AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

Do you want me ? / Ana-Maria Lucarez & Sam'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Lucas Dam

avatar

Nombre de messages : 104
Age : 26
Age : 19 ans
Date d'inscription : 11/12/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Do you want me ? / Ana-Maria Lucarez & Sam'   Dim 13 Déc - 2:23

Do you
want me ?


.


    Le soleil montrait peu à peu son nez, à l'horizon. Aucun bruit ne se faisait entendre sur la ville de Niagara Falls. Les chutes d'eau justement, provoquaient les seuls sons que pouvait entre Lucas. Ce dernier se trouvait juste derrière une voiture qui semblait avoir été écrasée par une machine. La tôle pliée et déchirée offrait une bonne protection visuelle. Surtout que la carcasse se trouvait à un mètre de la façade d'un immeuble en ruines. Parfaitement caché, le jeune homme plissait des yeux, observait discrètement les alentours. Il avait passé toute la nuit en ville, et il savait que les Résistants étaient là. Du moins, il savait que des humains, car il ne s'agissait pas de machines, rôdaient dans les ruines et surveillaient tout ce qui se passait. Heureusement pour lui, sa grande expérience dans ce domaine l'avait fait échappé à toute reconnaissance. Personne ne savait qu'il était là, personne n'avait eut vent de son existence. Il avait bien aperçut, une fois ou deux, le jour précédant, quelques têtes humaines, mais jamais elles ne s'étaient dirigées vers lui. Un fantôme.

    Son chien-loup, Chi, était couché à ses côtés, les oreilles dressées. Son pelage noir mêlé de gris le cachant parfaitement. L'animal, au courant de ce qu'on attendait de lui, n'aboyait presque jamais : ainsi, les deux amis restaient discrets. Mais à présent, Lucas avait prit sa décision. Il voulait être trouvé par ces gens qu'il évitait depuis le soir précédant. Il voulait s'intégrer dans une communauté, aider à lutter contre Skynet, aider les gens à s'en sortir. Son errance avait duré longtemps, il avait apprit beaucoup de choses. Il fallait mettre ces connaissances et ses talents au service de l'Homme. Si aucune des patrouilles ni des sentinelles ne l'avait jusqu'à maintenant repéré, c'était voulu. Mais maintenant, il allait se montrer au grand jour. Il respira à fond. Il hésitait un peu. Comment allait-on l'accueillir ? Allait-on le renvoyer hors de la ville ?

        Viens Chi. On y va ...

    Se levant, il enfila son sac à dos, et s'avança au milieu de la route. D'un saut habile, il se retrouva sur une voiture grise en bon état. Du moins, le toit l'était assez pour permettre à Lucas de grimper dessus. Il leva son fusil d'assaut en l'air, d'une main, pour montrer qu'il ne cherchait pas la bataille, mais qu'il était venu en paix. Quelqu'un allait venir ? Aucune idée ...


Dernière édition par Lucas Dam le Ven 12 Fév - 9:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ana-Maria Lucarez

avatar

Nombre de messages : 787
Age : 25
Age : 27 ans
Spécialité : - Mécanique & Transports -
- Armes à Feux -

Date d'inscription : 11/04/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Do you want me ? / Ana-Maria Lucarez & Sam'   Mer 16 Déc - 21:55

    Aujourd'hui, la jeune femme préparait un cadeau pour Josh. Elle avait déjà commencé à travaillé jusqu'à tard la veille et c'était levée assez tôt dans la matinée pour continuer. On lui avait alors demandé un coup de main sur une toute petite mission de réparation : un Green Bear avait emprunté une voiture pour aller chercher quelques provisions de l'autre côté de la ville et celle-ci avait lâché non loin de l'entrée. La jeune femme devait donc la réparer en vitesse afin de la ranger au garage avant qu'il ne lui arrive quoique ce soit d'autre : les voitures en assez bon état ne devaient pas se perdre inutilement. Elle s'était donc docilement rendu sur les lieux, alors que le soleil n'était pas encore levé. Elle avait vite comprit d'où venait le soucis et c'était, à l'aide d'une planche, laissée glisser sous l'engin. Elle était alors restée là dans le plus grand silence pendant de nombreuses minutes.

    Soudain, elle entendit des bruits de pas et garda le silence le plus complet. Cachée sous la voiture grise, elle observait du mieux que sa position le lui permettait et écoutait. Elle pouvait voir une paire de chaussure et... quatre pattes à poils. On aurait dit un chien, mais il avait des pattes plus grosses que la moyenne et les antérieurs semblaient marcher sur la même ligne que les avants, ce qui n'était pas commun aux chiens. Elle se demandait s'il ne s'agissait pas d'un robot de Skynet, mais elle vint vite à en dédier que non : les démarches des deux êtres n'étaient pas mécanique et semblaient bien trop légère. Alors, l'homme ou la femme - elle n'aurait su le dire - grimpa sur le capot puis sur le toit de la voiture. La jeune femme se mit à voir rouge : elle était en train de prendre soin de la voiture... qu'un ou qu'une autre s'autorisait à marteler de ses chaussures probablement pas très propres !

    Sortant rapidement de sa cachette, elle se redressa et mit en évidence le fait qu'elle n'était pas armée. En revanche, elle mit ses mains sur ses hanches et lança un regard noir au jeune homme qui se tenait face à elle. L'attrapant par le bas de son t-shirt, elle le tira en avant, le forçant ainsi à sauter de son perchoir. L'attrapant par le col, elle le tira vers lui et l'observa d'un regard dur. Elle lâcha d'une voix sérieuse :

    "On t'as jamais apprit à respecter le boulot des autres gamin ? Cette voiture est presque réparée !"

    Ça pouvait paraître étrange et excessif, mais la jeune femme n'aimait ni qu'on piétine une voiture en assez bon état, ni qu'on la dérange dans son travail. Elle était rarement dur, mais ce jeunot n'avait pas l'air bien dangereux et puis elle ne le connaissait pas alors bon.. Ceci dit, après avoir souffler un bon coup, comme un dragon qui fulmine, elle le relâcha et se recula en croisant les bras.

    "Oh j'oubliais ! Bienvenue à Niagara Falls !" lâcha-t-elle avec une certaine aigreur.

    Cependant, elle se dit qu'il valait peut être mieux relativiser et ne pas terroriser déjà ce pauvre gamin qui se ferait de mauvaises idées d'elle, à tort. Ok, elle était pire qu'une lionne en chasse quand on touchait à ses voitures, mais Ana pouvait aussi être un amour. Et puis il y avait peu de choses qui la mettait en colère véritablement. Là, elle n'était qu'irritée. Ceci dit, elle se détendit et laissa sa dureté disparaître pour afficher un visage plus neutre. Elle demanda même, comme pour faire preuve de bonne volonté :

    "Qui es-tu et que fais tu dans les parages ? Tu rejoins les rangs ou tu viens juste faire du troc ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucas Dam

avatar

Nombre de messages : 104
Age : 26
Age : 19 ans
Date d'inscription : 11/12/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Do you want me ? / Ana-Maria Lucarez & Sam'   Jeu 17 Déc - 1:24

    Le jeune garçon attendit pendant quelques secondes, sans que rien ne se passe. Puis tout "dérapa". Chi se mit à grogner, et avant que Lucas ne voie la raison de ce son, il vit une jeune femme. Enfin, plus vieille que lui, mais pas trop quand même. Le regard qu'elle lui jeta le fit frissonner. Lucas s'apprêta à sauter à l'opposé de cette inconnue, mais plus rapide, elle l'attrapa par le col, et le tira en bas du toit de la voiture. Lucas fut presque prit d'une envie de l'assommer avec sa crosse. Il ne permettait pas qu'on le traite ainsi, alors qu'il n'avait, à priori, rien fait de mal ! Comprenant la posture de son maitre, le chien-loup se mit à grogner à la manière de son côté sauvage. C'était très ... menaçant. Rapidement, et afin d'éviter toute effusion de sang, Lucas émit un bas sifflement, ce qui eut pour effet de calmer "sa bête". Tout irait mieux ainsi. Il écouta alors l'inconnue, qui lui demanda si un jour, on lui avait apprit à respecter le travail des autres, en ajoutant, pour terminer, que la voiture était sur le point d'être réparée. Gné ? Donc ... elle était en train de la réparer alors qu'il était monté dessus ? Comment Chi ne l'avait pas sentie ? Sûrement l'odeur du moteur ou autres composants chimiques qui faisaient office de barrière olfactive. Mince ...

    Soufflant comme un boeuf, l'inconnue, basanée, relâcha enfin l'habit de Lucas. Ce dernier, profita de la libération, s'éloigna de deux pas. Et si il pointait toujours son arme vers le sol, il la serra plus fort. Il n'aimait pas la tournure des événements. Il avait déjà fait trop de rencontres malheureuses de ce type, et ne voulait pas avoir à faire avec un survivant qui en voulait à sa peau. Le stress était ... visible. Lucas ne savait pas trop comment réagir. Il avait envie de partir en courant. Mais la situation se calma lorsqu'elle lui annonça la bienvenue à Niagara Falls. Mais ... à la ville ou à la Résistance ? Ou ... aux deux ?

    Surprit, le jeune garçon vit son interlocutrice "changer de masque". Après qu'elle ait respiré un peu, elle semblait moins agressive. Comme si elle s'était rendue compte que sa réaction au fait que la voiture qu'elle réparait avait été utilisée comme un perchoir avait été un peu abusive. Du moins du point de vue de Lucas. Puis elle demanda à ce dernier des informations sur sa venue aux environs. Là, ça devenait intéressant. La raison de sa venue à Niagara Falls ... se faire reconnaitre ? Pouvoir se montrer utile à une collectivité, et ne pas penser qu'à lui-même ? Être accepté parmi une société ? Était-ce possible ? Fronçant les sourcils, il dit d'une voix grave, sûr de lui :

        Je suis venu pour faire partie de la Résistance ... et ... désolé pour la voiture, je savais pas.

    En effet, il avait pensé bon de rajouter un petit mot d'excuse à la fin, histoire de ne pas être étiqueté de trop méchant dès son arrivée ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ana-Maria Lucarez

avatar

Nombre de messages : 787
Age : 25
Age : 27 ans
Spécialité : - Mécanique & Transports -
- Armes à Feux -

Date d'inscription : 11/04/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Do you want me ? / Ana-Maria Lucarez & Sam'   Ven 18 Déc - 13:24

    Ana avait oublié l'animal. Celui-ci s'était mit à grogner mais avait vite été calmé par un sifflement de son maître. La jeune femme remarqua rapidement que le petit inconnu était stressé, choqué par cette rencontre. Bien qu'elle ne laissa rien paraître extérieurement, c'était comme si elle s'était mordu la lèvre intérieurement, regrettant son attitude. Après tout, il revenait de loin, du dehors. Ce n'était pas évident. Elle-même était arrivée ici à peine plus vieille et, bien que dans un état convenable, son état mental était des plus fragiles. La jeune femme se détendit donc. L'apparence que l'on a, l'attitude que l'on déploie, a toujours souvent un impact sur l'attitude des autres, grâce au ressentit. Montrez-vous agressif et fermé et votre interlocuteur sera sur la défensive, affichez une mine positive et avenante et cette même personne sera d'un coup plus détendue.

    Le jeune garçon expliqua vite ses motifs à la métisse, qui doutait bien de quoi il pouvait en retourner. Il fallait dire que personne ne venait à la Base armé de desseins sombres et hostiles : ce serait du suicide. Non, en général la venu de nouveaux visages étaient soit synonymes de ralliement, soit synonyme de Nomade en quête de troc. Ici, c'était la première option. Décidément, cela faisait deux nouveaux combattants - et êtres vivants avant tout - à faire acte de présence et de ralliement auprès de Niagara Falls. Cela relevait presque du miracle. En effet, en ces temps forts perturbés, les robots décimaient de nombreuses vies et il y avait bien longtemps, avant Josh et le gamin, qu'on n'avait pas vue de nouvelles têtes ici. Quelque part, la jeune femme en était presque reconnaissante à ce jeune d'être arrivé jusqu'ici.

    Le pauvre s'excusait. Au fond, c'était loin d'être à lui de le faire, mais à Ana qui avait été trop prompte à laisser son impulsivité prendre le dessus, comme autrefois. Elle en était tout à fait certaine désormais. Il fallait dire aussi que les temps étaient troublés à la Base et que la tension était palpable auprès de tous. Sans parler du mal qu'elle se donnait pour la surprise qu'elle préparait à Josh. En temps normal elle aurait été bien plus accueillante, et en même temps plus méfiante aussi, face à l'arrivée du jeune adulte. Car il fallait bien avoué que ses jours passés loin de l'action avait amoindrit ses facultés à être prudente et elle s'exposait un peu plus au danger. Et s'il avait été un Terminator ? Elle ne serait même plus là pour se poser la question... C'est donc tout naturellement qu'elle lui répondit :

    "Et bien, encore une fois, Bienvenue dans nos rangs. Pour la voiture, ce n'est pas grave. Au contraire même, excuse moi d'avoir agit promptement. Il faut dire que c'est un peu tendu à la Base ces temps-ci."

    Étrangement, elle n'était même pas gênée de reconnaître ses torts, bien au contraire : elle semblait la plus détendue du monde désormais. La femme aux multiples cultures observait l'animal. Ce n'était définitivement pas un chien, mais il ne tenait pas du renard et semblait trop fin pour un loup. Un croisement peut être ? Un peu comme elle au fond : pas chien, pas loup. Parfois, dans sa jeunesse, la demoiselle s'était demandée quelle était réellement sa place. Aujourd'hui parfois encore la question s'imposait à elle. Elle avait surtout vécut en Amérique, mais connaissait très bien l'île Puerto-Ricaine sur laquelle elle avait passé pas mal d'années et trop peu l'Iran, qu'elle avait quitté bien jeune. Elle avait presque renié ce pays à la déclaration de guerre. C'était ce qui les avait profondément divisé, elle et son frère aîné qui lui avait choisit l'autre camp.

    "C'est un bel animal que tu as là gamin." fit elle comme pour se sortir elle-même de ses pensées. "Il est croisé de deux espèces non ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucas Dam

avatar

Nombre de messages : 104
Age : 26
Age : 19 ans
Date d'inscription : 11/12/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Do you want me ? / Ana-Maria Lucarez & Sam'   Ven 18 Déc - 14:13

    Immédiatement après qu'il se soit excusé, la jeune femme changea de comportement. Elle n'était plus la personne menaçante qui avait surgit de sous une voiture en plein milieu d'une ville en ruines. Dans ses yeux, Lucas voyait de la compassion, et de la compréhension. S'était-elle rendue compte des épreuves traversées par l'orphelin toutes ces années ? Peut-être, peut-être pas. Mais Lucas n'était pas du genre à profiter de son jeune âge, ni des situations endurées. Pour lui, il était semblable à toute personne encore en vie : il était habité par l'espoir d'un monde meilleur, d'un monde livré de Skynet. Et pour cela, il fallait souffrir, se battre, et ... dégommer des robots. Enfin, ça, c'était plutôt rare, car ses armes ne lui permettaient pas de le faire. Quoiqu'une fois, il avait réussit à dégommer un Hell Fleas, une puce de l'enfer, avec son fusil de précision. Il se souvenait parfaitement de cette journée, il y a environ deux ans.

    * Flashback *

    Cela faisait plusieurs heures qu'il observait un groupe de survivants. Il voulait s'approcher, aller discuter. Et puis il avait besoin d'un nouveau T-Shirt, alors en proposant quelques fourrures en échange, le troc pouvait être juteux. Surtout que le groupe observé se composait d'une dizaine de personnes : trois hommes, trois femmes, et quatre enfants. Ceux-ci étaient en bas âge, six ans environ, d'après les estimations de Lucas. Pourquoi ne pas les approcher ? Il ne savait pas s'ils étaient hostiles ou pas, alors il se contentait de les regarder au travers de son fusil de précision. Il allait et venait entre les membres, les détaillait. Jusqu'au moment où il la vit, la puce de l'enfer. Camouflée sous une fougère, elle guettait, prête à attaquer. La première envie de Lucas, ce fut de lui tirer dessus. Mais il prit quand même le temps de cribler les alentours, vérifiant d'autres présences Skynetiennes. Heureusement, la puce était seule. Ensuite, plusieurs solutions s'offraient à lui : tirer n'importe où, ou alors détruire la petite caméra qui aveuglerait l'ennemie. Malheureusement, en faisant ça, il attirerait sûrement des Cargos Vulture ou d'autres Hell Fleas en moins de deux. Donc ... destruction. Surtout qu'elle ne bougeait pas ! Lucas transpirait. La presssion faisait chauffer son corps. Il avait, entre les mains, la vie de dix personnes bon sang ! Et il fallait qu'il se décide vite, avant que la mitrailleuse de la machine ne distribue la mort ! Reprenant sn souffle, le jeune homme visa longtemps, presque deux minutes. Lorsqu'enfin il appuya sur la détente, tout sembla s'arrêter ...

    * Fin du flashback *

    Ce jour là, il avait sauvé une famille en tuant une puce de l'enfer. Coup de chance ou d'habilité, le résultat avait été le même. Enfin bref. Il fut sortit de ses pensées par le ton amical de la jeune femme. Elle lui souhaita de nouveau bienvenue à Niagara Falls, relativisant l'épisode de la voiture. Elle s'excusa même d'avoir agit trop vite, sans réfléchir ! Et bien, elle changeait vite d'opinion celle-là ! Enfin, d'un côté, c'était pas plus mal pour la situation de Lucas. Un peu tendu à la Base ? Que voulait-elle dire ? L'envie de lui demander lui brûlait les lèvres, mais pas pure courtoisie, il s'en empêcha. En échange, Lucas lui envoya en pleine poire un sourire franc et amical. Il appréciait les gens comme elle. En fait, elle semblait des plus amicales. Et puis c'était une femme qui ne se laissait pas faire, Lucas en était sûr. Un peu de féminité ne faisait jamais de mal après tout ! Puis elle observa Chi. Avait-elle remarqué que ce n'était pas un chien ? Sûrement. En fait, elle demanda plus d'informations. Je décidai de lui en parler :

      C'est rien. En fait, je sais pas. Je l'ai rencontré il y a trois ans, il fuyait une machine, en pleine forêt. Je l'ai souvent observé, et je trouve qu'il tient plus du loup que du chien. Il faudrait faire des tests ADN pour savoir.

    Intérieurement, Lucas n'en savait rien. Il avait toujours pensé que Chi lui obéissait car il l'avait recueillit très jeune. Mais était-il croisé à un chien ? Aucune idée. Physiquement, du moins en terme de fourrure, c'était un loup, aucun doute. Après, en terme caractériel, il était très obéissant. Mais une fois en chasse, son esprit lupin reprenait le dessus. Lucas sourit même lorsqu'il pensa que Chi était peut-être à cent pour cent loup ? Car il n'était sûrement pas encore arrivé à sa croissance finale, alors il ne savait pas ! Soudain, Chi se lança vers la jeune femme. Alors qu'il s'apprétait à le rappeler, pensant qu'il allait attaquer, Lucas se tut : Chi avait sentit quelque chose.

      Un animal ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ana-Maria Lucarez

avatar

Nombre de messages : 787
Age : 25
Age : 27 ans
Spécialité : - Mécanique & Transports -
- Armes à Feux -

Date d'inscription : 11/04/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Do you want me ? / Ana-Maria Lucarez & Sam'   Ven 18 Déc - 23:55

    Le jeune sembla se détendre un peu lui aussi, ce qui arrangea Ana : leur rencontre allait peut être prendre un autre tournant et devenir plus agréable. Après tout, cela c'était bien passé avec Josh, pourquoi pas avec Lucas ? Bon, la différence était que c'était grâce à Sam qu'elle l'avait trouvé et que la rencontre avait donc été plus sereine. Et puis il était blessé. Mais bon, ce garçon là n'en était pas forcément moins sympathique. D'ailleurs, c'était un petit jeune : il y aurait sûrement moyen de le taquiner. C'était toujours bon à prendre ! Enfin, avant de penser à quelconque boutades avec lui, elle devait déjà sympathiser.

    Il lui expliqua alors un peu comment il avait trouvé son animal, comment ils s'étaient rencontrés. Ana nota les observations qu'il faisait sur son compagnon, et elle était d'accord. Mais elle n'était pas sûre qu'il soit pleinement loup. En fait il était encore jeune et fin, ce qui rendait cela difficile à déterminer. En l'observant, la métisse remarqua tout de suite son changement de comportement. Un animal ? Elle était presque sûre de savoir de quoi, ou plutôt de qui il s'agissait. Elle s'agenouilla à la hauteur du supposé loup, posa une main amicale sur sa tête, l'approchant avec douceur pour ne pas l'effrayer. Puis elle se retourna et siffla. Sam accourut à grande vitesse, la langue pendante. Pourtant, en voyant sa maîtresse près d'un autre chien - ou loup - elle se stoppa net. Son attitude était agressive, comme l'avait été la jeune femme avec le maître peu avant. Ana-Maria se redressa et se dirigea vers sa chienne, près de laquelle elle se baissa. Attrapant sa tête entre ses mains, elle plongea son regard dans le sien, comme pour l'apaiser. Ce qui ne manqua pas. Se relevant, elle la gratifia d'une dernière caresse, tandis que la chienne s'asseyait docilement à ses côtés.

    "Je vous présente Samantha, ma chienne. Et moi c'est Ana-Maria Lucarez."fit elle en tendant une main amicale en direction du jeune homme.

    Après tout, il était vrai qu'ils n'avaient pas fait les présentations. Fallait dire que la jeune femme ne lui en avait pas laissé le temps, avec l'accueil qu'elle lui avait offert. Désormais c'était chose faite, et elle n'avait plus qu'à accueillir la réponse du jeune garçon. Une fois chose faite, elle laissa Sam s'approcher du chien-loup. La jeune berger allemand s'avança, renifla prudemment son congénère, mais non sans curiosité, alla renifler la main du maître puis se recula pour laisser de nouveau sortir sa langue, visiblement satisfaite de cette rencontre. Ana-Maria, attendrit et amusée par le spectacle, ne put s'empêcher de rire de bon coeur. Cette petite Sam était toujours étonnante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucas Dam

avatar

Nombre de messages : 104
Age : 26
Age : 19 ans
Date d'inscription : 11/12/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Do you want me ? / Ana-Maria Lucarez & Sam'   Sam 19 Déc - 0:50

    ( Pour info', Lucas se prononce LoukaS ^^ )

    En effet, Chi avait sentit quelque chose d'étrange sur la jeune métisse, ce qui avait poussé Lucas à demander si c'était un animal. L'inconnue fit alors quelque chose d'assez osé : elle s'agenouilla devant Chi, et lui posa une main sur la tête. La façon qu'elle avait de le faire laissait supposer qu'elle n'en était pas à se première fois, qu'elle avait l'habitude de toucher un animal, ce qui prouva bien au jeune homme que la femme sentait l'animal. Soudain, elle siffla. Mh ... et puis d'un coup, toute langue dehors, un berger allemand accourut ! Ainsi, elle possédait elle aussi un compagnon à quatre pattes ! Quelle coïncidence ! Mais en même temps, Chi recula d'un mètre, se plaçant à côté de son maitre. Retroussant les babines, il laissa apparaitre une longue rangée de dents menaçantes. Un loup en colère, pas sécurisant du tout. Le berger se stoppa lui aussi, prêt à en découdre avec cet étranger. Que le règne animal pouvait être compliqué ...

      Chi, c'est bon ...

    En posant sa main sur la tête de son compagnon, Lucas sentit toute la puissance que possédaient ses mâchoires, et il se demanda qui de Chi ou du berger allemand gagnerait si un combat avait lieu. Il avait beau ne rien avoir de méchant contre cette jeune femme, mais il pensait que Chi vaincrait ... après tout, il avait du sang lupin. Mais là, pas question de combat ni de sang, car avec des caresses, Lucas réussit à calmer son chien-loup. Entretemps, la jeune femme en avait fait de même avec le berger allemand. Docile, ce dernier prit place aux côtés de sa maitresse, qui présenta la nouvelle arrivante, une prénommée Samantha. Une femelle hein ? Ça n'allait pas forcément arranger les choses ! Puis la métisse se présenta elle-même : Ana-Maria Lucarez.

      Et moi c'est Lucas Dam, enchanté.

    En disant cela, il accepta de bonne grâce la main tendue, la serrant fermement mais sans violence. On lui avait toujours dit de se montrer sûr, de ne jamais paraitre faible devant un homme. Depuis bien longtemps qu'il appliquait cette règle ... Après les gestes d'usage, Lucas regarda Chi. Ce dernier, toujours attentif aux gestes et faits de Samantha, avait fait disparaitre toute trace d'agressivité de son corps, car il semblait avoir comprit qu'il ne fallait pas se battre contre les chiens "de compagnie". Par contre, oreilles levés, il ne quittait pas la chienne des yeux, paré à toute éventualité. Pour casser cette image de loup méchant, Lucas appuya fortement, mais sans violence, sur la tête de Chi, puis de l'autre bras, poussa de toutes ses forces.
      Lui c'est Chi. Il est pas très galant ...

    Intérieurement, il ajouta : mais il est comme ma moitié. Pendant ce temps, le chien-loup, surprit de cette attaque latérale venant d'un allié, s'en alla rouler sur quelques mètres. Rapidement sur pattes, il approcha à la manière des loups, de biais, au lieu de foncer tout droit comme beaucoup de chiens. Puis il sauta sur son maitre, qui l'accueillit à bras ouverts, vacillant, mais qui ne tomba pas. Lorsque le calme revint, Lucas se rendit compte du comportement enfantin qu'il venait d'avoir. Il fallait qu'il fasse, en compagnie d'autres humains, un peu plus attention ... Gêné, il se gratta la tête, tout en demandant :
      Mh ... heu ... hehe ... vous êtes beaucoup à Niagara Falls ? Et vous êtes tous aussi ... insouciants ?

    Sans vouloir être méchant bien sûr. En fait, il ne se sentait pas spécialement en sécurité. Depuis six ans qu'il vivait "dehors", il avait apprit à éviter les endroits découverts comme la peste. Il ne se sentait vraiment en sécurité qu'au fond d'un profond ravin, sous une épaisse couche de roche, là où les radars et les ultrasons, ou encore détecteurs de chaleur, de Skynet, ne viendraient pas le débusquer. Sinon, il se débrouillait pour voyager par les forêts, ou s'il devait traverser inévitablement une ville, il passait par les débris, toujours à l'abris du ciel, principal moyen de locomotion des machines Skynetiennes. Enfin bref, pour montrer qu'il rigolait, il sourit, affichant toutes ses dents ... En même temps, les deux animaux firent plus amples connaissances, le premier pas ayant été franchit par la chienne. Après quelques instants de reniflage, elle s'approcha de Lucas, qui lui tendit la main, sous le regard médusé de Chi. Lorsque le berger allemand se retira en tirant la langue, comme pour se moquer, le loup renifla la main de son maitre, comme pour vérifier que rien n'y était resté. Puis, rapide comme l'éclair, il se lança sur Samantha, émettant des japements semblables à ceux utilisés lorsqu'il jouait avec Lucas ... Ce dernier ne put s'empêcher de se joindre aux rires d'Ana-Maria ...

    Depuis l'éclatement de la Troisième Guerre, jamais pareille scène n'avait été aperçue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ana-Maria Lucarez

avatar

Nombre de messages : 787
Age : 25
Age : 27 ans
Spécialité : - Mécanique & Transports -
- Armes à Feux -

Date d'inscription : 11/04/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Do you want me ? / Ana-Maria Lucarez & Sam'   Mer 23 Déc - 20:09

    Les présentations étaient faites entre les hommes, il en fut bien vite de même entre leurs compagnons à quatre pattes. Alors qu'Ana les observait, Lucas enchaîna quelques brèves questions. Combien étaient ils à Niagara Falls ? La jeune femme n'en avait pas la moindre idée, pas l'ombre même. A vrai dire elle n'y avait jamais fait vraiment attention, et elle ne lisait pas ce qui pouvait ressembler de près ou de loin à un quelconque rescencement. Disons qu'elle ne s'y était jamais intéressée, ne s'était jamais posé la question avant. Mais maintenant qu'elle y réfléchissait, ils étaient bien plusieurs centaines à Niagara, mais selon elle moins d'un millier. En fait c'était dur à dire. Elle répondit donc dans un haussement d'épaule :

    "Je ne sais pas trop. Nous sommes assez nombreux, je dirais quelques centaines. Mais je ne pourrais pas te dire exactement. Il faudrait demander à notre Dirigeante, Meredith Mayer, pour avoir la réponse."

    Quand à l'insouciance... Si Ana n'était pas vexée, elle était tout de même gênée. Il était vrai qu'elle n'avait pas agit en toute prudence en l'attrapant aussi rapidement. Mais à vrai dire, par les temps nerveux qui court au sein de la Base, qui était, parmi les soldats, encore très prudent ? Ils étaient tellement désireux d'avoir un peu d'action, à l'image d'Ana, qu'ils en oubliaient pour un grand nombre d'entre eux d'être prudents. Sa réponse fut donc assez confuse :

    "En fait... Oui, non.. Disons que pas mal de soldats sont enfermés à l'intérieur depuis plusieurs jours, voir semaines pour certains. Du coup, avec les tensions, la nervosité, pas mal en oublient de faire attention, moi y compris."

    La métisse voulut lui expliquer un peu mieux ce qui se passait à la base mais elle fut coupée par les pitreries de Sam et de Chi. Elle ne put que rire aux éclats. Ils étaient même si attendrissants qu'elle fut tenté de les rejoindre dans leur jeu. Elle se retint cependant, se disant que c'était là un moment précieux pour Sam : il y avait bien longtemps qu'elle n'avait pas vue l'un de ses semblables. Elle était un peu comme Josh : après avoir passé autant de temps loin de sa race, il est bon de la retrouver. Lucarez laissa donc les deux animaux à leur jeux et se concentra à nouveau sur l'arrivant. Plus précisément sur son nom.

    "Lucas tu dis ? Cela sonne espagnole ou américain du sud. Tu as des origines ?"

    La jeune femme aimait rencontré des gens qui avaient des origines propres de la sienne : c'était l'un des meilleurs moyens de pratiquer sa langue maternelle qui lui manquait tant. Pourquoi ? Parce que sa mère lui parlait très souvent espagnole et elle y tenait. C'était un peu comme si cette langue, sa sonorité, sa musicalité, lui rappelaient sa mère. C'était à la fois réconfortant et nostalgique, mais dès que la jeune femme avait l'occasion de parler cette langue si chantante, elle ne s'en privait pas, bien au contraire. Au fond, cela l'aidait à comprendre un peu plus encore Sam, en retrouvant quelque chose qui lui était proche et commun chez un autre. Finalement, c'est à se demander si ce ne sont pas les autres qui vous permettent d'exister et d'être qui vous êtes en vous reflétant tel que vous êtes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucas Dam

avatar

Nombre de messages : 104
Age : 26
Age : 19 ans
Date d'inscription : 11/12/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Do you want me ? / Ana-Maria Lucarez & Sam'   Mer 30 Déc - 15:56

    ( Désolé, c'est court, et en retard xD )


    En haussant les épaules, Ana-Maria annonça que d'après elle, ils étaient quelques centaines. Cela surprit Lucas, car de tous les groupes de résistance rencontrés, ceux de Niagara Falls seraient donc les plus nombreux. En fait, il n'avait jamais eut de contacts avec des "villes" entières de survivants, car lorsqu'il en rencontrait, il se contentait de rester à l'extérieur, d'échanger du matériel si besoin, mais repartait tout aussi vite. La jeune femme informa encore Lucas que pour plus de précisions, il fallait parler à la dirigeante de la base, Meredith Mayer. Une dirigeante ? Lucas pensa que ça devait être une femme autoritaire, avec un fort caractère, pour être capable de mener autant de monde, sous une seule et même bannière.

    Un peu gênée, ou vexée, Ana-Maria aborda l'insouciance. Begayant un peu, elle informa le jeune homme que la base était un peu ... en tension. Ha, l'enfermement, ça pouvait causer beaucoup de mal ! Lucas en tout cas, ne supporterait sûrement pas le fait d'être à l'intérieur toute la journée, et au cas où il serait accepté à Niagara Falls, il faudrait qu'il sorte de l'enceinte au moins deux fois par jour, et ce pour deux heures au minimum ! Mais ça, il aviserait au bon moment. Puis ils furent interrompus par les jeux des deux animaux, ce qui amena Ana-Maria à rire aux éclats, ce que Lucas fut obligé de faire également. Ca faisait tellement longtemps qu'il ne voyait pas un chien vivant, que là, c'était comme si Chi redécouvrait ses semblables. La métisse demanda alors à Lucas si son nom venait d'Espagne ou d'Amérique du Sud. Hochant la tête, Lucas approuva :

        Je suis né à Palma, mon père est originaire de Majorque. Ma mère venait du Vietnam.

    Lucas s'en voulu de s'être rappelé de sa mère. Elle aviat périt dès la première attaque de Skynet, alors qu'il était à l'école. C'était le souvenir le plus douloureux qu'il avait. Mais bon, la guerre était ainsi, et Lucas s'était juré d'un jour venger sa mère. Ce sentiment de vengeance l'aidait parfois dans les moments difficiles. Mais il n'aimait pas se prendre pour une victime, alors que tant d'autres avaient subit la même chose que lui, voire pire. Se ressaississant, il regarda Ana-Maria alors que ses yeux s'étaient embrûmés, et lui demanda, en lui adressant un sourire malicieux :

        Y tú, de donde vienes ?

    Voila un des grands avantages de son mélange : il parlait l'espagnol, le vietnamien, ainsi que l'anglais, sans compter les notions françaises enseignées à l'école. Il comprenait également le portugais, sa langue natale en étant très proche. Il espérait par contre que la métisse soie d'un quelconque pays sud-américain, sinon il aurait bien l'air bête, à parler comme ça l'espagnol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ana-Maria Lucarez

avatar

Nombre de messages : 787
Age : 25
Age : 27 ans
Spécialité : - Mécanique & Transports -
- Armes à Feux -

Date d'inscription : 11/04/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Do you want me ? / Ana-Maria Lucarez & Sam'   Sam 23 Jan - 22:17

    Palma et Vietnam ? Ah mais ce jeune homme est bien métisse ! Voilà un point commun en plus avec Ana-Maria. Décidément, ces deux là risquaient de s'entendre de mieux en mieux à mesure que les minutes coulaient. Et oui, la demoiselle aussi l'était. Et d'ailleurs sa peau foncée et son accent léger ne trompaient personne. Elle était fière de ses origines et les cultivait énormément. D'autant plus que Puerto-Rico était le berceau de la diversité : espagnols, américains, créoles et français s'y côtoyaient chaque jour et se mélangeaient un peu plus. Elle craignait cependant qu'avec l'arrivée de Skynet, ce magnifique héritage de la tolérance soit compromis. Ana-Maria n'avait donc qu'une envie : voir la paix revenir, non seulement pour venger tous les êtres perdus, mais de surcroît pour redresser le monde, et rendre aux terres les êtres qui les habitaient, et leurs coutumes, et leurs rires...

    "Soy de Puerto-Rico por mi madre y de Irán por mi padre. Pero vivo en America por años."répondit la Puerto-Ricaine dans un espagnol parfait.

    Elle et sa mère ne parlaient que cette langue lorsqu'elles conversaient. Jamais d'américain à la maison, que de l'espagnole. Pour l'anglais, c'était à l'extérieur : à l'école, avec les amis, au garage... Par la même, elle parlait Iranien avec son père et son frère. C'étaient là les trois langues qu'elle maîtrisait. Pour ce qui était du Vietnamien ou du français... ne posez pas la question : elle ne comprendrait même pas ! Ceci dit, elle n'en aime pas moins la diversité. Ce qu'elle adorait avant ce début de fin du monde ? Marcher dans les rues des plus grandes villes, pour entendre sans cesse des langues différentes rouler, siffler, claquer... C'est tellement vivifiant. Parfois, elle entend des langues inconnues, insoupçonnées à la Résistance, mais il lui faut bien tendre ses petites oreilles indiscrètes...

    Un aboiement la tira de ses pensées, un second l'en sortit complètement. Elle regarda interloquée la chienne et le loup s'amuser à faire claquer leurs petites dents, se tournant autour, courant l'un derrière l'autre. Ana ne put s'empêcher de rire, une nouvelle fois amusée. Ces petites créatures lui apportait un bol d'air frais servit sur un plateau en des temps si durs : de la joie. Elle ne put s'empêcher de se moquer gentiment de sa jeune chienne :

    "Drague pas trop Sam, les hommes ça mord vite à l'hameçon et après ça ne lâche plus rien ! Une fois que tu t'en seras enticher, tu ne pourras plus t'en décoller."

    Bien évidement, l'animale ne la comprit pas, mais elle s'arrêta, l'écouta, en alerte, et puis cette façon de pencher la tête, de tirer la langue allègrement montrait visiblement qu'elle était heureuse d'entendre sa maîtresse lui parler. Ana ne put retenir une caresse tendre à son égard, gratifiant sa tête d'une grattouille. Relevant son regard vers Lucas, elle lui dit avec sincérité :

    "C'est vraiment un plaisir de vous avoir rencontré tous les deux. Si tu veux en savoir plus sur Niagara Falls, faire une visite guidée ou autre, je suis la personne qu'il te faut. J'espère que tu t'y plairas."

    Oui elle le lui souhaitait vraiment, elle le souhaitait à chaque voyageurs, nomades et membres actifs. Parce qu'à défaut de pouvoir appeler Niagara Falls "une maison", on pouvait la considérée comme un Refuge sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucas Dam

avatar

Nombre de messages : 104
Age : 26
Age : 19 ans
Date d'inscription : 11/12/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Do you want me ? / Ana-Maria Lucarez & Sam'   Ven 29 Jan - 14:16

    Dans un espagnol parfait, elle me répliqua qu'elle venait de Porto Rico. En plein dans les Antilles ! Ca devait être vraiment un endroit magnifique, même si ça ne devait pas être très différent de Palma : soleil, plages, enfin bref ! Mais tout comme moi, elle était le fruit d'un mélange de nationalités, de cultures, de différences : son père ne venait non pas, comme sa mère, de Porto Rico, mais de l'Iran. Si mon coeur se serra, mon corps ne trahit rien, alors que je me souvenais vaguement que l'Iran n'était pas propre dans ce qui s'était passé avec Skynet. Mais je ne connaissais rien de précis, j'étais trop jeune à l'époque. Et puis pourquoi en vouloir à tout un peuple alors que les décisions avaient étés prises par quelques dirigeants ? Oubliant rapidement ces pensées, j'écoutai Ana-Maria m'annoncer qu'elle vivait aux États-Unis depuis des années. Le fait qu'elle entretienne à la perfection sa langue natale était une chose vraiment bien. Mais de toute façon, on voyait bien qu'elle était latine, métisse quoi !

    Nous regardâmes alors Chi et Sam aboyer tout en se tournant autour, et je fus vraiment content. Ca faisait tellement de temps que mon animal n'avait pas rencontré des animaux de son espèce. En fait, les seuls rencontrés étaient soit des chiens errants, qui fuyaient en sentant l'odeur du loup, soit des renards. La seule fois où un loup sauvage s'était approché de nous de trop prêt, menaçant, Chi s'était contenté de grogner, babines retroussées. Et lorsqu'il s'était vraiment trop approché, j'avais été obligé de lui coller du plomb dans la cervelle. En riant, Ana-Maria dit à sa chienne de ne pas trop draguer, car selon elle, Chi ne la lacherait ensuite plus jamais ! Riant à mon tour, je lui répliquai :

        Hehe, montres-lui ce qu'est un vrai loup Chi.

    Défendant mon animal, je le voyais déjà passer ses journées, ou du moins, lorsque je lui permettrai de ne pas être toujours avec moi, à courir derrière cette chienne. Enfin, pour le moment, elle ne semblait pas le rejeter, et j'espérais vraiment qu'elle l'apprécierait autant qu'il semblait l'apprécier. Enfin, on verrait bien ! Tandis qu'elle caressait gentiment son animal, Chi vint se coller un peu brutalement à mes jambes, mais ayant l'habitude, je m'y étais préparé, je l'accueillis franchement, lui tapotant franchement le flanc. Je dus également reculer ma tête quelques fois, histoire d'éviter sa truffe humide. Lorsqu'enfin je réussis, à moitié courbé en avant, à l'immobiliser avec mes bras, j'écoutai Ana-Maria se dire ravie de nous avoir rencontrés, Chi et moi, et que si j'avais besoin d'aide, que ce soit pour une visite guidée ou autre chose, je n'avais qu'à la chercher.

    Respirant à fond, j'hochais lentement la tête. Je n'avais pas l'habitude qu'on cherche à me connaitre. Mes seuls rapports ces dernières années avec les humains avaient étés de brèves discussions sur un troc de biens matériels, au pire quelques kilomètres parcourus ensemble. Mais toujours cette sensation d'insécurité lorsque je me trouvais en compagnie de ceux de mon espèce, la peur de me faire dépouiller pendant la nuit, de me retrouver seul sans rien du tout. Mais j'étais près à tenter de rester à Niagara Falls, si on m'acceptait. J'étais vraiment sincère quand mes lèvres prononcèrent un inaudible merci, et j'espérai qu'Ana-Maria comprit combien il était difficile pour moi de parler ainsi. Je me promis intérieurement de la remercier un jour, bientôt. Mettant ma fierté de côté, et abandonnant la nostalgie qui s'était installée sur mon visage, je lui dis allègrement :

        Je compte bien que tu me montres un peu les environs. Et ... Meredith Mayer est bien celle que je dois rencontrer pour espérer faire partie des vôtres ?


    ( Sorry, c'est pas excellent ... =/ )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ana-Maria Lucarez

avatar

Nombre de messages : 787
Age : 25
Age : 27 ans
Spécialité : - Mécanique & Transports -
- Armes à Feux -

Date d'inscription : 11/04/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Do you want me ? / Ana-Maria Lucarez & Sam'   Ven 12 Fév - 13:50

    Lucas semblait nostalgique. Ana comprenait parfaitement elle l'avait vite compris avec Josh et cela devait être la même chose pour Lucas : peu de contact humains, ou alors rapides, peut être même des compagnons de route perdus, de longs mois seul. Ce ne devait pas être évident. Ana n'avait pas connu ça : elle était arrivée avec plusieurs personnes. Mais ayant connu la guerre très jeune, elle savait ce que c'était de perdre des amis au combat ou de ne rencontrer que des cadavres décomposés sur des kilomètres à la ronde. C'était dur. Alors elle comprenait et ne se fâchait pas de son court mutisme. Et puis, il fallait lui laisser le temps d'arriver au jeunot ! Mais elle l'aiderait, sans aucun doute : elle jouait toujours les grandes soeurs, amis ou accueil de service à la base. Sociable la métisse !

    Lucas, dont le loup était toujours en mode "pot de colle" à ses côtés, lui demanda confirmation par rapport à Meredith Mayer. Ah ! Ça se voyait qu'il ne la connaissait pas cette femme, sinon il n'aurait aucun doute. Meredith, c'était une femme incroyable. Ana-Maria comprenait pourquoi les femmes étaient des chefs plus redoutables que les hommes la plupart du temps. Car ce bout de femme là, s'était une force taillée dans la roche, une force à l'état pur ! Madame Mayer s'occupait de toute la Base, elle faisait tourner la maison comme on dit, avec une main de fer, mais un gant de velours. Si elle était directive, elle n'avait rien d'un despote et ses commandements étaient censés. Ana-Maria l'approuvait tout le temps, et, loyale, ne rechignait jamais à obéir à ses ordres. Et pourtant, elle était de plus en plus contredite à la base. Mais pour l'heure, Ana restait dans son camps, ce qui était normal au fond. Elle les avait tous accueillit ici, et veillait à leur bien à tous. C'était une femme admirable.

    "Exactement ! Tu verras, cette femme est impressionnante et forge le respect. Il n'y en a pas deux comme elle. Et..."

    Elle n'eut pas le temps de finir sa phrase qu'un autre garagiste de la Base l'interpella. Il voulait quoi lui ? Il ne voyait pas qu'elle discutait là ? Pfff... Ana lui passa les quelques outils qu'il désirait et pourtant, l'homme ne partit pas tout de suite. Il se tenait là, près de Lucas, et le regardait d'un oeil critique, sourire goguenard aux lèvres. Et voilà, Tom Jenkins allait encore faire son malin. Ana roula des yeux, lorsqu'elle l'entendit ouvrir la bouche, pour débiter la merde infernale qu'il débitait à chaque fois qu'il parlait :

    "Hé mais on a un p'tit nouveau ! Regardez moi ça. Dis gamin, tu viens faire quoi ici ? Toutou sitter ? Ahah ! Non mais regardez moi ce sac à puces qu'il nous ramène là ! Putin Ana, tu vas pouvoir ouvrir une SPA."

    "La ferme Jenkins. Tu vois pas que tu soules tout le monde là ?"

    "J'te demande pardon la terroriste ?"

    Le sang d'Ana ne fit qu'un tour, et son regard noir en disait long sur la haine qu'elle lui portait à cet instant. A chaque fois qu'elle et Jenkins se prenaient la tête, il la traitait de terroriste, à cause de ses origines Iraniennes, afin de la mettre en colère. Elle ne répliqua pas, ne voulant pas voir une nouvelle dispute éclater. D'autant plus que Lucas devait être fatigué et elle ne voulait pas que son arrivée soit marquée par un mauvais évènement. Mais non, il fallait que Jenkins l'ouvre encore !

    "C'est bien, ne réponds pas. Parce que tu vois, ici c'est aussi chez moi, et si j'ai pas envie de voir des minus dans son genre débarquer c'est mon droit !"

    Et sur ses mots, il posa sa main sur l'épaule de Lucas et le poussa légèrement. Une façon d'engager les provocations. Ne s'arrêtant pas là, il cracha au sol, à ses pieds. Ana sentait déjà Sam trembler de colère à ses côtés. Mais elle posa sa main sur sa tête pour la calmer. Ils ne devaient pas s'énerver. Elle lança un regard en biais sur Lucas, espérant que lui et son chien-loup ne répondraient pas. Mais rien n'était moins sûr, après tout, elle ne les connaissait pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucas Dam

avatar

Nombre de messages : 104
Age : 26
Age : 19 ans
Date d'inscription : 11/12/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Do you want me ? / Ana-Maria Lucarez & Sam'   Ven 12 Fév - 14:26

        Exactement ! Tu verras, cette femme est impressionnante et forge le respect. Il n'y en a pas deux comme elle. Et...

    Ana-Maria fut interrompue par une voix masculine. Immédiatement, Chi arrêta de jouer avec Sam pour venir se poster à mes côtés, les oreilles pointées sur le nouvel arrivant. Ce dernier semblait être un mécanicien, ou quelque chose comme ça, du moins d'après ses habits. En s'approchant, le mécano' réclama quelques outils à Ana-Maria, ne faisant même pas attention à moi. Sauf qu'une fois qu'il eut ce qu'il voulait en sa possession, il remarqua que j'étais également présent. Je n'appréciai pas du tout son attitude envers moi : il me fixa de haut en bas, tel un radar, un sourire moqueur aux lèvres, comme si je n'étais qu'un clochard sortit droit des égouts. Je sentis dès cet instant qu'il me méprisait, qu'il voulait me voir partir. Mais je n'étais pas le genre de personnes à me ratatiner ainsi devant un parfait inconnu, surtout quelqu'un comme lui !

        Hé mais on a un p'tit nouveau ! Regardez moi ça. Dis gamin, tu viens faire quoi ici ? Toutou sitter ? Ahah ! Non mais regardez moi ce sac à puces qu'il nous ramène là ! Putin Ana, tu vas pouvoir ouvrir une SPA.

    Rapidement, Ana-Maria lui ordonna de se taire, mais sans faire attention, il la traita de terroriste. Même si je ne connaissais pas la jeune femme très bien, je sus que c'était la chose à ne pas dire. Insulter ainsi ses origines, quelle idée stupide et déplacée ! Je vis un masque de colère recouvrir son visage, et j'aurais, à cet instant, préféré être devant une machine que l'ennemi d'Ana-Maria ! Instinctivement, je serai la prise sur mon fusil d'assaut, me retenant de ne pas le pointer sur ce Jenkins. Des souvenirs m'assaillirent alors. Lors de mes années de solitude, j'avais vu des gens rendus fous par cette situation, des vagabonds voyagant en bandes, armés, ou pas, s'attaquant à n'importe quel être humain possédant quelque chose d'utile : nourriture, habits, armes. J'avais du plusieurs fois utiliser mon arme pour m'en sortir, certaines fois avec peine. Pour soutenir mes pensées, une petite cicatrice à ma cuisse, souvenir d'une escarmouche contre un homme désespéré, me picota. Et Jenkins, comme si ça ne suffisait pas, il ajouta d'une voix ironique :

        C'est bien, ne réponds pas. Parce que tu vois, ici c'est aussi chez moi, et si j'ai pas envie de voir des minus dans son genre débarquer c'est mon droit !

    En prononçant ces phrases, il posa sa main sur mon épaule gauche, me poussant un peu. Chi se mit à grogner, mais n'ayant pas d'ordres de ma part, il ne bougea pas, se contentant de montrer les dents. Je n'avais qu'une envie : que ses crocs se plantant dans la chair de cet infecte homme, qu'il ne me touche plus. Mais ce n'état pas vraiment la meilleure manière de me faire accepter à Niagara Falls, alors je ne bougeai pas, même lorsqu'il cracha à mes pieds. Regardant Ana-Maria, je vis dans ses yeux une expression étrange : d'un côté, elle espérait que la situation se calmerait, que je ne relèverait pas l'affront de Jenkins, et d'un autre, je vis une sorte de flamme, une envie d'action incroyable. Il fallait que je choississe. Respirant profondément, je fixai le visage de l'homme, qui, pensant m'avoir soumit, partit dans un grand rire de victoire. Lorsqu'il me lacha, Chi arrêta de grogner, mais je savais qu'il était prêt, au moindre signe de ma part, à attaquer Jenkins. En entendant mon pouffement de rire, il se retourna d'un coup, l'air énervé, et avança rapidement vers moi en disant :

        J'te fais rire le clochard ? Attends un peu ...

    Il avait un tournevis à la main, et en reculant son bras, je vis ce qu'il allait faire ! Quel con ! Sifflant un coup bref, je fis un pas sur ma droite, tandis que Chi, plus rapidement que l'éclair, s'était mit à courir. Au moment où je balançai mon bras droit en arrière, mon loup avait déjà sauté, ses crocs se plantant dans la peau tendre de son bras, lui faisant lacher son "arme". En même temps, je détendis mon bras droit, celui qui ne tenait rien, et envoyait une droite à Jenkis, qui s'écroula net. Chi recula un peu, après plusieurs aboyements, et grogna en montrant les dents. Reprenant mon souffle, je me calmai un peu. Puis je lui dis avec toute la sincérité du monde :

        Je m'appelle Lucas Dam, et lui c'est Chi. Ne t'avise plus de nous toucher.

    Puis je respirai un grand coup, m'éloignant rapidement de lui, et donc, d'Ana-Maria. En la dépassant, je lui adressai un regard emplit de tristesse : ils ne voudraient jamais de moi à Niagara Falls. Pire, j'avais "trahi" Ana-Maria, qui s'était montrée si gentille avec moi, si attentionnée, juste pour relever les insultes et les gestes d'un mécano' complètement con.

        Désolé ...

    Après avoir marché une dizaine de mètres, je m'assis sur une barrière délabrée, Chi à mes pieds. Je ne savais pas ce que j'allais faire à présent ... sauf caresser la tête de mon ami à quatre pattes ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ana-Maria Lucarez

avatar

Nombre de messages : 787
Age : 25
Age : 27 ans
Spécialité : - Mécanique & Transports -
- Armes à Feux -

Date d'inscription : 11/04/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Do you want me ? / Ana-Maria Lucarez & Sam'   Ven 12 Fév - 15:37

    Ana-Maria croisa les bras, vexée. C'était son moyen à elle de se calmer : se renfermer un peu sur elle-même, ne rien dire et juste garder cet air renfrogné sur le visage. Et pourtant, qu'est-ce qu'elle aurait aimé lui en mettre une ! Ou le voir s'étaler par terre comme un moins que rien. Il fallait qu'il se taise, cela faisait trop longtemps que tous le laissaient balancé ses conneries pour ne pas déclencher d'autres bagarres comme lors de l'entraînement. Il fallait rester calme. Et pourtant... un petit rire la sortie de sa pensée, et la fit relever la tête tout d'un coup. Lucas avait rit ? Ou... pas une très bonne idée ça ! Vraiment pas, connaissant l'abruti de Jenkins..

    "J'te fais rire le clochard ? Attends un peu ..."

    Tom s'était retourné, furieux comme un diable, le tournevis à la main. Et cette haine dans son regard, cela n'annonçait rien de bon. Ana s'apprêtait à s'interposer, mais elle sentit Sam l'agripper par son t-shirt, à l'aide de ses dents, et elle comprit pourquoi : Chi était lancé, crocs en avant. Bien vite, il se saisit du bras de Jenkins et le serra, laissant entendre à tous un craquement désagréable. C'est que ça à des mâchoires puissantes ces animaux-là. Après quoi, Lucas envoya un beau crochet du droit - et pour avoir fait de la boxe, la mi-porto-ricaine, mi-iranienne savait de quoi elle parlait - en plein visage d'un Tom déboussolé, surpris, et qui s'effondra net. Même si quelque part, Ana y voyait là une bonne occasion de faire taire Jenkins, ramenant peut être un peu de calme et de mesure dans sa tête de piaf, ce n'était vraiment pas bon signe pour le nouveau venu.

    Se penchant au dessus de Tom, elle tata son pouls et vérifia s'il était conscient ou non. Là, elle entendit une excuse de Lucas qui partait déjà. Mais pas le temps de le rattraper, elle devait vérifier que Tom était en bon état. Il allait bien, malgré le sang qui perlait à son arcade, laissant entendre le contraire, mais était bien sonné. Ana leva la tête et siffla en direction du garage pour alerter des hommes. Loin d'elle l'envie qu'ils s'en prennent à Lucas, mais elle voulait des gros bras pour porter le lourdaud qui dormait au sol. Sauf que de loin, la scène ne leur avait pas parut aussi juste qu'à Ana et ils s'étaient déjà lancés à la poursuite de l'inconnu. Levant les yeux au ciel et soupirant, la métisse leur emboita le pas. Sam fut la plus rapide : elle s'interposa entre eux et Lucas, mais cela n'empêcha pas les Résistants de l'empoigner.

    "Arrêtez les gars ! Ça suffit !"

    Avait elle ordonnée avant qu'une bataille n'éclate. Cette fois, elle comptait bien se faire entendre la tigresse et, foi d'Ana, il n'y aurait pas deux échanges de coups ! Elle les poussa, les forçant à lâcher Lucas, et les fit reculer. Les mains posées sur les hanches, leur lançant un regard appuyé et dur, elle leur dit avec une autorité qui était bien la sienne :

    "Vous savez tous comment est ce con de Jenkins ! Allez donc vous occuper de lui : ramenez le à l'infirmerie. Je me charge de Lucas."

    Sur ces mots sévères, aucun des résistants n'osa broncher et tous obéirent, lançant tout de même quelques regards intrigués en direction de l'inconnu et de son molosse. Elle attendit en silence quelques minutes qu'ils soient loin, afin qu'elle puisse parler tranquillement. Se retournant, Ana posa sur lui un regard appuyé, mais cette fois pas dur. On aurait presque dit la réprimande d'une soeur aînée ou d'une mère. Soupirant avec lassitude l'air de dire "mais qu'est-ce qu'on va faire de toi ?", elle préparait dans sa tête ce qu'elle allait lui dire. Elle ne voulait pas lui hurler dessus, mais ne voulait pas non plus le féliciter. Il fallait qu'il comprenne et assume les conséquences. Elle lui expliqua alors avec sagesse :

    "Tu aurais pu te retenir. Je sais que Jenkins est un con, mais il faut te maîtriser. Sinon, tu n'auras que des problèmes ici. Tu viens de vivre seul, ou presque, depuis un bon moment. Tu dois donc ré-apprendre le contrôle de toi, et apprendre à vivre en communauté, que tu aimes les autres ou non. Ce sera dur, mais tu y es contraint, si tu veux rester ici. Cependant, je ne pense pas que tu seras laissé dehors. Nous irons parler à Meredith - qui sera probablement au courant de tout, étant donné qu'ici le bouche à oreille fonctionne bien - et je lui expliquerais la vraie histoire. Je plaiderais en ta faveur : tu t'es seulement défendu face à Jenkins. Cependant, apprends à te défendre sans blesser. Nous avons déjà essuyé une bataille générale, nous n'en voulons plus."

    Elle posa un regard ferme sur lui, mais pas moins compréhensif. Elle baissa alors les yeux sur Chi. Là était une affaire délicate. Comment le faire accepter à Meredith. Levant à nouveau son visage vers Lucas, Ana lui expliqua :

    "Et pour Chi.. Ça va être un peu compliqué. Je pense qu'il va falloir lui apprendre à dormir dans une niche, avec Sam. Parce que soit tu dis à Meredith que tu ne contrôlais pas le chien et qu'il a attaqué sans ton accord, dans ce cas, elle le laissera dehors et te laissera intégrer la base. Soit tu lui dis qu'il a agit sous ta demande, dans ce cas elle te réprimandera et se méfiera de ton chien mais vous gardera tous les deux. Du moins je l'espère. Car je t'avoue qu'il y a une possibilité que Meredith refuse votre entrée à tous deux. Elle doit faire régner l'ordre ici, et je comprendrais qu'en ces temps troublés elle soit intransigeante. Ceci dit, elle n'est pas cruelle, ni injuste alors garde espoir. Mais Chi devra faire comme Sam : rester sage, sociable et obéissant."

    Comme pour montrer l'exemple, Sam était venue se placer aux côtés d'Ana-Maria, langue pendante, presque amusée de la petite leçon que donnait la Red Tigers aux deux jeunes venus. Ana lui caressa amicalement la tête et laissa apparaître un fin sourire sur ses lèvres. Lucas et Chi étaient des bons bougres, et elle les aiderait de son mieux pour que tous deux restent et qu'ils assument justement leurs responsabilités.

    "Tu as bien compris ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucas Dam

avatar

Nombre de messages : 104
Age : 26
Age : 19 ans
Date d'inscription : 11/12/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Do you want me ? / Ana-Maria Lucarez & Sam'   Ven 12 Fév - 16:29

    J'entendis le sifflement d'Ana-Maria appelant au secours, et je m'attendais déjà à être la cible de tous les mécaniciens des environs. Jetant un regard derrière moi, j'en vis un beau nombre se diriger droit sur moi. J'hésitais sur la marche à suivre, vraiment. Soit je partais en courant, et je savais qu'aucun d'eux ne me rattraperait jamais, car une fois que l'envie de disparaitre me prenait, je savais comment faire pour devenir invisible, après toutes ces années, quand même. Soit je les affrontais tous, et avec l'aide de Chi, je leur mettais la misère. Mais ils étaient beaucoup, et j'aurais bien du mal à tous les mettre KO. Et puis en avais-je envie ? Car après, ils n'étaient pas au courant de la conversation que j'avais eus avec Jenkins, si bien que m'étant attaqué à un des leurs, ils voulaient vengeance. Je pris la décision d'assumer mes actes, et de ne contre-attaquer que s'ils me portaient des coups. Trop de sang avait déjà été versé par ma faute. Alors qu'ils n'étaient plus qu'à quelques mètres de moi, je fus surpris de voir Sam apparaitre entre moi et mes détraqueurs, tandis que Chi ne bougeait pas de mes côtés, même s'il s'était relevé. La chienne était vraiment courageuse, et j'en fus touché qu'elle risquait ainsi de me protéger. N'empêche que les Résistants m'empoignèrent tout de même par les épaules, avant qu'Ana-Maria ne leur dise d'arrêter. Usant ses mains et son corps de manière autoritaire, elle les obligea à me lâcher, puis à la manière d'une mère grondant ses enfants, elle laissa entendre que Jenkins n'était pas tout blanc dans cette affaire, et qu'il fallait l'amener à l'infirmerie. Devant tant d'autorité, tous les hommes voulant ma peau s'en allèrent vers le malheureux inconscient.

    Quelques minutes passèrent, sans que moi-même ou la Résistante ne prononçâmes un mot. Je lui en était très reconnaissant pour ce qu'elle venait de faire : défendre un parfait inconnu, c'était osé, courageux. Lorsqu'elle se retourna pour me regarder, j'attendis qu'elle parle. Il fallait que je fasse attention, je ne voulais pas perdre le peu de considération qu'elle pouvait avoir pour moi, alors autant ne pas interrompre ses pensées. Son regard était dur, sévère, mais emprunt d'une sorte de compassion, comme si elle comprenait ce que j'avais fais. Hochant la tête, j'écoutai tout ce qu'elle me dit d'une traite :

        Tu aurais pu te retenir. Je sais que Jenkins est un con, mais il faut te maîtriser. Sinon, tu n'auras que des problèmes ici. Tu viens de vivre seul, ou presque, depuis un bon moment. Tu dois donc réapprendre le contrôle de toi, et apprendre à vivre en communauté, que tu aimes les autres ou non. Ce sera dur, mais tu y es contraint, si tu veux rester ici. Cependant, je ne pense pas que tu seras laissé dehors. Nous irons parler à Meredith - qui sera probablement au courant de tout, étant donné qu'ici le bouche à oreille fonctionne bien - et je lui expliquerais la vraie histoire. Je plaiderais en ta faveur : tu t'es seulement défendu face à Jenkins. Cependant, apprends à te défendre sans blesser. Nous avons déjà essuyé une bataille générale, nous n'en voulons plus.

    Comme unique réponse, j'hochai de nouveau la tête, et fis attention à chacune de ses paroles. Effectivement, le contact avec les êtres humains était une notion quelque peu abstraite ces temps. Depuis le début de la guerre, je n'avais connu que les prisons de Skynet, et la vie en solitaire, puis avec Chi. Lorsque je rencontrais des humains, je les observais, définissait leur degré de menace envers moi, puis les approchait si cela pouvait se montrer profitable, surtout pour des échanges. Parfois un peu de nourriture contre une couverture, quelques munitions contre une montre, bref, comme à l'âge de pierre. J'avais appris à me méfier des humains errants, à les considérer presque comme des ennemis. Et là, avec ce Jenkins, j'avais bien prouvé que j'avais encore beaucoup à apprendre. Je fus un peu soulagé quand Ana-Maria m'expliqua qu'elle serait de mon côté lorsqu'il s'agirait de parler à Meredith, et je lui souris faiblement. J'appris alors avec surprise que la base avait déjà subit une attaque générale, et je me promis d'en apprendre un peu plus bientôt, lorsque l'occasion se présenterait : si les Résistants de Niagara Falls devaient combattre les machines, je pourrais leur montrer comme se déplacer sans attirer leur attention, sans apparaitre sur leurs radars. Enfin bref, on verrait bien l'heure venue.

        Et pour Chi.. Ça va être un peu compliqué. Je pense qu'il va falloir lui apprendre à dormir dans une niche, avec Sam. Parce que soit tu dis à Meredith que tu ne contrôlais pas le chien et qu'il a attaqué sans ton accord, dans ce cas, elle le laissera dehors et te laissera intégrer la base. Soit tu lui dis qu'il a agit sous ta demande, dans ce cas elle te réprimandera et se méfiera de ton chien mais vous gardera tous les deux. Du moins je l'espère. Car je t'avoue qu'il y a une possibilité que Meredith refuse votre entrée à tous deux. Elle doit faire régner l'ordre ici, et je comprendrais qu'en ces temps troublés elle soit intransigeante. Ceci dit, elle n'est pas cruelle, ni injuste alors garde espoir. Mais Chi devra faire comme Sam : rester sage, sociable et obéissant.

    La première option n'était pas envisageable : jamais je n'abandonnerais Chi, c'était hors de question. Et puis la deuxième option était celle qui se rapprochait le plus de la réalité : mon sifflement avait ordonné à mon compagnon d'attaquer pour me défendre, afin que je puisse mettre KO pour adversaire sans risquer de me blesser : une tactique plutôt efficace que j'avais déjà appliqué à quelques reprises. En pensant à cela, même l'évocation d'un refus de la part de la commandante de Niagara Falls ne me parut pas si terrible que ça, et je ne pus m'empêcher de regarder Chi avec amour : il était tout pour moi. Néanmoins, je savais que je pouvais exercer sur lui un contrôle absolu : combien de fois des machines étaient passées à quelques mètres de nous, alors que cachés dans une grotte ou autre cavité, nous devions presque cesser de respirer ? Pas une fois il ne m'avait trahit. Je savais que si je lui demandais de m'attendre quelque part, il le ferait jusqu'à que je revienne, alors si en plus il pouvait avoir la compagnie de Sam, tant mieux. Néanmoins, j'aurais quand même espérer obtenir qu'il puisse rester en ma compagnie tout le temps. Il était propre, faisant sa toilette tous les jours, et chaque cours d'eau trouvé sur son chemin se transformait en piscine géante. Et même pour ses besoins plus "naturels", il n'aurait aucun mal à se retenir quelques heures, jusqu'à que je puisse sortir avec lui. Au moment où Ana-Maria me demanda si j'avais tout bien compris, Sam se plaça à côté de sa maitresse, m'évoquant une leçon en pleine salle de classe. Je lui rendis son sourire en hochant encore une fois la tête, avant de dire à mon tour :

        Oui, j'ai compris. Je suis vraiment désolé, je ne dirai plus jamais à Chi d'attaquer un membre de la base. Il m'obéit parfaitement. Et merci pour tout, c'est que ... j'ai pas vraiment l'habitude. Quand je rencontrais des humains, je devais me méfier, car certains, beaucoup même, n'hésitent pas à tenter le vol, voire le meurtre, pour obtenir quelques biens, alors j'ai toujours du m'en méfier. Et ... ceux que je côtoyais me servaient à faire des échanges, c'était tout. Mais je ... je suis prêt à apprendre ... si tu veux bien ?

    J'avais été très gêné de parler ainsi : moi, Lucas Dam, l'adolescent accompagné d'un loup, vivant seul depuis de nombreuses années en vagabondant parmi les États-Unis, fuyant machines et hommes, se suffisant à lui-même, s'excuser devant une quasi-inconnue. Mais après un premier sentiment de gêne, ce fut le soulagement qui m'envahit, et j'en fus plutôt surprit, du bon côté. Je me sentais plus ... léger. Peut-être prêt à affronter une cheffe de camp ? J'adressai un semi-sourire, à moitié pour m'excuser, à moitié pour détendre l'atmosphère ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ana-Maria Lucarez

avatar

Nombre de messages : 787
Age : 25
Age : 27 ans
Spécialité : - Mécanique & Transports -
- Armes à Feux -

Date d'inscription : 11/04/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Do you want me ? / Ana-Maria Lucarez & Sam'   Ven 12 Fév - 17:39

    Lucas semblait l'écouter attentivement. Bon point. Car si elle ne le connaissait pas encore très bien, elle avait le plaisir de voir, un peu plus à chaque fois, que l'on pouvait avoir confiance en lui. Et puis, Sam avait un grand flaire : si elle avait prit sa défense, c'est qu'il n'avait rien à en craindre, ni de lui, ni de Chi. C'était un grand don, un sincère symbole de confiance qu'avait donné la chienne. Et Ana l'avait suivit. Elle savait désormais, après ce qu'elle venait de faire et de dire aux nouveaux venus, qu'ils étaient plus ou moins sous sa responsabilité. L'idée lui vint même à l'esprit qu'elle se porterait volontairement et personnellement garante de ces deux-là, s'il fallait la convaincre de les garder. Elle n'hésiterait pas, même, tant elle sentait qu'elle pouvait les aider. Et puis, il était toujours bon de voir des hommes arriver à Niagara : c'était la preuve que partout dans le monde des hommes luttaient, survivaient et tentaient de les rejoindre afin de s'opposer aux machines. C'était la preuve vivante que Skynet n'avait pas encore prit toutes les vies, qu'il n'avait pas encore volé la force de chaque être, cette force qui vous pousse à la survie.

    Toujours est il que Lucas semblait parfaitement comprendre et accepter ses conseils. Elle fut très satisfaite d'entendre que jamais plus il ne demanderait à Chi d'attaquer un Résistant. C'était un point très important car, même pour se défendre, Chi ne devait pas s'en mêler. Elle fut donc soulagée de voir et d'entendre que tout était clair aux yeux du jeune.

    Elle fut même touchée qu'il s'excuse. Personnellement, elle ne lui en voulait de rien et n'exigeait pas d'excuses. Mais il était gentil et elle reçut ses excuses avec respect et gratitude. D'autant plus qu'il semblait avoir du mal à les formuler. Ah les hommes et leur égo ! Quoique celui-là s'en sortait bien ! Il demandait même à apprendre les règles de bienséance ? Qu'à cela ne tienne, Ana lui dirait tout ce qu'il y a à savoir, en même temps qu'elle lui ferait faire le tour de la Base. C'est que le jeune homme avait beaucoup de chose à voir et à apprendre. Ceci dit, bien qu'il soit jeune, il semblait en savoir déjà beaucoup, notamment en terme de combat. S'il décidait de s'enrôler - rien ne l'y forçait - il deviendrait sûrement un très bon élément. Il lui rappelait même un peu elle à son âge : impulsive et tête brûlée. Quoiqu'à la différence Ana était beaucoup moins obéissante. Elle se rendait à peine compte de ce qu'elle avait fait endurer à ses supérieurs de l'époque... Acquiesçant aimablement, lui rendant un sourire chaleureux et confiant elle répondit :

    "Aucun soucis ! Je suis contente que tu comprennes. Tu t'intégreras ici, à ton rythme, mais je pense qu'il n'y a aucun soucis. D'ailleurs, tu souhaite t'enrôler auprès des combattants ou non ? Tu n'es pas obligé. Mais sache que nous avons trois grands groupes : Les Black Snake, dont les rôles sont surtout l'infiltration, la discrétion et les missions subtiles, ensuite les Green Bear, qui ont pour mission de protéger la base et ses habitants, enfin les Red Tigers, dont je fais partie : nous sommes les combattants choisit pour leur résistance et leur force d'action. La discrétion n'est pas notre truc, mais nous sommes puissants."acheva-t-elle avec fierté.

    Elle se demandait, s'il voulait combattre, qu'elle équipe lui irait le mieux. C'est vrai que, pour ce qu'elle avait vu de lui, il collait un peu au trois : il était assez discret et contrôlait très bien son animal, il était fort et avait ce petit côté impulsif. Ana était curieuse d'en apprendre plus. Après quoi, elle le conduirait à l'intérieur pour le mener à Meredith, puis lui faire une petite visite guidée après quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucas Dam

avatar

Nombre de messages : 104
Age : 26
Age : 19 ans
Date d'inscription : 11/12/2009

Dossier personnel
Bilan de Santé: .R.A.S.
Relations:

MessageSujet: Re: Do you want me ? / Ana-Maria Lucarez & Sam'   Lun 15 Fév - 19:04

    Ana-Maria m'assura qu'il n'y avait pas de soucis, que mon intégration se ferait à mon propre rythme. Elle m'informa également que la base comprenait trois groupes armés, me demandant également si je souhaitais m'intégrer à l'un d'eux. Tiens tiens, ça devenait très intéressant. Car un des points importants de ma candidature d'admission à Niagara Falls comprenait justement que je les aide militairement. Je connaissais les machines par coeur, je savais quels étaient les endroits qu'il fallait viser pour les détruire, d'une seule balle. Alors si je pouvais aider les combattants de Niagara Falls, ça serait vraiment sympathique !

    Les Black Snake furent ceux qui attirèrent le plus mon attention, car ils semblaient être ceux qui s'apparentaient le plus à ma manière de combattre : discrets, agissant dans l'ombre. Je savais me déplacer en silence, et puis l'odorat et la vue nocturne de Chi m'étaient d'une grande aide. Non pas que je n'aime pas les autres groupes armés, mais les Serpents noirs m'attiraient plus, point final. Si je devais m'enrôler, alors mon choix se porterait sur eux. J'émis un petit sourire lorsqu'Ana-Maria vanta son propre groupe, les Red Tiger, les "pas subtils", mais puissants. Je voyais tout à fait, et d'après le peu que je savais d'elle, la jeune métisse devait aller parfaitement à ce poste. Voyant qu'elle attendait une réponse, je m'empressai de lui répondre :

        Mh, très intéressant. Vous couvrez ainsi tous les besoins de la base : surveillance et protection, discrétion et sabotage, et force de frappe. - Je lui adressai un petit clin d'oeil à l'évocation de son groupe, puis je continuai : Franchement, je sais pas trop. Je pourrais, je pense, aller dans n'importe lequel, celui où on aura le plus besoin de moi. Mais les Black Snake, je pense que c'est là que j'aiderais le plus. Je suis habitué à me déplacer seul avec Chi, par tout temps et heure de la journée. Et j'ai déjà combattu les machines, je connais leurs points faibles, où viser pour qu'une seule balle les mette hors d'état de nuire. Enfin, si elles bougent pas bien sûr !

    Je ne pus m'empêcher de rire un tout petit peu : effectivement, si une machine se tenait immobile, sans me voir, et que j'arrivais à trouver la bonne position, je pouvais leur planter une balle à l'endroit précis pour les détruire, les immobiliser, ou les aveugler, tout dépendait. Soudain, les causes de mes connaissances me revinrent à l'esprit : le camp de Detroit, là où j'étais resté quelques temps. J'avais pus côtoyer les machines de très près, trop près à mon goût même, mais d'un côté, j'avais ainsi pus apprendre tous leurs points faibles. Même si ça ne fut pas facile. Me rendant compte que j'étais plongé dans mes pensées, je secouai un peu la tête, reprenant mes esprits, et j'expliquai rapidement :

        C'est que je suis resté quelques temps au camp de Detroit. Et j'ai eu affaire aux machines plusieurs fois depuis. Enfin bref. Sinon, il faut faire des tests pour entrer dans ces groupes ?



    ( Désolé c'est pas très bon --'' )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Do you want me ? / Ana-Maria Lucarez & Sam'   

Revenir en haut Aller en bas

Do you want me ? / Ana-Maria Lucarez & Sam'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Human Resistance - :: Base de Niagara Falls :: Niveau 0 : Entrées -