AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

[Intrigues N°1&2] Humain Non Identifié en approche [CLOS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Skynet
- Admin - Maître du Jeu
avatar

Nombre de messages : 128
Date d'inscription : 20/02/2009

MessageSujet: [Intrigues N°1&2] Humain Non Identifié en approche [CLOS]   Sam 12 Sep - 17:46

Vendredi 20 avril 2029. 15h15. Salle de Contrôle.

    Depuis plus de deux jours que la base vivait en situation de siège, l'ensemble du personnel tendu et stressé par la situation, les leaders se voulaient rassurants et encourageants. Ce statu-quo ne pouvait durer indéfiniment, tôt ou tard les Cargo Vultures devraient battre en retraite ou changer de tactique. Après les frappes d'intimidation qui avaient pilonné la ville pendant la moitié de la journée de mercredi, faisant régulièrement trembler la base et paniquer les plus jeunes et les plus sensibles, la première option était bien entendu la préférée de tous, mais restait à savoir quand le "tôt ou tard" s'appliquerait. La réponse était arrivée il y a deux petites dizaines de minutes, avec l'avertissement venu des snipers placés en hauteur de l'approche de machines.

    La base était sur le pied de guerre. Toutes les personnes ayant reçues un entraînement militaire, aussi sommaire soit-il, avaient été réquisitionnées et armées. Chacun courrait de droite et de gauche, se bousculant et se pressant dans une cacophonie à peine brisée par les ordres des responsables. Une véritable confusion régnait dans les couloirs, et Caitlyn Stamford se réfugia derrière la première porte qu'elle trouva pour échapper à cette zizanie : celle de la salle de contrôle. Il y régnait un silence frappant en comparaison. Seuls trois Green Bear étaient présents, et ils ne quittaient pas des yeux les écrans de surveillance. Leurs talkie-walkie à portée de main, ils étaient prêts à prévenir leurs coéquipiers en poste aux entrées dès l'apparition de l'ennemi.

    Grace Lewitt faisait partie de ces contrôleurs. En poste depuis trois heures, elle était la seule du groupe à avoir préservée assez de patience pour répondre aux nombreux appels de leurs camarades tendus et impatients sur le front. Elle n'avait pas l'occasion de reposer son talkie que celui-ci grésillait de nouveau, comme le prouva fort à propos Caleb Langley. Posté à l'entrée sud-est, la plus exposée, il s'impatientait depuis pas mal de temps déjà, mais son appel était d'un autre genre que les précédents cette fois-ci :

    « Salle de contrôle, j'ai un mouvement au coin de l'avenue Obama et de la rue Armstrong. Confirmez. »

    Le talkie se taisait à peine qu'un Green Bear, le nez collé aux écrans, zooma sur le carrefour indiqué et plissa les yeux jusqu'à s'y tuer la rétine. Toutes les personnes présentes se penchèrent en avant pour décrypter le petit écran jusqu'à ce qu'un mouvement attire leur attention. Sans décoller les yeux de l'écran, le Green Bear répondit alors par le biais du talkie-walkie :

    « Mouvement confirmé, je répète, mouvement confirmé. C'est un... humain ?! »


Au même moment, entrée sud-est.

    Dissimulées le long de l'entrée de manière à avoir un large visuel, les sentinelles étaient tendues comme des cordes depuis l'avertissement d'ennemis en approche. Les regards des Red Tiger et Black Snake postés en retrait et attendant le moindre signe de leur part pour passer à l'action n'arrangeaient nullement la chose. Leurs armes à feu serrées contre eux, le talkie-walkie à portée de main, ils balayaient les rues d'un regard perçant, mais leur imagination leur jouait parfois de drôles de tours, et ce n'était que la cinquième fois que l'un d'eux semblait apercevoir un mouvement. C'est pourquoi le doute de Caleb ne les émut pas plus que cela. Mais, lorsque la salle de contrôle confirma le mouvement et l'identifia comme provenant d'un humain... ils échangèrent des regards écarquillés et se tordirent le cou pour apercevoir ce fou qui marchait en terrain miné (littéralement).

    En effet, une femme, de grande taille, vêtue de bric et de broc mais armée, s'avança dans la rue. Elle était encore bien trop loin pour qu'ils aperçoivent son visage, mais elle s'avançait sans chercher à se cacher et sans frayeur apparente. N'avait-elle donc pas aperçu les Cargo Vultures, à quelques petits kilomètres de là ? Comment avait-elle pu leur échapper ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://human-resistance.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Intrigues N°1&2] Humain Non Identifié en approche [CLOS]   Dim 13 Sep - 19:37

Malgré le bruit et les tremblements dûs aux bombardements, Grace avait passé, cette nuit, une des meilleures nuits qu'elle eut la chance de vivre depuis quelques semaines. Son violon achevé, elle avait enfin pu se coucher à une heure décente et retrouvé toute son énergie, ce qui semble requis, voir nécessaire, dans les conditions actuelles.

Cet après-midi, elle était chargée de l'observation avec deux autres Green Bears. Comme les sorties étaient interdites jusqu'à nouvel ordre, leur poste d'observatoire était la salle de contrôle, où tous les écrans des caméras placées à l'extérieur leur donnaient une vue de ce qui se passait dehors. De là, ils faisaient la liaison avec d'autres Green Bears placés devant toutes les entrées grâce à des talkie-walkie. La tension était palpable et les membres qui attendaient un peu partout devenaient, avec le temps et un peu d'impatience, totalement parano. Grace était en poste depuis maintenant trois heures et semblait être la seule à ne pas craquer face à la situation de panique qui gagnait peu à peu toute la base. Ses deux coéquipiers semblaient, eux, perdre totalement le contrôle de leurs nerfs. Pour éviter qu'ils ne disjonctent, la jeune femme prenait le plus d'appel venant de l'extérieur possible. En effet, les hommes qui gardaient les entrées voyaient de plus en plus de "mouvements suspects", qui en fait n'en étaient pas et perdaient assez vite patience quand on ne leur répondait pas rapidement.

Dans l'effervescence, Grace n'attacha pas beaucoup d'importance au fait que Caitlyn Stamford, un membre du personnel médical d'après ce que Grace se souvenait, entra dans la pièce. Comme elle n'avait même pas le temps de dire ouf que son talkie-walkie se remettait à grésiller, elle n'y accorda pas plus d'attention.

Mais c'est alors qu'elle reçut un appel de Caleb Langley, un de ces coéquipiers posté à l'entrée sud-est, la plus exposée. Elle s'apprêta à l'envoyer sur les roses pour l'énième fois, mais son intervention fut différente des précédentes.


"Salle de contrôle, j'ai un mouvement au coin de l'avenue Obama et de la rue Armstrong. Confirmez."

C'est alors que tout le monde se réunir autour de l'écran où un Green Bear observait la scène. Le silence fut de plomb. Tout le monde retenait son souffle, attendant de voir si le jeune homme n'avait pas halluciner encore une fois à cause du stress, ou si la menace était réelle. Et c'est dans cette plus grande concentration que tout le monde le vit, le mouvement que Caleb avait vu et ce n'était pas n'importe quoi ! Un Humain se baladait dans les rues désertes de la ville !

Avant que l'on ait eu le temps de réagir, le Green Bear situer devant l'écran empoigna un talkie et avertit toutes les unités.


"Mouvement confirmé, je répète, mouvement confirmé. C'est un... humain ?!"

C'était une femme, de grande taille, vêtue de façon assez étrange, mais armée, s'avançait dans la rue. Elle était encore bien trop loin pour que l'on ne puisse apercevoir son visage, mais elle s'avançait sans chercher à se cacher et sans frayeur apparente. C'est alors que la salle de contrôle subit son pic d'effervescence de la journée. Tout le monde se pausait les mêmes questions. N'avait-elle donc pas aperçu les Cargo Vultures, à quelques petits kilomètres de là ? Et puis d'abord, comment avait-elle pu leur échapper ?!

Evidemment, comme pour chaque Green Bear, le siège joue avec les nerfs de Grace. L'enfermemant, trop peu pour eux, mais Grace, elle avait une peur en plus que ses confrères. La crainte de se refaire capturer. C'est d'ailleurs pour cela qu'elle réussit à garder son calme et à donner son maximum. Pour éviter que cela ne se reproduise. Alors, lorsque Caleb remarqua un humain s'approchant de la base, Grace, tout aussi surprise que les autres, observa avec attention et intérêt l'écran de surveillance.

Cette femme a le pas lourd et une démarche rigide, très particulière. Ses bras posés sur son arme, son visage impassible, seuls ses membres inférieurs bougent lorsqu'elle marche. Mais Grace n'a pas le temps d'analyser la chose, de le faire remarquer à qui que ce soit et de faire part de ses observations à une des personnes présentes dans la pièce, qu'un horrible pressentiment la glace de terreur. Les souvenirs de son emprisonnement lui reviennent en mémoire comme un boulet de canon. Ils détruisent tout ce qu'elle à put reconstruire depuis qu'elle est libre, comme si ce boulet avait été destiné à un châteaux de carte, lui faisant perdre toute couleur, la rendant livide et totalement décomposée. Elle se souvient d'une démarche similaire, elle l'a déjà vu et c'est justement ce qui lui faisait peur. Cette démarche, elle en avait instinctivement peur et ce n'était pas sans raison.

Ses souvenirs aussi effrayants les uns que les autres lui firent perdre ces moyens. Elle devrait prévenir le reste des Green Bears que ce n'est pas normal, que quelque chose clochait chez cette femme, même si elle n'arrive pas tout à fait à se souvenir de ce que cela signifiait. Mais la peur la paralysait totalement. La rendent incapable de bouger, ni même de parler. Elle restait là, planté devant cet écran, où une femme terrifiante avançait vers la base.

C'est alors qu'elle se revit, dans ce camp, où des yeux rouges, sans vie, la fixent 24h/24, surveillent ses moindres mouvements. Oui, ça, elle s'en souvient, cette sensation de n'être qu'un vulgaire outil que l'on jettera une fois cassé ou trop usé, cette envie de fuir totalement irrésistible à laquelle pourtant on ne peut pas accéder. Oui, cette peur lui revient et s'empare peu à peu d'elle la rendent de nouveau aussi muette qu'une tombe et aussi inutile qu'un robot sans pile.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Intrigues N°1&2] Humain Non Identifié en approche [CLOS]   Mer 16 Sep - 15:12

    En quelques minutes l’ambiance s’était métamorphosée ! Caitlyn n’y croyait pas … Une foule de gens se bousculaient dans les couloirs. La frêle survivante jouait des coudes pour ne pas être écrasée entre toutes ces personnes, la majorité étant armée, il était préférable de ne pas rester à proximité de ces individus ! La belle brune se fit à plusieurs reprises marcher sur les pieds, insulter pour avoir fais mal à quelqu’un ou pousser. C’était une véritable catastrophe ! Cet état de panique totale était créée par la nouvelle … Il y avait ces bruits répétitifs qui faisaient peur aux plus fragiles et il y avait cet ordre suspect qui avait dis aux gens les plus « aptes à pouvoir manier une arme » de se rendre sur là où l’on leur donnerait des informations. Miss Stamford était douée pour le tir, une arme entre les mains elle pouvait se révéler être une autre personne que la douce et fragile psychologue. Mais ils avaient besoin d’elle ici ! Là-bas, il devait déjà y avoir des dizaines de prétendants aux postes. Un homme lui mis un violent coup de coude dans les côtes, Caity poussa un juron involontairement et plaqua une main contre son pauvre corps endoloris. Elle lui lança un regard noir tout en l’insultant méchamment … Il bafouilla brièvement quelques excuses rapides et pris la fuite.

    Caitlyn évita une seconde personne qui s’apprêtait à lui marcher sur le pied droit, elle avait eu une horrible idée d’enfiler l’une des dernières paires d’escarpin encore en état de servir. La demoiselle soupira d’exaspération et ouvrit la première porte venue, si ça continuait comme ça, elle finirait tuée pour cause de piétinement ! Très peu pour elle … La jeune femme constata alors qu’elle ne se trouvait pas dans n’importe quelle pièce de la base. Elle était dans la salle de contrôle, cette pièce où les Green Bear vérifiaient que rien ni personne n’entre ou ne sorte de la base sans « autorisation ». Caity resta muette un instant mais revint à elle aussi vite, son regard passa sur les trois Ours. Une jeune femme attira plus particulièrement son attention … Oui, elle en savait des choses sur Grace Lewitt ! La Green Bear préservait son calme, s’autorisant même l’accès au talkie-walkie des autres pour les soulager d’un poids. Caitlyn l’observa une minute mais elle eut très peu le temps de s’attarder sur ce point-là … Une voix retentit soudain :

    « - Salle de contrôle, j’ai un mouvement au coin de l’avenue Obama et de la rue Armstrong. Confirmez. »

    Cette voix fit paniquer Caitlyn, du mouvement ? Alors c’était vraiment dangereux ? Dangereux comme dangereusement mortel ? La psychologue se surpris à froncer les sourcils et se mordre la lèvre inférieure. Elle n’y connaissait rien à toutes ces caméras, ces voix qui sortaient dans talkie-walkie, ces noms de codes et ces appels inutiles mais elle n’était pas stupide ! Quelque chose de très mauvais approchait … Ces bruits et la panique prouvait que les soupçons de la miss étaient fondés. Caity avança de quelques pas, elle n’était pas une Ours mais qui en avait quelque chose à faire des grades ? Ils devaient se serrer les coudes ! Tout en gardant discrètement un œil sur Grace, elle tenta de percevoir ce mouvement dont parlait l’inconnu. Et là … Un humain apparut. Plus précisément une humaine ! La confusion fut le premier mot qui survint dans l’esprit de la psychologue, qui était-ce et pourquoi n’était-elle pas morte ? Les questions s’entrechoquaient dans les pensées de la douce brunette. Ses yeux se dirigèrent instinctivement vers Grace.

    Ce n’était pas de la surprise, c’était de la peur ! De l’appréhension … Quelque chose ne se déroulait pas comme Grace l’aurait souhaité et ça, ça mettait Caitlyn dans une situation à délicate. Avait-elle déjà croisé cette femme ? Savait-elle ce qu’elle venait leur dire ? Cette humaine qui marchait vers la base était armée ! C’était tout à fait normal … Sans arme, elle n’aurait pu survivre dans la nature ! Mais tout de même, ne jamais faire confier à un quelque chose qui pourrait vous tuer en quelques secondes. Miss Stamford était aussi interloquée que le reste de l’assemblée mais elle reprit rapidement le fil de ses pensées, prenant conscience qu’un évènement étrange se déroulait sous leurs yeux, elle se plongea dans d’intenses réflexions.

    Caity eut envie de poser une main sur l’épaule de Grace, pour la dérider quelque peu … Cette pauvre fille avait la tête d’un zombie ! Aussi livide qu’une morte, aussi inerte qu’une tombe. Elle semblait vidée d’elle-même, son esprit vagabondait bien loin de la salle de contrôle dans laquelle elle se trouvait ! Grace était perdue et le métier de Miss Stamford consistait à aider les gens à émerger de la brume. Elle s’approcha lentement de l’Ours et pencha la tête pour mieux distinguer ses traits livides et de marbre. Caitlyn fronça les sourcils et posa une main sur son bras, faute de pouvoir faire mieux, elle ajouta sur un ton réconfortant :

    « - Ne vous inquiétez pas mademoiselle ! Nous sommes tous dans l’incertitude … »

    Elle lui fit un grand sourire qui se voulait encourageant, Caitlyn ne pouvait forcer Grace à reprendre le contrôle d’elle-même mais elle pouvait l’aider à quitter cet état de torpeur profonde ! La psychologue reporta involontairement les yeux vers l’écran sur lequel on pouvait désormais distinguer plus ou moins distinctement une silhouette avancer, une silhouette pas spécialement effrayante … Cette femme apportait avec elle une vague de mystère ! Mystères qui se verraient rapidement résolus selon Caity. Personne ne laisserait entrer quelqu’un de dangereux au sein de la base ! La belle brune eut un choc en prenant conscience qu’elle tentait vainement de se réconforter … Si elle arrivait à un tel point, c’était que la situation était bien plus sérieuse qu’elle ne l’avait supposée.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Intrigues N°1&2] Humain Non Identifié en approche [CLOS]   Jeu 24 Sep - 20:11

    Engagez-vous qu'ils disaient, Engagez-vous... Allongé entre deux bouts de gravats, le Caleb faisait un peu la gueule. Il se répétait en boucle cette phrase. C'est qu'il n'avait pas trop possibilité de bouger le pauvre. Une couverture en allu sur le corps suffisait d'un faux mouvement pour découvrir une partie infime de son corps. Et les machines ne rigolaient pas avec ça, une seul marque rouge sur le scanner et elles faisaient feux ! Il les avait vu faire feux à plusieurs reprise dans la matinée déjà. Surement de pauvre petits rongeurs sans défense mais ça les machines, elles s'en fichaient bien. IL n'y avait pas de place pour un cœur parmi ces tonnes de câbles et de puces électriques. Engagez-vous qu'ils disaient, Engagez-vous. Ruminant dans son coin, Caleb se plaignait pour changer. En plus de ça y avait une barre de de fer qui commençait à lui rentrer dans le cul.. Déjà quatre heures qu'elle essayait la coquine. Quand il sortirait de là, il lui ferait sa fête à cette saloprie de barre. En plus, il avait envie de pisser. Il s'inclina légèrement sur le côté et se soulagea. Il avait pris l'habitude maintenant de toujours ouvrir sa braguette avant de se mettre en planque. Bon c'était pas super esthétique, y avait toujours un bout de son futal qui prenait mais c'était pas si dramatique... Il en profita même pour allumer son talkie et sa caméra.

    "Waaa.. Paulator nous attaque, il inonde la cité."

    Inutile de préciser qu'il avait filmé son jet ainsi qu'un petit bout de son phallus enfin que la superbe Grace admire la bête. C'était une blague de mauvais goût certes, mais l'ours en avait bien besoin. Très sociale, il ne supportait pas de rester la à s'emmerder avec pour seule copine une vicieux petite barre de fer rouillé. *Non, je ne t'ouvrirais pas la porte, j'vais pas chopper le tétanos pour tes beaux yeux* dit Cab à la barre. Ça lui arrivait souvent de parler à des objets, c'était signe qu'il était temps qu'il s'casse parce qu'une fois parti dans son tripe, il ne s'arrêtait pas avant un bon moment. Une annonce arriva, un ours croyait avoir vu quelque chose. Lorsque Grace annonça que ce n'était que l'imagination de type, Caleb ne pu s'empêcher de répondre :

    "Bah alors mon gaillard, tu as mis le doigt devant ta caméra ?"
    "Ahah très drôle Caleb, celle là, c'est cadeau, j'te l'offre si tu fermes ta gueule."

    Caleb resta muet pendant quelque secondes. Il ouvrit le canal avant de le refermer. Une réplique sanglante lui était venu à l'esprit mais par chance, il avait eu la jugeote de ne rien dire. Les esprits s'échauffaient si vite en ce moment. Un peu sur son nuage, il reprit sa parade amoureuse avec cette foutu barre de fer.

    -Et toi, tu te fais pas chier à rester ici toute la journée ?
    -Mouais, c'est vrai que t'as pas de bras pour te déplacer.
    -Non ne me regarde pas comme ça, j'ai une mission à accomplir, j'ai pas de temps à perdre avec tes désirs


    Un peu plus tard, il ferma la yeux, il était tellement tendu depuis près de 4h qu'il commençait sérieusement à s'endormir. Il lui fallait du carburant. Un bon steak de Madame la cuisinière et puis des épinards ! C'était tellement rare d'avoir des légumes verts dans son assiette qu'ils étaient devenu des mets raffinées au yeux des Hommes. Faut dire a force de chier des briques, On avait bien compris que les légumes verts étaient important. C'est lorsqu'il ouvrit les yeux qui sursauta. Une silhouette venait t'apparaitre dans son champs de vision. Il sortit la caméra. C'était quoi ce truc. Ça marche !? Hein !? Caleb se cambra et remarqua que les cargos voltures n'émettaient plus un son comme si ils avaient disparu, comme par enchantement. Caleb hésita un moment. Etait-ce le stresse ? Il n'avait pas vraiment envie de donner une forte alerte à Grace qui avait assez de boulot comme ça. Finalement il ouvrit le canal :

    « Salle de contrôle j'ai un mouvement suspect au coin de l'avenue Obama et de la rue Amstrong. Confirmez »

    En même temps qu'il attendait sa réponse, la silhouette semblait de moins en moins flou. Il avait raison. *Aller confirme ma belle, j'le vois de la que c'est réel * C'était con comme réaction. Il était lui même surpris par cette pensée. Mais si ça pouvait lui laisser l'occas' de se dégourdir les jambes, y avait pas de raison. Lorsqu'elle confirma un poids lui soulagea le ventre pour venir titiller ses entrailles. Pourquoi un.. UNE humaine marchait NUE (!?) Dans l'avenue ? Elle était là armée d'une mitrailleuse marchant d'une démarche d'automate comme si elle boitait. C'est vrai qu'une mitrailleuse pour une femme c'était pas super agréable à porter. Elle était grande, elle était blonde. Mais c'était qui cette suédoise ? Un frisson le parcourra, il venait de jeter un coup d'oeil sur son corps. Elle était vachement bien foutu :

    "J'crois que Paulator se réveille !"

    Il voulait détendre l'atmosphère car après tout, c'était lui qui craignait le plus alors autant montrer que c'était pas une suédoise armée jusqu'au dent qui allait lui faire peur. Surtout pas lui qui avait horreur des armes et qui n'avait qu'un semi-automatique et un pack de grenade. Il aurait du le prendre ce putain de fusil d'assaut, aujourd'hui plus que jamais il le regrettait...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Intrigues N°1&2] Humain Non Identifié en approche [CLOS]   Ven 25 Sep - 23:11

Vision d'horreur. Le sang qui se glace dans vos veines, le corps qui se rigidifie, la peau qui perd soudainement toutes ses couleurs, un visage pâle, dénué de toute expression joyeuse, seul une peur immense y reste gravée. Cette sensation de n'être qu'une âme bloquée dans un corps sans vie, dans une coquille vide, Grace la connaît plus que bien, elle la redoute. Et, à ce moment même, ce sentiment d'infinie impuissance, elle le ressentait. La simple vue de cette femme, se mouvant étrangement dans les rues désertes de Niagara Falls, lui remit en mémoire tous ses souvenirs les plus douloureux de ces dernières années. La perte des ses parents, sa période de noirceur intense, recluse dans une cellule d'un camps de travail, son esclavagisme et le fait de se faire traiter de jouet à longueur de journée, travailler à la chaine sur des circuits intégrés, ce couper le bout des doigts une bonne vingtaine de fois par jour, tout ça, tous ces moments plus douloureux les uns que les autres, lui revinrent tellement violemment en mémoire qu'elle eu l'impression de recevoir une bonne gifle, bien placée, en plein sur la joue droite.

La jeune Green Bear restait la, plantée, les yeux écarquillés, regardant dans le vide des écrans de contrôle. La salle sembla vide, les choses se passèrent au ralentit, elle n'avait plus du tout la notion de ce qui l'entourait et n'entendait les voies des personnes présentes que comme un légers brouhaha étouffé.

Caitlyn Stanford, présente dans la pièce, avait, semble-t-il, remarquée l'état de torpeur dans lequel Grace se retrouvait plongée. Elle s'approcha de la jeune femme, et, d'une voie qui se voulait rassurante, trouva les mots pour faire émerger Grace de cette "transe". La jeune femme, maintenant consciente de ce qui se passait autour d'elle, aurait tant voulut lui répondre, lui dire ainsi qu'aux autres, que cette femme n'était pas ce qu'ils croyaient, et qu'elle, plus que quiconque, était bien placée pour en avoir peur. Un peur, qui malheureusement, sembla ne pas vouloir la lâcher, et noua sa gorge à un tel point qu'aucun sont n'en sortit. Grace resta donc ainsi, la bouche entre ouverte, attendant et souhaitant que sa voie réapparaisse, sans résultat.

Elle ignorait si Caitlyn comprenait la situation dans laquelle elle se trouvait, mais elle ne put s'exprimer qu'à travers se regard qui hantait son visage, celui de la peur.
Elle se sentait désespérément inutile alors qu'elle pouvait tellement pour eux.
Ce furent les remarques quelques peu affriolantes de Caleb, et surtout les paroles d'un des Green Bear prononça qui fit véritablement sortir Grace de son état second. Le jeune homme émettait l'hypothèse que cette "humaine" aurait, éventuellement, survécut aux machines, et qu'elle pouvait nous être à nous tous, humains coincés dans cette base, d'un grand secours. Ce fut la goute d'eau qui fit débordée le vase.
La peur se manifesta d'une toute autre manière cette fois ci. Sa bouche, autrefois muette comme une tombe, laissa échapper un cri strident, pas spécialement fort, mais qui voulait tout dire. Autant de peur, de détresse, et de souffrance contenue dans ce petit couinement fit comprendre aux personnes qui l'entouraient qu'elle en savait plus qu'eux.
A présent capable de parler, elle débala tout d'un bloc, sans chercher à prendre des gants pour ne pas effrayer les plus sensibles d'entre eux, non, c'était beaucoup trop lourd à porter pour ses petites épaules, il fallait qu'ils sachent !


"Pitié non ! Ne le laissez pas entrer ! Il nous tuerait tous ! Cette chose n'est pas ce qu'elle semble être !"

Vous vous direz surement qu'elle en fait peut être un peu trop. Eh bien non, pas du tout. En fait, cette chose était vraiment la chose la plus dangereuse et sans pitié qu'il lui fut permis de rencontrer. Jamais elle n'avait vu pire.
Constatant que tout le monde semblait assez dubitatif face à ces déclarations, elle dit, sans macher ses mots, et sans prendre la peine de s'expliquer :


"C'est une machine !!"

N'en avaient-ils encore jamais vu de tel ? Surement que non.
C'est alors que Grace se souvint que la base était totalement coupée du monde qui l'entoure, et que ce modèle de robots était encore tout récent. Elle-même, n'en avait croisé que vers la fin de son enfermement. Et encore, à l'époque, ils n'était qu'en période d'essais.

Elle les avaient cependant assez vu à l'époque défiler devant ses petits yeux apeurés pour en reconnaitre un à coup sur au premier coup d'œil. Oui, elle en était sûre, c'était bien un des nouveaux modèles, aussi puissants, insensibles, et invincibles que tous les robots, mais possédant une apparence tout ce qu'il y a de plus humaine.
Sous cette fausse peau pâle de jeune femme (celle qui se balade nue dans la rue en ce moment même), se cache un circuit intégrés et des composants électroniques tout ce qu'il y a de plus sophistiqué. Et dire qu'elle, petite Grace Lewitt, avait participé au massacre qui s'annonçait en créant certains composants qui on surement servit pour fabriquer ces monstres sur-humains. Elle n'en revenait pas, et s'en voulait plus que tout. En elle, la peur fut accompagnée par cette haine immense qu'elle avait envers elle-même.

A par amant, ces derniers mots firent plus que mouche, car la réaction des personnes présentes fut immédiate. Même les plus courageux, ou bien ceux qui n'y croyaient pas une seconde, furent traversés par un frison de terreur. Les yeux ne mentent jamais, et on pouvait aisément lire qu'ils avaient peur. Ce simple mot "machines" était une des principales causes d'insomnies dans la bas, et les cas avaient même doublés ses derniers jours, alors autant vous dire que ce mot aurait été à prendre avec des pincettes.
Revenir en haut Aller en bas
Skynet
- Admin - Maître du Jeu
avatar

Nombre de messages : 128
Date d'inscription : 20/02/2009

MessageSujet: Re: [Intrigues N°1&2] Humain Non Identifié en approche [CLOS]   Sam 28 Nov - 17:50

    L'avertissement de Grace avait résonné dans tous les talkie-walkies et les Green Bears se raidirent en parfaite unisson, les souffles s'accélérant, le rythme cardiaque battant dans leurs oreilles jusqu'à les rendre sourds. Zachary Truman était le responsable du groupe de surveillance de l'entrée. En position centrale, il avait une vue parfaite sur ses hommes - qui le fixaient en cet instant, attendant les ordres, fébriles - et sur l'entrée. Sans quitter des yeux la silhouette s'avançant vers eux, il se brancha sur le canal radio et souffla d'une voix tendue mais maîtrisée :

    « Lewitt, nous sommes tous sur les nerfs... Confirmez. » Grace était l'une de ses recrues les plus récentes et l'une des plus fragiles. S'il avait toute confiance en son jugement, sa prudence était légendaire et il ne serait pas dit qu'il ferait criblé de balles une femme parce que l'une de ses élèves avaient perdu son sang-froid. Dans la salle de contrôle, tous les yeux étaient rivés sur Grace qui, tremblante, ne sut que répondre à son supérieur, un court instant au prise avec un manque de confiance en elle. Elle fixa Caitlyn dans un appel désespéré à l'aide, et celle-ci retira délicatement la radio de ses mains pour la porter à ses lèvres et répondre à sa place : « Ici Caitlyn Stamford, psychologue, je confirme l'état de lucidité de Grace Lewitt. » Et, vraiment, c'est tout ce dont Zachary avait besoin.

    « Olcàn. Vise les jambes. Salle de contrôle, prêt pour détonation. Equipe en stand-by. A mon signal. »
    Le tireur d'élite des Green Bears se glissa au sol. Un oeil fermé, il attendit le moment propice. Tous les yeux étaient rivés sur la silhouette continuant d'avancer mécaniquement. L'irlandais tira, toucha le genou droit de sa victime. Celle-ci s'arrêta, cilla à peine, et reprit sa route. Pour ceux qui doutaient de Grace jusqu'alors, refusant l'idée que les machines aient pu prendre une apparence humaine, la réalité leur tomba comme un couperet sur la tête. Les robots avaient maintenant un visage.
    « Bordel de merde... Schwarzenegger en jupon. » laissa échapper Caleb.

    La créature ayant eu confirmation d'une présence dans l'entrée de parking leva son arme lourde avec une aisance peu naturelle pour son apparence de jeune femme. Elle tira rafales de mitraillette après rafales. Les Green Bears se replièrent derrière leurs abris de fortune et Zachary cria sur le canal, par dessus le tonnerre des balles :
    « Feu à volonté !!!!! Salle de contrôle, A VOUS ! »

    Tandis que dans les sous-sols, les échanges de tirs étaient nourris, la salle de contrôl était agitée d'une toute autre effervescence. Les Green Bears présents s'étaient retournés vers les détonateurs rangés en ordre sur une table. Quelques jours auparavant, les spécialistes de la base avaient piégé tous les environs et leur avaient confiés les commandes en cas d'urgence. L'un des Green Bears perdant son sang-froid s'agitait devant la table, les yeux rivés sur la demi-douzaine de détonateurs.
    « Bordel, bordel, bordel, c'est laquelle ?! »
    « Laisse-moi faire ! » répliqua Grace en le repoussant, craignant que sous la pression il ne fasse exploser les mauvaises charges. D'un coup d'oeil elle se remémora leurs instructions et repéra le détonateur correspondant à l'entrée sud-est. « Attention ! » prévint-elle sur le canal radio avant de réaliser un décompte. A zéro, elle appuya sur l'interrupteur, le regard rivé sur les écrans de contrôle, la gorge nouée mais les mains toujours aussi sûres qu'à l'époque de sa détention.

    Les charges posées par Cheyenne Quinlan et Matthew Carson deux jours auparavant explosèrent en chaîne. Les immeubles environnant l'entrée s'écroulèrent dans un magnifique fracas, soulevant un nuage de poussière monumental. Les tirs s'arrêtèrent, les Green Bears tirant sur leurs vêtements pour se couvrir le nez et fermant les yeux pour ne pas être irrités. Lorsque le plus gros se fut dissipé, ils osèrent jeter un coup d'œil prudent. En salle de contrôle, le silence était total, leurs écrans étant couverts par une épaisse fumée. Chacun attendait un signe, une preuve que la machine avait survécu à l'explosion. Seul régnait le silence.
    « Caleb, avec moi. Olcàn, tu nous couvres. » murmura Zachary en se redressant.

    Grommelant pour lui-même, Caleb le suivit et ils s'avancèrent rapidement, têtes baissées pour donner une moins mauvaise cible à l'ennemi. Ils durent plisser des yeux pour apercevoir quoi que ce soit dans cette purée de pois, mais quelques étincelles attirèrent l'attention de Caleb, qui fit signe à son supérieur avant de s'avancer. Là, à moitié écrasée par une grande plaque de béton, le Terminator nouvelle génération grésillait. Le choc l'avait un instant désactivé, mais lorsqu'ils s'approchèrent, il fit mine de réutiliser son arme. Zachary la dégagea d'un coup de pied, la mettant hors de portée. Malgré la poussière, ils pouvaient apercevoir le métal sous la peau artificielle qui recouvrait sa carcasse. Son enveloppe était déchirée en de nombreux points et aucun doute n'étaient désormais permis : c'était l'ennemi. La machine tendit une main pour saisir la jambe de Caleb. Celui-ci fit un bond en arrière et déversa son arme sur le membre qui fut déchiqueté. Zachary fit de même pour l'autre bras. Le Terminator était ainsi sans défense, et d'un signe de tête Zachary invita Caleb à mettre en pratique ses cours : avec une grimace de dégout, il sortir un couteau de sa poche et découpa la peau artificielle afin d'attendre la puce, qu'il dévissa après quelques efforts. Le corps ne fut plus alors qu'un monceau de métal. Caleb conclut tout en tendant la puce à son supérieur :
    « Bon, c'est pas tout ça mais j'ai une envie de soda moi... »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://human-resistance.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Intrigues N°1&2] Humain Non Identifié en approche [CLOS]   

Revenir en haut Aller en bas

[Intrigues N°1&2] Humain Non Identifié en approche [CLOS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Human Resistance - :: Base de Niagara Falls :: Niveau 0 : Entrées :: Salle de Contrôle -