AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

Welcome in my world [PV Willow]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Timothy Lewiss
There's someone in my head
But it's not me
avatar

Nombre de messages : 67
Age : 25
Age : 24 ans
Spécialité : Observation et analyse (esprit perspicace) et Calculs, maîtrise des mathématiques
Date d'inscription : 18/09/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Welcome in my world [PV Willow]   Sam 21 Nov - 19:18

    "Mais qu’est-ce qu’il fait sombre ici. La pièce est trop petite, et se recroqueville au rythme du temps. Mais où suis-je en fait? Je ne connais pas cet endroit, je dois fuir. Dehors, il fait beau. Pleut-il? Ça fait longtemps que je ne suis pas allé dehors. Il doit faire beau dehors. C’est sûr."

    Timothy était dans le dortoir des hommes. Malgré qu’il soit sous surveillance afin de savoir si le garder à la base était un risque en soi, on l’avait mit avec les autres. Les autres, ils ne faisaient pas vraiment attention à lui. Plusieurs l’ignorait, totalement ou partiellement, certains semblaient même avoir de la peur dans leurs yeux lorsqu’il le voyait. C’est un fou après tout. Les fous, ils sont tous dangereux. Ils pourraient vous tuer durant votre sommeil et vous déchirer le ventre avec ses ongles. Ils en sont bien capable, les fous. Il y a même une limite entre humain et fou. Au moment que vous êtes différent, vous osciller dangereusement sur cette fine limite. Cette limite, il l’avait franchit longtemps auparavant. Maintenant, il allait franchir la limite qui délimitait la base de l’extérieur. Cette limite prenait la forme d’une porte.

    Les couloirs s’étaient défilés rapidement avant qu’il n’atteigne la première sortie. Étrangement, les voix s’étaient tus. Il n’y avait pas de voix dans sa tête. Elles devaient observer, en rigolant. Il entendait l’écho de leur rire. Timothy les avait tant entendu ces voix. Surtout il y a quelques années, lorsqu’il était seul. Quoi que, maintenant, il ne l’est pas moins, seul. Au moins, il voit des gens, des vrais. Mais ces gens, ils l’ignorent. Est-ce vraiment des gens dans ce cas? Et lui, est-il une personne? S’il n’y a personne pour vous entendre crier, comment savent-ils que vous criez?

    Les cheveux en pagailles, ceux-ci devinrent encore plus chaotique lorsqu’ils furent balayés par le vent. Il était dehors. Le soleil était haut, comme tous les jours à cette heure, la forêt s’étendait devant lui, sans fin. L’herbe était haute, humide. Il devait avoir eu une pluie récemment, comme témoignaient ces nuages qui s’éloignaient. Il faisait chaud, mais le fond de l’air était froid. Ses vêtements se collaient contre son ventre, moulés par le vent. Il s’avança sans fermer la porte derrière lui. De toute façon, elle se fermait par elle-même. Sa fermeture complète émit un clic peu sonore, mais qui attira l’attention de Timothy. Il se retourna face à cette porte qui s’était ouverte grande lorsqu’il avait joint les survivants. Il recula de quelques pas, méfiant, comme si la porte allait lui sauter au cou. Il se retourna après quelques mètres et continua d’avancer dans cette direction, contraire à la base.

    Il était dans les bois maintenant. Le parcourt qui l’avait mené jusque là était flou dans son esprit, comme si il était guidé par quelqu’un et agissait comme spectateur de cette marche. Retourner sur ses pas était impossible, mais il ne s’en inquiétait pas. Il arriva près d’une source d’eau : une petite mare. L’eau était verte, opaque, à cause des algues qui s’y trouvaient. Il y avait quelques nénuphars, et des débris que la nature avait fait tomber là : des feuilles, des branches. Il devait avoir plein de vie dans cette nappe d’eau, des survivants de la guerre qui se cachait de la vue des machines.

    Le déserteur alla s’asseoir sur une plate roche tout près. Il garda son regard rivé vers cet étang. Un étang qui semble paisible de l’extérieur, mais où une vue plus en profondeur nous montre un écosystème recelant la vie.


    « - J’avais raison, il fait beau dehors. »


    Déconnecté d’une réalité où la guerre tuait chaque jour de plus en plus l’humanité, Timothy vivait dans son monde. Son monde, s’était une mare, une forêt. Un monde fruit d’un délire. Évidemment que la limite est mince. La limite était une simple porte, qui s’ouvre facilement de plus. La porte entre son monde et la réalité s’ouvrait que d’un sens toutefois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Willow Daugherty
Life is nothing without fight !
avatar

Nombre de messages : 217
Age : 26
Age : 23 Ans
Spécialité : Combat au corps à corps
Date d'inscription : 08/11/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: Cyborg
Relations:

MessageSujet: Re: Welcome in my world [PV Willow]   Sam 21 Nov - 23:31

    Willow regarda sa montre, celle-ci pointait les onze heures et demi matinales. Cela faisait maintenant depuis plus de six heures d'affilées qu'elle enchaînait ces heures épuisantes qui consistaient à surveiller une porte que pratiquement personne n'utilisait. Quelle nullité.

    * Je ne suis tout de même pas faite pour surveiller une porte, c'est tout aussi inutile que de surveiller si ces chûtes d'eaux ne vont pas déguerpir ! *

    Cela faisait quelques temps que Willow songeait à changer d'équipe, ces missions de surveillances paraissaient tellement dépourvues de sens comparées à des missions de combat. Néanmoins la jeune femme n'avait jamais mis à terme son envie, elle décevrait trop de monde chez les Green Bear, et cela l'éloignerait de Logan. Et plutôt mourir que de quitter Logan !
    Au moins une chose de réconfortante, le temps venait de passer de la pluie au soleil, un rayon de clarté dans cette monotonicité ennuyante. C'était tout de même étonnant qu'un si beau climat puisse encore perdurer malgré toutes les monstruosités des temps derniers. Si Dieu existait et que la mort était un réel chagrin pour lui, jamais plus le soleil ne pourrait s'illuminer.. mais c'était le contraire. Dieu existait donc t-il ? Les sombres pensées de Willow furent interrompues par le bruit d'ouverture de la porte qu'elle était censée surveiller ; durant sa réflexion, Willow s'était éloignée de quelques pas en direction de la forêt. Elle eue donc le temps de s'esquiver derrière un fourrer. Son instinct avait agis tout seul. La personne qui sortait de la base n'était pas censée être une menace, étant donné qu'elle sortait. Cela n'empêche, elle s'était cachée, il valait mieux voir de qui il s'agissait avant de se montrer.

    L'homme qui sortit n'était pas très grand, plutôt mince et, un détail que la manie méticuleuse de la jeune femme remarqua de suite, l'homme possédait ce qui ressemblait plus à une crinière désordonnée qu'à des cheveux. Willow le reconnut immédiatement, cet homme était sous surveillance depuis son entrée à la base. Son état pour un moins détraqué menacait d'une force extrême la sécurité de celle-ci. On devait donc toujours garder une œil sur lui, suivre avec plus ou moins de largesse ses déplacements mais là, à toute évidence, la largesse avait été démesuré.

    L'adrénaline vint d'un coup, puissante et forte, elle "réactiva" les neurones de Willow.

    «- Cette garde ne sera peut être pas si ennuyante..» Souffla Willow avec un petit sourire.

    Certes le risque était gros, si l'homme prénommé Timothy tombait sous la main des machines, il pourrait livrer des informations très compromettantes sur la base, peut être même critiques. Malgré tout, Willow ne donna pas l'alerte, elle décida de s'en occuper seule. Elle décrocha de sa ceinture le léger revolver qui s'y accrochait, et suivit l'homme au pas de course, le plus furtivement possible.
    Il était à présent arrivé dans le cœur du bois, l'homme n'avait pas vraiment l'air de savoir où il se rendait, il regardait le paysage l'entourant avec une étrange mine, il ressemblait réellement à un fou. Malgré tout, Willow ressentait un peu de pitié pour cet homme, comme elle, il devait se sentir écrasé sous le poids des regards, tout autant qu'il devait se sentir très seul. Timothy alla s'asseoir sur un gros rocher, puis s'exclama :

    «- J’avais raison, il fait beau dehors. »

    Le voilà à présent qui parlait seul, examinant avec un regard peut être un peu trop insistant la mare qui s'étalait à ses pieds pour que cela puisse sembler convainquant. Il semblait complétement coupé de ce monde, c'est donc à ce moment que Willow se décida à intervenir, moins sur ses gardes il serait, mieux ce sera.
    La jeune femme se dévoila, avançant droit vers l'homme et choisissant la technique du gentil, elle s'écria :


    « - Oh Timothy ! Je suis heureuse de te voir par ici, il est parfois bon d'avoir un peu de compagnie. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timothy Lewiss
There's someone in my head
But it's not me
avatar

Nombre de messages : 67
Age : 25
Age : 24 ans
Spécialité : Observation et analyse (esprit perspicace) et Calculs, maîtrise des mathématiques
Date d'inscription : 18/09/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Welcome in my world [PV Willow]   Ven 4 Déc - 21:25

    Toujours cette mare. Timothy était toujours autant fascine par cette nappe d’eau. Il pouvait voir quelques fourmis qui s’afféraient à cueillir quelques feuilles et pétales et les porter jusqu’à leur nid. Elles humaient l’air de leurs antennes en levant la tête et s’engageait dans une direction. Une d’entre elle s’avança jusqu’à la mare. Étrangement, alors qu’elle avançait aussi rapidement que ses six pattes lui permettaient, une autre fourmi vint lui barrer la route. Après quelques millièmes de secondes, elle repartie en direction opposé, tandis que celle qui lui avait barré la route revenait d’où elle venait. En à peine une seconde, la seconde fourmi semblait avoir averti la fourmi insouciante du danger que représentait l’eau. Alors, ceux-ci reprenait leur travail. Elles étaient fascinantes ces fourmis…

    Un bruit attira son attention. Il se retourna légèrement vers la gauche pour avoir apparaître entre les branches une femme. L’homme resta un instant pantois de voir quelqu’un ici. D’un autre côté, cette femme devait elle aussi être étonnée. Il resta encore un moment déchiré entre cette compagnie et les fourmis. Timothy portait son regard sur un point fixe invisible à égale distance entre la femme et l’étang. Plus elle avançait, plus ce point se déplaçait, pour rester exactement entre ses deux préoccupations actuelles. Ce point bissecteur s’attarda un instant sur une grosse souche, où des feuilles, des morceaux de fruits et autres produits de la forêt semblait convertir. Il s’agissait en fait des fourmis qu’il observait il y a un instant, qui allait porter leurs trouvailles vers leur nid, creusé à même cette masse décomposée de bois. Il vit alors la fourmi qu’il observait tout à l’heure, celle qui allait faire face inconsciemment au danger de l’eau.
    Évidemment, Timothy ne regardait pas la même fourmi que tout à l’heure. Il le croyait mais, s’il regardait la mare, il pourrait voir sa fourmi intrépide flotter à la surface de l’eau. Mais, dans son esprit, cette fourmi qui transportait une sorte de mouche était celle qu’il fixait il y a peu. Il pouvait la reconnaitre.

    « - Oh Timothy ! Je suis heureuse de te voir par ici, il est parfois bon d'avoir un peu de compagnie. »

    Qui donc lui parlait? D’où venait cette voix? Ha, oui! C’était la femme de tout à l’heure. Depuis combien de temps déjà elle était là? Quelques secondes, peut-être. Si seulement ils étaient des fourmis. À peine une seconde et tout aurait été dit!

    Les paroles de la femme se répétaient dans sa tête, en écho. « Je suis heureuse de te voir ici. » Elle était heureuse de le voir? Pourquoi donc? Jamais on était content de le voir, lui, le fou. Jamais on ne lui adressait un sourire, autre que par pitié. On n’était jamais content de le voir. On était content de ne pas le voir. Lorsqu’il n’était pas là, les autres étaient heureux. Il le sait. Il les voit s’amuser lorsqu’il n’est pas là. Il les voit parler contre lui, rire dans son dos. Ils disent qu’il est fou, qu’il est cinglé. On a peur de lui, et on le méprise. On dit qu’il est inférieur. Les fous, ils sont inférieurs aux hommes. Oui, il le sait. Les gens se moquent de lui. Ils ont peur de lui. Il les voit. Il les entend. Dans sa tête.


    « - Où sommes-nous? Je crois que je suis perdu… »

    Il porta son regard sur l’environnement autour de lui. Il regardait les arbres, le ciel, cette mare. Il cherchait un point de repère, mais ne trouvait rien. Il reporta donc son regard sur l’étang. Elle, il savait où elle était. Elle était là. Et, à sa surface, il y avait une fourmi. Elle ne se débattait même pas dans cette eau. Elle restait paisible. Ou alors, elle était morte, tuée par sa curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Welcome in my world [PV Willow]   

Revenir en haut Aller en bas

Welcome in my world [PV Willow]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Human Resistance - :: Extérieur de la Base :: Forêt broussailleuse -