis il reprit une distance tout à fait respectable et était totalement prêt à aller s'écrouler sur un lit, pour y dormir du sommeil du juste! (xd)

_________________
>Relation's / >RP'S

- Nous sommes une espèce de dégénérés mentaux... -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadwoodhorizon.forumperso.com/index.htm
Meredith Mayer
- Admin - Leader diplomatique
avatar

Nombre de messages : 1163
Age : 29
Age : 48 ans
Spécialité : Diplomatie et Commandement
Date d'inscription : 20/02/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Arrivée en fanfare ! [CLOS]   Mar 9 Juin - 17:08

    L'optimisme de son interlocuteur réussit à arracher un sourire à Meredith. Elle hocha la tête, pensive. C'est vrai peut-être était-elle trop pessimiste. La force des enfants, après tout, était de surmonter le passé pour se tourner vers l'avenir. Ce que beaucoup d'adulte avait du mal à faire, ces jeunes esprits en étaient naturellement capables, le poids des souvenirs en partie apaisé par les joies qui les suivent. Il ne fallait pas que ses propres pensées moroses d'adulte ennuyeuse viennent ternir l'avenir de ces bourgeons résistants. C'est pourquoi Joy et Cassandra étaient si douées avec les enfants, elles-même en avaient gardé une certaine part, optimisme et rêve d'un monde meilleur. Jour après jour, Meredith, elle, se surprenait à perdre la foi. Elle ne pensait pas voir la fin de cette guerre de son vivant, et si elle ne perdait pas espoir pour les suivants, cela l'attristait. Cependant, l'enthousiasme d'Isaac (un homme de son âge et avec qui elle pensait à avoir quelques points communs) était contagieux. Elle se surprit à esquisser un sourire.

    « Nous faisons de notre mieux pour adoucir leur situation, et j'ose espérer que cela leur donnera la force d'aller de l'avant. » reconnut-elle.

    Ils passèrent à un sujet plus urgent. Isaac Zylstra était un homme fatigué qui venait de traverser les couloirs tortueux de la base, et son repos était bien mérité. Meredith n'aurait donc pas le toupet de le retenir plus longtemps, bien que sa conversation lui sembla agréable et ait l'avantage de lui faire voir le monde avec un peu plus de couleurs. Il était temps de laisser le pauvre homme avant qu'il ne s'écroule ou dorme debout. Tendant sa main pâle et (trop) fine dans l'intention de serrer celle de son interlocuteur, elle lui répondit avec naturel :

    « Je vous en prie Monsieur Zylstra, reposez-vous bien. Nous aurons tout le temps ultérieurement de discuter de votre place à Niagara Falls. »

    Elle cligna des yeux, surprise, lorsque le gentleman étranger porta sa main à ses lèvres, mais sourit avec amusement à ces manières. Elle hocha la tête en reprenant possession de sa main, et se retourna sur ce dernier salut, laissant Isaac trouver son repos tant attendu. Quelques rires la guidèrent vers le carrefour précédent, tenté d'aller faire une petite visite aux enfants et à leurs chaperonnes. A l'intersection, elle s'arrêta et jeta un dernier coup d'oeil par dessus son épaule, pensive. Ce Zylstra était énigmatique, mais agréable. Secouant vivement la tête, elle se reprit et s'engagea vers le dortoir des petits. Elle ne pouvait pas se permettre d'avoir une quelconque affection, aussi bénigne soit-elle, pour un nouveau venu. Elle se devait de rester vigilante et impartiale. De plus, si jamais elle venait à se tromper sur son compte, elle se connaissait, elle aurait trop de mal à l'accepter la tête froide.

    Elle ne pouvait pas se le permettre, se répéta-t-elle jusqu'à ce qu'une troupe d'adolescents la réquisitionne pour une partie de Monopoly.

_________________
    N'oubliez pas de voter pour le forum ici

    (c) kockacukoor @ LJ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://psychadelya.e-monsite.com/
Isaac Zylstra
- Modo - Loyauté me Lie
avatar

Nombre de messages : 964
Age : 32
Age : 48 ans
Spécialité : Connaissance des langues – Chance, jeux et hasard
Date d'inscription : 29/04/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Arrivée en fanfare ! [CLOS]   Mar 9 Juin - 20:15

Isaac ne pouvait que se féliciter de remarquer qu'il avait réussit à faire sourire cette femme. Après tout, vu toute la responsabilité qu'elle avait sur les épaules, il comprenait parfaitement son air pour le moins grave et le fait qu'elle s'inquiète pour tout ces gens, sans pouvoir réellement voir le bout du tunnel. Il fallait donc que ce soit les autres qui l’aident un peu à garder espoir et il était totalement près à jouer l'un de ces piliers s'il le fallait. Et pour le moment, il semblait bien s'y prendre, une bonne chose en somme.

Elle comprit alors qu'il avait besoin de se reposer maintenant, ou il risquait bien de s'accouder au mur pour s'endormir sur place, tellement la fatigue commençait à l'écraser. Pourtant, l'homme n'avait pas manqué le petit air interdit de son interlocutrice à sa marque de politesse, comme le lui avait fait remarquer un jour son ami, ça ne laissait jamais personne indifférent ce genre de marque et encore une fois, la réaction de Meredith en était la preuve. Ca l'avait amusée et c'était bien là l'important!


- Appelez-moi Isaac. Finit-il par dire, son sourire toujours au coin des lèvres.

Les « monsieur » ça ne lui convenait que quelques instants et il estimait qu'elle pouvait bien l'appeler par son prénom, après tout, ils risquaient de se côtoyer un long moment, alors autant prendre les bonnes habitudes tout de suite.

Il la regarda ensuite prendre finalement congé et s'éloigner de lui, rebroussant chemin, sûrement pour retourner à des tâches un peu plus importantes et urgentes que celle de mener un pauvre homme à ses nouveaux quartiers. Sans réellement expliquer pourquoi, elle lui plaisait, même s’il ne la connaissait que depuis quelques minutes, il ne doutait pas qu’ils étaient assurément fait pour s’entendre et il n’était pas fâché d’avoir pu rencontrer quelqu’un de son âge, avec qui il pourrait échanger sans avoir l’air d’être le vieux de service.

Se foutant une claque mentale magistrale pour se décider à bouger et arrêter un temps soit peut de l’observer s’en aller, il la lâcha du regard et reporta toute son attention sur le dortoir.

Sa préférence se fit rapidement pour un lit au fond de la salle, appuyé contre l'un des murs de la cave, parfait, il aurait de quoi dormir presque sur ses deux oreilles, tout en voyant le danger venir, si danger il y avait. D'un pas lent, il se traîna jusqu'à son nouveau lit, posa le sac qu'il avait en bandoulière sur le sol, prit juste le temps d'enlever ses chaussures, avant de se laisser tomber sur le matelas un peu dur du lit. Le meuble ne manqua pas de se faire entendre par un grincement sonore, mais Zylstra ne l'avait guère entendu. A peine avait-il touché l'oreiller, qu'il s'était endormi comme une masse. Tombant dans un sommeil profond, dénué de tout songes, pour son plus grand bonheur et pour un repos presque parfait.

Une chose était sûre, il ne se réveillerait pas de si tôt! Et s'il savait ce qui l'attendait pour le lendemain, peut-être aurait-il préféré tenter une "grasse matinée" pour la peine.


Arrow Doubt leads to Fear

_________________
>Relation's / >RP'S

- Nous sommes une espèce de dégénérés mentaux... -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadwoodhorizon.forumperso.com/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arrivée en fanfare ! [CLOS]   

Revenir en haut Aller en bas

Arrivée en fanfare ! [CLOS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Human Resistance - :: Base de Niagara Falls :: Niveau 0 : Entrées -