AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

[Intrigue N°3] Des Red Tigers au sang chaud - Ana, Aby & Delilah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Skynet
- Admin - Maître du Jeu
avatar

Nombre de messages : 128
Date d'inscription : 20/02/2009

MessageSujet: [Intrigue N°3] Des Red Tigers au sang chaud - Ana, Aby & Delilah   Mer 4 Nov - 16:44

Jeudi 3 mai 2029. 10h45.

    C'était un jour comme un autre au planning des Red Tigers. Cela faisait bientôt deux semaines maintenant que le siège avait eu lieu, et ils avaient repris leur routine habituelle sans grand changement, comme si rien ne s'était passé, ou presque. Leilah avait accru leurs entraînements aux armes lourdes pour pallier aux difficultés qu'ils auraient pu rencontrer s'il y avait eu confrontation. Ils n'étaient pas non plus beaucoup sortis ces derniers temps, la peur du retour des Cargos poussant le Conseil à retarder toute éventuelle mission qui les éloignerait trop fortement de la base. Et ce dernier point n'avait pas améliorer l'humeur de certains membres du groupe, fatigués de "rester en cage". Et à tout cela il fallait maintenant rajouter les rumeurs qui circulaient largement dans la base et enflaient en quelques débats et discussions houleuses. Les accusations des Nomades trouvaient un écho particulièrement important dans ce groupe qui détestait l'inaction et encore plus qu'on les traite de "pleutres". Bref, l'ambiance n'était pas au beau fixe et si devant leur leader personne n'osait moufter de par le respect qu'ils lui portaient, en son absence ça caquetait sévère, autant contre les Nomades que contre le Conseil.

    Réunis dans la salle d'entraînement réservée à leur usage ce matin là, les Red Tigers s'entraînaient par petits groupes en attendant l'arrivée de Leilah et d'instructions supplémentaires. Chacun travaillait ses points faibles, et Abigail Rivers, Ana-Maria Lucarez et Delilah Addison s'étaient notamment regroupées pour travailler le combat à mains nues. Elles s'affrontaient en deux contre un, pour égaliser le rapport de force qui penchait en la faveur d'Aby, spécialiste du corps à corps et porteuse d'une prothèse au bras droit. Leur combat offrait un spectacle intéressant connaissant les trois jeunes femmes : Delilah était aussi douée pour travailler en équipe que pour faire du tricot, et les jurons volaient à la pelle lorsqu'Ana et elle s'embrouillaient les membres.

    Mais leur petit combat amical fut bientôt interrompu par des éclats de voix à l'autre bout de la cave mal éclairée. Peu à peu les Red Tigers cessèrent de s'entraîner pour se tourner vers le petit attroupement créé par la confrontation de deux hommes : Andrew Hyde et un militaire mexicain réputé pour avoir le sang chaud. Si le début de leur argument avait échappé à la plupart des personnes présentes, son essence devint rapidement évidente :

    « Fait attention à ce que tu dis Barros ! Leilah est ta supérieure et elle t'a sauvé la peau plus d'une fois ! » s'exclamait l'éclaireur des Red Tigers.
    « Et je l'aurais défendu de ma vie si elle ne disait pas 'amen' à tout ce qu'une femme politique ordonne ! Mallory n'est pas un chef, c'est un perroquet, qui mange dans la main d'une souris qui se planque au moindre signe d'averse ! »

    Des exclamations s'élevèrent de toute part à ces accusations, pour les approuver ou les réprouver, et couvrirent la suite de sa tirade. Une tirade qui devait se montrer particulièrement insultante car Andrew lui décocha alors un uppercut retentissant. Les hostilités étaient lancées. On se précipita pour les départager, soutenir l'un ou l'autre, ou tout simplement participer à la baston. Et en quelques instants un simple entraînement tourna à l'émeute générale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://human-resistance.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Intrigue N°3] Des Red Tigers au sang chaud - Ana, Aby & Delilah   Jeu 5 Nov - 12:54

    Il ne fallait pas être un intellectuel particulièrement doué pour se douter que ce jour là les Red Tigers avaient entraînement. Si aucun des Red ne traînait dans la base les sons - ou plutôt les cris - qui s'échappaient de leur salle d'entraînement étaient pour le moins significatifs. Deux semaines qu'il restaient cloîtrés à Niagara Falls. Deux semaines d'emmerdement spectaculaire pour Delilah qui s'était alors portée volontaire aux deux seules missions de surface. Et quelles missions ! La base étant prise au piège par deux cargos Vultures le Conseil avait décidé de n'autoriser que les sorties nécessaires à leur survie ; autrement dit la bouffe et quelques rares munitions trouvées par ci par là. Deux missions pour les Black Snakes épaulés de quelques Tigers où Delilah avait pu se défouler un tant soit peu sur quelques rares machines et Ivy Valencia, une de ses cibles favorites. L'ennui était tel que lorsque la jeune femme apprit l'entraînement du lendemain elle en fut presque enthousiaste. Entraînement collectif signifiait néanmoins "ensemble" et ce mot ne semblait pas avoir de sens pour celle que l'on surnommait allègrement la kamikaze.

    Delilah Addison avait en effet tout d'un kamikaze. Le danger ne signifiait quelque chose que dans le sens d'adrénaline et c'est ça et uniquement ça qui la motivait. La jeune femme n'aimait rien, n'appréciait personne et se droguait à l'adrénaline. C'était sa raison de vivre. Sa seule et unique raison de vivre. La notion de mort lui était assez floue et sans réelle importance puisqu'elle ne possédait ni famille, ni amis, ni vie heureuse. Tout cela avait pour résultat un caractère pour le moins inhabituel. A vrai dire Addison était tout sauf habituelle. Incroyablement peu sociale elle avait réussi en un temps record et dès son arrivée à se mettre à dos la plupart des résistants de Niagara Falls. Parfaitement insupportable elle était connue pour être LA garce de la base et cela lui convenait au mieux. Un comportement déplacé envers tous, une rare insolence envers ses supérieurs le tout agrémenté de nombreux sarcasmes voir d'insultes lorsqu'elle s'ennuyait. Si il y avait bien une domaine où elle ne serait jamais égalée celui ci rassemblait alors provocation, humiliation et fierté.

    Sa compagnie était terrible et aucune personne mis à part Iris, la seule qu'elle appréciait et pour qui elle sacrifierait sa vie, ne la supportait réellement. Il y avait bien Meredith Meyer, le Grand Patron. C'était sans doute la seule personne omis Iris qui n'avait pas à endurer le célèbre mépris de la résistante cœur-de-pierre.. Elle lui devait quelques choses dont la plus importante était sa place actuelle dans l'équipe des Red Tigers. Delilah avait demandé son transfert un peu plus de six mois plutôt et sa postulation avait pour le moins été contestée. La jeune femme s'était déjà illustrée comme un élément des plus instables à surveiller continuellement et Iris s'attelait avec plaisir à cette tâche. Le comportement de sa protégée n'en demeurait pas moins problématique. Comment être sûr qu'elle n'était pas tout simplement folle ? Donner des armes lourdes à un fou s'était comme s'assurer que les résistants étaient également en danger dans leur propre équipe. Les membres du Conseil se divisèrent et c'est iris qui alla trouver Meredith pour démentir ce qui circulait à propos de Delilah. Non elle n'était pas folle, non elle n'était pas dangereuse pour ses coéquipiers ; elle était simplement morte à l'intérieur. Iris raconta ce qu'elle avait apprit de la vie de Delilah à Meredith et celle ci, dans un effort de pitié ou de compassion avait apporté le vote qui trancherait les litiges. Trop fière pour la remercier par des mots qui se révélaient pourtant simples elle préférait nettement lui faire fit de son cynisme continu et désobligeant. Delilah pouvait intégrer l'équipe et elle commença presque aussitôt. Son arrivée fit fracas chez les Red Tigers. Jamais de leur vie les résistants n'avaient dû faire face à une personne telle qu'elle et c'est avec un certain délice que Delilah commença à les faire déchanter. Si certains avaient largement retenu son attention et qu'elle s'évertuait à leur pourrir l'existence dès que l'occasion se présentait, d'autres n'éveillèrent pas sa curiosité. Ou du moins elle se contentait de leur balancer des pics de temps à autre sans plus de véracité.

    Si elle avait ses cibles favorites aucune d'elle n''était l'une des deux femmes avec lesquelles elle s'entraînait à présent. Suite à la déclaration de Leilah Mallory, leur chef de section, les Tigres s'étaient rassemblés dans les sous sols, à leur salle d'entraînement. La plupart des résistants en avaient parfaitement ras-le-bol de rester coincés sous terre et les esprits s'échauffaient. Delilah était l'une de celle les plus touchés par cette interdiction. Elle avait réellement besoin de sortir se défouler sous peine de pouvoir largement péter les plombs et c'est pourquoi elle fut retenue et assista aux deux missions de surface. Si certains disaient qu'elle bénéficiait d'un traitement de faveur de temps à autre il s'avérait également qu'elle était une résistante farouche et excellente au combat. Car elle adorait fait caqueter les gens afin d'attirer jalousie, convoitise, énervement ou tout autre sentiment capable de les faire s'énerver et de lui donner une bonne raison de se battre Delilah s'amusait à raconter le détail de ses sorties à ceux restés à Niagara Falls. Après tout, pourquoi s'en priver ? Aujourd'hui n'était cependant pas à l'amusement car Mallory avait décidé de faire travailler les points faibles de ses hommes. Abigaïl, Ana-Maria et Delilah avait été rassemblées en groupe de trois afin de s'entraîner au corps-à-corps. La condition de cyborg d'Abi lui donnant un très large avantage Ana et Delilah combattait ensemble et c'était bien là la source principale du problème.

    Abi devait travailler le maniement de sa prothèse ce qui n'était pas chose simple. En plus d'accepter un membre bionique greffé à son corps il ne fallait pas se laisser abattre par sa lourdeur et sa prétendue difficulté à s'en servir. Le travail était long et difficile mais Abigaïl semblait de mieux en mieux s'en sortir. La faiblesse d'Ana était sûrement le corps-à-corps lui même. Spécialisée dans la mécanique en générale elle savait manier les armes à feu mais se battre armée de flingues et se battre armées de ses poings étaient deux choses qui n'avaient rien à voir. La faiblesse de Delilah n'était pas compliquée à repérer : elle ne pouvait pas travailler en collaboration avec une personne. Lors de son passage chez les Green Bears il c'était très rapidement montré qu'elle ne pouvait que travailler en solitaire, opérant bien mieux seule et ne faisant ainsi pas craquer ses partenaires. Les faiblesses d'Ana et Delilah se croisant cela donna source à quelques problèmes.

      « MAIS BORDEL TU PEUX PAS FAIRE GAFFE DEUX SECONDES ! » hurla Delilah une énième fois depuis le début de l'entraînement. « La prochaine fois que je croise ton putain de bras je me gênerai pas pour le casser c'est clair ? » rajouta t-elle d'un ton parfaitement cynique et légèrement moins fort.

    Le spectacle devait être divertissant car malgré les ordres de Mallory plusieurs des Tigres s'étaient octroyés une pause et regardait les trois femmes se battre et les jurons voler d'un amusement qu'il valait mieux dissimuler. Si Delilah n'était pas fine lorsqu'elle s'énervait c'était également le cas de ses partenaires et sûrement de tous leurs "collègues". Ana-Maria n'avait pas peu la langue pendue et savait faire taire les curieux. Il en était de même pour Abigaïl. La douceur n'était pas vraiment présente chez les Tigres et c'est ce climat de corde raide que Delilah appréciait tant. Alors qu'elle hurlait encore et encore contre Ana avec qui elle s'était de nouveau emmêles les membres de puissants éclats de voix vinrent résonner dans le local. Les rares groupes de tigres encore en combat s'arrêtèrent petit à petit et tous se tournèrent vers les deux protagonistes qui haussaient le ton. Hyde & Barros. Ils se cherchaient depuis quelques jours déjà mais semblaient s'être trouvés ce matin là. Les propos qu'ils tenaient rappela à Delilah que chacun d'entre eux avait raison, du moins à son point de vue. Leilah était un supérieur très compétant mais le manque cruel d'action ces temps ci échauffaient les pensées. Afin de pimenter le tout Meredith préférait appliquer sureté (qui raisonnait surtout avec lâcheté aux yeux de la jeune femme) et l'épisode des Nomades n'avait rien arrangé.

    Delilah la première aurait foncé dans le tas si elle les avait entendu tenir les propos qu'ils avaient soit-disant tenu bien qu'elle n'était pas en totale contradiction avec eux. Il fallait faire quelque chose mais ce n'est pas en critiquant ouvertement Meyer devant ses hommes qu'ils y arriveraient. Alors que songeuse elle perdait presque le fil du combat verbal celui ci prit une toute autre forme. Un coup vola et ce fut - en moins de temps qu'il ne faille pour le dire - une bagarre générale. Les Tigres se rangeait de ceux qu'ils pensaient être en raison ou tentaient vainement de séparer les deux parties. Si Delilah voulait fortement jouer avec eux il était cependant presque plus intéressant de les regarder se battre entre eux. Voilà un épisode qu'elle ne serait pas près d'oublier et qui la faisait se réjouir au plus haut point. ENFIN un peu d'action... De plus cela remonterait aux oreilles de Meredith et Delilah voyait déjà la scène : une réunion et une mission de surface. Enfin ... si tout se passait bien. Alors qu'elle étouffait un rire un pied percuta son tibia. La douleur intense qui secoua sa jambe lui fit changer d'avis immédiatement et sans réellement réfléchir quant à la personne ou çà la raison la résistante s'enfonça à son tour dans la masse d'hommes - et de femmes - qui échangeaient des coups.
Revenir en haut Aller en bas
Ana-Maria Lucarez

avatar

Nombre de messages : 787
Age : 26
Age : 27 ans
Spécialité : - Mécanique & Transports -
- Armes à Feux -

Date d'inscription : 11/04/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: [Intrigue N°3] Des Red Tigers au sang chaud - Ana, Aby & Delilah   Sam 7 Nov - 20:07

    Quoi de pire qu'un lion en cage ?

    Sans aucun doute rien d'autre qu'un Tigre. Alors imaginez une base grouillant de tigres qui, tournant en rond, n'y tiennent plus et commencent à montrer les crocs. L'ambiance était en effet de plus en plus tendue à Niagara Falls et Meredith avaient de plus en plus de mal à retenir ses chatons aux griffes et crocs de plus en plus acérés. Ana-Maria, cependant, restait plutôt à l'écart de toute cette agitation. Elle avait eut, peu avant l'arrivée des Cargo, une discussion avec sa Leader Leilah et celle-ci n'avait fait que renforcer son sentiment : elle était fidèle aux Tigers, et à sa Chef, à la Base, et à sa Dirigeante. Certains la raillaient, "Tu es aveugle" disaient ils. Et pourtant, la jeune femme ne doutait pas un instant. Bien qu'elle ait toujours aimé l'action, l'adrénaline, l'affrontement, jamais elle n'avait été kamikaze, suicidaire ou égoïste : pour elle primait la vie des habitants de la Base. Lancer une attaque afin d'éliminer les ennemis était aussi stupide qu'inconscient : c'était se jeter dans la gueule du loup, c'était laisser une chance aux ennemis d'exterminer la première défense et de s'attaquer par la suite aux innocents. Un seul résultat : l'éradication de l'Espèce Humaine. Malgré qu'elle soit jeune et ne désir ni le mariage, ni d'être mère, Ana-Maria avait ce quelque chose de protecteur et maternelle avec les enfants, comme si elle était la grande soeur de chacun d'eux. Elle passait toujours un excellent moment en leur compagnie, sachant s'attirer leur affection et leur confiance. C'était en grande partie pour eux qu'elle agissait ainsi, au même titre que son instinct de survie envers son espèce ou que son besoin de se racheter pour l'erreur de ses patries vis à vis de cette guerre. C'est pourquoi, même s'il était vrai que le choix de Meredith pouvait les faire passer pour des lâches, elle préférait de loin une tactique réfléchit qui les protégerait qu'une témérité imprudente qui risquerait de les rayer tous de la surface de la Terre. Laisser les robots vaincre ? Ça jamais !

    La veille, alors qu'elle prenait son repas, Leilah avait annoncé aux Tigers qu'ils auraient un entraînement tôt le lendemain. Ni une ni deux, Ana engloutit ce qui restait dans son assiette, prit un dessert à la va-vite et alla se couchée, repue. Le lendemain, elle se leva du bon pied, de bonne humeur elle se prépara en vitesse, enfilant un débardeur blanc et un jogging noir avant de se rendre dans la salle d'entraînement. Elle arriva dans les premiers : seule elle et un militaire mexicain, Barros étaient là. Ils commencèrent leurs échauffements ensemble, en attendant que les autres arrivent. Ana aimait bien cet homme car, même si ils avaient souvent des points de vue divergents et que Barros pouvait se montrer agressif, elle savait que c'était un homme d'honneur et elle se plaisait par ailleurs à parler dans sa langue natale espagnole avec lui, tous deux ayant des origines proches. Peu à peu, les autres arrivèrent et le groupe fut vite au grand complet. La salle était réservée aux Tigers ce matin, et heureusement car elle était pleine. Après quelques boutades avec Benjamin et Duncan, Ana alla saluer Abi et Delilah avec qui elle devait former un trio pour l'entraînement. Ana-Maria adorait Abigail : c'était une jeune fille courageuse et qui avait du coeur. Quand à Delilah... c'était un peu différent. La métisse était une femme très tolérante - elle était d'ailleurs amie avec Irina Luganov, elle aussi éviter de la même manière que Delilah - mais parfois, la blonde explosive pouvait lui taper sur les nerfs. Trop arrogante, trop sûre d'elle, trop instable. Ana lui reconnaissait qu'elle avait un Coeur de Lion, un courage sans bornes, mais elle aimerait bien que parfois la recrue face preuve de plus de maturité. Ceci dit, elle fit toujours en sorte de rester aimable, respectueuse et cordiale avec elle, même si la réciprocité n'était pas souvent là. Toujours... excepté aujourd'hui !

    L'entraînement commença dans cette répartition : Abi, avantagée par son bras mécanique et son aisance au combat au corps à corps, contre Delilah et Ana qui faisait équipe. Le soucis, c'est qu'il était dur de parler d'équipe avec Delilah, quand celle-ci n'écoute personne d'autre qu'elle même. De son côté, Ana avait quelques soucis : elle avait de la force et ses années d'entraînements à la boxe en faisait une puncheuse hors paire : pour sûr elle savait enchaîner les crochets. Cependant, elle ne connaissait d'autres techniques que celles de la boxe - tout ceci lui étant plutôt inutile ici - et, surtout son jeu de jambes était pauvre et médiocre : elle n'avait rien de la légèreté et de la vitesse du grand Mohammed Ali. Du coup, elle faisait une équipe très désordonnée, face à l'expérimentation d'Abi. Au début, les choses démarrèrent en douceur, et tout semblait aller mais, à mesure que les mouvements gagnaient en vitesse, que les enchaînements exigeaient plus et plus de précision, la latina-iranienne et la blonde explosive s'emmêlèrent l'une l'autre. Les premières insultes de Delilah ne tardèrent pas à fuser. Tout d'abord, Ana fit mine de ne rien entendre mais, plus les jurons devenaient nombreux, plus elle serrait la mâchoire dans une tentative de contrôle. Au fur et à mesure, ce furent les regards noirs et les respirations profondes qui fusèrent. Ana-Maria fulminait et avait du mal à conserver son self-contrôle. A la dernière réplique de Delilah, elle n'y tint plus et répondit du tac au tac, d'une voix grave au ton menaçant :

    "Encore un mot et je broie ta jolie gorge !"

    Bien entendu, pas mal d'autres Tigres s'arrêtèrent pour les regarder se battre, la plupart des hommes les moquaient, d'autres les observaient avec délice. Autrement dit, la fureur d'Ana gagna en intensité. Ceci dit, elle préféra ne pas le laisser trop paraître : elle ne voulait pas apporter satisfaction à Delilah. Leur petite danse de coup aurait put devenir plus violente, mais les trois jeunes femmes n'en n'eurent pas le temps : une violente altercation verbale démarrait déjà entre Barros et Hyde, deux agents qui n'avaient pas leurs langues dans leurs poches et ne cessaient de se chercher l'un l'autre. Arrêtant toutes trois leur combat, elles s'approchèrent du petit groupe qui s'était déjà attroupé autour des deux hommes. Levant les yeux au ciel, Ana-Maria ne put s'empêcher de lâcher à voix basse :

    "Et c'est repartie..."

    Une fois arrivée à leur hauteur, elle entendit les échanges s'envenimer. Cela ne disait rien qui vaille. D'un côté l'avis selon lequel Leilah n'était que le fidèle toutou de Meredith, de l'autre côté, une fidélité sans bornes envers les deux leaders. Finalement, arriva ce que certains redoutaient, ce que d'autres espéraient : les coups se mirent à pleuvoir et cela finit en bataille générale entre le camp Hyde, le camp Barros et celui de ceux qui tentaient vainement de démêler ce sac de neuneus... Ana-Maria chercha ses co-équipières du coin de l'oeil : Delilah ricanait dans son coin et Abi... était hors de vue. La jeune femme la chercha encore des yeux avant que quelqu'un ne la bouscule. Elle le repoussa des deux bras. Celui-ci se retourna et chercha à la frapper, elle effectua une petite demi-rotation de façon à pouvoir envoyer un bon coup de coude dans son omoplate. Un autre arriva en renfort et elle n'hésita pas à lui envoyer son poing dans la figure : un crochet vif et bien placé comme elle avait l'habitude d'en donner à la boxe. Après ces quelques échanges, elle se dit qu'elle n'allait probablement pas se mêler à la masse, si ce n'est pour les séparer. Elle tenta de les raisonner en criant une ou deux fois mais leva les yeux au ciel, à nouveau, exaspérée par la surdité de ses équipiers. Soupirant, elle se lança dans la masse à nouveau, évitant les coups, en renvoyant habilement quelques uns, dans le but de trouver Abi : elle était persuadée que la jeune fille serait assez intelligente pour ne pas se mêler à tout ceci mais, au contraire, chercher à les séparer tout comme elle.

    Ana-Maria aperçut de loin la jolie blonde et la rejoignit du mieux qu'elle put au travers de la cohue. Arrivée à sa hauteur, elle fit en sorte de ne pas la prendre pas surprise : un coup venant d'un bras métallique, ça devait probablement faire très, très mal... Levant la voix pour se faire entendre, elle cria à l'attention d'Abigail :

    "Abi ! Il faut trouver un moyen de les séparer. Quand bien même on enverrait quelqu'un chercher Meredith et Leilah, je doute que celles-ci aient assez d'autorité pour les faire cesser. Je pense qu'il faut essayer d'organiser un petit groupe afin de les séparer. Et rallier à notre cause ceux qui ne le sont pas encore, quitte à les convaincre par la force. Une fois au tapis, ils recouvriront sûrement la raison et nous filerons un coup de main. T'en pense quoi ?"

    Ses phrases avaient été entrecoupées étant donnée qu'elle devait souvent se baisser, se mouvoir, évoluer dans l'espace pour ne pas prendre de coups et en rendre quelques uns. Jusque là, elle n'avait pas prit grand chose, mais il fallait faire vite car les choses n'allaient faire que ça d'empirer. Elle espérait que la cyborg l'ait comprise du premier coup afin qu'elle puisse ainsi calmer le jeu. Un jeu qui devenait à chaque seconde plus dangereux. Elle espérait seulement que les Green Bear et les Black Snake, alertés par les cris, ne les rejoignent pas - quand bien même leur intention seraient de les calmer - car avoir plus d'hommes ne ferait que rendre la situation plus inextricable. Ana-Maria voyait déjà les choses d'ici : une foule noire, des coups qui pleuvraient plus vite que l'on tire à la mitraillette, les habitants de la base affolés par la prise de folie de ses soldats, des blessés, peut être pire... Il fallait vite stopper le drame avant qu'il ne tourne en tragédie. L'instinct de survie et de protection d'Ana-Maria avait atteint l'apogée de sa force. Elle était en alerte, ses sens étaient plus développé que jamais. Elle qui pensait que rien ne pouvait être plus dangereux que les cyborg venait de trouver une autre forme de danger : la folie des Hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigail Rivers

avatar

Nombre de messages : 294
Age : 28
Age : 29 ans
Spécialité : Combat corps à corps
Date d'inscription : 05/04/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: Cyborg
Relations:

MessageSujet: Re: [Intrigue N°3] Des Red Tigers au sang chaud - Ana, Aby & Delilah   Dim 8 Nov - 7:52

Les tigres sont considérés comme des superprédateurs. Ils chassent des proies impressionnantes et sont d’une grâce à couper le souffle. Force et férocité sont des qualificatifs qu’on leur accorde. Les Red Tigers ressemblent beaucoup à cette image avec une fierté à peine dissimulée.

Pour Abi, être un superprédateur avait longtemps été chose facile. Avec un bras artificiel, peu de machines et encore moins d’Hommes ne lui résistaient bien longtemps. Mais la dernière mission de Tigres avait été dévastatrice pour la jeune femme. Son bras avait été gravement endommagé et la faisait souffrir terriblement. Mais la spécialiste du corps à corps n’avait pas dit son dernier mot. Le docteur Smith lui fut également d’un grand support. En cette matinée d’entraînement, la prothèse ne lui faisait presque plus mal.

Bien que souvent à l’écart de ses compagnons depuis quelques semaines, Abigail avait entendu jaser. Toute la base discutait des décisions des supérieurs, des dirigeants, surtout de Meredith Mayer. On disait d’une part qu’il fallait passer à l’action et que la supérieure de la base ne prenait pas les bonnes décisions, d’autre part que Meredith faisait preuve de stratégie. Bref les avis étaient très partagés.

Pour la jeune Américaine, donner son avis était complexe. Abi était une femme d’action, certes, mais pas tête en l’air pour autant. L’échec de la dernière mission le lui avait rappelé durement. Bien qu’elle devenait un peu maussade à force d’être enfermée entre les murs gris de la base, Abi était d’avis qu’il fallait mettre une bonne stratégie au point avant de repasser à l’attaque. Son point de vue n’était pas très partagé au sein de son équipe, mais la jeune femme ne s’en faisait pas trop. Leilah avait suffisamment de charisme pour contrôler son équipe.

D’ailleurs, leur chef avait annoncé la veille qu’un entraînement entre Red Tigers aurait lieu le lendemain matin. Une bonne chose, songea Abigail qui ne tenait plus en place et qui mourrait d’envie de mettre à l’épreuve les derniers ajustements de sa prothèse. L’enthousiasme de la jeune femme se refroidit tout de même assez radicalement lorsqu’elle vit qu’on la jumelait avec Delilah Addison, la kamikaze. La résistance vit tout de même une immense consolation en voyant qu’on l’avait également placée avec Ana-Maria.

Ce matin-là, Abi s’était levée de bonne heure et s’était empressée de se vêtir, un pantalon de yoga noir et un t-shirt d’un gris vieillot ainsi qu’une bonne paire de chaussure. Elle ne partit pas tout de suite vers la salle d’entraînement, préférant réchauffer sa prothèse seule dans sa chambre, puisque cela était très douloureux. Elle détestait que les autres voient ses faiblesses. Après s’être remise de l’échauffement, la jeune femme marcha rapidement vers la salle réservée pour les Tigres. Elle arriva la dernière du trio, avec un sourire qui se voulait chaleureux. Tout en se dirigeant vers ses deux camarades, elle noua ses cheveux en queue-de-cheval.

Le combat se déroulait de manière le plus équitable possible, c’est-à-dire, Abi contre Ana-maria et Delilah. L’entraînement allait bon train jusqu’à ce que le rythme s’accélère et que les deux équipières s’emmêlent, pieds et poings et commencèrent à se disputer férocement, oubliant même la cyborg qui les observait, consternée. Les piques et les coups commencèrent à fuser, laissant Abigail sans voix. Elle tentait de les calmer, de leur dire de reprendre l’entraînement, mais rien n’y faisait, elle se sentait comme un gros St-Bernard dans une meute de Doberman enragés. Puissante, mais trop pacifique. Elle essuya quelques coups perdus sans se fâcher, sous le regard des autres co-équipiers qui ne semblaient pas pressés de séparés les deux tigresses furieuses.

Soudainement, des voix enflammées s’élevèrent au-dessus du trio, puis un échange de coups, puis plusieurs échanges de coups, sonnant la fin des hostilités des deux femmes. Une bataille générale venait d’éclater derrière elles, laissant échapper à la résistante un soupir de découragement. Si l’on voulait combattre les machines, il fallait s’unir et réserver nos forces pour l’ennemi, pas pour ses alliés! La belle blonde vit Delilah se joindre à la masse avec un sourire qui en disait long sur cette femme imprévisible. Ana-Maria disparut également de son champ de vision, laissant Abigail seule, ébranlée par toute cette colère emmagasinée par ses équipiers.

Désirant régler ce conflit, la jeune femme se lança à contrecœur dans la masse noire de corps qui luttaient sans vraiment choisir de camp ni même regarder qui elle écartait de son chemin. Son seul et unique but était de trouver les deux instigateurs du conflit. De son bras mécanique, Abigail soulevait des Red Tigers qu’elle envoyait valser sans plus de difficulté que s’ils avaient été des peluches.

Une voix attira son attention. Elle se retourna, tenant contre elle une femme à la chevelure noire contre elle, l’étouffa presque afin d’éviter les coups qu’elle tenait de lui donner. Abigail réalisa bien vite qu’Ana-Maria voulait lui parler. Elle lança la jeune femme aux cheveux noirs sur un homme plutôt petit, mais très costaud, les faisant glisser à l’écart de la masse de combattants. Elle frayait son chemin jusqu’à Ana en donna coup de pied et de poing, sans toutefois vouloir blesser ses camarades.


-Je suis d’accord Ana, mais à nous deux, ce sera aussi difficile que d’affronter Skynet directement… Ils sont tous enivrés par la rage. Où est Barros? Où est Hyde? Si on trouve ces deux imbéciles j’te jure qu’ils auront droit à la raclée du siècle, mon bras me démange juste à y penser. Si on trouve le noyau du problème, ça se réglera plus facilement, enfin je pense!

Un petit sourire en coin complice adressé à Ana se dessina sur les lèvres d’Abigail qui était ravie d’être sur la même longueur d’onde que sa co-équipière. Ana était sa compagne de combat préférée et à ce moment précis, elle était ravie d’avoir une alliée.

-Prête? Commençons par séparer ces trois brutes juste devant toi, Une bonne paire de claque devrait ramener ces trois-là à la réalité.

Abi se dirigea vers les trois hommes en question avec assurance et un calme olympien. Elle canalisait sa frustration afin de ne pas leur faire trop mal en les séparant, car la force de son bras artificiel était plutôt phénoménale. La blonde agrippa l’un des trois par le cou et le souleva de terre sans trop de difficulté.

-Hey, le gamin! Va falloir te calmer, sinon tu auras droit à toute une correction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ana-Maria Lucarez

avatar

Nombre de messages : 787
Age : 26
Age : 27 ans
Spécialité : - Mécanique & Transports -
- Armes à Feux -

Date d'inscription : 11/04/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: [Intrigue N°3] Des Red Tigers au sang chaud - Ana, Aby & Delilah   Ven 18 Déc - 19:45

    Abigail soulevait un point important : leur infériorité numérique. Il était vrai qu'à elles deux contre autant de combattant entraînés et échauffés la tâche serait quasiment impossible, bien que la force surhumaine de la jolie blonde était notable, et même comparable à deux ou trois alliés de plus. L'idée que son amie lui soumit par la suite fut très intéressante et elle acquiesça d'un coup de tête pour lui signaler son accord. Séparé le coeur du problème allait en dissuader quelques uns et en calmer d'autres. Ça n'arrangerait pas tout, mais ça aiderait. Ana voulait également rallier d'autres Tigres qui, comme Abi, avait assez la tête sur les épaules pour écouter et entendre. Au moins, Abi était une complice sûre d'entre tous. C'était dans ses moments là, les plus délicats, qu'elle comprenait à quel point elle appréciait la petite blonde. Prête à toute éventualité, la métisse se lança dans les combats qui faisaient toujours rage. Abi en attrapa un qui, Ana en était sûre, ne fera pas le malin bien longtemps. Elle même en avait pour le moment deux sur le dos. Grâce à sa vitesse et sa force de frappe - merci la boxe - la panthère noire envoyait des coups bien sentit qui étaient probablement douloureux. Malheureusement, elle n'était pas très douée au corps à corps et, face à deux hommes, les difficultés étaient plus importantes. Alors quand l'un des deux l'attrapa par derrière et la maintint, elle sentit qu'elle allait vite déchanter. Elle prit quelques coups dans les côtes et manqua d'en avoir le souffle coupé. Fort heureusement, elle était assez agile : elle se laissa aller en arrière et envoya ses jambes voler dans le visage de son adversaire. La puissance de la contre-attaque avait forcé l'autre à la lâcher et Ana-Maria retomba violemment au sol. Pas le temps de souffler cependant : elle voyait déjà un pied prêt à l'écraser et, en plein réflexe, elle tourna sur elle même. Ne voulant pas à avoir à éviter d'autres coups bas, elle se releva du plus vite qu'elle put. Après quelques coups échangés, elle réussit à mettre son adversaire, celui qui la tenait tout à l'heure - l'autre ayant disparut de son champ de vision -, au sol. Là elle appuya son pied sur son épaule afin de le maintenir. Elle lui ordonna de choisir entre sortir d'ici sauf, se rallier à elles ou finir à l'infirmerie. Sans demander son reste, l'homme choisit la fuite.

    La violence des combats étaient tels que c'était comme si les combattants avaient oubliés qu'ils étaient frères d'armes, amis même. C'était affligeant, mais la métisse ne se démonta pas : pas vraiment le temps fallait dire... Les coups pleuvaient, pire qu'une averse en pleine tempête. Dans la salle résonnaient des rugissements et des grognements venant de toute part, tandis que les Tigres montraient crocs et griffes. Les fauves qui dormaient en chacun de ses hommes venaient de faire le mur... Ce n'était vraiment pas bon et les choses ne cessaient de dégénérer. Ana retourna alors auprès d'Abi qui avait été encerclé par deux autres types. L'un d'eux, elle le connaissait assez : Palmer. Il était le genre de type qui ne réfléchissait pas toujours mais qui, si on parvenait à le raisonner, savait se placer du côté des justes. Elle savait donc qu'il ferait un bon allié, si elle réussissait à le soumettre ou à lui faire entendre raison. D'ailleurs, la deuxième option serait meilleure pour Jack Palmer qui avait tendance, lorsqu'il s'emportait, à ne plus rien entendre autour de lui et à se contenter de frapper bêtement. Ana devait donc agir de façon intelligente pour pouvoir le ramener dans le bon chemin. Elle réfléchit quelques secondes, évita des coups et mit au point le plan qu'elle venait d'échafauder dans son esprit. Sans chercher à le blesser, Ana arriva donc par surprise dans son dos et le maintint avec fermeté, sans lui faire trop de mal. Juste une petite pression pour le maintenir et le dissuader d'agir, rien de plus. Elle se pencha alors à son oreille pour qu'il puisse l'entendre.

    "Aller Jack, t'es un gars bien. Tu crois pas qu'il est temps de te conduire en homme ? File nous un coup de main, ça vaudra mieux."

    L'homme fit mine de se débattre quelques secondes puis se stoppa et resta tranquille. L'irano-porto-ricaine lâcha alors son emprise pour voir qu'elle serait sa réaction finale. Il se tourna vers elle et acquiesça simplement. Visiblement, elle l'avait convaincu. Au moins ils avaient quelques alliés de plus. Ana espérait que l'effet boule de neige se mettrait en place c'est à dire que chaque personne convaincues iraient en convaincre d'autres qui, eux-même, trouveraient des alliés. Ainsi, d'ici quelques minutes on pouvait espérer que les choses se calmeraient. Mais rien n'était moins sûr et pour rendre les choses certaines et faciles, il fallait impérativement trouver Hyde et Barros. Ana les chercha du regard et cru les apercevoir un peu plus au loin, à l'écart. Il faudrait se frayer un chemin jusqu'à eux mais là encore, ça n'allait pas être évident. Même si Barros était une tête de mule, elle espérait que la bonne entente qu'il y avait entre eux serait suffisante pour qu'il l'écoute, ne serait-ce qu'un peu. Mais au fond, la jeune femme était presque sûr que c'était peine perdue que de chercher à lui faire entendre raison. En attendant, elle devait faire face à un nouveau combattant. Une fois qu'Ana-Maria se fut débarrassée de son lot d'ennuis et qu'elle fut sûre qu'Abi en avait fait autant, elle lui cria, comme la première fois, en espérant être moins coupée dans son flot de paroles cependant :

    "Abi je crois avoir vut Barros et Hyde là-bas. T'es prête ou tu préfères qu'on en ramène un peu plus de notre côté avant ?"

    Il était vrai que s'ils n'y allaient qu'à quatre ou cinq, ils seraient vite mis au tapis. Pas parce qu'ils n'étaient pas assez nombreux contre les deux Tigers, mais parce qu'ils auraient à se coltiner leurs camps juste derrière. Car en effet si les choses s'étaient envenimées, et que la plupart des combattants ne savaient même pas pourquoi ils frappaient, il y avait tout de même un noyau centrale qui savait très bien de quoi il en découlait et était prêt à se battre et à aller très loin pour défendre, et même imposer leurs idées. C'était peut être même de ceux-là qu'ils avaient le plus à craindre. Après tout, qu'y avait il de plus dangereux que des hommes qui se battaient en ce qu'il croyait, quand c'était là l'une de leurs dernières convictions en plein désespoir ? La jeune femme, en y réfléchissant entre deux coups de nouveau échangés, avait comprit qu'ils n'étaient pas prêts, elle et leurs nouveaux alliés. Elle rectifia alors le tir :

    "En fait, peut être vaut il mieux en récolter quelques uns encore de notre côté. Ils ont l'air d'être plus d'une dizaine là-bas à vouloir exprimer leurs idées. T'en penses quoi ?"

    Elle en était certaine à présent : il valait mieux qu'ils y aillent bien préparés pour être certains de ne échouer. Il fallait essayer, malgré la violence ambiante, de faire le moins de blesser possible. Ils étaient, après tout, des alliés contre Skynet, et non des ennemis. Ce n'était pas des machines qu'ils affrontaient, mais des êtres humains. Ana tendit l'oreille pour entendre la réponse de son amie, mais elles furent de nouveau séparées par le tumulte. La tension commençait à prendre possession d'Ana-Maria qui commençait à en avoir sa claque des combats. Elle se rappela cependant les motifs de son propre combat, retrouver la paix et calmer les esprits entre autres, ce qui eut pour effet de la calmer un peu, sans lui donner moins de vigueur au combat. Malgré tout, elle commençait à perdre espoir et ne savait pas si toutes leurs entreprises allaient mener quelque part. Et il fallait bien avouer qu'elle n'avait guère plus d'idées pour arranger les choses...

    A vrai dire, avec tout se bordel, plus quelques mauvais coups qu'elle venait de prendre au visage, Lucarez avait un peu de mal à se concentrer. Elle espérait bien qu'Abi en échange aurait des idées qui pourrait les aider. Parce que là c'était panne sèche du côté d'Ana qui continuait à elle même perdre son sang froid, de plus en plus. Et pourtant, Dieu savait à quel point elle faisait un effort sur elle-même pour ne pas s'énerver et pour ne pas se laisser emporter par les évènements. Un mot d'Abigail serait donc plus que le bienvenu, il serait même presque salvateur. Elle tenta même de penser à des choses qui l'aideraient. Elle se demanda alors si Josh était dans la fureur des combats. Après réflexion, elle était certaine que non : il n'était pas venu s'entraîner à cause de sa blessure et ne se trouvait donc pas dans la pièce. Tant mieux car, même s'il s'en serait probablement très bien sortit, une série combat après une blessure encore récente n'était pas des meilleures remède. Une fois son adversaire soumis et contraint à dégager, Ana put enfin rejoindre Abi, pour la troisième fois déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigail Rivers

avatar

Nombre de messages : 294
Age : 28
Age : 29 ans
Spécialité : Combat corps à corps
Date d'inscription : 05/04/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: Cyborg
Relations:

MessageSujet: Re: [Intrigue N°3] Des Red Tigers au sang chaud - Ana, Aby & Delilah   Lun 4 Jan - 21:39

Abigail secouait l’homme en tous sens, comme un vulgaire pommier. Peut-être cela le calmerait-il. Mais le bagarreur tentait par tous les moyens de la frapper, lançant ses poings à l’aveuglette, mais ne touchant jamais sa cible. Tout en maintenant le type à bonne distance d’elle afin d’éviter les coups, elle vit Ana-Maria acquiescer et foncer dans la foule. Un grand sourire se dessina sur le visage d’Abi qui voyait en sa coéquipière une alliée de taille. Elle envoya valser l’homme qui continuait de se débattre plus loin. Il glissa sur le sol et ne put éviter le mur du gymnase, il perdit connaissance. Bah, ça ne ferait pas un allié de plus, mais au moins il y avait un opposant en moins!

La jeune femme se retourna, mais ne vit plus sa collègue. Maugréant, elle entra plus profondément au cœur de cette bataille de Tigres. Une femme se jeta sur elle, l’agrippa par les cheveux. La cyborg blonde rugit sourdement, la douleur étant terrible. Tandis qu’elle essayait de se défaire de cette emprise, un homme bondit sur elles et frappa sans se demander à quel camp les deux femmes faisait partie. La rage les rendait aveugles. Ils ne voulaient plus que frapper pour soulager leur frustration?!


*Ça sera plus difficile que prévu….*

Vive et agile, Abigail se pencha, renversant son adversaire, une jeune femme à la chevelure rousse, par-dessus elle, évitant l’autre homme qui se rua alors sur l’autre femme. Malgré les coups que l’homme lui assenait, la rousse ne lâchait pas prise, arrachant presque la chevelure de l’américaine qui se décida enfin à frapper à son tour. Elle ne voulait blesser personne, mais elle avait ses limites! Abigail décocha un coup de poing assez puissant directement dans le ventre de son assaillante. Le souffle coupé, elle lâcha enfin la chevelure blonde de la demoiselle qui put se relever. L’homme, un grand brun au teint pâle, continuait à frapper la jeune femme rousse. Abi poussa un soupir et agrippa l’homme par la nuque à l’aide de son bras mécanique. Elle posa un pied sur le thorax de la femme et les regarda un à un avec un air de découragement total.

«Vous êtes tous les deux de sales gamins qui ne savent pas canaliser leurs émotions. Vous êtes pathétiques. Alors écoutez-moi bien. Soit vous prenez un instant pour réfléchir à cette logique; mieux vaut garder notre énergie pour les machines, soit je vous botte le derrière si fort que vous traverserez le mur directement vers les appartements de Leilah. Suis-je assez claire?»

La perspective de réveiller la colère de leur chef sembla un motif suffisant à l’homme pour se calmer. Il acquiesça et demanda à Abi ce qu’il devait faire faire pour se racheter.

«Aide-nous, Ana et moi, à calmer l’équipe, on cherche à trouver Barros et Hyde pour leur filer la correction de leur vie.»

La belle blonde lâcha l’homme qui s’exécuta avec beaucoup plus de réflexion cette fois, essayant de calmer les ardeurs de ses compagnons. Abigail jeta un regard vers la femme qui se débattait sous son poids. Elle ne semblait pas avoir compris. La belle cyborg leva les yeux au ciel puis saisit la rousse à la gorge pour la secouer un peu.

«T’as pas l’air de saisir tout ce que j’te dis… Tu comprends les mots qui sortent de ma bouche?!»

La rousse continua à se débattre et à l’injurier. Abigail ne put que l’assommer, tête de pioche oblige. Elle laissa toutefois la jeune femme dans un coin moins achalandé par les bagarreurs puis retourna à l’assaut de cette bande d’imbéciles. Comme elle allait séparer deux Tigres, une voix familière lui fit tourner la tête. Ana. Abigail tenta de la rejoindre, mais trois hommes lui barraient le passage. Elle peinait à l’entendre, essayait tant bien que mal de se rapprocher en interceptant coups de pieds et de poings. Il n’y avait jamais eu pour l’équipe des Red Tigers un entraînement aussi réaliste!

«Oui tu as raison, rassemblons encore quelques équipiers, nous ne sommes pas encore suffisamment nombreux pour séparer le nœud central.»

Mais Ana avait déjà disparue. Abi lança une pluie de jurons et redoubla d’efforts. Elle parvint à mettre K.O un des trois hommes et à rallier les deux autres après quelques claques bien senties et des yeux charmeurs. Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour l’honneur de son équipe?!

La jeune femme se retourna pour chercher Ana-maria, mais elle ne vit absolument rien. Une douleur fulgurante lui embrouilla la vue et avant de pouvoir crier «ouf!», elle se retrouvait au sol, ruée de coups de toutes sortes. Dans un effort surhumain, Abigail s’empara de l’assaillant qu’elle ne voyait même pas et, de son bras, l’envoya le plus loin qu’elle le pouvait. Abi ne put se relever tout de suite. Sa prothèse avait trop travaillée, les terminaisons nerveuses artificielles lui lançaient des messages électriques qui la faisait terriblement souffrir. Son bras n’était pas complètement rétabli depuis la dernière mission des Tigres dans les égoûts.

Ana refit son apparition. Abi était toujours au sol. Cette dernière se releva péniblement.


«Il faudra faire vite, mon bras va me lâcher…»

La jeune femme massa doucement sa prothèse en grimaçant. La douleur était devenue sourde, mais constante.

«Il faut trouver Addison et la convaincre de se battra avec nous, elle n’a peur de rien, elle foncera directement à la source du problème, ça nous ferait une diversion et nous donnerait plus de chance de stopper Hyde et Barros.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skynet
- Admin - Maître du Jeu
avatar

Nombre de messages : 128
Date d'inscription : 20/02/2009

MessageSujet: Re: [Intrigue N°3] Des Red Tigers au sang chaud - Ana, Aby & Delilah   Sam 23 Jan - 16:53

    La salle d'entraînement n'était plus qu'un capharnaüm dans lequel s'amoncelait des corps enchevêtrés, les objets les plus variés volant d'un coin à l'autre de la pièce sous l'action de coups perdus. Nul ne saurait dire qui frappait sur qui et surtout pourquoi, l'origine même du conflit n'ayant été qu'un prétexte à l'éclatement de toute la pression renfermée jusqu'alors. Quelques passants attirés par les cris osèrent jeter un bref coup d'oeil par l'entrebâillement de la porte. Tous filèrent en courrant prévenir les responsables s'en oser intervenir de peur d'y perdre quelque partie de leur personne. Et tandis que de rares tigres rouges tentaient de calmer le champ de bataille, les deux protagonistes à l'origine de ces évènements se roulaient à terre dans un coin de la salle.

    Barros réussit à se relever en prenant appui sur le mur. Il avait l'arcade sourcilière ouverte, du sang coulant en cascade sur son T-Shirt déchiré et obscurcissant sa vue. Hyde n'était pas dans un bien meilleur état : il ménageait sa main gauche, dont il s'était foulés les doigts en essayant d'amortir une chute, et son nez avait doublé de volume. Il fit une roulade pour se relever et faire face à son adversaire. Mais lorsqu'il leva la tête, il eut la stupéfaction de se retrouver face au canon d'un Beretta. Il eut à peine le temps de jeter un regard éberlué au mexicain : le coup partit.

    Le son avait porté dans toute la salle, et arrêté instantanément les combats, quels qu'ils soient. Certains s'étaient instinctivement jetés à terre. Mais tous les regards convergèrent peu à peu vers l'origine du tir. Tandis qu'Hyde s'effondrait à terre, un cri s'échappant de ses lèvres, Barros, les yeux écarquillés, réagit avant tous les autres : faisant volte-face, il repoussa les personnes qui étaient sur son chemin et courut à la porte, arme à feu au poing.

    Le choc qui avait figé sur place les Red Tigers s'expliquait facilement : c'était une chose de se tapper dessus comme des bourrins, s'en était une autre de tirer sur un homme désarmé, qui plus est un compagnon d'arme, un frère. Benjamin Snider fut le premier à se reprendre, rugissant d'une voix puissante qui portait jusque dans les couloirs : « Attrapez moi cet enfoiré ! » Et tandis que des personnes versées dans les premiers secours venaient en aide à Andrew, touché à l'épaule, Delilah (suivant l'action où elle se trouvait) se rua à la poursuite de Barros, passant en coup de vent auprè d'Ana et Aby, leur lançant avec vivacité : « Bougez-vous ! »

    Dans les couloirs étroits de la base démarra une course poursuite entrainant la plus grande confusion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://human-resistance.forumactif.org
Ana-Maria Lucarez

avatar

Nombre de messages : 787
Age : 26
Age : 27 ans
Spécialité : - Mécanique & Transports -
- Armes à Feux -

Date d'inscription : 11/04/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: [Intrigue N°3] Des Red Tigers au sang chaud - Ana, Aby & Delilah   Ven 12 Fév - 13:24

    Ana-Maria se battait, encore et toujours, inlassablement. Cependant, elle essuyait plusieurs blessures à l'heure qu'il était : une belle entaille à la lèvre, l'épaule endolorie et de nombreux bleus et coupures à ses phalanges. Les combats faisaient rages depuis de longues minutes maintenant, même si la métisse n'aurait su dire combien exactement. Elle n'en était plus à un stade de savoir, mais de sensations. Elle pouvait sentir ses muscles s'étirer et se contracter au rythme de ses mouvements, elle sentait le gout du sang dans sa bouche, et ce même sang qui coulait doucement le long de son menton, elle sentait également la sueur perler à son front et dans son dos à mesure qu'elle redoublait d'effort. Et elle pouvait entendre un bourdonnement où s'entremêlaient cris de rages, jurons et plaintes de douleur. Elle pouvait sentir cette odeur chaude des corps en efforts, d'un air sans cesse brassés par des fous. Et tout ce qu'elle voyait, c'était une pluie de noir, de rouge et de gris, dans laquelle elle percevait des coups, entrevoyait des chutes.

    Bang ! Tout s'arrêta. Un coup de feu, qui suffit à arrêter tous les molosses qui se déchiquetaient. Inquiète, Ana fronça les sourcils et chercha du regard l'origine du coup. Lorsque ses yeux se posèrent sur un Barros armé et sur un Hyde blessé, elle en eut le souffle coupé, comme si on venait de lui asséner un coup dans l'estomac. Non, ce n'était pas possible. Pas ça ? Elle savait que Barros avait le sang chaud, qu'il était impulsif et borné, mais jamais elle ne l'aurait cru aussi déloyal et lâche. Alors quoi, il était prêt à tuer pour un conflit d'opinion ? C'était ridicule ! Tellement que ça en devenait fou, et irrationnel. Il avait osé tiré sur un collègue, un ami, un frère. Elle n'en pouvait croire ses yeux, ils devaient la trahir. Et elle resta là, les bras ballant, le souffle court, la mine horrifiée. Tout semblait basculer dans un décor irréel, dans quelque chose d'impossible et de fictif. Oui, ils étaient tous dans une histoire inventée, dans un cauchemar, et ils allaient se réveiller.

    La voix de Ben la réveilla ! Tel un lion, il avait rugit, gronder un ordre que tous avaient compris. Et tandis que certains se penchaient déjà sur Hyde, certains s'étaient lancés à la poursuite du traître. Ana, qui reprenait peu à peu conscience de l'environnement cauchemardesque, et pourtant bien réel, dans lequel elle se trouvait ne pouvait cependant pas encore bouger un muscle. Mais la tristesse n'eut pas le temps de s'emparer d'elle : déjà Delilah avait surgit de nul part, bondissant comme une tigresse en chasse, et leur lançant un ordre bien sentit.

    « Bougez-vous ! »

    C'était bon ! Ana était totalement réveillée. Et peu à peu, une colère - contrôlée cependant, elle ne voulait pas finir comme ces autres fous - la prit aux tripes. La panthère était là, de retour, et comptait bien faire payer à Barros. Pas en le ruant de coups ou en lui rendant la pareille, non, elle n'était pas aussi dénuée de raison que le mexicain. Elle espérait le capturer vivant, afin qu'il soit jugé par le Conseil et punit en conséquence. Il devait payer son prix et assumer ses responsabilités. Et s'il ne voulait pas y faire face, Ana l'y forcerait. Il était hors de question que justice ne soit pas faite. Elle se lança alors dans une course poursuite effrénée. Ses bras semblaient battre un tambour à pleine force, ses jambes ne semblaient plus connaître la limite de la vitesse. Mais plus encore, son regard noir et déterminé fusait, perçait, transperçait sans limite, comme si elle essayait de toucher le fuyard. Elle le rattraperait, elle était décidée. Mais c'est qu'il courait vite le salaud !

    Elle voyait Delilah sur sa gauche. Celle-ci avait une expression étrange sur son visage. Ana n'aurait su dire si c'était de l'excitation, ou une simple forme de concentration. Assez déroutant... Jetant un regard par dessus son épaule, Ana cherchait Abi du regard. Était elle restée auprès de Hyde ? Était elle déjà devant ? Ou légèrement en arrière ? Quoiqu'il en soit, si elle avait décidé de courir, s'était impressionnant et admirable : avec le poids de son bras, elle aurait plus de mal que les autres, mais y arriveraient probablement tout aussi bien. L'équipe semblait peu à peu se ressouder, les combats avaient clairement été stoppé par l'intervention aussi stupide que regrettable de Barros et il n'y avait plus vraiment de camps. A moins que certains idiots décident de relancer les combats, mais dans ce cas, Ana reviendrait leur botter le cul en temps voulut !

    Pour l'heure, elle se concentrait sur sa course, évitant les obstacles qui se dressaient devant elle afin de ne pas tomber. Elle voulait garder une pleine vitesse, même si ses poumons se mettaient à lui hurler d'arrêter, même si ses jambes lui priaient de rester là où elle se trouvait, sans bouger. Elle n'avait qu'une idée en tête : attraper Barros. Et elle y mettait toute son énergie de Panthère, de Tigresse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigail Rivers

avatar

Nombre de messages : 294
Age : 28
Age : 29 ans
Spécialité : Combat corps à corps
Date d'inscription : 05/04/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: Cyborg
Relations:

MessageSujet: Re: [Intrigue N°3] Des Red Tigers au sang chaud - Ana, Aby & Delilah   Lun 15 Mar - 19:12

Abigail était en train de secouer une Red Tigers aux cheveux platines quand la détonation retentit dans la salle d’entraînement. La cyborg en eut le souffle coupé. Non, ce ne pouvait pas être possible… On ne pouvait pas en arriver jusque-là pour une simple question de point de vue. Comment pouvait-on tirer sur un coéquipier?! Abi tourna la tête au moment où Hyde glissait sur le sol, encore surpris par le coup du Beretta. Son visage était déformé de douleur… Barros poussa la jeune femme pendant sa fuite, mais Abi ne le regardait plus… Elle n’avait d’yeux que pour Hyde qui s’étalait sur le sol.

La voix de Ben secoua les puces d’Abigail qui secoua la tête afin de se ressaisir. Quelques coéquipiers partirent à la poursuite de Barros qui avait une bonne longueur d’avance dans sa course. Abigail s’apprêtait à les suivre quand elle vit que Delilah partait à la course en les sommant de se bouger. Mais la belle croisa le regard de Hyde, un regard brouillé par la douleur. Elle se connaissait un peu dans les premiers soins, ayant fait un peu de secourisme du temps qu’elle était avec les Green Bears. Elle se précipita donc vers le blessé avec deux autres coéquipiers.

La blondinette s’agenouilla près de la tête de Hyde et lui sourit.


«Ça va aller Hyde, nous lâche pas.»

La jeune femme examinait la blessure qui faisait gémir le pauvre Tigre. La plaie était si profonde qu’elle peinait à voir la balle qui s’était enfoncée dans la chair. Cela saignait beaucoup, mais heureusement, la balle avait fait mouche plus haut que le cœur. Hyde n’était pas en danger de mort immédiat si l’on appliquait les soins correctement. Un des deux Red Tigers qui étaient restés pour prodiguer des soins était revenu en courant avec une petite trousse de premiers soins contenant des bandages et des désinfectants.

«Ça ne suffira pas, il saigne trop.»

Pendant ce temps, l’autre Tigre, un petit nouveau aux yeux clairs et à l’expression bienveillante, sortit des pinces et s’apprêta à sortir la balle logée dans l’épaule. Abigail, d’une geste doux, mais autoritaire, stoppa son mouvement.

«Non, tu pourrais briser encore plus de tissus en la ressortant. Il faut élever son membre pour stopper l’hémorragie puis l’emmener au Doc’ Osborn. Le plus vite possible.»

Aussitôt dit, aussitôt fait, le nouveau ouvrait la marche faisait s’écarter les résistants sur leur passage alors qu’Abi tenait Hyde sous les bras, maintenant l’épaule blessée plus haute que le cœur alors que l’autre Red Tiger supportait les jambes. La pauvre Hyde gémissait et la sueur perlait à son front, son regard fiévreux inquiétait Abi qui priait pour que le docteur Osborn soit déjà là quand ils entreraient à l’infirmerie.

En entrant là-bas, les infirmières prirent tout de suite le blessé en charge. Abigail passa une main sur son visage et constata qu’elle avait la joue fendue et la lèvre inférieure coupée. Une infirmière voulut lui venir en aide, mais Abigail refusa.


«Occupez-vous de Hyde, je vais très bien.»

Puis, la belle se tourna vers le nouveau qui semblait sur le point de perdre tout contrôle en voyant le déroulement des opérations. Ayant pitié du Tigre, elle le prit par le bras et lui dit:

«Va prévenir Leilah de ce qui se passe. Il en est grand temps.»

Le jeune homme partit en courant avec un air de soulagement. Puis Abi sortit elle aussi de l’infirmerie. Elle n’était plus d’aucune aide maintenant. Une fois dans le corridor, la belle constata qu’il ne s’était écoulé pas plus cinq minutes depuis la fuite de Barros. Elle entendait l’écho des voix de ses coéquipiers au loin. Pourquoi ne pas aller leur prêter main forte? Aussi prit-elle quelques raccourcis et finit par trouver ses camarades, mais pas Barros. Où était-il donc?

Le bras mécanique d’Abi lui pesait déjà, mais elle s’efforçait tout de même de courir au même rythme que les autres Tigres, orgueil oblige. Elle finit par voir Ana-Maria et la rejoignit.


«Hyde est entre bonnes mains… Trouvons ce crétin de Barros maintenant…»

Abi grimaça un peu puis jeta un regard de reproche à son bras. Elle prit une bonne respiration et continua à courir, propulsée par le désir de trouver Barros afin que justice soit rendue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Intrigue N°3] Des Red Tigers au sang chaud - Ana, Aby & Delilah   

Revenir en haut Aller en bas

[Intrigue N°3] Des Red Tigers au sang chaud - Ana, Aby & Delilah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Human Resistance - :: Base de Niagara Falls :: Niveau -1 : Salles Communes :: Salle d'entraînement -