AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

Détente matinale [CLOS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Meredith Mayer
- Admin - Leader diplomatique
avatar

Nombre de messages : 1163
Age : 30
Age : 48 ans
Spécialité : Diplomatie et Commandement
Date d'inscription : 20/02/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Détente matinale [CLOS]   Jeu 11 Juin - 17:22

    Il était assez tôt ce samedi matin. L'air frais n'avait pas encore fait évaporé la rosée et le soleil était bas sur l'horizon. Une telle luminosité offrait un spectacle remarquable lorsqu'elle rencontrait les gouttelettes d'eau des chutes du Niagara. Une vision dont Meredith ne se lassait jamais et qui la réconfortait lorsque Morphée la quittait si brusquement. Elle oubliait son réveil en sursaut, causé par des cauchemars insidieux dont elle se rappelait rarement, et se préparait à une nouvelle journée. Ce rappel que le monde n'était pas entièrement perdu et que la beauté de la nature restait intacte en quelques endroits privilégiés lui donnait assez de force pour faire demi-tour et retourner à la base où elle serait aussitôt prise d'assaut pour les derniers rapports.

    Mais pas ce matin là, Meredith n'avait nulle envie de retourner s'enfermer à la base et d'écouter la longue liste de tout ce qui n'allait pas et de tout ce dont ils avaient besoin en urgence. Les choses seraient toujours les mêmes dans une petite heure, après tout. Mais dans une heure, elle, elle aurait peut-être regagner assez de sérénité pour ne pas s'agacer du caractère geignard de certains de ses collaborateurs. Elle ne pouvait pas se permettre de perdre son sang-froid. Cependant, elle ne faisait pas non plus de miracles, et n'était pas inépuisable. Elle avait besoin d'une pause.

    Elle longea lentement le fleuve, laissant son esprit se décharger de toute pensée parasite. Elle atteignit finalement le bord de la falaise et l'esplanade qui y avait été aménagé (et avait vu de meilleurs jours). Elle s'accouda à la rambarde, délicatement, ne lui faisant pas assez confiance pour y mettre tout son poids, et admira le panorama, se perdant de longues, très longues minutes dans cette contemplation. Le bruit constant et puissant des chutes couvrait tout autre bruit. Le ronronnement de l'eau apaisait Meredith mais la rendait aussi oublieuse de son environnement. Elle ne se rendit pas compte de la présence de quelqu'un derrière elle, et ce n'est que lorsqu'il fut bien près qu'elle se retourna vivement, prise d'un pressentiment. Ce n'est qu'en avisant de qui il s'agissait qu'elle se détendit visiblement.

    « Isaac. » le reconnut-elle, adoptant, comme il le lui avait demandé précédemment, son prénom. « Comment allez-vous ? »

    Elle lui adressa un sourire chaleureux en se retournant vers les chutes. Aurait-il été quelqu'un d'autre, elle aurait probablement peu apprécié son intrusion dans son moment de paix, mais Isaac Zylstra, bien qu'elle le connaisse depuis peu, n'était pas quelqu'un qui l'agace ou la rende mal à l'aise. Elle pouvait se détendre avec sa présence à ses côtés. Ce n'était probablement pas prudent, après tout il était encore un nouveau venu à la base, mais qu'importe. L'overdose de mesures de sécurité dans laquelle elle vivait n'était pas fait pour une sénatrice pacifique faisant naturellement confiance à ceux que son instinct approuve. Elle savait de plus que Matthew Carson avait chargé l'un de ses Green Bear de surveiller sa sortie depuis l'un de leurs postes d'observation. C'était la seule solution pour que le leader de la base puisse se promener tranquille. Vous parlez d'une ironie.

    Meredith jeta un coup d'oeil en coin à son interlocuteur. Il semblait déjà en meilleure forme que lorsqu'il était arrivé à la base, ça faisait plaisir à voir. Elle craignait moins de le voir s'écrouler d'un instant à l'autre. Elle avait eu peu de temps pour s'occuper du nouveau venu depuis son arrivée, et elle s'en désolait, mais malheureusement le nombre de réfugiés et de soucis à régler ne s'arrêtait jamais de grimper. Elle espérait qu'Isaac avait réussi un minimum à s'intégrer, malgré la paranoïa de certains membres de la base. Il faut dire que les choses avaient commencé fort pour lui, avec l'incident au réfectoire.

_________________
    N'oubliez pas de voter pour le forum ici

    (c) kockacukoor @ LJ


Dernière édition par Meredith Mayer le Sam 15 Aoû - 11:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://psychadelya.e-monsite.com/
Isaac Zylstra
- Modo - Loyauté me Lie
avatar

Nombre de messages : 964
Age : 32
Age : 48 ans
Spécialité : Connaissance des langues – Chance, jeux et hasard
Date d'inscription : 29/04/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Détente matinale [CLOS]   Ven 12 Juin - 11:13

Arrow

Comme à son habitude, Isaac c'était réveillé assez tôt, voilà bien une chose qui n'avait pas changée, il était toujours aussi matinal. Comme si dormir pouvait être pour lui, considérer comme une sérieuse perte de temps. Bien que son réveil n'avait pas été des plus agréable, voilà qu'il c'était remis à faire son cauchemar récurant, c'était donc en sueur qu'il était sorti de son lit et avait décidé de retourner se prendre une bonne douche glacée, rien de tel pour se remettre d'aplomb, ainsi que de remettre ses idées en place. Enfin là, pour le coup, il avait plutôt profité de fait de ne voir quasiment personne pour aller se piquer une tête dans la flotte, ça faisait longtemps qu'il n'avait pas pu profiter de s'immerger, il ne manqua donc pas l'occasion et c'est après de longues minutes à nager, loin des chutes, le courant était encore vivable, un vrai poisson dans l'eau, qu'il était à nouveau sortit, totalement frais et dispo cette fois-ci.

Retournant d'un pas tranquille du côté de la base, toujours assez attentif à tout ce qui l'entourait, il ne valait mieux pas se faire avoir par surprise par une de ses saletés de machine, il avait coincé entre ses lèvres l'embout de la pipe qu'il traînait partout avec lui et qui en avait assurément vu des belles, vu l'état dans lequel elle se trouvait. Enfin tant qu'elle était encore utilisable, le marin n'en demandait pas plus. Il portait ses bottes sur l'épaule, les pans du pantalon retroussé, ainsi que les manches de sa chemise. Certes, il ne faisait pas réellement très chaud, mais ça n'avait pas l'air de le déranger plus cela, c'était un bon moyen de se garder en forme et il appréciait le fait de pouvoir ressentir le froid, la seule chose qui le protégeait un minimum, était son Keffieh, toujours accroché autour de son cou.

Mais bien qu'il rentrait, Zylstra n'avait sérieusement pas envie de retourner sous terre à l'instant, non, il appréciait réellement trop le fait d'être dehors et puis il fallait bien avouer que l'endroit où il se trouvait été magnifique. La base était très bien placé et pouvoir apprécier les beautés de la nature n'étaient plus données à tout le monde. Il emplissait donc son regard de tout cela et retardait toujours un peu plus son retour. Un plaisir n'arrivant jamais seul, il remarqua bien vite que quelqu'un prenait le temps aussi, d'admirer la vue et c'est en s'approchant d'elle, qu'il eu le plaisir de voir que cette personne n'était autre que le leader de la base. Un fin sourire se posa sur ses lèvres, alors qu'il s'approchait de la femme et sans pour autant marcher à pas de loup, il lui semblait qu'elle ne l'entendait pas réellement venir.

Quand Meredith se retourna un peu brusquement, tout doute fût ôté, il était certain maintenant qu'elle n'avait réellement pas fait attention à lui. Dangereux ça, de ne pas être totalement sur ses gardes. Même s'il pouvait y avoir quelques gardes dans le coin, le risque de se faire tuer était quand même là. Enfin, vu la proximité de l'eau, l'homme était en droit de penser que cela atténuait peut-être un peu le danger de voir des tas de ferrailles débarquer dans le coin. Pourtant, on n'était jamais trop prudent.

- Je ne voulais pas vous inquiéter.

Un sourire plus chaleureux se fit alors tandis qu'elle le reconnaissait sans aucun problème et ravi de voir qu'elle adoptait le fait de l'appeler par son prénom.

- Madame Mayer, fit-il alors qu'il finissait de s'approcher d'elle, pour se retrouver à sa hauteur, afin de pouvoir profiter, lui aussi de la vue. Plutôt bien, malgré tout. Et vous? Alors qu'il posait ses bottes à ses côtés et croisant les bras, il fuma tranquillement, comme si de rien n'était. Appréciant à sa juste valeur ces quelques bouffées de fumée, les plaisirs étant de plus en plus rare, ça les rendaient donc encore plus agréable quand ils arrivaient.

En tous les cas, il ne semblait absolument pas traumatisé de ce qu'il avait pu vivre au réfectoire quelques jours plus tôt. Non, il semblait même totalement calme et apaisé. Aller savoir si c'était grâce au fait de se retrouver dehors ou celui de retrouver Mayer, ou les deux. Ce dont on pouvait être sûr, c'est qu'il était assez content de pouvoir la voir à nouveau. Car depuis leur rencontre à son arrivée, il n'avait même pas réussi à l'apercevoir à nouveau. Isaac ne se faisait pas d'idée, il savait parfaitement que c'était une femme qui devait être bien occupée, ça n'empêchait pourtant pas qu'il appréciait sa compagnie, pour le peu qu'il la connaissait et donc il se réjouissait de pouvoir échanger à nouveau quelques mots avec elle.

_________________
>Relation's / >RP'S

- Nous sommes une espèce de dégénérés mentaux... -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadwoodhorizon.forumperso.com/index.htm
Meredith Mayer
- Admin - Leader diplomatique
avatar

Nombre de messages : 1163
Age : 30
Age : 48 ans
Spécialité : Diplomatie et Commandement
Date d'inscription : 20/02/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Détente matinale [CLOS]   Dim 21 Juin - 22:42

    Passant machinalement une main dans ses courts cheveux blonds, Meredith laissa ses pensées dériver en observant Isaac. Décontracté et souriant, pieds nus et pantalon retroussé, il dégageait une force tranquille rassurante. La pipe aux lèvres rajoutait un côté kitsch qui arracha un léger sourire en coin à la leader de la base. Un peu plus et avec un tel homme si décontracté en face d'elle elle aurait pu croire la guerre inexistante. Rêve quand tu nous tiens... Isaac la distrayait. Il n'était pas comme la majorité des hommes qui l'entouraient, ni vétéran blasé et hanté par son vécu, ni jeune homme traumatisé mais près à donner sa vie pour le combat... Il était simplement lui-même, naturel et ouvert, optimiste et volontaire. C'était un changement bienvenu, d'autant plus en cet instant où elle n'avait pas envie de penser à tous ces combats.

    « Fatiguée, » avoua-t-elle. « mais je n'arrive pas à me rappeler un jour où je ne l'ai pas été dans ces dix dernières années. Ce n'est plus de mon âge. »

    Sa dernière phrase, plaisanterie que Meredith prenait au mot dans ses moments les plus noirs, fut accompagnée d'un sourire entendu et d'un regard pétillant. Ils étaient de la même génération. Ils en avaient tous deux vus des vertes et des pas mûres, et ils avaient eu plus que leur compte. Mais c'était aussi probablement leur génération qui se rappelait pour quoi ils se battaient véritablement. Pour un monde avec ses avantages et ses défauts, mais où l'Homme pouvait circuler en paix sans craindre d'être raflé par les machines ; pour un monde où leurs enfants pourraient vivre en paix. L'une des rares choses qui poussaient Meredith toujours de l'avant était en effet sans aucun doute sa fille, Cassandra, bien qu'elle ne soit pas aussi disponible pour elle qu'elle l'aurait souhaité. Tout ce qu'elle faisait, c'était dans l'espoir que Cassy, et tous ceux de son âge, aient un meilleur avenir. Pour elle, elle n'y croyait plus.

    « Si je puis me permettre, avez-vous des enfants Isaac ? »

    La question était sortie d'elle-même selon le fil de ses pensées. Son interlocuteur semblait dans une forme impressionnante et d'un calme olympien qui ne laissait nullement croire qu'il avait frôlé la mort il y a quelques jours. Sa décontraction avait confirmé Meredith dans son désir de ne pas parler des choses qui fâchent, pas pour le moment du moins. Mais à y réfléchir, si Isaac avait des enfants et qu'ils n'étaient pas avec lui... peut-être ce sujet était-il aussi délicat ? Elle s'en voudrait si elle ravivait de vieilles blessures. Tout semblait décidément lié de près ou de loin à cette foutue guerre. Mais elle avait une envie instinctive d'en apprendre plus sur le nouveau venu. Non pas pour assurer la sécurité de la base en sachant un minimum de tous ses occupants, comme elle le faisait d'habitude, mais bien pour apprendre à connaître l'homme en lui-même.

    Resserrant son châle couleur lavande autour de ses épaules, Meredith laissa son regard dériver sur l'horizon légèrement doré par le lever du soleil. Chaque matin elle essayait de graver ce spectacle dans son esprit, afin qu'il illumine le reste de la journée. Chaque matin, elle échouait, la beauté de la nature rapidement piétiné par les mauvaises nouvelles successives. Le vent tourna légèrement, ramenant la fumée de la pipe d'Isaac dans sa direction. Meredith se déplaça automatiquement pour ne pas être incommodée par l'odeur. Elle avait l'habitude. Nombre de ses collaborateurs et même son mari, à une époque, avaient été des fumeurs. Ceux-ci devenaient rares avec la disparition de sources de tabac aisées, mais les habitudes perduraient.

_________________
    N'oubliez pas de voter pour le forum ici

    (c) kockacukoor @ LJ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://psychadelya.e-monsite.com/
Isaac Zylstra
- Modo - Loyauté me Lie
avatar

Nombre de messages : 964
Age : 32
Age : 48 ans
Spécialité : Connaissance des langues – Chance, jeux et hasard
Date d'inscription : 29/04/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Détente matinale [CLOS]   Dim 21 Juin - 23:55

Se frottant doucement le bras qui tenait la pipe, Isaac observait légèrement la femme à ses côtés, alors qu'elle lui répondait. Il n'avait pas manqué le léger sourire en coin qui avait illuminé quelques secondes le visage de Meredith, ce qui était plutôt un bon point pour lui, s'il arrivait à la faire sourire rien qu'en se présentant devant elle. Même si c'était sa personne qui pouvait l'amuser, au moins, il lui apportait quelque chose de positif et c'était ça qui était important. Oui, il ne doutait pas qu'elle devait être fatiguée, ça pouvait se voir sur son visage, si on prenait le temps de l'observer correctement. Et puis, vu son statut, le fardeau qu'elle portait sur ses épaules, il pouvait parfaitement imaginer que le sommeil devait parfois être bien dur à trouver. Et même si elle arrivait à bien dormir, les angoisses, les craintes qui devaient la prendre au réveil, devaient l'épuiser bien vite à force.

Un sourire complice traversa alors son visage à la remarque de Mayer, vrai qu'ils commençaient gentiment à se faire vieux, que toutes ces histoires n'étaient plus de leur âge. Pourtant, ils continuaient à être là, à aider les autres, cette femme bien plus que lui, puisqu'elle devait s'occuper de la base entière et il ne pouvait que la respecter encore plus pour ce "sacrifice" qu'elle faisait, afin que tout ces gens aient droit à une vie un peu meilleure et surtout, trouver l'espoir qu'un jour peut-être, ils connaîtront ce qu'eux deux avaient pu vivre, une liberté totale.


- Je ne vous le fait pas dire... mais j'ai l'impression que l'on compte encore trop sur vous pour que vous puissiez prendre votre retraite.
Bien qu'il tentait quelque peu de dédramatiser la situation en impliquant un ton plutôt remplit d'humour, il savait bien qu'il était aussi dans le vrai et il avait dans l'idée que cette femme se tuerait plutôt à la tâche, plutôt que d'abandonner son poste. Et il se surprit à se dire qu'il ne serait pas contre à tenter de l'épauler de façon plus... personnel dans cette tâche, pour qu'une fois au moins, elle puisse dormir d'un sommeil réparateur... Dommage que je n'aie pas écouté tous les conseils du cuisinier que nous avions à bord à l'époque, je suis sûr de l'avoir entendu un jour parler d'une sorte de potion qui permet de dormir comme un loir quelques heures, j'aurais pu vous en faire boire une tasse. Fit-il tout en la regardant, son petit sourire tranquille toujours posé au coin des lèvres. Mais il trouverait bien un autre moyen s'il le fallait.

Enfin voilà que la question qui suivit le laissa silencieux une longue minute, il ne s'attendait certes pas à une entrée en matière si vive dans un sujet si... personnel. Le regard du marin se déporta alors doucement sur l'horizon devant lui, perdu quelques instants dans ses pensées ou dans ce qu'il devait répondre, il tira longuement sur l'embout de sa pipe, avant de desserrer à nouveau les mâchoires et bien que l'on aurait pu croire que son ton soit un peu plus mélancolique à l'évocation des souvenirs, il n'en était rien.


- Oui, un fils. Klaas... un petit bout d'homme de 9 ans, un tempérament de feu ce gamin, aussi bon comédien que sa mère et aussi curieux que son père. Il nous en a fait voir de toutes les couleurs à l'époque, je crois m'être fait des cheveux blancs avant l'âge à cause de cette terreur! Marquant un temps, un léger sourire était revenu sur ses lèvres à l'évocation de tout cela, une petite lueur brillait même au fond de son oeil, à croire que le père revoyait pour de bon son gamin jouant sur la rambarde du bateau, leur faisant de grands signes alors que les parents lui gueulaient de descendre immédiatement, sans que celui-ci ne semble embêté de joué au funambule sur une barrière si étroite. J'imagine qu'il a bien changé depuis l'époque de mon souvenir... il doit être un homme maintenant, que je ne suis peut-être pas sur de reconnaître quand je le reverrais. Incroyable comme il était assuré de pouvoir revoir sa famille un jour. J'espère juste qu'il comprendra pourquoi je n'ai pas été là quand sa mère et lui auraient eu besoin de moi... un léger soupire traversa alors ses lèvres, si Meredith avait une assez bonne mémoire, elle se souviendrait assurément de ce qu'il avait dit lors de leur première rencontre, que son but était bien celui de rentrer chez lui et donc en quelque sorte... de retrouver ceux qu'il avait laissé là-bas.

Zylstra se racla un peu la gorge, se rendant compte qu'il parlait beaucoup, un peu trop même sûrement. Avant de voir que celle qui dirigeait la base se décala, sûrement pour tenter d'éviter la fumée, il attrapa alors sa pipe pour la mettre contre lui et fit quelques pas pour se trouver de l'autre côté de Meredith, afin qu'elle ne soit plus incommodée par la fumée.

- Excusez-moi. Si ça vous dérange trop, je peux arrêter. Marquant un léger temps. Je peux avoir tendance à parler beaucoup, n'hésitez surtout pas à me couper, si je vous ennuie. Avec un petit sourire. Vous aussi, vous avez des enfants? En général... si quelqu'un posait la question, il partait du principe que ça pouvait être réciproque, surtout vu leur âge. Et avec un peu de chance, pour elle, sa famille était peut-être au complet et en sécurité à Niagara Falls, il le lui souhaitait en tous les cas.Si je ne suis pas indiscret.

_________________
>Relation's / >RP'S

- Nous sommes une espèce de dégénérés mentaux... -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadwoodhorizon.forumperso.com/index.htm
Meredith Mayer
- Admin - Leader diplomatique
avatar

Nombre de messages : 1163
Age : 30
Age : 48 ans
Spécialité : Diplomatie et Commandement
Date d'inscription : 20/02/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Détente matinale [CLOS]   Dim 28 Juin - 23:20

    Meredith eut un sourire désabusé lorsqu'Isaac mentionna la "retraite". Ah... la retraite... Contrairement à un certain nombre de ses collègues dans le domaine de la politique, elle avait bien prévu d'en prendre une de retraite. Hors de question que ses dernières années de vie soient consacrées à des débats stériles dans un hémicycle trop vide. Non, elle avait tout bien imaginé et planifié à l'époque : se retirer dans une grande maison à la campagne, rattraper le temps perdu avec sa fille, éventuellement se racheter en prenant soin de ses petits enfants, apprendre à broder, tricoter ou je ne sais quoi... pourquoi pas ? Elle avait toujours envié ceux qui étaient doués de leurs dix doigts mais n'avait jamais vraiment eu l'occasion de s'y mettre. Et aujourd'hui, ce n'était même plus la peine d'y penser. Elle s'estimait déjà bien trop rêveuse quand elle se prenait à espérer qu'elle voit la fin de la guerre et la destruction de Skynet. Il ne fallait pas non plus demander l'impossible. Il était de toute manière évidemment que chacun d'entre eux, vieux à responsabilités ou pas, finirait sa vie de manière active. La situation ne permettait pas le contraire.

    « En effet, j'ai dû dire adieu à ma retraite aux Bahamas. » plaisanta-t-elle en secouant la tête avec amusement. « Dommage pour vous : vous vous seriez fait une fortune de nos jours ! » remarqua-t-elle ensuite en haussant un sourcil. Un tel somnifère ne serait pas utile qu'à elle, en effet, la moitié de la base en avait probablement besoin. Isaac aurait une telle recette en sa possession que son intégration ne ferai aucun problème : il serait accueilli à bras ouverts par les insomniaques qui peuplaient les couloirs de la base et étaient d'une humeur déplorable en conséquence. Ça ferait également du bien à l'autre moitié de la base de ne plus avoir de tels compagnons acariâtres, alors imaginez...

    Accoudée à la rambarde, Meredith observait Isaac. Lorsque celui-ci tourna son regard vers l'horizon, elle l'imita, respectant son silence et lui laissant le temps de trouver une réponse qui lui convenait. En d'autres circonstances, Meredith n'était pas si invasive et directe. Surtout, elle ne se permettait pas de poser de telles questions privées. Mais elle reconnaissait que ces dix dernières années, à force d'interroger les nouveaux venus, c'était quasiment devenu automatique. Et si d'habitude elle s'en voulait, aujourd'hui elle était honnêtement curieuse. Elle n'avait pas non plus vraiment peur qu'il le prenne mal, allez savoir pourquoi, il semblait trop calme et capable de relativiser pour ça. Lorsqu'il prit finalement la parole, Meredith retourna la tête vers lui et l'écouta attentivement.

    « Non, je vous en prie, j'ai l'habitude. Et je ne crains plus le cancer du poumon. » répondit-elle avec une petite boutade pour cerise sur le gâteau. Un peu de fumée n'allait pas la tuer, les machines ne lui en laisseraient pas le temps.

    Ainsi donc il avait bien un enfant, comme elle s'en doutait, et il ne l'avait pas vu depuis très longtemps... Elle comprenait maintenant parfaitement son désir inflexible de retourner chez lui, comme il l'avait annoncé à son arrivée. Elle était heureuse de savoir tout cela sur Isaac, et de voir cette étincelle dans ses yeux lorsqu'il parlait de son fils. A lui aussi, c'était sa raison d'avancer et de croire en l'impossible.

    « Oui. » avoua-t-elle finalement en redirigeant son regard sur l'horizon. « J'ai une fille, Cassandra. La vingtaine, douce et exemplaire. Vous la rencontrerez probablement dans la base, elle s'occupe des enfants. » expliqua-t-elle distraitement, plaçant son menton au creux de ses mains. « Je comprend ce que vous ressentez quant à votre manque de présence auprès de votre fils... Je n'ai pas non plus été une mère exemplaire avant que la guerre ne se déclenche... Le tribut d'une carrière en politique. Mon mari l'a élevé... et j'ai essayé de recoller les morceaux à sa mort... pas très brillamment sans doute, quand la politique est remplacée par la survie... »

    Elle ruminait quasiment. L'éducation de sa fille, le manque de présence de Meredith dans toute la vie de Cassandra... C'était véritablement le point noir de son existence, ce qu'elle regretterait jusqu'à la fin de sa vie. Et il valait mieux pas la lancer sur le sujet, ça ne donnait jamais rien de bon. Si elle se donnait la peine de prendre un peu de recul et de s'écouter, Meredith se prendrait probablement pour une vieille mégère dépressive et en aurait la honte de sa vie à l'idée de déblatérer ainsi devant un étranger.

_________________
    N'oubliez pas de voter pour le forum ici

    (c) kockacukoor @ LJ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://psychadelya.e-monsite.com/
Isaac Zylstra
- Modo - Loyauté me Lie
avatar

Nombre de messages : 964
Age : 32
Age : 48 ans
Spécialité : Connaissance des langues – Chance, jeux et hasard
Date d'inscription : 29/04/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Détente matinale [CLOS]   Lun 29 Juin - 23:31

Décidément, cette femme ne manquait pas de répondant! Elle lui plaisait de plus en plus, ça c'était clair et net. Il appréciait son esprit aiguisé et ironique / cynique, ça lui correspondait bien. Il se disait qu'ils étaient réellement fait pour s'entendre sur ce point, l'âge sans doute, ça leur permettait peut-être parfois d'avoir un peu pus de recul sur tout ce qu'il se passait, enfin c'était comme cela qu'Isaac le voyait. Il ne manqua pas d'ailleurs de coincer un peu plus sa pipe entre ses dents, tout en lâchant un léger rire à la réponse de Meredith sur sa fameuse retraite.

- On ne s'ennuie pas à ce que je vois!
Fallait bien se charrier un peu pour la peine, ça faisait du bien et ça permettait d'oublier les soucis qui ne manquaient jamais en ces jours sombres. Son interlocutrice embraya ensuite bien rapidement sur sa fameuse potion salutaire pour le sommeil. Le marin arqua alors légèrement un sourcil, tout en portant son regard sur elle, tenant sa pipe dans une main, il recracha un peu de fumée. Une fortune... peut-être, bien qu'elle ne me serait pas très utile, je pense. Avec un léger sourire tranquille, après tout, qu'est-ce que l'argent pourrait bien lui apporter? Son cour était tombé depuis bien longtemps, plus personne n'en utilisait, on en pouvait quand même pas voir à faire payer des gens, alors que c'était l'extermination de la race humaine, c'était plutôt le troc, l'échange qui étaient la monnaie du monde. Mais... si vous êtes prête à tenter l'expérience, je peux toujours essayer de jouer aux apprentis sorciers, je dois bien m'en souvenir un peu. Son sourire devenant quelque peu "malicieux", amusé en tous les cas. Pas dit que les gens de cette base soient prêt à tenter de se rendre malade pour trouver le sommeil, non il avait plus lancé cela comme une boutade quoique... peut-être qu'il devrait voir à retrouver cette recette, il en était sûrement capable. Si sa mémoire ne lui faisait pas défauts et depuis le naufrage, même s'il remontait à loin maintenant, parfois, il avait du mal à se souvenir de tout et l'âge n'aidait en rien!

La leader ne semblait pas plus incommodée par son flot de paroles ininterrompu que par la fumée qu'elle se prenait dans la figure, elle ne manqua d'ailleurs pas de lâcher un autre trait d'humour à ce sujet, Zylstra lui fit un sourire toujours amusé en réponse à ses dires, tant mieux si elle le prenait comme cela. Non vraiment, elle lui ressemblait un peu et ça lui faisait du bien d'avoir rencontré quelqu'un comme elle.


- Je m'en voudrais quand même si cela devait arriver... ils seraient encore capable de venir me chercher dans mon dortoir avec fourches et torches pour se venger du fait que je ai rendu malade... j'avoue, je n'y tiens pas vraiment. Ah, ils semblaient lancés en tout cas, tous les deux. Et on pouvait bien avouer que c'était agréable, que ça changeait un peu des conversations graves habituelles, de décrocher un peu de tout ce merd*er. Bien que depuis qu'il était arrivé, ses diverses rencontres lui avaient permis d'oublier un peu le reste, mais c'était plus pour Meredith qu'il pensait cela.

La conversation se redirigea pourtant sur quelque chose de plus sérieux, puisque Mayer répondait à sa question, sur ses propres enfants. Alors comme ça elle avait une fille, de l'âge de son fils à voir... qui se trouvait dans la base. Est-ce qu'elle mesurait la chance qu'elle avait? Assurément. Isaac l'écoutait attentivement et patiemment, comme elle quelques instants plus tôt et ne put que constater que ce qu'elle lui avouait semblait lui faire mal, une pointe de regret sonnait dans sa voix pendant qu'elle parlait, ce qui lui vrilla un peu les trippes. Alors comme ça elle avait été une femme politique? Pour ça peut-être aussi qu'elle pouvait lui faire penser à son frère sur certain point. Mauvaise chose, elle avait perdu son mari.

- Je suis désolé de l'apprendre... murmura-t-il, pour ne pas non plus la couper dans son récit.

Il s'approcha alors doucement de cette femme et s'accouda tout aussi calmement à la rambarde, déjà pour ne pas risquer de la briser et de les précipiter tous les deux quelques mètres plus bas et pour ne pas la bousculer elle, tandis que son regard était perdu quelque part dans l'horizon. L'homme c'était mis assez proche en fait, sans pour autant déborder sur l'espace vital dont chaque être Humain avait besoin pour se sentir à l'aise en présence d'un congénère.


- Vous savez, sans la connaître ou bien connaître la relation que vous avez avec votre fille, je ne pense pas que vous ayez mal agi ou mal tenté de recoller les morceaux comme vous dite. A mon avis, elle doit vous aimer comme n'importe quel gamin aimerait ses parents et puis... vu la situation, si elle pouvait avoir quelques griefs contre vous, j'imagine qu'ils ont été oubliés depuis... au moins, vous avez été là pour elle dans ces moments difficiles, chose que lui n'avait pas pu faire pour les siens, et elle doit bien comprendre vos fonctions et vos responsabilités. Non? Tout en tournant la tête pour la regarder.

C'était vivement s'avancer dans son jugement à dire tout cela, alors qu'il ne connaissait qu'à peine la mère et pas du tout la fille, mais les jeunes de cet âge étaient assez adulte et avaient vécu la même chose qu'eux, pour comprendre ce que tout cela impliquait. Enfin, c'était ce qu'il croyait. Mais n'ayant pas la science infuse, il ne prétendait pas détenir la vérité non plus.

_________________
>Relation's / >RP'S

- Nous sommes une espèce de dégénérés mentaux... -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadwoodhorizon.forumperso.com/index.htm
Meredith Mayer
- Admin - Leader diplomatique
avatar

Nombre de messages : 1163
Age : 30
Age : 48 ans
Spécialité : Diplomatie et Commandement
Date d'inscription : 20/02/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Détente matinale [CLOS]   Sam 4 Juil - 20:53

    Il fallait reconnaître que toute la fortune que quiconque pourrait amasser en ces temps peu glorieux n'était plus d'une grande utilisé quand les marchés financiers n'étaient plus que d'abstraits concepts datant des décennies passées. C'était une étrange leçon de vie que ce désintérêt forcé de l'argent face à la survie. Tous ceux qui ne juraient autrefois que par la somme de dollars sur leur compte en banque devaient maintenant se contenter de marchander de manière hasardeuse selon le bon vieux troc. Et Meredith ne voyait pas trop ce qu'elle pourrait échanger contre une retraite aux Bahamas d'ailleurs... où du moins, elle ne préférait pas savoir, craignant que cela ne passe par la fin de la résistance... et ça, c'était bien évidemment hors de question.

    Elle fronça les sourcils et esquissa une grimace peu enjouée à l'idée d'avaler quelques pseudo-potions non identifiées. Les expériences n'avaient jamais été l'une de ses lubbies : elle craignait de s'en tirer plus mal en point qu'elle n'avait commencé. Mieux valait encore se contenter de ce que l'on a. Elle haussa donc un sourcil explicite qui signifiait clairement "non merci, sans moi" tout en remarquant, pince sans rire :

    « Sans vouloir vous offenser, j'ai quelques doutes dans vos capacités pharmaceutiques. Je m'en tiendrais aux bonnes vieilles techniques de relaxation du psy. »

    L'idée que les membres de la base aillent à la chasse à Isaac à coups de fourches et de torches la fit franchement rire, déclenchant un son cristallin franc et sans réserve. Elle secoua la tête de droite à gauche, portant une main à son visage tout en se calmant. S'ils devaient en arriver là, ce serait plutôt à coups de M16 qu'on viendrait le chercher. Mais il y avait de toute manière tant de fumeurs dans cette base (ce qui était paradoxal étant donné la rareté des denrées) qu'il serait impossible de retracer un cancer du poumon (qui ne se produirait pas) jusqu'à un seul d'entre eux. Meredith ne râlait que lorsqu'elle surprenait quelqu'un en train de fumer à l'intérieur. Les sous-sols étaient difficilement aérés, pas besoin d'intoxiquer tout le monde, surtout quand les enfants fréquentaient les environs.

    Penser aux enfants la rendait toujours mi-mélancolique, mi-déterminée ; et c'était encore pire lorsqu'il s'agissait de sa fille. Elle jeta un coup d'œil sur Isaac, qui venait de s'accouder auprès d'elle. Lui parler lui faisait du bien, et elle n'avait pas la même réserve qu'auprès d'autres personnes, qu'elle connaissait pourtant mieux. Peut-être parce qu'elle ne le voyait pas (pas encore) comme l'un de ses subordonnés et qu'elle n'avait pas mis en place cette distance qu'elle s'obligeait à respecter pour ne pas tout mélanger dans sa direction de la base. Peut-être aussi, parce qu'elle se sentait parfaitement comprise.

    « Facile à dire, pas facile à penser, hein ? C'est ce que je me répète constamment. » avoua-t-elle lorsqu'il essaya de la réconforter. « Si elle n'a jamais rien laissé paraître d'une éventuelle rancune, j'ai du mal à croire cependant qu'il n'en existe aucune. » expliqua-t-elle avec un haussement d'épaules et un soupir. « Mais seul le temps me permettra de faire disparaitre son éventuelle existence. »

    Elle lui adressa un dernier sourire reconnaissant, heureuse qu'il l'ait écouté et supporté. Elle se redressa et jeta un coup d'œil par dessus son épaule, vers la tour d'immeubles d'où elle savait que ses deux ange-gardiens la surveillaient. Ça lui faisait toujours bizarre de se savoir constamment surveillée, mais ça comme le reste, elle le prenait avec cynisme. Elle n'avait pas le choix, il fallait faire avec. Un coup d'oeil à sa montre lui rappela d'ailleurs qu'elle avait déjà assez bien traîné pour ce matin là.

    « Je devrais rentrer avant d'attiser la paranoïa de mes chiens de garde. Vous m'accompagnez ? » proposa-t-elle, espérant secrètement qu'il accepte. Elle ne devrait peut-être pas, mais de toute façon ce n'était que parce qu'elle souhaitait continuer leur discussion et ne pas laisser en plan Isaac, rien de plus bien sûr.

_________________
    N'oubliez pas de voter pour le forum ici

    (c) kockacukoor @ LJ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://psychadelya.e-monsite.com/
Isaac Zylstra
- Modo - Loyauté me Lie
avatar

Nombre de messages : 964
Age : 32
Age : 48 ans
Spécialité : Connaissance des langues – Chance, jeux et hasard
Date d'inscription : 29/04/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Détente matinale [CLOS]   Sam 4 Juil - 22:08

Oh, a voir la tête de Meredith, Isaac pouvait parier que son idée de tenter quelques expériences pour retrouver cette fameuse potion ne semblait pas réellement la ravir. Il l'aurait parié de toute façon. Qui serait assez fou pour accepter d'être le goûteur d'un truc dont on ne connaissait pas réellement les effets au final? Surtout que les mélanges seraient assurément fait à l'arrache. Enfin d'un côté... en y réfléchissant bien, les premiers médecins et autres, avaient bien du y aller au feeling et utiliser des cobayes pour voir si leur mixture marchait ou non. Bon bien sur, il ne le faisait pas non plus sur ceux qui avaient une place importante dans la hiérarchie, mais des personnes sans importance aucune. Enfin, ce n'était de toute façon pas le genre au marin de le faire, il n'était pas doué là-dedans et la leader de la base avait mis le doigt dessus avec sa réponse.

- Sans vouloir vous flatter, je dirais que vous êtes bien loin de vous tromper. Avec un petit sourire accompagné d'un léger clin d'oeil à cette réponse, il lui avait répondu du tac-o-tac, sans réfléchir. Une chose était visible, c'est que l'échange entre eux était des plus naturels et l'homme ne pouvait pas nier qu'il trouvait cela fort agréable! Par contre, je connais quelques méthodes de massage relaxant qui marche très bien. Hum... bon il n'y avait aucun sous-entendu à ce qu'il venait de dire, ça venait juste d'être lancé comme ça, juste pour dire quoi. (xd!)

Et bien, il avait fait mouche avec son trait d'humour, à entendre rire Mayer! Son sourire devint alors plus large, fier de lui pour la peine! Rien de plus agréable pour l'égo et le reste de réussir à faire rire les autres, c'était en général plus difficile que le reste et c'était une vraie satisfaction quand il y arrivait, surtout en ces temps de guerre et surtout quand ça touchait une personne avec autant de responsabilités sur les épaules, qui devait sûrement avoir du mal parfois à trouver le moyen de lâcher la pression et de rire un bon coup. Bien que l'on disait à une époque que c'était toujours très bien de rire au moins 1 minute par jour. Dur en ces temps difficile, c'était un fait... alors quand cela arrivait, il fallait en profiter.


- Ne jamais perdre espoir, c'est ça qu'il faut se dire. Et si vous partez ainsi, je suis sûre que vous réussirez à le faire disparaître. Tout en lui rendant son sourire. C'était bien tout ce qu'il avait trouvé à dire pour la réconforter, il comprenait parfaitement son état d'esprit, il avait assurément le même envers son fils. Jamais très bon pour le moral de se dire que son enfant vous déteste... quoique pour son compte, il se demandait parfois si les siens ne le pensaient pas mort et enterrer... vu qu'il n'avait jamais pu donner de signe de vie et surtout, aux vues de ce qui était arrivé à son bâtiment au début de la guerre. Sal*perie!

Son attention fût bien rapidement attirée à nouveau sur Meredith, alors que celle-ci se redressait à nouveau, tout en jetant un coup d'oeil derrière elle, il haussa un sourcil et tourna juste la tête dans la direction qu'elle regardait, pour voir ce qu'elle pouvait bien y voir, mais il n'aperçut rien de particulier, c'est alors qu'elle reprit la parole et qu'il comprit qu'ils étaient assurément surveillé... comment en aurait-il pu être autrement aussi, d'un côté. Elle lui demanda s'il était prêt à l'accompagner.


- Avec plaisir. Fit-il chaleureusement. Avant de se redresser à son tour, de se faire quelque peu craqué la colonne en s'étirant, puis alla attraper ses bottes qu'il enfila en deux temps, trois mouvement. S'il fallait retourner à l'intérieur, il préférait les avoir aux pieds. Bon bien sûr, il ne retournait pas sous la terre de gaieté de coeur, mais il était tout à fait honnête en disant que c'était un plaisir que d'accompagner cette femme. Puisqu'il appréciait sa compagnie et que ça leur permettait de continuer à parler encore quelques minutes, autant en profiter. Alors comme ça vous avez carrément des gardes du corps? Tandis qu'il lui tendait son bras tout en commençant à avancer, son autre main tenant toujours sa pipe encore allumée, il usait encore un peu le tabac, avant de l'éteindre, pour le reste ce n'était qu'une marque de galanterie de plus, sans rien d'autre.

_________________
>Relation's / >RP'S

- Nous sommes une espèce de dégénérés mentaux... -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadwoodhorizon.forumperso.com/index.htm
Meredith Mayer
- Admin - Leader diplomatique
avatar

Nombre de messages : 1163
Age : 30
Age : 48 ans
Spécialité : Diplomatie et Commandement
Date d'inscription : 20/02/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Détente matinale [CLOS]   Sam 11 Juil - 16:34

    Malgré tous ses efforts, la mention d'un massage ne put que rappeler à Meredith son époux. Avant leur divorce, chacune des journées épuisantes de la jeune politicienne (à l'époque) se terminait par un tel rituel. C'était un moment intime où chacun dévoilait ce qu'il avait sur le coeur, ce que sa journée avait amené de drôle ou de frappant. Avec le temps, Meredith avait été si occupé qu'elle était rentrée régulièrement bien trop tard. Et leur rituel avait disparu avec leur complicité et leur amour. Elle n'avait jamais eu de massages depuis... n'avait même jamais été touché par qui que ce soit depuis le début de la guerre. Ce n'était pas vraiment des détails dont elle s'était souciée jusqu'ici d'ailleurs, mais la remarque d'Isaac ne put faire autrement que les lui rappeler. Ne tenant pas à vexer Isaac pour autant, elle lui répondit d'un simple sourire amical, se décidant à ne pas s'éterniser sur le sujet. Cela aurait été quelqu'un d'autre, elle aurait peut-être plus facilement pris cette réflexion comme une plaisanterie, étrange, qu'elle prenait cela si au sérieux.

    Le soutien d'Isaac lui faisait plaisir. Si elle avait l'habitude d'obtenir facilement la confiance des gens, c'était plus souvent elle qui encourageait et supportait ceux qui l'entouraient que l'inverse. Avec Isaac, les choses étaient plus à double-sens et leurs discussions un véritable échange qui redonnait un semblant de normalité à ce bas monde. En bref, elle ne se sentait pas obligée de jouer les responsables aux accents maternels avec lui. A la limite, en cet instant c'était plutôt Isaac qui reprenait son discours habituel. Elle avait beau répéter les mêmes choses : espoir, motivation pour vaincre... elle en venait à ne plus y croire elle-même au bout d'un moment. Et si elle-même n'y croyait plus, difficile de vendre sa philosophie. Isaac lui rappelait justement pourquoi elle allait de l'avant. Elle lui adressa un sourire reconnaissant, heureuse d'avoir pu rencontrer un tel homme en ces temps difficiles.

    « Merci Isaac. Pour votre soutien et votre compréhension je veux dire. A force de tout garder pour soit, cela fait du bien de simplement en parler. » avoua-t-elle honnêtement. La confiance qu'elle avait en lui alors qu'elle le connaissait depuis peu la rendait parfois confuse lorsqu'elle y repensait, mais en cet instant elle n'avait pas vraiment envie d'y réfléchir.

    Elle se détourna du magnifique spectacles des chutes et attendit qu'Isaac renfile ses bottes. Elle sourit avec amusement lorsqu'il lui tendit son bras, mais rentra facilement dans son jeu en acceptant ce geste de gentleman. Ils reprirent alors lentement leur chemin vers l'entrée de la base la plus proche. Si les lieux n'étaient pas quelque peu en ruines autour d'eux, ils auraient fait une bonne représentation d'un couple en promenade au bord de Niagara Falls.

    « Je les appellerais plutôt mes anges gardiens - entre vous et moi seulement, je ne leur ferais pas ce plaisir en face. Dès que je sors de la base je dois le leur signaler pour qu'ils me suivent des yeux. C'était le seul compromis qu'ont accepté les responsables militaires pour que je sorte sans escorte. Il s'agit d'un duo de Sniper. Des irlandais. Avec le caractère correspondant. Mais les meilleurs de la base parait-il. » expliqua-t-elle avec humour. « Vous auriez été un pur inconnu que vous auriez sûrement eu le droit à un tir de semonce en m'approchant. »

    Ses yeux pétillaient d'amusement, bien qu'elle vienne d'expliquer à Isaac qu'il aurait pu se prendre quelques plombs dans l'aile. Pour tout avouer, si ses "anges gardiens" avaient été un sujet délicat à une époque, ils l'amusaient vraiment dorénavant et elle avait totalement confiance en eux. Et ils étaient tellement paranoïaques (comme quasiment tous les militaires vous me direz) qu'ils avaient probablement repéré Isaac dès son arrivée. Qu'il soit nouveau n'était probablement pas en sa faveur mais le fait que Meredith ne se soit pas alarmée de sa présence (au contraire) les avait sans doute convaincu. Ils ne l'avaient sans doute pas lâché du viseur de leur sniper cependant, mais ça Isaac n'avait probablement pas besoin de le savoir.

_________________
    N'oubliez pas de voter pour le forum ici

    (c) kockacukoor @ LJ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://psychadelya.e-monsite.com/
Isaac Zylstra
- Modo - Loyauté me Lie
avatar

Nombre de messages : 964
Age : 32
Age : 48 ans
Spécialité : Connaissance des langues – Chance, jeux et hasard
Date d'inscription : 29/04/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Détente matinale [CLOS]   Dim 12 Juil - 15:52

Ca avait toujours été dans son caractère d'être présent pour les autres, de montrer qu'ils pouvaient avoir un soutient, mais ce trait de caractère c'était vu exacerbé quand il se retrouva exilé bien malgré lui sur le nouveau continent, loin de sa famille et de sa patrie. Il avait compris depuis le temps, que ça faisait un bien fou aux gens de savoir qu'ils avaient quelqu'un sur qui il pouvait compter, quelqu'un avec qui parler sans que celui-ci ne les juge ou ne tire toute la couverture à lui pour une conversation qui ne tournerait plus qu'au final, autour de sa petite personne. Quelqu'un d'attentif aux soucis des gens, près à trouver les mots qu'il fallait pour réconforter et qui ne demandait pas grand chose en échange. C'était rare et Isaac c'était donc fait un point d'honneur à être l'un d'eux. Meredith le remercia de son soutient, il lui fit un sourire amical en réponse à cela.

- Je vous en prie, c'est normal. Si cela vous fait du bien, j'ai réussi ma journée. Et n'hésitez pas à venir me parler si vous en sentez le besoin ou par simple envie, je suis toujours là pour ça. C'est mauvais pour votre santé de tout garder ainsi pour vous.
Marquant une légère pause pour pouvoir tirer sur sa pipe. Je vous rassure de suite, je n'ai pas été psy avant la guerre. Tout en souriant légèrement alors qu'elle acceptait le bras qu'il venait de lui offrir.

Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas été aussi galant envers une personne de la gente féminine, en fait, à y penser, il n'avait agis ainsi qu'avec sa femme, quand il l'avait séduite les premiers temps et même bien après, c'était un petit jeu entre eux qui marchait plutôt bien et c'était sa manière à lui, entre autre, de s'excuser auprès d'elle de ses longs mois d'absence à naviguer sur les mers. C'était étrange qu'ils soient devenus tous les deux, si rapidement "proches". Bien que l'homme ne tente pas d'analyser plus loin ce point, il trouvait que ça coulait de source entre eux, que la confiance avait été de mise directement et qu'ils semblaient être sur la même longueur d'onde. Au final, le marin pourrait presque ne pas regretter l'attaque de son ancienne base qui l'avait fuir sur celle-ci, si tout ce que cela n'avait pas impliqué derrière... on en revenait toujours à cette guerre, la poisse.

Les explications que lui donna alors Meredith sur ses fameux gardes du corps, laissa les considérations qu'avait Zylstra dans un coin de son esprit, que son attention soit toute portée sur cette femme qui se tenait à ses côtés. Il lâcha un léger rire quand elle lui expliqua qu'ils étaient irlandais et qu'ils avaient le caractère qu'on leur connaissait. Oui, il connaissait, pour avoir eu dans ses amis proches l'un d'entre eux, au caractère bien trempé lui aussi, c'est vrai que ce n’était pas triste en général. Et voilà qu'il apprenait qu'il aurait déjà pu se faire tirer dessus en approchant le leader de la base, wow, ça calmerait les ardeurs de n'importe qui tout ça.

L'homme leva automatiquement les yeux en direction des immeubles en face d'eux, comme s'il tentait de voir où pouvait se trouver ces fameux anges gardiens, tout en allant se frotter l'arrière de la nuque, en se souvenant qu'il avait tourné le dos au danger bien longtemps, ça foutait presque des frissons d'y penser.

- ... je vois. Au final, il faut être suicidaire, comme je le suis en ce moment, pour oser vous approcher alors que vous êtes seule dehors. C'est ça? J'ai eu de la chance de ne pas vous avoir fait plus sursauté que cela quand je vous ai vu tout à l'heure... Oui parce que bon, si ses deux snipers étaient un peu paranos, il aurait pu se prendre plus qu'un simple tir de semonce. Pourtant, malgré tout, il ne manquait pas d'avoir encore et toujours son sourire aux lèvres, amusé par cette situation au final, mieux valait rire qu'en pleurer. Il coinça alors l'embout de sa pipe entre ses lèvres sur le côté. J'y réfléchirais à deux fois avant de venir vous voir la prochaine fois. Continua-t-il sur le ton de la plaisanterie. Il trouvait parfaitement normal que cette femme soit mise sous haute surveillance, après tout, ce n'était pas n'importe qui et il espérait bien qu'on ait mis sur son dos les meilleurs militaires qu'il pouvait y avoir, manquerait plus que ce soit des bleus qui s'occupent de sa sécurité.

_________________
>Relation's / >RP'S

- Nous sommes une espèce de dégénérés mentaux... -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadwoodhorizon.forumperso.com/index.htm
Meredith Mayer
- Admin - Leader diplomatique
avatar

Nombre de messages : 1163
Age : 30
Age : 48 ans
Spécialité : Diplomatie et Commandement
Date d'inscription : 20/02/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Détente matinale [CLOS]   Sam 18 Juil - 22:53

    Souriant largement, jusqu'à rire de la boutade d'Isaac à propos d'être psy, Meredith hocha la tête doucement, les yeux pétillants. C'était vraiment un homme bon et agréable que ce Isaac Zylstra. Même si elle l'avait voulu, elle aurait eu bien du mal à se méfier de lui tant il respirait l'honnêteté. Et elle avait depuis bien longtemps, inconsciemment, abandonnée toute prétention de méfiance. Pour une fois, que d'autres jouent les paranoïaques pour elle, elle s'accorderait cet excès de confiance... en espérant que cela ne lui coûte pas bien plus que cela ne lui apporte.

    « Merci. » répéta-t-elle, faute de pouvoir trouver mieux pour exprimer sa pensée. « L'inverse est tout aussi valable vous savez. Je vais finir par croire que je suis une pipelette si je ne parle que de moi ! »

    Ils marchèrent lentement le long du fleuve, prenant leur temps pour rejoindre la base. Ce n'était pourtant pas dans l'objectif de profiter du paysage. Celui-ci se composait de buildings en ruines et de rues délaissées où les mauvaises herbes se battaient en duel avec quelques animaux sauvages. Il semblait tout droit sorti de films d'horreur ou de science-fiction, et s'il était indubitablement paisible, il était également des plus glauques. Des villes si silencieuses, ce n'était pas naturel. Meredith ne se promenait jamais au cœur de la ville, seules les pensées pessimistes venaient la visiter. Heureusement que le panorama des chutes du Niagara avait de quoi redonner un peu de baume au cœur.

    « A vivre de nos jours, le danger est permanent et omniprésent. Reste à savoir ce qui vaut ces risques. » remarqua-t-elle, malicieuse. « Ne vous inquiétez pas. Je leur demanderais de ne pas viser les points vitaux la prochaine fois. » rajouta-t-elle en tapotant son bras, grand sourire aux lèvres.

    S'ils devaient être suicidaires pour continuer à se voir, pourquoi pas ? Prendre quelques risques quand on est constamment prudente comme Meredith a le don de vous rappeler pourquoi tant de précautions. Oui, elle pouvait vivre avec. La compagnie d'Isaac valait bien cela. Et qu'importe si ces irlandais allaient la charrier en lui demandant avec qui elle se promenait bras dessus bras dessous le long du fleuve. Elle était assez grande et responsable pour faire ce qu'elle veut, non ?

_________________
    N'oubliez pas de voter pour le forum ici

    (c) kockacukoor @ LJ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://psychadelya.e-monsite.com/
Isaac Zylstra
- Modo - Loyauté me Lie
avatar

Nombre de messages : 964
Age : 32
Age : 48 ans
Spécialité : Connaissance des langues – Chance, jeux et hasard
Date d'inscription : 29/04/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Détente matinale [CLOS]   Dim 19 Juil - 13:29

Et bien, il avait un don pour la faire rire à voir, tant mieux! Ca lui faisait plaisir de la voir se détendre comme ça à ses côtés, ça montrait quelque part qu'elle lui faisait suffisamment confiance pour cela. Et il ne pouvait qu'en être ravi, le marin n'aimant pas que l'on reste trop longtemps sur ses gardes en sa compagnie, ne se sentant pas, personnellement, des plus dangereux pour les autres. Meredith lui fit comprendre que s'il était là pour elle, c'était tout à fait réciproque et il lâcha un petit rire.

- Pour une fois que je trouve pire que moi.
Oh, il pouvait bien la taquiner un peu, surtout qu'il lui avait fait la remarque quelques minutes plus tôt qu'il était du genre bavard quand on le laissait trop parler. Alors pour une fois que c'était lui qui écoutait et un autre qui parlait, il n'allait pas non plus s'en plaindre. Mais je prends note et je n'hésiterais pas, alors. C'était agréable d'avoir quelqu'un sur qui l'on savait que l'on pouvait compter. Bien sur, ils ne se connaissaient pas réellement et depuis bien longtemps, mais Isaac sentait pourtant que ce n'était pas un problème, loin de là même. Il était tout à fait prêt à lui faire confiance, qu'importe les conséquences que cela pourraient entraîner s'il se trompait, mais il en doutait quand même un peu.

Cette petite promenade bien matinale était au final, plus qu'agréable. Certes la vue de la ville déserte et détruite n'était pas franchement pour mettre du baume au coeur, mais l'homme s'intéressait plus à sa partenaire qu'au reste et quand il jetait des regards du côté des bâtiments, c'était toujours pour tenter d'apercevoir les deux irlandais, bien qu'il sache parfaitement que c'était sûrement impossible. Ils devaient savoir se fondre dans le décor, ce qui était plutôt la base pour la survie dans ce milieu hostile.

Meredith lui fit remarquer que de toute façon, ils vivaient dangereusement quoi qu'ils fassent. Ce qui était plutôt vrai en l'occurrence, Zylstra ne put s'empêcher de faire un petit hochement de la tête de manière positive à cette remarque, il était entièrement d'accord avec elle. Et quand elle parla de ce qui pouvait valoir la peine d'encourir des risques, il la regarda plutôt sérieusement.


- Et bien... je dirais qu'à mes yeux, vous le valez, ce risque.
Hum... et bien ça, c'était dit. Au moins, il était honnête et surtout direct! Ca n'avait jamais été dans ses habitudes non plus de tourner autour du pot. Mais ce n'était dit qu'en tout bien, tout honneur. Il ne pouvait pas nier qu'il appréciait réellement sa compagnie, alors si pour cela il devait braver les snipers et bien... il le ferait! La conversation se termina sur une pointe d'humour et il la regarda presque outré qu'elle trouve cela si plaisant. Je vois, Madame, que mes malheurs semblent vous amusez fortement! Merci! Malgré le fait qu'il tente de garder un semblant de sérieux, c'était évident qu'il l'avait totalement prit comme une boutade et qu'il la suivait dans ce jeu.

L'entrée de la base par laquelle ils allaient revenir commençait à se faire de plus en plus visible, la petite promenade touchait gentiment à sa fin, malheureusement. Isaac se disait qu'il aurait bien voulu qu'elle dure encore un peu, pensif d'un coup, il tira longuement sur sa pipe pour en recracher un long filet de fumée, ça risquait bien d'être sa dernière avant sa prochaine sortie, autant qu'il en profite encore quelques secondes.

_________________
>Relation's / >RP'S

- Nous sommes une espèce de dégénérés mentaux... -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadwoodhorizon.forumperso.com/index.htm
Meredith Mayer
- Admin - Leader diplomatique
avatar

Nombre de messages : 1163
Age : 30
Age : 48 ans
Spécialité : Diplomatie et Commandement
Date d'inscription : 20/02/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Détente matinale [CLOS]   Sam 15 Aoû - 11:27

    Ses yeux rieurs s'amusant des boutades d'Isaac, Meredith sourit avec satisfaction lorsqu'Isaac lui assura qu'il n'hésiterait pas à lui parler s'il en avait besoin. Il n'y avait vraiment pas de raison que cela fonctionne à sens unique, et Meredith serait ravie d'en apprendre plus sur cet homme - même si elle ne l'avouerait pas de si tôt - et de pouvoir lui rendre le service qu'il lui offrait si aisément. Si elle avait l'habitude d'écouter autrui, elle avait le sentiment que ce serait différent avec Isaac, plus... personnel, en un sens. Elle construisait parfois un mur entre elle et ce qu'elle entendait, mais elle doutait que cela puisse fonctionner avec lui. Non, elle était certaine que cela ne fonctionnerait pas avec lui, il était impossible de se détacher de quelqu'un avec qui elle avait autant d'affinité.

    Contournant prudemment une fissure dans le macadam, au cœur de laquelle une petite forêt vierge miniature semblait s'être installée, Meredith vérifia où elle mettait les pieds. Même en baskets, c'est qu'elle trouverait le moyen de se tordre la cheville sur n'importe quoi. Ces derniers temps, ça devenait fréquent, et si elle ne se blessait jamais à proprement parler, c'était des plus désagréables. Elle n'avait pas besoin qu'on lui rappelle que son corps vieillissait (ou que sa tête était toujours occupée ailleurs, c'était aussi une explication plus que plausible). Relevant les yeux, elle aperçut la ruelle adjacente qu’il leur faudrait suivre pour atteindre l’entrée de la base, et elle y guida Isaac.

    Lorsqu’il lui répondit avec beaucoup de sérieux qu’il était prêt à prendre un tel risque pour elle, elle dut se faire violence pour ne pas rougir comme une adolescente – bien heureusement, des années de self-contrôle rappelèrent à ses hormones qu’elle avait passé l’âge des enfantillages. Il fallait avouer que venant d’une personne rencontrer récemment, cela avait de quoi surprendre. Et pourtant, elle n’était pas pour autant choquée, plutôt… flattée et touchée de cette impressionnante marque d’affection et de soutien. Ne sachant cependant quoi répondre à une telle franchise, elle se contenta donc de sourire, d'un sourire qui atteignit ses yeux et éclaira quelque peu son visage plus habitué des grimaces ces dernières années.

    Amusée par l’outrage affecté d’Isaac, qui semblait véritablement doué pour jouer la comédie, Meredith dut cependant retirer sa main dans son bras lorsqu’ils arrivèrent en vue de la base. Elle s’arrêta et se tourna vers Isaac le temps de le saluer.

    « Merci pour cette promenade, c’était un plaisir. Je dois filer, mais nous nous reverrons bientôt j’espère… »

    Elle sourit, l’invitant clairement à une autre discussion aussi agréable quand il lui plairait, avant de s’engouffrer dans la bouche béante du sous-sol la ramenant à son quotidien de leader de la résistance. La journée avait bien commencé, il fallait espérer qu’elle se terminerait tout aussi bien.

_________________
    N'oubliez pas de voter pour le forum ici

    (c) kockacukoor @ LJ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://psychadelya.e-monsite.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Détente matinale [CLOS]   

Revenir en haut Aller en bas

Détente matinale [CLOS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Human Resistance - :: Extérieur de la Base :: Rivière Niagara :: Chutes du Niagara -