AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

[Scénar N°2.1] There is still someone out [CLOS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Skynet
- Admin - Maître du Jeu
avatar

Nombre de messages : 128
Date d'inscription : 20/02/2009

MessageSujet: [Scénar N°2.1] There is still someone out [CLOS]   Mer 12 Aoû - 20:11

Mercredi 18 avril 2029. 6h15 du matin. Rues de la ville de Niagara Falls.

    Pour différentes raisons, trois personnes membres de la base de Niagara Falls n'ont pas entendu l'appel d'avertissement et l'ordre de repli des sentinelles. Ils ignorent le danger qui les guette et sont entourés des immenses gratte-ciels encore existants, ce qui leur bouche toute vision périphérique du ciel pour le moment. Les Cargo Vultures sont en approche, mais restent pour l'instant à une distance qui les rend inaudibles. Dès l'instant où les trois résistants entreront dans leur périmètre, leurs détecteurs infrarouges ne leur laisseront aucune chance, et la cargaison de Terminators qu'ils renferment seront lâchés à leurs trousses. Certes, vous les remarquerez, ou, au pire, les entendrez avant, mais pourrez-vous les éviter pour autant ?

    Ethan Sanders, sorti pour essayer une nouvelle moto, s'est grandement éloigné de la base avant que ces freins ne lâchent, entraînant une lourde chute. Au cours de celle-ci, son talkie-walkie a été rendu hors d'usage, et il s'est lui-même légèrement blessé. Le deux-roues ayant fini sa course dans un mur, le rendant définitivement hors d'usage, Ethan a repris le chemin inverse, à pieds. Il longe actuellement un vieux centre commercial.

    Elizabeth Decker s'est quant à elle lancée dans son jogging matinal. Malheureusement, en voulant emprunter un nouvel itinéraire, elle s'est perdue. Elle traverse actuellement un parc dont la végétation laissée sans entretien est luxuriante et les arbres étouffants. Elle croisera le chemin d'Ethan dès qu'elle aura trouvé la sortie, enfin, si les branches le lui permettent.

    Quant à Alek Markovic, nouveau venu à la base, s'est bien malencontreusement qu'il en est sorti. Lui étant impossible de trouver le sommeil, il errait dans la base et a suivi un chemin le menant à l'extérieur, où il n'a pu retrouver l'entrée de la base. Il erre donc aux environs de la base, mais s'est égaré du côté de vieux gratte-ciels, aussi hauts que dangereux de part les explosions qu'ils ont subis. Ils lui offrent pourtant une bonne vue sur les alentours, notamment sur le carrefour entre le centre commercial et le parc, et, s'il allait encore plus haut, sur l'approche de l'un des Cargos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://human-resistance.forumactif.org
Ethan Sanders
Death Racer.
avatar

Nombre de messages : 758
Age : 26
Age : 25 ans.
Spécialité : Mécanique, Transport & Armes à feux.
Date d'inscription : 07/08/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: [Scénar N°2.1] There is still someone out [CLOS]   Jeu 13 Aoû - 20:07


    Après avoir passé - une fois de plus - la nuit à bricoler, Ethan s'était décidé à essayer son dernier jouet, le pensant en état de rouler. Quelques minutes de rangement, histoire de pouvoir retrouver ses outils en revenant, et il enfila un vieux blouson rembourré pour enfourcher la Honda Shadow Spirit qu'il avait pris tant de plaisir à réparer.

    Son coeur s'accéléra légèrement au moment de donner vie à la bête, qui émit un rugissement sauvage pour ensuite ronronner doucement sous le poid du pilote. Excité comme un gamin devant un sapin de Noël, Ethan lâcha doucement l'embrayage et tourna la poignée des gaz et sorti du garage dans un grondement amplifié par l'écho de l'endroit.
    Une fois dehors, les cheveux dans le vent, Ethan ordonna à la bête de prendre de la vitesse. Sans la moindre protestation, cette dernière fila à travers les rues, rendant le décor flou.

    Quelques kilomètres plus tard, Ethan se coucha pour prendre un virage serré. La proximité avec le sol lui donnait un aperçu de sa vitesse, les compteurs n'étant plus réparé ou entretenus. Le sourire qu'affichait le jeune homme témoignait du plaisir et de l'insouciance qui régnaient en lui à ce moment précis. Une insouciance qui ne dura pas, puisqu'alors qu'il se rappelait les virées à moto Père-Fils, une légère détonnation le ramena brutalement à la réalité. A partir de là, tout se passa extrêmement vite. Le pneu arrière était en miettes, la moto se coucha si rapidement qu'il ne put rien faire d'autre que se dégager et passer sur le dos en priant pour que le blouson encaisse pour lui.

    Etalé sur le dos, Ethan mis quelques minutes à reprendre ses esprits. La chute avait été douloureuse, le blouson était déchiqueté mais son dos n'avait rien. Une douleur dans le bras gauche lui signala sa seule véritable blessure, le reste n'étant qu'égratignures. Une entaille relativement importante barrait son avant-bras, il fallait soigner ça. Réfléchissant à sa position, il porta sa main à sa ceinture, à la recherche de son talkie-walkie.
    *Et merde, ben nous v'là bien...*
    L'appareil était littéralement cassé en deux, si bien que divers fils sortaient de ses entrailles. Essayant désespérément de joindre la base en bidouillant un peu les restes de son talkie, Ethan finit par le jeter de rage et s'éloigna à grandes enjambées, rebroussant chemin.

    C'est en marchant qu'il réfléchit à où trouver de quoi bander sa blessure, passant en revue les endroits visités par la Résistance susceptibles d'abriter encore quelques compresses ou bandages. C'est ainsi qu'il s'arrêta devant un centre commercial aux vitrines défoncées et aux murs noircis et endommagés par les incendies et les attaques passées.
    Il connaissait cet endroit pour y être allé une ou deux fois à la recherche de matériel, avec ou sans d'autres Résistants. Il connaissait l'existence d'une petite pharmacie, peut-être y restait-il encore de quoi faire. Ethan pénétra dans le centre commercial, une main posé sur son fusil à pompe, qui pendait autour de son cou.

    Zigzagant entre les étagères renversées, le Tiger fouilla rapidement la petite pharmacie et finit par tomber sur une vieille boite de compresses écrasée. Il nettoya sa plaie avec un peu d'eau et s'improvisa un bandage en déchirant de vieux rideaux trouvés un peu plus loin. Satisfait, il sortit de la pharmacie et traversa lentement la galerie du centre commercial,
    se dirigeant vers la sortie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Scénar N°2.1] There is still someone out [CLOS]   Ven 14 Aoû - 16:46

[Je poste avant Elizabeth simplement parce que je m'en vais pendant 4 jours, c'était pour ne pas bloquer le rp et qu'on puisse refaire un tour, je posterais donc le prochain post APRES ladite donzelle pour reprendre l'ordre établi]



- Oh Shit... дерьмо

L'homme fixait le mur d'une cage d'escalier. "OH SHIT" tagué à la va-vite. Nan, tu crois? Oh Shit pourquoi? Parce que le monde allait s'ébouler? ou bien parce que les machines arrivaient dans le coin au moment où l'imbécile avait pris le temps de bien taguer le mur au lieu de se barrer de là prestement. Alek tourna son regard vers le haut, voir si l'on pouvait entrer dans cet immeuble sans qu'il lui retombe sur la figure. La cage d'escalier semblait plus ou moins solide, mais ce n'était pas le cas des plafonds et des murs. Il renifla. Il n'aimait pas les gratte-ciel, cela lui rappelait des mauvais souvenirs. Il s'éclaircit la gorgé néanmoins et grimpa au premier étage. Mais qu'est-ce qu'il fichait là?

Il était à peine 0600 et le soleil avait du mal à faire sa petite percée entre la couche de nuages. Il avait été réveillé, comme toutes les nuits par le cauchemar quotidien. Il avait pris ses affaires pour faire un tour dehors. Puis une fois dehors, que faire? Un tour? Ok, c'était parti pour un petit tour. Problème, il ne retrouva plus l'entrée d'où il était sorti. Cela faisait à peine une semaine qu'il était là, alors sachant qu'il n'avait pas sorti, il ne pouvait pas re-entrer, du moins pour le moment. Il en eut marre de chercher et prit donc le parti de faire un petit tour en ville. Cela semblait plutôt calme, tant qu'à faire autant trouver quelques babioles à troquer ou bien à garder, ça pourrait toujours servir. C'était donc parti.

Voilà comment il était arrivé dans ce gratte-ciel. Il avait déjà fouillé les trois premiers étages de celui d'à côté, mais celui-là semblait vraiment en piteux état, il ne prendrait certainement pas le risque d'aller plus haut. Sur lui, toujours son sac en bandouilière, mais cette fois, il avait tout enrobé de tissu pour pas que les objets métalliques se cognent entre eux. Il sortit néanmoins un tube à essai qui émettait une lumière pâle presque bleue. Les couloirs étaient sombres et n'avaient pas de fenêtre, n'étant pas nyctalope, il n'avait que ce moyen-là pour voir dans le noir, bien plus efficace qu'une lampe de poche. Sans un mot, à pein un bruit, il fouilla légèrement les décombres de l'étage.

Ce n'était que des buildings de commerces et d'autre professions banquières. Rien d'intéressant. Pas de bouffe, pas d'arme, rien que des papiers et des vieux photocopieurs. Il eut cependant de la chance car il tomba sur la caféteria, du moins ce qu'il en restait. Deux trois conserves oubliées sous une poubelle. Pas ouvertes, indemnes. Bingo pour ce soir! Ca sentait le pourri, quoi que le pourri passé, plutôt... Quelque chose en décomposition? Surement le bois trop rongé par les mites ou bien quelques champignons dus aux fuites d'eau. Surement. Il s'approcha de la fenêtre un moment. En bas, les rues étaient calmes, vides, mornes, exangues, comme si le temps était arrêté.

Il soupira voyant le parc. Irina... Ce n'était pas une vilaine ville, il s'y serait bien établi, si cela avait été possible. Il voyait bien Irina travailler dans l'un de ses gratte-ciel, aller au centre commercial-là, pour un sandwitch et se donner rendez-vous dans le parc de l'autre côté. Il allait reprendre ses recherches quand un mouvement trop rapide le surprit au coin de l'oeil. Il tourna la tête vers un building à sa gauche qu'il pouvait voir par la fenêtre. Les vitres à moitiés brisées étaient sales. Y'avait-il quelqu'un? ou pire... quelque chose? Sa main serra l'éprouvette avant qu'il ne baisse les épaules. Tu rêves mon vieux. Y'a personne à part toi dans ce taudis. Il scruta à nouveau les reflexions sur les carreaux... Pas un mouvement, tout du moins pas un mouvement qu'il n'apperçut.
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth Decker

avatar

Nombre de messages : 631
Age : 26
Age : 32 ans
Spécialité : - Les sciences (Biotechnologies)
- Observation et Analyse (Esprit Perspicace)

Date d'inscription : 27/04/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: [Scénar N°2.1] There is still someone out [CLOS]   Ven 14 Aoû - 17:28

    [Non, non, il n'y a pas de soucis, nous garderons cet ordre, il n'y a pas d'importance ! Wink]

    Cinq heures et demi du matin, Elizabeth Decker n'avait pas dormit de la nuit. La veille, elle s'était disputée violemment avec un ami proche, le seul réel ami qu'elle avait : Matthew Carson. La discussion avait dégénérée, ils s'étaient disputés, emportés, blessés... Puis elle avait coupé en deux leur relation, complètement, en s'enfermant dans ce château d'indifférence glaciale, le repoussant. Il était alors devenu à ses yeux, rien de plus rien de moins qu'un étranger. C'était ainsi qu'elle opérait, lorsqu'un ami le décevait. Il fallait croire que l'Ours avait prononcé les mots de trop. Pourtant, malgré cette séparation brutale, la scientifique n'avait put trouver le sommeil, ruminant toute la nuit, revoyant les images, ré-entendant les mots qu'ils s'étaient jetés aux visages, comme des couteaux tranchants. Par moment, elle avait eut des regrets, puis une violente rancoeur la prenait et enfin, à nouveau, elle se laissait submergé par du mépris à son égard. Elle était tiraillée entre trois sentiments et ne savait trop à quel saint ce vouer... Vers cinq heures et demi, elle en eut assez et se leva, bien décidée à aller faire son jogging. Elle avait ressentit tellement de frustration ces temps-ci, surtout à cause de cette colère, que courir lui ferait le plus grand bien. Advienne que pourra, mais, prévoyante, elle avait prit un petit sac en bandoulière dans lequel elle avait fourré un petite trousse des premiers secours, une petite bouteille d'eau et le glock qu'elle avait été cherché au niveau moins trois, avec l'accord de son ancien ami.

    Elizabeth était une femme de science, de labo et de bureaux. Elle n'avait donc pas l'habitude de s'éloigner de la base, les rares fois où elle en sortait étant pour faire un jogging autour de la base et sa proximité. Pourtant, et ce malgré les interdits et le danger rôdant à proximité, la jeune femme se décida à emprunter un chemin qu'elle n'avait que rarement prit. Elle était plongée dans ses pensées, ne pouvant oublier sa chamaille de la veille, qui l'obsédait presque maintenant. Tant et si bien que la scientifique se perdit, ne pouvant retrouver le chemin du retour. Elle se mordit la lèvre, bien consciente de son erreur. Elle déambula ainsi dans la ville de longues minutes, ne sachant où se rendre.

    C'est alors que, ayant ralentit son pas de course, la jeune femme aperçut un homme, qu'elle avait déjà vue à la base - elle croyait même se souvenir qu'il était un Red Tiger - au loin, le blouson quelques peu déchirés de part et d'autre et le bras en écharpe. Comprenant aussitôt qu'il était blessé, elle se dirigea vers lui avec une allure vive. Elle resta planté devant lui quelques secondes avant d'articuler avec froideur :


    "Bonjour, je suis Elizabeth Decker. Je ne suis pas médecin mais j'ai des connaissances en chirurgie, laissez moi voir votre plaie."

    Et sans même attendre son avis - car sa requête ressemblait à un ordre - elle attrapa son bras. Elle dénoua le bandage - qui était vraiment très mal serré - et observa la blessure. Celle-ci semblait avoir été mouillée mais le sang coulait toujours, à cause du mauvais bandage. Elle fronça les sourcils et soupira. Elle n'aimait pas le travail mal fait. C'était une manie chez les Tigers - elle avait put le constater souvent avec Abigail - ils jouaient toujours aux cow-boy du style "je ne crains pas la douleur" et ce soignaient donc n'importe comment. Jetant le bandage par terre et en sortant un vrai et immaculé de sa petite trousse, elle lâcha avec agacement :

    "Vous avez fait un travail de cochon. Ce genre de plaies ne guérira jamais convenablement avec pareil traitant. Il va falloir apprendre à se soigner mieux que ça."

    Elle n'avait pas de désinfectant avec elle mais la plaie avait été un peu nettoyée par l'eau alors bon, elle ferait avec. Enroulant autour de son bras le bandage blanc et le serrant beaucoup - mais avec une certaine délicatesse - elle observa son travail d'un oeil satisfait. Elle rangea le tout dans son sac et posa les mains sur ses hanches. Sans honte, elle lui demanda :

    "Vous savez si la base est loin ? Je me suis égarée."

    Il pouvait toujours essayer de se moquer, aujourd'hui, elle n'était pas d'humeur et elle lui ferait voir sa façon de penser, si il se permettait d'être irrespectueux. D'ailleurs, son regard noir et dur en disait long sur son état d'esprit et, à vrai dire, elle avait l'air redoutable à cette instant, plus qu'elle ne le pensait encore. Elizabeth se demandait tout de même comment il s'était blessé. Elle lui fit d'ailleurs part de sa réflexion à voix haute, certaine qu'il n'oserait pas esquiver la réponse, tant elle paraissait en colère :

    "Comment vous êtes vous fait ça ?"


Dernière édition par Elizabeth Decker le Jeu 20 Aoû - 13:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Sanders
Death Racer.
avatar

Nombre de messages : 758
Age : 26
Age : 25 ans.
Spécialité : Mécanique, Transport & Armes à feux.
Date d'inscription : 07/08/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: [Scénar N°2.1] There is still someone out [CLOS]   Lun 17 Aoû - 10:16

    A sa sortie du centre commercial, Ethan fut surpris par un courant d'air des plus désagréable, le genre qui se glisse malicieusement par une manche et ressort par l'autre. Avec un frisson, il ressera son blouson déchiré par la chute autour de lui et se retourna, offrant son dos à la morsure du froid. C'est alors qu'un mouvement attira son attention sur sa droite. Surpris, il posa prudemment la main sur la poignée de son fusil à pompe - un geste devenu normal de nos jours - et détailla la silhouette qui s'approchait. Une jeune femme, brune à première vue, avec un sac en bandoulière...

    "Bonjour, je suis Elizabeth Decker. Je ne suis pas médecin mais j'ai des connaissances en chirurgie, laissez moi voir votre plaie.
    - Euhm Bonj..."


    A peine avait-il ouvert la bouche que la nouvelle venue se jeta littéralement sur son bras, le tripottant, enlevant habilement le bandage de fortune du Tiger. Surpris par les mains froides de la scientifique et par la douleur qui s'échappa de son bras, Ethan ne pu finir sa phrase, et se contenta d'attendre en serrant les dents. Elizabeth était douée de ses mains, ses doigts glissaient le long de sa blessure sans jamais la toucher directement.

    "Vous avez fait un travail de cochon. Ce genre de plaies ne guérira jamais convenablement avec pareil traitant. Il va falloir apprendre à se soigner mieux que ça."

    Encore quelques minutes passées à serrer un bandage blanc et immaculé, et la jeune femme releva la tête. Ethan la connaissait de vue pour l'avoir croisée plusieurs fois dans les couloirs de Niagara Falls, il savait qu'elle était scientifique et en avait entendu parler par Gabriel, qui avait dû lui rendre visite pour sa prothèse ou quelque chose de ce genre.

    "Vous savez si la base est loin ? Je me suis égarée.
    - Je m'appelle Ethan Sanders, je suis un Red Tiger. La base est à une dizaine de minutes à moto, donc une petite demi heure à pied.

    - Comment vous êtes vous fait ça ?
    - Accident de moto."


    Il la remercia rapidement pour le bandage, avec lequel il était bien plus à l'aise, et lui proposa de la raccompagner, jugeant lui-même que faire le chemin à deux serait plus sympathique que tout seul. D'accord sur ce point, ils prirent la direction de la base, passant devant des vitrines défoncées et des immeubles en ruines. Soucieux et mis en garde par son instinct de Tiger, Ethan regardait constament par dessu son épaule. Un mauvais pressentiment, le genre de choses qui vous chatouille le bas du dos, comme si vous êtiez suivis, épiés ou traqués...
    * Arrête un peu mon pauvre, la chose la plus dangereuse pour toi ici, c'est toi. *
    Amusé par ses propres pensées, il sourit bêtement. Reportant son attention sur son compagnon de route, il l'interrogea :

    "Et euhm... Vous faites quoi par ici ?"

    Question stupide, puisqu'elle était en tenue de sport. La réponse sautait aux yeux, mais ça ferait la conversation.

    [ Mon post est un peu bizarre, on voit que je suis fatigué x) Donc on garde l'ordre suivant : Ethan, Alek et Eli ? ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Scénar N°2.1] There is still someone out [CLOS]   Mer 19 Aoû - 11:49

Il soupira. Décidément, le russe se faisait vieux et inventait n'importe quoi pour se foutre lui-même les jetons. Il nia du chef tout en scrutant les fenêtres salies par le temps et les intempéries. Il n'y avait rien, il ne s'était fait que des idées sur un voyeur, un cargo ou un gros nuage qui passait. Alek leva les yeux vers le ciel, le matin s'avançait doucement et le soleil se mit à poindre. Puis à nouveau son regard observa les environs. Un court moment passa avant qu'il ne se décide finalement à bouger. Allez, assez trainailler, il fallait se bouger, il n'avait que trop errer dans le coin. Il fallait retourner à la base. On ne savait jamais, il pouvait toujours avoir une machine dans le coin pour jouer au scout et prévenir toute la bande. Il quitta son post d'observation pour retourner dans le couloir, tube à essai toujours dans la main et qui éclairait le hall faiblement, mais suffisamment. Les gens avaient fui dans la hate, les portes étaient ouvertes, mais point abimées, il n'y avait pas eu d'effraction. Aussi près de la base, ils avaient été surement fouillés. Pas la peine de chercher par ici. Et puis ce n'était pas non plus là-dedans qu'il trouverait ce qu'il cherchait. Il fit donc demi-tour et se mit à descendre l'escalier de son pas lourd. Ce qu'il se passa, il ne sut, car il n'avait rien touché, rien déplacé que l'immeuble tout entier trembla et les chutes de pierres devinrent cascades dangeureuses pour lui qui se trouvait en plein milieu.

La seule solution la meilleure, le russe brisa la fenêtre de l'entre-étage et s'agrippa au rebord du bas pour doucement se laisser tomber. Il n'y avait pas même deux mètres une fois suspendu, il ne risquait pas grand chose et puis, il avait connu pire. Il roula sur lui-même pour amortir la chute et se releva à la Rambo sautant d'un pont d'une trentaine de mètre sans un membre cassé. L'avalanche finit en même temps. Cela avait été moins dramatique qu'il ne l'aurait cru, d'ailleurs, il entendit la même chose un peu plus loin, surement dans un autre immeuble. C'était chose courant par ici? Il soupira en s'époussetant. A croire que les constructions américaines étaient vraiment faites pour s'écrouler au moindre impact. Eux qui s'étaient cru les maîtres du monde, il ne savait pas construire à plus de trois mètres du sol. Enfin bref, l'Amérique n'existait plus, pas la peine de faire tout un plat. Bon. Il replaça la sacoche, renifla et prit le chemin du retour, enfin plutôt ce qu'il croyait être le chemin, longer le parc et direction les chutes. Ensuite, il longerait le courant pour essayer de retrouver la foutue entrée qu'il n'arrivait pas à retrouver. Il s'éloigna donc des buildings encore debout. Encore une journée à errer et se demander ce qu'il allait bien pouvoir faire pour aider les autres. Le pire était que ce n'était qu'un mauvais concours de circonstance. Il voulait aider, ce n'était nullement l'envie qui manquait, mais il était perdu.

Enfin, suffit de se lamenter sur son propre sort, il avait autre chose à faire pour le moment, déjà rentrer en vie, ça serait bien. Il s'engagea alors dans une rue, longeant des batiments en ruine, les murs tombés, les plafonds écroulés, les boutiques éventrées. En réalité, il prenait une rue parallèle à ces des deux autres personnes présentes dans ce quartier et de sortie en ce matin. Légèrement en retrait, il ne pouvait les voir lors des intersections des routes perpendiculaires. Il sortit de son sac une pomme qu'il avait volé aux cantines juste avant de partir. Tout au long de sa pérégrination, il cherchait un laboratoire, certainement ils avaient tous été fouillé pour les médicaments et produits chimiques, mais il ne cherchait lui-même, ni l'un, ni l'autre. Mais il n'y avait là que des magasins de vêtements, des libraires. Hey, ça c'était aussi intéressant. Mais de là où il était, dans cette rue en décombre, il n'y avait plus rien dans le magasin, tout avait été pris. Il soupira et continua prudemment son chemin, essayant de ne faire aucun bruit parmi les gravas entassés sur la route. On était jamais trop prudent après tout. De temps à autres il pouvait voir les hauts arbres du parc laissé à l'abandon. Au moins, il semblait aller dans la bonne direction. La route allait être longue. Il soupira avant de chantonner pour lui-même: la meilleure façon d'marcher, c'est encore la mienne, c'est d'mettre un pied après l'autre et reculer...
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth Decker

avatar

Nombre de messages : 631
Age : 26
Age : 32 ans
Spécialité : - Les sciences (Biotechnologies)
- Observation et Analyse (Esprit Perspicace)

Date d'inscription : 27/04/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: [Scénar N°2.1] There is still someone out [CLOS]   Jeu 20 Aoû - 13:38

    Accident de moto ? Ces jeunes n'apprenaient donc jamais à rouler prudemment ? Elizabeth ôta de son esprit quelques secondes ces questions de peur de paraître trop aigrie. Il lui posa réciproquement la question et la scientifique ouvrit la bouche pour lui répondre mais aucun son ne s'échappa de ses lèvres : elle s'était stoppée net dans son élan lorsqu'elle avait entendu au loin un bruit étrange, comme un grondement, prestement suivit d'un léger tremblement de terre. Instinctivement, Elizabeth fléchit les jambes, afin de mieux conserver son équilibre sur l'asphalte et ne pas tomber. Un peu comme lorsqu'on est sur une planche de surf, excepté que la scientifique n'avait jamais surfé. Les tremblements ne durèrent pas longtemps. Des bruits de verre qui se brise et d'éboulis qui s'écrasent les accompagnèrent. Puis se fut le silence total. La jeune femme s'attendait à voir d'un moment à un autre un robot arrivé. Ce bruit ne pouvait être que celui d'un bâtiment détruit. Mais détruit par quoi ? Volontairement par une machine ou accidentellement par l'usure du temps ? Nul ne pouvait le dire. Elizabeth se retourna alors vers Ethan, un regard plus sérieux que jamais :

    "A la base je suis venue courir, mais pour l'heure je crois que nous devrions rentrer au plus vite."

    Elle fit de nouveau volte-face, la gorge serrée, le coeur battant. Dans quel pétrin s'étaient ils mit ? Elle pensa à Joy. Il était hors de question de mourir ici et de la laisser seule à la base. Non ! Elizabeth comptait bien plus que tout la revoir. La jeune femme scrutait tous les environs, avançant d'un pas ou deux pour mieux voir les rues adjacentes. Si c'était un robot, ne les aurait il pas détecté ? Ne les aurait il pas déjà réduit à l'état de poussières comme pour cet immeuble ? Le coeur de la scientifique battait encore la chamade quand quelque chose attira son regard. L'espace d'une seconde, d'une demi seconde même, elle crut apercevoir quelque chose ou quelqu'un plutôt. Elle crut même le reconnaître. S'avançant avec prudence, elle se cacha quelque peu au coin de l'immeuble. Puis elle passa sa tête pour voir de qui ou de quoi il s'agissait. Son coeur fit un bond de soulagement lorsqu'elle reconnut Alek Markovic. Elle l'avait chargé, il n'y avait pas très longtemps, de surveiller sa soeur lorsqu'elle sortait de la base, afin notamment de la protéger. Elizabeth, essayant tout de même d'être discrète au cas ou certains robots rôdaient émit un léger sifflement, comme celui d'un oiseau. Sauf qu'il n'y avait plus beaucoup d'oiseaux depuis longtemps dans les décombres de la ville. Elle siffla une deuxième fois, avec plus d'insistance pour que le Résistant regarde dans sa direction. Après quoi, elle lui fit signe de la main de la rejoindre. Elle retourna alors auprès d'Ethan et rassura, plus pour elle-même que pour le Tigers :

    "Tout va bien, ce n'est qu'Alek Markovic."

    La jeune femme semblait soulagée, et peu à peu, l'hypothèse que des robots soient là, quelque part, terrés dans un coin, s'évaporait, disparaissait de son esprit. Elle se voyait déjà rentrant à la base et s'excusant auprès de Joy pour ne pas avoir respecter leur promesse, celle de rester à la base quelques temps au lieu d'aller faire son jogging. Matthew vint s'immiscer quelques secondes dans son esprit... et en repartit aussitôt ! Lui, elle ne voulait même pas y penser, il ne le méritait plus. Il l'avait bien trop déçue. Le jeune femme se concentra donc exclusivement sur sa soeur, tandis que ses yeux regardaient sans le voir un Alek qui approchait.

    Elle était plus tranquille à présent. Et pourtant, il faut se méfier de l'eau qui dort, se méfier de ce qui est invisible à l'oeil humain, se méfier de ce qui ne peut être entendu. Car bien souvent, on est surpris et c'est alors que commence le cauchemar... Tout le monde ne se sort pas des cauchemars...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skynet
- Admin - Maître du Jeu
avatar

Nombre de messages : 128
Date d'inscription : 20/02/2009

MessageSujet: Re: [Scénar N°2.1] There is still someone out [CLOS]   Sam 22 Aoû - 12:19

    La météo était particulièrement capricieuse ces derniers jours. Et si le temps, bien que nuageux, était agréable à l'aube, d'imposant nuages grisonnants approchaient par l'ouest, poussés par un fort vent. Au sol, une brise persistante faisait tournoyer les feuilles mortes et autres détritus sur les trottoirs. Une brise qui faisait parfois place à des bourrasques glaciales lorsqu'on empruntait des avenues exposées au vent.

    Une avenue comme celle qu'Alex devait emprunté pour rejoindre Elizabeth et Ethan s'il le désirait. Une avenue qui formait une ligne droite au coeur de la ville jusqu'à un énorme bâtiment qui avait été autrefois une centrale hydraulique. Entre les gratte-ciels qui entouraient la rue, le ciel était dégagé et laissait apercevoir ses moutons menaçants, prémices d'un orage qui éclaterait probablement un peu plus tard dans la journée.

    Un groupe de pigeons, dérangé par l'éboulement qui avait frémir les immeubles des environs, s'envola au-dessus d'Elizabeth et Ethan. Le battement simultané de leurs ailes et leurs cris de protestation formaient un véritable tintamarre. Ils s'élancèrent depuis le bord du toit et, au lieu d'aller tout droit pour retrouver un perchoir plus stable un peu plus loin, virèrent sur leur droite, passant au-dessus d'Alek en un vol groupé.

    Lorsqu'ils eurent disparus au loin, un point mouvant, d'un noir de jais sur le tapis duveteux des nuages, était visible au loin, dans l'alignement de l'avenue. Il était encore assez éloigné, et on aurait pu le confondre pour un aigle imposant s'il n'avait une vitesse telle qu'il grossissait à vue d'œil. Un bruit sourd, profond, gagnait en puissance depuis quelques temps. La progression des décibels était telle qu'il formait un bruit de fond peu remarquable, jusqu'à ce que le vacarme formé par les oiseaux n'attire votre attention sur les sons alentours. On aurait pu le confondre pour le lointain son du tonnerre, mais aucun éclair ne rayait pour le moment le ciel ombragé.


[Pour résumer, le vaisseau est pour le moment caché à Elizabeth et Ethan, seul Alek est en position de le remarquer s'il lève les yeux. Un léger bruit non identifiable mais persistant est cependant légèrement audible par tous.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://human-resistance.forumactif.org
Ethan Sanders
Death Racer.
avatar

Nombre de messages : 758
Age : 26
Age : 25 ans.
Spécialité : Mécanique, Transport & Armes à feux.
Date d'inscription : 07/08/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: [Scénar N°2.1] There is still someone out [CLOS]   Dim 23 Aoû - 15:23

    Sur ses gardes comme à chaque sortie, Ethan n'avait pu retenir sa main, qui avait glissé vers son arme aussi vite qu'Elizabeth avait repéré le nouveau promeneur. Méfiant, le canon du fusil à pompe s'était levé d'une dizaine de centimètres, et n'était redescendu que de moitié une fois son identité décliné. Elizabeth pouvait se tromper, on ne savait jamais... Toutefois rassuré par un nom qui ne lui était pas inconnu, son doigt n'était déjà plus sur la gachette, mais parallèle au canon, de manière à ne pas tirer accidentellement.

    Comme pour illustrer ses pensées, un vol de pigeons les pris par surprise, si bien que le petit sursaut d'Ethan aurait pu être suivi d'une détonation. Amusé par toute cette méfiance qui était probablement exagérée, le Tiger se détendit quelque peu et scruta le ciel, suivant les pigeons des yeux. Les nuages étaient imposant, couvrant une bonne partie du ciel, assombrissant le paysage. Une vision peu agréable, le temps était trop souvent moche pour être agréable, malgré le paysage magnifique qu'offrait les chutes du Niagara.
    *Paysage magnifique..?*
    En réalité, pas vraiment. Dès qu'on baissait les yeux, l'image passait du ciel et des arbres à des ruines. Des ruines grise de poussière, des ruines noires de cendre... Des ruines, comme on en voit dans des documentaires sur l'empire Romain ou toute autre civilisation détruite, avec toutefois quelques marques du monde morderne : les Romains, même disparus, n'avaient pas de vitrines brisées, de feux de signalisation défoncés... Voilà à quoi se résumait l'humanité, des hommes et des femmes terrés dans des cavernes et des tunnels, des immeubles effondrés, des maisons détruites. La folie des grandeurs, voilà la cause de ce problème. L'Homme est avide, nous en sommes la preuve.

    Sortant de sa rêverie, Ethan se tourna vers Elizabeth :

    " Encore un qui se promène dehors à 6h du mat' ? Eh ben. "

    Détaillant l'homme qu'ils avaient repéré, il lacha son arme, la laissant pendre au bout d'une lanière sur son flanc. Sa tenue n'avait rien d'exceptionnelle : de vieux vêtements, comme un peu tout le monde à la base. Il se promenait avec une sorte de tube essai à la main, ce qui ne surpris pas Ethan. Alek était un nouveau, mais qui s'était déjà fait connaitre pour son originalité, se promenant avec des objets franchement étrange.
    Amusé, Ethan s'avança légèrement, de manière à être visible du Résistant, et leva le bras pour se signaler, tout en restant silencieux, par sécurité et habitude.
    Au fait, mais que faisait-il dehors ? Footing ? Sa tenue n'était pas vraiment appropriée. Aucune mission n'était prévue pour la journée, même de recherche à travers la ville... Ethan s'interrogeait, c'était tout de même curieux de croiser deux personnes en moins d'une heure en ville. Elizabeth faisait de l'exercice et lui des essais, tous deux avaient une raison acceptable de sortir, mais et Alek ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Scénar N°2.1] There is still someone out [CLOS]   Mer 26 Aoû - 19:28

Ca avait du bon d'être scavenger. Un scavenger pouvait être considéré comme un détrousseur ou bien un charognard. D'un certain point de vue, cela pouvait être vrai, mais d'un autre côté, il ne volait que ce qu'il devait. Et comme ce n'était jamais des choses communes, on pensait souvent qu'il volait vraiment tout et n'importe quoi. Il avait dans son sac tout un tas de babioles hétéroclites que d'ordinaire personne n'avait utilité, mais que lui avait appris à se servir. Le tube à essai d'ailleurs était une de ces choses. A vrai dire il était bien plus intéressé par le vol des oiseaux et leur court chant qu'il ne se rendit plas compte qu'il le tenait toujours à la main alors qu'il n'en avait plus l'utilité. Les oiseaux, symboles fragiles et éphémères de la liberté. Ils prenaient leur élan vers un nouvel horizon, il l'espérait. Alek se renfrogna un moment. Il fronça les sourcils et s'immobilisa soudainement. Venait-il d'entendre véritablement ce qu'il avait perçu? Venait-il de voir ce qu'il venait d'apercevoir? Les oiseaux avaient pris une nouvelle route, comme s'enfuyant de quelque chose. Mais il s'en désintéressa pour tourner la tête vers le coin d'un building, vers la source du drole de bruit. Il le fixa une bien longue seconde avant de comprendre ce qu'il scrutait. Miss Decker. Elizabeth, celle qui l'avait engagé à surveiller sa jeune soeur.

Il fit un pas dans sa direction, mais tourna la tête vers le ciel, là où il avait aperçu les oiseaux la dernière fois. Une bourasque de vent le laissa pensif un moment et il toisa les lourds nuages annonciateurs d'orages et de pluies froides. Il y avait toutes les teintes de gris, cela allait du pratiquement blanc au plus sombre que le noir, tout comme ce petit point... Ce tout petit point? Alek pencha la tête sur le côté, comme si cela pouvait aider. C'était quoi? Cela ne pouvait pas être un oiseau. A cette distance, cette chose était bien trop imposante. Un "hum" léger et constant se fit entendre entrecoupé par les rafales brusques. Oh... Ca, ce n'était pas bon, pas bon du tout. Sa main passa sur le sac en bandoulière, carressant le tissu kaki. Il renifla silencieusement et prit lentement le pas rapide des militaires vers la demoiselle. Il en profita pour ranger le petit tube à essai dans son sac. Il n'en avait plus besoin, du moins tant qu'il ferait jour. S'il avait raison sur ce qu'il venait de voir, mieux valait ne pas trainer ici. Le parc offrait plus de couverture que les rues désertiques. Se rapprochant d'Elizabeth, il remarqua une autre personne dont il n'en connaissait pas même le nom, mais qui tenait un joli jouet dans les mains. Blessé, il semblait l'être, mais pas vraiment souffrant.

- La cueillette de champignons, c'est par où?

Il avait parlé comme pour dire bonjour, sans vraiment cherché à être sympathique, ni froid d'approche, d'un air neutre et d'une voix plate, seulement ponctuée par un fort accent russe. Il se tourna encore vers le coin de ciel où il avait aperçut le point mouvant, mais il était désormais obstrué par un bout d'un immeuble à moitié en ruine. Non, et le vent le lui fit bien remarqué, il n'avait pas envie de rester ici. Etant un scavenger, il n'avait pas peur de rester ici, entouré de robots, il savait comment se dissimuler, malgré les détecteurs infrarouges, un peu de jugeotte et de logique et il passait pour un fantome. Suffisait un peu de patience et de la chance, mais avec son expérience, il en avait. Bref, lui, il pouvait encore passer entre les mailles des filets, mais les deux autres, il n'avait aucune envie de retourner dans un camp à cause d'eux. Et puis après une courte réflexion, il ne voulait pas non plus pousser sa chance et trop tirer sur la corde. Il farfouilla un moment dans son sac, oui, il avait tout ce dont il avait besoin au pire des cas. Il observa les deux autres personnages présents devant lui. L'une était les mains dans les poches, en tenue sportive, l'autre était à moitié clopin-clopant avec un joujou qui faisait du bruit. Pas grand chose d'autre. Il n'y avait que lui qui sortait avec du matos utile dans ces conditions? C'était malin.

- Vaut mieux pas trainer dans le coin. Y'a un drôle d'oiseau qui plane par ici et m'est avis qu'il vient pas pour picorer dans la main, sans parler qu'il a peut-être un autre copain, je suis pas sur.

Il se fichait bien des présentations, c'était pas le pourquoi du comment il était là. Un nom, un métier... Qu'importe tout cela. Il ne voulait pas retourner à la mine ou au camps. Pas besoin de faire dans le social dans un monde comme celui-là. Pas besoin non plus de dire ce qu'il fichait là, c'était son affaire à lui, il se fichait bien de ce que eux foutaient là, ça ne le regardait pas. Chacun ses oignons. Il les avait prévenu parce qu'il n'était pas sans coeur, ni un égoïste par naissance. Nan, nan, il n'était pas un gros bisounours, mais il pouvait être amical, une fois le contact fait. Bref, pour en revenir à nos moutons, il toisa le gars parce que la femme semblait bien tenir sur ses guiboles.

- Un coup de main pour marcher?
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth Decker

avatar

Nombre de messages : 631
Age : 26
Age : 32 ans
Spécialité : - Les sciences (Biotechnologies)
- Observation et Analyse (Esprit Perspicace)

Date d'inscription : 27/04/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: [Scénar N°2.1] There is still someone out [CLOS]   Jeu 27 Aoû - 17:19

    Alek s'avança rapidement vers eux. Elizabeth en profita pour fouiller dans ses poches à la recherche de quelque chose lorsqu'elle vit et entendit quelque chose de très inquiétant : d'abord les oiseaux qui changeaient brusquement de direction. Pour avoir bien étudier le comportement de la faune au cours de ses années de lycée, elle savait que ce qui forçait un groupe d'oiseaux à changer de cap était un prédateur. Qu'est-ce que cela pouvait bien être ? Le doute d'Elizabeth fut confirmé lorsqu'elle aperçut un point noir étrange s'approcher, dans un grondement qui ne disait rien qui vaille.

    Par la même occasion, le ciel se chargeait de nuages noirs qui annonçaient pluie et foudre. L'atmosphère allait se charger en tension et en électricité ce qui serait défavorable pour les robots. Cependant, cette tension et cette chaleur allait faire grimper la chaleur corporelle des trois Résistants, ce qui les rendraient encore plus repérables - Ethan et Elizabeth "clignotant" déjà bien suffisament sur les écrans des robots à cause de l'adrénaline libérée par son corps lors de l'accident du premier et à cause de l'exercice physique récent de la deuxième. Tout ça devenait compliqué...

    Alek prononça une phrase de bonjour pour le moins... originale. Mais Elizabeth ne s'en formalisa pas. Ils devaient tenter de se mettre à couvert si jamais quelque chose de dangereux arrivait réellement. La scientifique réfléchissait. Rester dans les allées principales, c'était comme se montrer à eux. Dans les petites rues, c'était risqué : les robots pouvaient détruire les immeubles et ainsi tous se retrouveraient écrasés sous des éboulis. Le parc offrait la meilleure option pour l'heure. Ceci dit, elle ignorait si ils pourraient facilement rentrer dans la base en s'y engageant et voulut l'avis de ses co-équipiers :


    "Je suis du même avis qu'Alek. Tout ça ne me dit rien qui vaille... Je propose que nous allions nous mettre à couvert dans le parc. Vous savez si il y a un point de ralliement à la base pas loin ?"

    Après avoir prit leur décision sur ou ils devaient aller ou non, Elizabeth entama sa marche. Alek posa alors une question pleine de bonnes intentions, mais pas très adaptée à la situation. Prenant la tête de file, elle ne se retourna pas pour leur répondre. Elle se contenta de lever les yeux au ciel et de lâcher par dessus son épaule :

    "Le jeune Tiger est blessé au bras. Je vous assure Alek que sa motricité n'en est en aucun cas troublée. Il vaudrait mieux se dépêcher avant que le pire n'arrive."

    Le pire ? Peut être était-ce bien vite parler ? Vous savez, quand vous dîtes que le pire vous arrive que quelque chose de plus affreux encore, un cran au dessus, s'abat sur votre tête. Peut être Elizabeth devrait choisir mieux ses mots. Mais que voulez-vous, elle n'est pas supersticieuse pour un sou, seule la science compte à ses yeux. Et puis pour elle, ils étaient déjà dans une sale situation, même si elle n'était pas du genre à dramatiser. Disons qu'avec un homme blessé et une femme de science dans l'équipe, ils n'en menaient pas large. Les points positifs ? Alek était en parfaite santé et savait se servir d'une arme et Elizabeth avait apprit depuis peu cet exercice. Advienne que pourra désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Sanders
Death Racer.
avatar

Nombre de messages : 758
Age : 26
Age : 25 ans.
Spécialité : Mécanique, Transport & Armes à feux.
Date d'inscription : 07/08/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: [Scénar N°2.1] There is still someone out [CLOS]   Ven 28 Aoû - 20:29

    Alek Markovic s'était avancé vers eux assez rapidement, le nez en l'air, et la main dans son sac. Visiblement préoccupé par ce qu'il avait repéré, il parla vaguement de champignons, ce qui semblait être une salutation assez... Particulière, du moins aux yeux du Tiger.
    On disait que la première impression était la bonne, si c'était vraiment le cas, Alek partait avec un mauvais point. Une certaine froideur - et un humour plutôt spécial - habitait le Russe, ce qui le rendait quelque peu désagréable. M'enfin, avec un Cargo dans le coin, agréable ou pas, ce n'était pas réellement la priorité.

    - Un coup de main pour marcher ?

    Un vrai comique celui-là, quand on sait qu'Ethan a un bandage au bras gauche [Haha, fallait lire le RP correctement xD] ! Le mécano n'y prêta aucune attention, considérant que sa remarque venait d'une bonne intention, et non d'une mauvaise vanne. Ce ne fut pas le cas d'Eli, qui réagit au quart de tour, visiblement pressée de partir :

    "Le jeune Tiger est blessé au bras. Je vous assure Alek que sa motricité n'en est en aucun cas troublée. Il vaudrait mieux se dépêcher avant que le pire n'arrive."

    Amusé par la remarque de la scientifique, il lui emboita le pas, direction le parc, en posant le canon de son fusil à pompe sur son épaule. Content d'avoir sorti son joujou pour sa virée en moto, il se félicita silencieusement. Une pareil arme était bruyante, mais s'avérait être un ouvre-boite des plus performants. Une fois repérés, aucune importance de faire un ou deux boum de plus, après l'effondrement d'un immeuble et demi, les Résistants n'étaient plus à ça près, sans compter que puissance et bruit vont souvent ensemble.

    Accélérant le pas, il se calla sur le rythme d'Elizabeth, marchant à son côté. Il réfléchit un moment, puis dit :

    - Il faut traverser le Parc, il y a une petite entrée qu'on utilise rarement de l'autre côté, elle est étroite et encoombrée, du moins dans mon souvenir. Je n'suis pas sûr qu'elle soit en état, mais c'est la plus proche. On avisera sur place.

    Affichant un air calme, Ethan fit chauffer ses neuronnes sur la situation dans laquelle les trois Résistants se trouvaient. Il était le seul à être membre d'une équipe de défense ou d'attaque, en cas d'affrontement direct, il doutait qu'Elizabeth serait utile, avec sa trousse de soin et ses chaussures de sport. Alek avait peut-être une arme, mais celà ne changerait pas la donne de beaucoup, ils partaient perdants, sans compter qu'ils n'avaient aucun moyen de communication.
    Il leva le nez en direction des arbres, qui n'étaient plus qu'à deux cent mètres à tout casser, et jeta un coup d'oeil derrière eux, scrutant le ciel. Les nuages masquaient la position de l'ennemi, mais les machines n'étaient pas loin. L'inquiétude s'installait petit à petit chez le Tiger, qui priait intérieurement pour que l'entrée soit bien là où il pensait qu'elle était, et pour qu'elle soit ouverte et accessible. Il passa rapidement en revu les missions de défenses lancées les jours précédents et auxquelles il n'avait pas été affecté. Aucune ne parlait de miner cette zone, ou d'en empêcher l'accès, considérant qu'elle ne représentait aucune menace direct.


[J'ai préféré ne pas parler avec trop de précision de l'entrée qu'on tente de rejoindre, le MdJ interviendra probablement à ce propos. Le plus probable serait qu'elle soit cachée, dans un parking soutterain par exemple...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Scénar N°2.1] There is still someone out [CLOS]   Sam 29 Aoû - 16:29

Hey, ho, hein... A six heures du mat, quand on a passé la quarantaine, on est pas forcément obligé d'observer correctement, surtout qu'il avait d'autres choses en tête qu'un bras en écharpe. Lui, il avait dit ça pour être poli, rien de méchant, mais si les deux personnages les prenaient comme ça. Et bien, il n'avait pas à être aussi sympathique et tant pis s'ils passent à la moulinette. Il avait tenté une approche sympathique, on lui envoyait dans le mou, et bien qu'ils aillent se la f... au c... en parlant poliment. Bref, il était là et aimerait bien rentrer à la base, tant qu'à faire, autant rester avec eux pour le moment. L'une proposa d'aller vers le parc, l'autre acquiesça. Alek haussa les épaules. Il n'avait aucune idée d'où il était alors, il ne pouvait leur faire que confiance, quoi que ça, c'était loin d'être établi. Il n'avait pas d'arme, il était là les mains dans les poches pour ainsi dire. Une arme? Pour quoi faire? Ca faisait du bruit, c'était lourd, ce n'était pas pratique et ça ne touchait pas les machines où alors, fallait vraiment savoir viser et vider le chargeur. Non, non, non pas d'arme à feu en tout cas. Sa sacoche regorgeait de bidules bien plus utiles qu'une arme à feu. La seule et unique véritable arme classique qu'il possédait était un couteau de chasse à cran d'arrêt. Ce n'était pas bien léger, mais ça couper comme un rasoir.

Le russe passa une main dans ses cheveux et soupira. Son regard s'était déporté sur le petit point noir qui était beaucoup plus large maintenant. Le ciel noir derrière lui n'annonçait rien de bien. Et bah, ça n'allait pas être la joie aujourd'hui. Non seulement ils allaient être mouillés, mais en plus, ils risquaient de passer à la casserole. Rien de mieux pour débuter la journée non? Il se mit à suivre les deux jeunes gens qui semblaient se connaître, en tout cas, lui il ne les connaissait pas plus que cela. Miss Decker, oui, enfin, juste son nom et le fait qu'elle ai une soeur, l'autre pas du tout, pas même son prénom. Juste le fait qu'il soit un des Red Tiger. Caitlyn lui en avait parlé un petit peu. Il défendait la base si ces souvenirs étaient bons. Enfin bref, un prénom n'avait rien d'important. Comme une ombre, sans bruit et sans un mot, il les suivit, scrutant de temps à autres derrière eux pour surveiller l'approche du gros point noir fort peu attirant. Il n'aimait pas être dans un groupe, cela lui rappelait des mauvais souvenirs, surtout qu'il avait des buildings dans son champ de vision. Il en trembla légèrement ne voulant se souvenir des évènements noirs du début de la drôle de guerre. Mais contrairement à ce qu'il laissait montrer, il n'était pas inquiet, ni stressé. C'était clair dans son esprit, trouver la porte, éviter les machines...
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth Decker

avatar

Nombre de messages : 631
Age : 26
Age : 32 ans
Spécialité : - Les sciences (Biotechnologies)
- Observation et Analyse (Esprit Perspicace)

Date d'inscription : 27/04/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: [Scénar N°2.1] There is still someone out [CLOS]   Dim 30 Aoû - 17:18

    Ethan lui confirma la bonne route à prendre. Mais malgré cela, les probabilités de trouver une entrée n'étaient pas si fortes qu'elle aurait souhaité le croire. Elizabeth maudit la situation. Il fallait avancer pour l'heure et essayer de se mettre à couvert. Et à mesure que le bruit amplifiait dans les airs, il devenait évident qu'il ne s'agissait pas là d'un simple orage grondant. Ils avaient plus à craindre, bien plus. Et petit à petit, le tambour de son coeur prenait des allures vives, tambourinant dans sa poitrine. Cette chamade rythmait ses pas qui s'accéléraient, tandis qu'Elizabeth faisait de son mieux pour paraître calme. Pour le coup, elle paraissait plus sérieuse que jamais : les sourcils froncés, la mine fermée et dure. Il était clair qu'il ne fallait pas l'embêter plus..

    Elizabeth se retourna et observa d'un coup d'oeil furtifs les hommes qui l'accompagnaient. Tous deux avaient l'air inquiets, ce qui ne l'aida pas à se sentir mieux. Il était clair qu'ils n'étaient pas près, à trois, de survivre à une attaque de robots. A moins qu'un miracle n'opère, et qu'il leur soit envoyé des troupes. Mais sans talkie walkie, dur dur de les prévenir.

    La jeune femme tenta alors d'analyser la situation et l'environnement, pour voir ce qui leur serait utile, salvateur. Les arbres leur permettraient peut-être de se cacher mais ils ne cacheraient pas leur chaleur corporelle. Ils seraient à peu près utiles en cas de tirs, mais comme inexistants en cas d'obus. Vous allez rire, mais si seulement ils avaient eut le temps de faire un peu de boue - une personne bien enduite pouvait camoufler la chaleur d'un corps. Elizabeth voulait s'imaginer que la situation aurait pût être pire. Oui, il fallait voir positif. Peut être les robots passeraient-ils trop vite pour les repérer. Peut être étaient-ils envoyés pour une toute autre mission. Soudain, une idée horrible la figea sur place. Et si c'était la base qui était visée ? S'ils étaient assez bien armés pour tout faire sauter ?

    Joy.


    "Attendez. On s'inquiète de ce que ces robots peuvent nous faire. Mais et s'ils sont envoyés pour détruire la base ? Il faut que quelqu'un court les prévenir au plus vite. Il reste peut être une chance de les prévenir avant leur arrivée."

    Elle planta son regard dans les leurs avec un sérieux inébranlable, impénétrable. S'il fallait faire diversion pour que les autres puissent arriver en premiers, elle lèverait la main pour faire l'appât sans hésiter une seule seconde. Seraient-ils maîtres du jeu ou les gibiers ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skynet
- Admin - Maître du Jeu
avatar

Nombre de messages : 128
Date d'inscription : 20/02/2009

MessageSujet: Re: [Scénar N°2.1] There is still someone out [CLOS]   Mar 1 Sep - 22:42

    Sans bruits, sans signes avant coureur, un drône, parfaitement camouflé dans sa peinture grise difficilement repérable sur le ciel nuageux, approchait du petit groupe de résistants. Son moteur électrique lui offrait une avancée silencieuse, qui ne fut remarquée que tardivement par les trois hommes et femmes. Mais il était déjà trop tard : il avait largué sa cargaison et, sans avertissement, un talkie-walkie tomba sur la tête d'Elizabeth. Nul doute que cette petite erreur d'appréciation ne suffirait pas à retirer le sourire satisfait du pilote confortablement installé à la base de Niagara Falls. C'était le premier vol en situation délicate de la petite merveille et fierté de l'équipe technique, et le drône télécommandé à distance avait parfaitement effectué sa mission : repérer les personnes perdues (qui, bien heureusement, s'étaient rassemblées d'elles-mêmes) et leur fournir un moyen de communication. Virant sur l'aile, le drône fit demi-tour pour un retour à la base promettant bichonnage et célébration.

    « Nid à oisillons égarés, répondez. » crachota une voix jeune et enthousiaste (il était évident que parler en code l'amusait fort) depuis le talkie-walkie. Lorsqu'il eut confirmation, il reprit : « Laissez-moi vous dire d'abord que quand les chefs vous auront mis la main dessus, vous ne sortirez jamais plus sans talkie. Et toi Sanders, Mallory va te passer un sav... AIEUH... Ah, euh, oui, désolée Madame Mayer... Non, madame... Oui, madame. Bien, madame. » balbutia à l'autre bout des ondes un jeune Green Bear qui venait soudainement de perdre de sa superbe. Il reprit, soudainement beaucoup plus sérieux : « Oui, donc vous êtes dans la mouise. Ça fait une demi-heure que l'ordre de repli a été lancé. On a deux Cargos Vultures en approche linéaire dont un qui passera au Sud de votre position dans... huit minutes. Je répète, vous avez huit minutes pour sortir de la portée de leurs senseurs ! Direction Nord, Nord-Ouest, passez par le parc, traversez, continuez tout droit et prenez la deuxième à droite. Sanders tu dois connaître, il y a une entrée, mais elle a été bloqué. Vous y serez hors de portée et en sécurité, mais n'essayez pas de forcer le passage, les gars ont ordres de tirer avant de poser des questions. Ok ? Alors, courez ! On garde le contact ! Bousillez pas le talkie ! Nid out. »

    Tant de temps perdu en discutaille et ce n'est plus huit minutes qu'ils avaient pour sortir des senseurs mais plutôt sept. Courir était un bon conseil. Mettre les gaz serait plus adapté. Le bourdonnement du Cargo restait constant, mais le temps n'était plus à juger de la situation ou à se poser des questions. Il leur fallait rejoindre l'entrée condamnée en hâte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://human-resistance.forumactif.org
Ethan Sanders
Death Racer.
avatar

Nombre de messages : 758
Age : 26
Age : 25 ans.
Spécialité : Mécanique, Transport & Armes à feux.
Date d'inscription : 07/08/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: [Scénar N°2.1] There is still someone out [CLOS]   Mer 2 Sep - 13:44

EDIT TERMINE, VOIR PLUS BAS : Meredith est une admin tyranique, je dois me plier à sa volonté et apporter quelques modifications à mon RP...
Si je ne reviens pas, Maman, je t'aime.



    "Attendez. On s'inquiète de ce que ces robots peuvent nous faire. Mais et s'ils sont envoyés pour détruire la base ? Il faut que quelqu'un court les prévenir au plus vite. Il reste peut être une chance de les prévenir avant leur arrivée."

    A peine ces mots pronnoncés que la scientifique fixait les deux hommes dans l'attente d'une réponse qu'elle voulait satisfaisante. Leur avancée avait été littéralement stoppé, et Elizabeth se tenait maintenant debout, les mains sur le hanches, entre eux et leur objectif : une éventuelle entrée. Le regard sévère, elle semblait réfléchir de façon obsetionnelle, ne laissant rien au hasard, ne négligeant aucun élément. S'ils s'étaient trouvés dans un cartoon comme il en passait souvent avant la guerre, les oreilles d'Elizabeth dégageraient probablement de la fumée, et le haut de son crâne serait aussi rouge que le sang qui maculait le bandage d'Ethan.

    Ethan laissa la question de la jeune femme vagabonder dans son esprit à la recherche d'une réponse. Légèrement nerveux, il ne savait que faire de ses mains. Elles allaient de ses cheveux à ses poches, en passant par son bandage qu'il tripottait plusieurs fois à la minute.
    * Les entrées sont camouflées, si on entre discrètement, peu de chance qu'ils repèrent la base... *
    Ses pensées défilaient dans sa tête au rythme du sang qui battait à ses tempes. Il fixait la scientifique d'un regard sérieux et concentré. Tellement concentré sur ses neuronnes qu'il n'entendit pas le petit drone approché. Et là, en une seconde, le visage d'Eli passa par une multitude d'expressions, alors que celui d'Ethan se fendait d'un sourir large comme une demi lune : un petit drone avait fait son apparition au dessu de la jeune femme, avec pour mission de déposer un talkie pour les trois compagnons. Mission accomplie, on pouvait difficilement mieux faire, puisqu'Elizabeth l'avait pris sur la tête. Amusé, Ethan s'approcha pour saisir le talkie :


    « Nid à oisillons égarés, répondez. »

    Evidemment, il avait fallu qu'on tombe sur un petit rigolo. Ethan le voyait presque pouffer de rire entre chaque phrase transmise.

    « Laissez-moi vous dire d'abord que quand les chefs vous auront mis la main dessus, vous ne sortirez jamais plus sans talkie. Et toi Sanders, Mallory va te passer un sav... AIEUH... Ah, euh, oui, désolée Madame Mayer... Non, madame... Oui, madame. Bien, madame. »

    De drôles de bruits se firent entendrent, si bien qu'un brouhaha vint faire siffler les oreilles du Tiger. Eloignant le talkie, il réfléchit à la réaction de Mallory. Elle ne serait certainement pas contente, mais comprendrait. Une mauvaise chute, un bandage, un talkie en moins... Ca pouvait arriver.

    « Oui, donc vous êtes dans la mouise. Ça fait une demi-heure que l'ordre de repli a été lancé. On a deux Cargos Vultures en approche linéaire dont un qui passera au Sud de votre position dans... huit minutes. Je répète, vous avez huit minutes pour sortir de la portée de leurs senseurs ! Direction Nord, Nord-Ouest, passez par le parc, traversez, continuez tout droit et prenez la deuxième à droite. Sanders tu dois connaître, il y a une entrée, mais elle a été bloqué. Vous y serez hors de portée et en sécurité, mais n'essayez pas de forcer le passage, les gars ont ordres de tirer avant de poser des questions. Ok ? Alors, courez ! On garde le contact ! Bousillez pas le talkie ! Nid out. »

    * Ca, c'est pas la merde... * Soupira intérieurement le mécano. Il leva les yeux vers le ciel à la recherche des Cargos. Rien, trop de nuages, sans parler de la pluie qui arrivait. Il glissa le talkie dans sa ceinture et indiqua aux autres la direction à suivre.

    "On s'bouge."

    Il prit la tête et zigzagua entre les branches tombées à terre et les obstacles que le sentier éventré dressait sur leur chemin. Son arme rebondissait sur son flanc à chaque foulée, la sueur perlait à son front et les battements de son coeur s'accélérait petit à petit. L'espace d'une seconde, il se demanda ce qu'il adviendrait de lui et des deux autres Résistants s'ils étaient capturés. La mort serait la plus agréable des pires atrocités qu'il s'imaginait. Il ne voulait pas retourner dans un camp, s'il survivait, il serait torturer et surveiller, de manière à ne pas pouvoir se laisser crever au fond d'une cellule sombre et humide, de manière à ne pas pouvoir espérer s'échapper une seconde fois...
    Les Machines le connaissaient, mais il les connaissait aussi. Il ne se laisserait pas faire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Scénar N°2.1] There is still someone out [CLOS]   Sam 26 Sep - 12:13

[Désolé, mais je peux pas faire mieux]

"Attendez. On s'inquiète de ce que ces robots peuvent nous faire. Mais et s'ils sont envoyés pour détruire la base ? Il faut que quelqu'un court les prévenir au plus vite. Il reste peut être une chance de les prévenir avant leur arrivée."

- Pour prévenir la base, il faut déjà y arriver. Ce n'est pas avec les poings sur les hanches qu'on y arrivera. Et je doute qu'ils ne soient déjà pas au courant pour ce qui leur arrive dessus.

Et merde, pourquoi quand il était essoufflé, il avait du mal à parler anglais. Son accent se fit plus prononcé, tout comme sa grammaire devint chaotique, mais il espérait qu'ils avaient compris ce qu'il venait tout juste de bafouiller. Ce n'était pas qu'Alek était fatigué, mais la course à pied n'avait jamais été son fort, surtout qu'il devait forcé sur sa jambe et que ce n'était pas bon pour ce qu'il ressentait au niveau de la douleur. Il n'avait pas peur des travaux physiques, mais par pitié, il n'avait pas envie de courir. Cependant, il n'eut pas le temps de tergiverser plus encore qu'un drone surgit dans son champ de vision. Il était trop tard pour disparaitre et se cacher, la machine l'avait déjà repéré pour sûr. Bon sang, il était largement mieux seul, il aurait vu cette chose folante avant et aurait pu se cacher, maintenant, les machines allaient venir ici. Merde. Néanmoins, un talkie-walkie tomba avec tout son poids par la force de gravité sur la tête de la jeune femme. Alek ne rit pas, il ne voyait d'une part pas pourquoi cela serait amusant. Encore un imbécile qui croit que la tête était plus délicate que le sol, ce qui techniquement était faux, mais bon. Il écouta la conversation qu'offrit alors Ethan et l'autre gugus à l'autre bout des ondes. Il ne réagit pas, du moins, ne montra rien de plus qu'une impassibilité extrême. Ce n'était pas la première fois qu'il serait au milieu des machines.

On se bouge? Le visage d'Alek se tordit doucement dans un rictus de douleur amère. Il n'avait pas envie de bouger, mais les deux autres personnes étaient son ticket d'entrée à la base. Il étudia rapidement les lieux, leurs configuration et la protection qu'ils offraient. Pas vraiment l'endroit idéal, mais c'était toujours possible. Il préférait largement s'assurer une protection plutot que de fuir ailleur et ne plus avoir cette protection. Tant pis, il prit encore le pas de course et les suivit, en dernier. Tout en courant, il fouilla dans son sac en bandouillière et sortit une petite boussole. Ils étaient en train de prendre par l'est. Ils semblaient contourner la base par le sud, s'il se souvenait bien de la topographie des lieux. Il n'était pas un expert, mais plusieurs années seul l'avait façonné de manière à ce qu'il reconnaisse assez bien les endroits au premier coup d'oeil. Donc sans un mot de plus, il suivait, souffrant de sa hanche, les deux jeunes gens devant lui. Il replaça la boussole dans le sac et continua la course comme si de rien était.
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth Decker

avatar

Nombre de messages : 631
Age : 26
Age : 32 ans
Spécialité : - Les sciences (Biotechnologies)
- Observation et Analyse (Esprit Perspicace)

Date d'inscription : 27/04/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: [Scénar N°2.1] There is still someone out [CLOS]   Sam 26 Sep - 23:49

    Les mots d'Alek à la fois l'embarrassèrent et la raisonnèrent : il avait raison. Elle se sentit tout d'un coup bien idiote et se mit en tête de reprendre sa course. Mais avant qu'elle n'ait put amorcer un seul mouvement, un bruit se fit entendre : comme le léger sifflement d'un objet en chute libre... BING ! En plein sur la tête. Portant tout de suite une main à sa tête, elle sentit bien vite une bosse se former à l'endroit ou son sang cognait. Ses oreilles devinrent chaude, tant la douleur, la surprise et le coup soudain avait fait augmenter la vitesse du sang dans ses veines. D'ailleurs, le tambour tapait désormais dans la bosse et à ses tempes. Se massant légèrement la tête pour réduire la douleur, la scientifique regarda d'un oeil noir l'objet de ses douleurs : un talkie walkie de la base. L'expression "le ciel s'abat sur nous" prenait désormais tout son sens... Là où certains auraient maudit la chance - Elizabeth ne croyait pas en cette notion de probabilité - la jeune femme en maudit les circonstances. Ils pourraient viser quand même. Mais bien décider à ne pas en perdre une miette pour autant - se serait une douleur ressentit pour rien - elle écouta attentivement le discours quelque peu brouillon et désordonné qui sortait de l'objet parlant.

    « Nid à oisillons égarés, répondez. Laissez-moi vous dire d'abord que quand les chefs vous auront mis la main dessus, vous ne sortirez jamais plus sans talkie. Et toi Sanders, Mallory va te passer un sav... AIEUH... Ah, euh, oui, désolée Madame Mayer... Non, madame... Oui, madame. Bien, madame. »

    Premier haussement de sourcils. Cette partie là, Elizabeth n'en avait que faire et il était inutile de l'écouter. Si elle n'avait pas été en froid avec Matthew, elle aurait bien eut l'idée de lui toucher deux mots sur le sérieux de certaines recrues face aux situations critiques. Attendez, ils étaient dans un moment grave et important. Il n'y avait pas de temps à perdre en petites blagues ridicules. Fort heureusement, Meredith Mayer remit la recrue à sa place et Elizabeth écouta très attentivement les explications, cette fois sérieuses, de la boîte parlante.

    Cette suite était cruciale. Elizabeth avait imprimé chaque mots, les avait gravé dans son esprit à l'encre indélébile afin de ne jamais les oublier. Elle se les répétait, comme un élève assidu apprend par coeur un poème pour ainsi être certaine que, même dans la pire des situations, elle serait capable de se le réciter. C'était en quelque sorte une assurance vie.

    Ethan prit en charge le talkie-walkie et se fit guide de leur course. Elizabeth le suivit docilement, bien consciente qu'il était des trois celui qui connaissait le mieux le chemin à suivre. Elle se mit donc à courir d'un rythme soutenu. Heureusement qu'elle s'entraînait tous les matins : elle avait acquis une endurance et un souffle sans égal et était prête à courir de longues minutes sans trop se fatiguer. Elle se remerciait quelque part : cela lui serait probablement utile aujourd'hui.

    Courant entre les branches aux côtés du Tigre, jetant en arrière quelques coups d'oeil à Alek qui les suivait de près, la jeune femme se dit, en entendant les sifflements des robots qui approchaient, qu'il valait mieux jouer la carte de la prudence. Tenant ainsi un peu plus fermement son sac en bandoulière contre sa hanche, elle l'ouvrit pour y plonger sa main et saisir la crosse de son arme. Elle vérifia au toucher si il y avait bien le cran de sécurité, pour que le coup ne parte pas durant sa course. Ainsi, elle avait son arme bien en main, son sac collé à elle, afin de minimiser les probabilités de le perdre au cas ou les choses deviendraient un peu plus mouvementées. Prudence était mère de sûreté.

    La course durait depuis quelques minutes déjà sans qu'Elizabeth ne se fatigua trop. Elle pensait toujours à sa petite soeur et n'avait qu'une hâte : la retrouver. De plus en plus pressée et la tension montant, à l'idée que les robots se rapprochaient peut être, elle demanda entre deux souffles, avec un calme apparent qui cachait trop bien son anxiété :


    "Ethan, tu sais si c'est encore loin ?"

    Elle espérait que la réponse soit "non c'est tout proche" mais à vrai dire, elle l'ignorait complètement. Elle jeta un nouveau coup d'oeil furtif en arrière, afin d'être sûre qu'Alek soit toujours parmi eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Sanders
Death Racer.
avatar

Nombre de messages : 758
Age : 26
Age : 25 ans.
Spécialité : Mécanique, Transport & Armes à feux.
Date d'inscription : 07/08/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: [Scénar N°2.1] There is still someone out [CLOS]   Dim 4 Oct - 18:26

    Les trois compagnons avançaient à un rythme qui semblait leur convenir à peu près à tous. Les branches se faisaient moins nombreuses, si bien qu'ils n'avaient plus à zigzaguer comme des gazelles pourchassées, et pouvaient avancer droit devant eux. Ethan leva la tête, comme pour vérifier que le ciel ne leur tombait pas sur la tête. La densité du feuillage était de moins en moins importante, ils ne tarderait pas à sortir du parc. A sa montre, Ethan vérifia le temps qu'il leur restait. D'après l'autre rigolo, encore 4minutes et des poussières et ils seraient grillés. Le Tiger aperçut une grosse grille défoncée, qui délimitait le parc. Lorsqu'ils la franchirent au pas de course, Elizabeth lui demanda :

    "Ethan, tu sais si c'est encore loin ?"

    Sans s'arrêter, il compta une rue, puis deux, et tourna à gauche, les deux Résistants sur les talons. Ralentissant, il consulta sa montre.

    "C'est au bout de la rue, dit-il en désignant les façades à une centaine de mètres devant eux. On est dans le temps, allez."

    Et il repartit en courant, sans attendre la moindre réponse des deux autres. Il détailla leur objectif : deux maisons séparées par une volée d'escaliers, eux-mêmes séparés de la route par une petite grille cabossée. Celle de droite tombait en ruine : aucune fenêtre n'était entière, la porte écrasait le paillasson, s'il y en avait un, et le toit ressemblait à une passoire. La deuxième semblait en meilleur état, quoiqu'elle semblait peiner à tenir debout. Elle était attaquée par une végétation impressionnante. Des branches transperçaient ses fenêtres, et toutes sortes de plantes grimpantes recouvraient murs et fenêtres.
    Ils arrivèrent rapidement, et Ethan tenta d'ouvrir la grille, qui protesta bruyament. Se reculant de quelques pas, le mécano envoya un grand coup de pied dedans, faisant résonner le métal. Un deuxième coup de pied suffit à la déloger, l'envoyant valser dans un fracas monstrueux sur l'allée de dalles.

    "Maintenant, faut descendre."

    Et il indiqua les escaliers, qui partaient des toits pour descendre jusqu'à une cave sombre et humide, digne d'un film d'horreur. L'horreur, ils n'en étaient pas loin, il ne leur restait que peu de temps pour atteindre le niveau inférieur. S'ils n'étaient pas repérés en bas, Ethan n'avait aucune idée de la suite des évènements. Il se saisit du talkie et annonça :

    "Niagara Falls, ici Sanders, on est arrivé à destination."



(Voilou, pas pu faire mieux x))
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Scénar N°2.1] There is still someone out [CLOS]   Lun 12 Oct - 21:08

Pourquoi fuir? Pourquoi tenter le diable et se faire remarquer alors qu'ils fuyaient? Pour qu'on les prenne pour des trouillards? Alek était loin d'être d'accord sur la course que les deux résistants tentaient de maintenir. Mettre le plus de distance entre les machines et eux. Ils étaient loin du compte, du moins pour le russe qui lui aurait bien agi différemment. Il risquait tout autant, certes, mais pas bien beaucoup plus. Eux courraient et ne pourraient pas échapper aux détecteurs infrarouges. Oui, c'était une certitude, sans parler que courrir agravait plus qu'elle n'était, la situation. Il aurait stoppé son élan, se serait immobilisé et aurait disparu des radars des machines, pour cela, il ne fallait pas grand chose, un petit objet si léger qu'il tenait dans sa sacoche. Enfin qu'importe, car s'il laissait les deux résistants regagnait la base, il ne pourrait plus rentrer avant un bon moment, ne sachant absolument pas où était l'entrée. Il n'arrivait même plus à se remémorer par quelle entrée il était arrivé la première fois, trop occupé à porter son compagnon d'infortune.

Le russe avait quelque peu du mal à suivre les deux jeunes gens, non pas qu'il était trop agé, mais il boitait toujours et pour dire la vérité, cela lui faisait un mal de chien maintenant qu'il s'appuyait plus que de raison sur sa jambe mal guerrie. Elizabeth s'inquiéta, peut-être craignait-elle que les machines soient bien trop proches, derrière les trois résistants, pour parvenir jusqu'à l'entrée dissimulée. Ethan lui indiqua alors l'entrée. Le russe soupira d'aise, il n'avait pas à courir encore trop longtemps. Sans un mot, les machoires soudées entre elles, il reprit le pas de courses. Un grille tomba et le noir se fit alors qu'ils descendaient les marches conduisant à la cave. Bizarrement, un étrange frisson parcourut son corps entier et l'idée bête qu'il se dirigeait vers les entrailles de la Terre le fit à moitié sourire. Il sortit prestement, le tube à essai dont il ne se séparait jamais. Ce dernier émit naturellement une lumière bleutée, faible, certes, mais assez puissante pour leur permettre de voir où ils posaient leurs pieds.


- Une course poursuite le matin, rien de mieux pour ouvrir l'appétit.

Il prononça cette phrase d'un ton peut-être léger, mais presque pour lui-même en maugréant peut-être un peu aussi. Il fallait qu'il s'asseoit et ce, vite, sa hanche lui faisait souffrir le martyr, pourtant, il ne laissa montrer qu'un visage légèrement crispé et peut-être quelques gouttes de sueur sur une tempe. Alors qu'une main était prise par le tube à essai, il s'appuya de l'autre contre le mur, évitant de s'appuyer sur son pied douloureux. Il reprit donc d'une voix audible pour les deux autres personnes présentes et qu'il pouvait voir:

- Ca peut paraître gamin, mais c'est quand qu'on arrive?

[Pas pu faire plus aussi]
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth Decker

avatar

Nombre de messages : 631
Age : 26
Age : 32 ans
Spécialité : - Les sciences (Biotechnologies)
- Observation et Analyse (Esprit Perspicace)

Date d'inscription : 27/04/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: [Scénar N°2.1] There is still someone out [CLOS]   Mer 14 Oct - 15:46

    Ethan répondit à la question d'Elizabeth et la réponse la rassura. Ce n'était plus très loin, bientôt ils seraient saufs. Enfin, si ils y arrivaient sans encombres ni imprévus. A Niagara Falls, il fallait se méfier de tout et la jeune femme préférait jouer la carte de la prudence. Elizabeth continuait de garder ce rythme de course, soutenu et énergique, afin de ne pas perdre ni en temps ni en souffle. Le regard vif, elle observait de tous côtés l'arrivée d'un éventuel indésirable. C'est que, tout près de la sortie, elle avait nullement envie d'être capturée. Le Red Tigers leur alerta qu'il leur fallait descendre.. Descendre quoi ? Ses marches pour aller s'enfermer dans une cave. La jeune femme avait un très mauvais pressentiment. Si Alek s'inquiétait de leur course, elle appréhendait leur cachette, abri au double jeu qui pouvait se retourner contre eux, devenant une prison. En effet, si des robots les avaient suivit, discrètement, ils ne leurs seraient pas bien dur de lancer un assaut. La scientifique n'aimait vraiment pas cette idée. Elle descendit en dernière mais, avant cela, elle lança derrière elle un dernier regard soupçonneux, comme pour s'assurer qu'aucune machine ne les avaient suivit. Puis elle posa sa main sur la rampe peu solide et descendit avec précaution.

    Il faisait noir et on n'y voyait peu. Ce fut un peu mieux grâce au tube à essai d'Alek qui leur produisit une petite lumière bleutée. C'était toujours mieux que rien et puis, quelque part, plus rassurant que d'être dans l'obscurité complète. Comme pour se raccrocher à cette petite lumière dans cette immensité sombre, Elizabeth ne la quitta pas des yeux, laissa son regard rivé sur elle.

    Elle détacha pourtant son regard, lorsqu'elle entendit la voix d'Ethan un peu en avant et tourna instinctivement son visage vers la source de la voix. Elle écoutait ses paroles, attentive. Alors qu'elle attendait sa réponse, c'est Alek qui ouvrit la bouche pour demander quand arriveraient-ils. Certes enfantine, mais très utile cette question. Elizabeth n'en savait trop rien mais elle voulait se montrer rassurante, peut être plus encore pour elle que pour lui, et lui répondit simplement, en baissant légèrement la voix dans un murmure à la fois pour ne pas déranger Ethan, pouvoir l'entendre, mais aussi ne pas briser le silence de ces lieux :


    "Et bien maintenant que nous avons fait notre part du marché, que nous sommes arrivés au point de rendez-vous, c'est à eux de nous donner la marche suivante à suivre. Ensuite nous pourrons enfin rentrer. Attendons la réponse de la base via le talkie walkie." conclut elle impatiente d'en savoir plus elle aussi.

    Elizabeth était impatiente, très impatiente même, elle qui habituellement était toujours d'une grande patience. L'attente lui paraissait interminable tant elle avait hâte. La première chose qu'elle ferait une fois arrivée à la base ? Serrer sa soeur fort dans ses bras. Et s'excuser aussi, pour ne pas avoir tenu sa promesse de rester à la base quelques temps. Il fallait que pareils soucis arrivent le jour où elle manquait à sa parole.. Si elle n'était pas si prompte à croire la science, elle dirait que le karma existe. Pour l'heure, elle ne se posait même pas la raison pour laquelle elle était dans une telle situation : elle avait juste hâte d'en sortir avec ses acolytes. D'ailleurs, elle crut que la réponse du talkie walkie ne leur parviendrait jamais, tant son impatience rendait l'attente longue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skynet
- Admin - Maître du Jeu
avatar

Nombre de messages : 128
Date d'inscription : 20/02/2009

MessageSujet: Re: [Scénar N°2.1] There is still someone out [CLOS]   Sam 17 Oct - 16:23

    Lorsque les trois hommes et femme eurent descendus les marches menant à la cave, ils purent découvrir une sale vide et humide, au fond de laquelle un tunnel avait été barré avec les moyens du bord : planches, tonneaux, boites en métal, caisses en bois... tout y était passé pour entraver le passage. Ce qu'ils ne pouvaient pas voir à cette distance et avec aussi peu de lumière, c'était la petite caméra glissée entre deux planches qui permettait aux surveillants de la salle de contrôle de garder un œil sur les lieux. Pas qu'il y eut grand chose à voir en règle générale car cette entrée secondaire extrêmement petite et éloignée du centre ne payait pas de mine. Ce qu'ils ne pouvaient pas voir non plus nos chers nouveaux venus, c'était les Green Bears planqués plusieurs mètres en retrait du barrage, prêts à tirer en cas d'intrusion ennemie.

    « Affirmatif Sanders, on vous a en visuel. » crachota le talkie-walkie quelques longues secondes après qu'Ethan eut parlé. « Vous êtes pile à l'heure, quelle ponctualité ! » Il y eut un petit silence, quelques bruits parasites au bout du fil, avant que la voix du jeune surveillant reprenne : « Bon, vous voyez le fatras devant vous là ? Ouais ? Alors vous avez deux-trois gars derrière, donnez leur le mot de passe et ils vous dégageront le passage... Ah non, pardon, pas de mot de passe, dommage... Carson leur a signalé votre présence, normalement ils devraient se bouger le cul... »

    Alors que le Green Bear au bout du fil monologuait, quelques bruits provenant du "fatras" en question indiquèrent qu'en effet on leur dégageait le passage de l'autre côté. Au bout de quelques petites minutes, le bout d'un fusil apparut, suivit de la tête d'un soldat. Après un coup d'œil pour s'assurer de leur identité, il leur fit signe d'approcher, se décalant pour leur laisser le passage et surveiller l'entrée de la cave en même temps. Entre deux caisses, quelques poutres et il-ne-valait-mieux-pas-savoir-quoi-d'autres, Elizabeth, Alek et Ethan purent se faufiler à l'intérieur d'un couloir étroit, clairement taillé dans la roche par la résistance. Ils tombèrent alors nez-à-nez avec deux autres Green Bears tendus comme des ressorts et peu amènes. A priori, leur escapade ne les avait pas fait rire, eux.
    Ce n'était pas encore grand chose, et ils avaient quelques bonnes centaines de mètre à faire dans ce boyau étroit avant de retrouver les lieux connus, mais ils y étaient, de retour à la base, en sécurité. Après une petite heure tendue, ils en auraient des choses à raconter, des rapports à faire, et des explications à donner...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://human-resistance.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Scénar N°2.1] There is still someone out [CLOS]   

Revenir en haut Aller en bas

[Scénar N°2.1] There is still someone out [CLOS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Human Resistance - :: Extérieur de la Base :: Ruines de la Ville de Niagara Falls (USA) -