AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

Like shadows in your mind [William Earl]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Woo Hyuk Park

avatar

Nombre de messages : 103
Age : 25
Age : 18 ans
Spécialité : Agilité / Acrobaties
Date d'inscription : 15/02/2010

Dossier personnel
Bilan de Santé: Blessé/Malade
Relations:

MessageSujet: Like shadows in your mind [William Earl]   Lun 1 Mar - 1:26



Cela faisait maintenant un bon bout de temps que le Soleil avait pointé le bout de son nez, et ce n'était peut-être pas plus mal, si ça pouvait réchauffer les environs, il n'y avait pas de quoi se plaindre, même si ces derniers temps, la fraîcheur de la nuit avait tendance à s'apaiser un peu.
Depuis combien de temps divaguait-il entre les petits sentiers? Bonne question, surtout qu'il avait bien l'impression de tourner en rond. Quelle idée aussi, de s'enfoncer dans les forêts lorsqu'on savait pertinemment qu'on avait un sens de l'orientation assez mauvais joueur. En tout cas, il n'allait pas faire demi-tour, ce n'était pas vraiment son genre, mais tout de même, il aurait bien aimé pouvoir trouver un repère... Mais ce n'était pas les cailloux qui allaient lui dicter le chemin, ça c'était certain.

Heureusement qu'il n'était pas tout seul, sinon, certainement que pour une fois, il se serait laissé démonter, au moins un moment, histoire de prendre une pause dans un coin... Mais les forêts, quand on ne les connait pas vraiment, ce n'est guère sécurisant.... Aussi pour ne pas se faire des frayeurs tout seul, il discutait avec la petite bestiole tranquillement logée sur son épaule, accroché à ses vêtements, qui semblait l'écouter en silence, ses petits yeux noirs parcourant les environs d'un air curieux. Non Woo Hyuk n'était pas un froussard, même s'il était loin d'être des plus courageux, mais n'est-ce pas tout le monde qui parfois, se fait de petite peurs en se sentant seul? Ça arrivait, et ce n'était pas bien agréable, alors autant parler, même à sens unique, avec qui on peut, ça occupait l'esprit, et faisait oublier au jeune homme qu'il aurait peut-être du chercher à contourner la forêt... Ce n'était pourtant pas si grand que cela si? Quand même...

Et en plus du reste, il traînait bêtement la patte, ça lui apprendrait à fuir comme un imbécile aussi... Mais bon, on fait avec ce qu'on a. Et ce n'était pas un bobo qui allait le faire s'arrêter, même si ce n'était pas bien agréable, ça finirait par passer qu'il se disait, mais enfin, ça faisait plusieurs jours maintenant et ce qui ressemblait à une vieille plaie sans importance commençait à être franchement désagréable voire douloureuse. Difficile de ne pas y prêter attention, et pourtant, c'était ce qu'il s'était mis en tête, pire que les âne les jeunes de nos jours, je vous jure...
il ne devait pas avoir l'air fin à discuter avec un écureuil, avec un vague d'air de famille avec un canard boiteux, cherchant des yeux quelque chose qui pourrait sembler familier, ou pas trop hostile. Mais les panneaux de signalisation dans les forêts et de nos jours, ce n'était pas ce qui courait les rues pour son plus grand désespoir.

durant encore un moment, le jeune coréen continua son petit bonhomme de chemin, retournant parfois sur ses pas, ou s'arrêtant, en croyant entendre du bruit, mais à chaque fois, cela semblait être une fausse alerte et le vague espoir de trouver âme qui vive, même quand on est un pseudo mauvais garçon, s'envolait pour revenir un peu plus tard et ainsi de suite. Au bout d'un moment pourtant, le jeune homme se décida quand même à s'arrêter un peu. Avouons qu'il en avait marre de marcher un pied devant l'autre en ayant l'impression de tâtonner à l'aveuglette, sans même vraiment être sûr de ce qu'il cherchait. Aussi, passant à proximité d'un coin ou les arbustes et autres se faisaient plus rares, le jeune homme s'accorda quelques minutes, assis par terre, de toute façon, il avait le temps... Et puis le Soleil semblait être d'humeur à rester stable, là, comme une grande tâche lumineuse dans le ciel, alors pourquoi ne pas profiter un petit peu... Mi-Sun quant à elle sembla se réveiller de sa léthargie au bout de quelques longues minutes de silences, alors que le jeune homme s'apprêtait à repartir en vadrouille. Voir le petit animal relever la tête, alors que d'habitude, elle restait toujours bien tranquille intrigua un peu Woo Hyuk, qui se contenta d'un vague sourire avant de reprendre son chemin, à sa vitesse, incertain, lançant gentiment, et dans sa langue natale, à la petite bestiole:

    KR : " 'Te fait pas d'idées va, y a rien ici. "


Ah la la, la solitude, ça devait être relativement nocif en fait... Oui, ça devait être ça, ils étaient rester trop longtemps tout seuls, et ça plus la fuite, ça devait rendre plus ou moins fou... Enfin ça, c'était ce qu'il se disait, tout comme il avait fini par dire que la fatigue lui collait mal au crâne, et que s'il tombait souvent, c'était parce qu'il était inattentif... en bref, il se trompait souvent, quand il déduisaient des choses au hasard. Cette fois aussi, il avait certainement, encore dit une bêtise, mais cela faisait tellement longtemps qu'il n'avait vu personne, hormis des bestioles par ci par là, qu'il n'essayait même pas de chercher, c'était impensable voyons, voir débarquer quelqu'un ici, au milieu d'une forêt?! Bah voyons.


Dernière édition par Woo Hyuk Park le Mer 21 Avr - 10:53, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ven-light-chaser.deviantart.com
William Earl

avatar

Nombre de messages : 82
Age : 28
Age : 28 ans
Spécialité : Mécanique et Pilotage
Date d'inscription : 10/04/2010

Dossier personnel
Bilan de Santé: Blessé/Malade
Relations:

MessageSujet: Re: Like shadows in your mind [William Earl]   Mar 20 Avr - 0:41

Flash-back pré-intrigue n°2


William harnacha son holster, avec des gestes trahissant son habitude de la manoeuvre. Non pas que les armes soient sa spécialité, loin de là. Mais au bout de dix ans à vivre dans des bases, on finit par prendre le pli. Dès fois, il prenait un peu de recul sur la situation, et la trouvait aussi absurde que possible, lui le garçon de bonne famille, couvert de boue et de sueur, un engin de mort à la main, entrain de guetter l'ennemi s'approcher furtivement. Enfin, c'était un peu romancé, mais c'était ça, à peu de choses près. Il prit le pistolet, vérifia qu'il était opérationnel, et le glissa dans le holster. C'était lourd, encombrant, il n'aimait pas sentir ce poids-là, il trouvait ça... stressant. D'accord, il trouvait tout stressant, mais surtout ça. Ses mains agiles coururent comme des araignées sur les poignées de l'armurerie, qu'il referma d'un coup sec. Le bruit faillit le faire sursauter. Il frissonna, haussa les épaules et quitta l'endroit.

Les rondes dans la forêt étaient inévitables. Il fallait connaître le terrain, afin de garder l'avantage dans le cas, funeste, où la base serait attaquée. Bien qu'il ne soit pas Green Bear et que donc ce n'était pas son attribution première en temps normal, il tenait à être aussi informé que les autres. D'abord, parce qu'il était perfectionniste, ensuite parce que dans un sens, cela le rassurait un peu, et enfin parce qu'il n'y avait strictement rien à faire à l'atelier. Il avait fini de bricoler tout ce qu'il avait à faire, même eu le temps de le démonter et de le remonter, de vérifier que tout était niquel, et maintenant il était un chouia désoeuvré. Alors il avait pris la ronde suivante pour se rafraîchir la mémoire sur les sentiers à emprunter. Cela lui dégourdirait en plus les jambes. Quelques minutes plus tard, il salua les collègues de l'entrée, quitta la base et s'enfonça dans la forêt, les sens aux aguets.


Les bois étaient calmes, du calme mortel qui leur était propre et qu'il connaissait bien. William n'aimait pas du tout quitter la base en temps normal, perdant l'impression de sécurité relative que les bâtiments procuraient, et le plaisir de sentir les gens s'agiter non loin, la certitude que non, on n'était pas seul. Mais niveau glauque, déjà, la forêt se posait là. De base, cela devait être angoissant de se promener seul ici, mais dans la situation actuelle... c'était multiplié par cent. Le jeune homme sentit un frisson d'angoisse le parcourir, et il se mit comme d'habitude à imaginer divers scénarios catastrophes se terminant invariablement par quelque chose comme une explosion nucléaire et la fin de toute vie sur terre. Le plus navrant, c'est qu'à force d'avoir l'habitude de stresser pour un rien, il était habitué à y faire face et ces pensées hautement négatives le perturbèrent à peine. Avec la lassitude de l'habitude, il les élimina soigneusement, et recentra ses pensées sur sa ronde. Faire attention où il allait, se rappeler du chemin, noter les détails qui lui permettraient de s'y retrouver. Tout son cerveau se concentra sur cette tâche, occultant le reste.

Autour de lui, le silence. Le soleil déjà haut dessinait des tâches de lumière sur le sol obscurci par les feuilles. Un spectacle charmant en temps normal, mais William n'arrivait pas à se concentrer sur le paysage. Il s'essuya le front ; il commençait à faire chaud. Enfin, il avait presque fini, il ne devait plus être bien loin. Le chemin, il ne l'avait pas oublié, et dans un sens cela le rassurait de voir qu'il était toujours capable de s'orienter à la perfection dans cette forêt.

Un bruit un peu plus loin le fit sursauter. Il y avait quelqu'un, ou quelque chose, juste là. Comme d'habitude, l'adrénaline lui explosa dans le cerveau, tirant tous les signaux d'alarme possibles et imaginables. Et comme d'habitude, cela ne se vit pas de l'extérieur. Alors que intérieurement William faisait ses prières et s'imaginait mis en pièces, il sortit silencieusement son arme et s'avança avec précaution, profitant de la végétation dense pour se camoufler. Il tenta d'analyser la source du bruit, et finit par discerner une voix dans le silence, même s'il ne comprenait pas ce qu'elle disait. A priori, ce n'était pas une machine, mais autant être prudent. D'un coup, il surgit devant la source du bruit, l'arme fermement pointée devant lui, avant d'écarquiller les yeux. Ah. Bon.

Il poussa un soupir et abaissa son arme.


- Bon sang, tu m'as fait peur ! Tu es de la base de Niagara ?

Il regarda autour de lui, circonspect.

- A qui tu parlais ? Tu t'es perdu ?

Puis il décida qu'il avait fait le tour du sujet et la ferma. Dans un sens, il était plutôt soulagé d'être tombé sur quelqu'un, la solitude était trop pesante. Il observa attentivement le jeune homme, ne parvenant pas à se souvenir s'il l'avait déjà vu ou non. Il n'était pas très physionomiste, mais un asiatique blond, ça ne court pas les rues à Niagara Falls Base... Quoi qu'il en soit, que Diable faisait-il ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth-forum.forumactif.com
Woo Hyuk Park

avatar

Nombre de messages : 103
Age : 25
Age : 18 ans
Spécialité : Agilité / Acrobaties
Date d'inscription : 15/02/2010

Dossier personnel
Bilan de Santé: Blessé/Malade
Relations:

MessageSujet: Re: Like shadows in your mind [William Earl]   Mer 21 Avr - 10:52



Il n'y avait pas à tergiverser, le jeune homme n'aimait décidément pas se promener tout seul dans des lieux inconnus. s'il avait l'air "comme chez lui" dans son attitude, malgré sa vieille boiterie douloureuse, sa cheville ouverte et le vulgaire bout de chemise qui cachait ça à la vu du gamin, il tentait de garder son air fier et imbattable, mais là dedans, dans son petit crâne, il n'en menait pas large, pas du tout! Il n'avait pas d'arme, pas de moyen de se protéger en cas d'attaque d'on en sait quelle bête ou quelle machine, de plus il avait un sens de l'orientation bien affaibli... En effet cela faisait plusieurs jours qu'il ne fermait pas l'œil ou peu, pour la nuit, et qu'il traçait tout droit en trainant avec lui son fardeau des pied... Avant, en cas de problème il pouvait toujours compter sur sa capacité à courir comme un vrai petit lièvre, puis à se cacher dans le moindre recoin du fait de sa souplesse extraordinaire, mais maintenant, il ne pouvait même plus, mis à part s'il faisait ça au prix d'une bonne dose de douleur, et ça, ce n'était pas vraiment faisable avec les nerfs à vif et l'esprit totalement ensommeillé.

Le jeune blond était habitué à marcher tout seul, c'était peut-être pour ça qu'il semblait presque à l'aise et pas fugitif du tout, mais en réalité ce n'était que parce qu'il était occupé à chercher. il n'avait pas à s'occuper l'esprit de questions existentielles, qui l'aurait rendu fou en trois secondes, non non, il s'affairait à trouver cette fichue base dont on lui avait tant parlé... Et il avait sérieusement l'impression de tourner en rond depuis quelques jours, et c'était une impression très désagréable car au fond il n'était pas rassuré, pas dut tout, d'être dans une forêt qu'il ne connaissait pas, avec pour seule compagnie un petit écureuil niché dans son haut, et le silence environnant. D'accord, avec les gens, inconnus surtout, il était insupportable et tentait de se la jouer caïd et dur à cuir, mais à l'instant présent il aurait pu donner n'importe quoi pour tomber sur quelqu'un, et ce même s'il avait du promettre de se montrer à peu près sociable! Il voulait trouver son chemin, ne serait-ce que pour s'asseoir dans un endroit où il n'aurait pas besoin d'être aux aguets, et pour poser tranquillement son pied sans avoir à se dire qu'il devrait repartir cinq minutes après... pourtant, rien que ça, c'était pas gagné.

Et il était reparti, comme il était arrivé, laissant derrière lui là minuscule clairière qui lui avait service de coin "pause". L'écureuil sur l'épaule, bien caché dans ses vêtements s'agitait en faisant glisser ses petites griffes à chaque petite foulé contre lui... C'était bien la seule source de réconfort un peu amusante qu'il trouvait... que ne ferait-il pas sans sa petit Mi-sun... il préférait ne pas y penser. Mais ce fut elle qui tira la sonnette d'alarme en relevant la tête, attirant ainsi l'attention de Woo Hyuk... Qui ne voulu même pas tenter de croire qu'il puisse y avoir quelqu'un, et qui continua à trainer la patte en parlant l'air blasé et résigné, avec le petit animal, toujours aussi agité qui s'était réfugié dans le col de sa chemise à demi caché par sa tignasse blonde, ses grand yeux plantés de ci de là, comme s'il y avait vraiment eu quelque chose d'intrigant dans le coin... Le jeune coréen lui, refusait d'y penser et s'était même mi dans le crâne qu'il ne risquait rien de croiser, que c'était vide ici, sauf que.... il avait aussi des oreilles. d'accord il n'y avait eu qu'un discret bruit, pas bien loin qui lui avait fait relever la tête, ses yeux sombres suivant alors ceux de son petit animal... Non, non non, il n'y avait rien, et encore moins quelque chose de dangereux dans le coin! Sinon, il l'aurait su avant, c'était obligé! Comment ça non?....

Il sursauta en voyant du mouvement... Et manqua un pas de recul qui lui aurait presque fait perdre l'équilibre, à cause de cette fichue cheville... C'était quoi ça? Il se passait quoi au juste, il avait fait quoi pour se retrouver en cible d'une arme tout sauf rassurante? Le réflexe? Lever légèrement les mains, pas au dessus de sa tête, mais plutôt comme un bouclier -ou aussi pour montrer qu'il n'était pas dangereux au choix- , comme pour se cacher, et planquer l'écureuil qui s'était par habitude laissé glissé dans son dos... C'est beau l'entente cordiale... Mais après tout il préférait que Mi-sun se cache, en cas de danger, c'était mieux, selon Woo Hyuk. Ses yeux d'abord surpris, et la brève frayeur passée, il repris contenance, gardant de nouveau son regard presque neutre, et un tantinet dédaigneux, mais pas trop... Après tout c'était la première personne qu'il croisait depuis des semaines, mis à part le vieillard de l'autre jour, ça ne faisait pas beaucoup d'habitants au kilomètre carré! Et l'inconnu prit la parole... Grand désespoir de Woo Hyuk qui du faire un effort de concentration exceptionnel pour se remémorer ses bases, et le comprendre sans faire de contre-sens... Ça allait, c'était quand même pas si dur que ça. Ah.... En voilà un qui semblait connaître la fameuse base, s'il savait où elle était, alors là, ils seraient sauvés! Il en avait marre de chercher et commençait même à perdre la foi de trouver un jour, mais en l'espace de quelques secondes, comme un flèche, tout était revenu, juste en entendant "Niagara", un mot qui ne lui disait à première vue, pas grand choses, mais qui devenait lourd de sens une fois associé à la possibilité de trouver un endroit de "réconfort", si c'était le mot...

Il ne répondit pas tout de suite, cherchant ses mots, car oui, il se doutait bien que s'il tentait le coréen, on n'irait pas loin, puis la moindre des choses c'était tout de même d'essayer... Bon, son anglais n'était pas fameux, pas du tout, mais on ferait avec. Pas sa faute s'il avait passé des années dans un camp régit par des machines, et s'il n'avait pas pu suivre de vrais cours depuis cette fameuse guerre, en fait... Depuis qu'il était tout gamin. Réfléchissant à une réponse qui veuille dire quelque chose, il scruta de ses yeux aux sombres iris, l'inconnu qui semblait décidé à faire de même?... Aller Woo', lance toi.

    EN: "Je ne suis pas d'ici, je... enfin je cherche la base de Niagara... On m'en a parlé, beaucoup. Et... Oui... Je suis perdu, je pense, enfin, je crois..."


C'était un peu laborieux, mais certainement compréhensible, malgré son vieil accent à coupé au couteau, mais celui là, il risquait de ne pas réussir à s'en débarrasser de si tôt, alors on ferait avec, que ça plaise ou non. La seule réponse qu'il donna par rapport à "qui il parlait", ce fut faire revenir l'écureuil sur son épaule, en glissant simplement, et comme si c'était un geste aussi normal et simple que d'attraper une pomme, un main dans son dos pour le forcer à remonter.... Ce que fit la petit bête, qui planta ses petits yeux sur l'inconnu...

    EN: " C'est Mi-Sun... Moi, Park, Woo Hyuk... Vous êtes qui?"


Bon on aura vu plus glorieux que des présentations au beau milieu d'une forêt pas forcément accueillante du point de vu de Woo Hyuk, mais il fallait bien faire avec, il n'avait pas l'intention de dire "l'inconnu" ou je ne sait trop quoi à cet homme, et même que pour une fois, il ne se montra pas trop hautain, même s'il ne connaissait pas ce monsieur... Il était juste méfiant, quoi de plus normal, quand on a passé des années, puis des semaines tout seul dans un monde où, ma foi, on n'était jamais tranquille nulle part... Qui lui disait que cet inconnu en face de lui n'était pas une machine, hun? D'accord, il n'en avait encore jamais croisé à forme humaine, mais on ne sait jamais, vu ce que c'était capable d'inventer, ces engins... Tout était qu'il restait sur ses gardes, peut-être même encore plus qu'il ne l'était en restant seul, laissant son petit écureuil sur son épaule....

    EN: " Et... Vous faites quoi.... Là? "


Il montra les environs du regard, avant de reporter ce dernier sur l'homme qui lui faisait face... C'était vrai ça.... qu'est ce qu'un homme, grand et armé, pouvait bien faire là au milieu de nulle part? Oh, peut-être n'était-ce qu'une hallucination, comme il en avait de plus en plus souvent en ce moment? Malgré tout il se prit à espérer que non...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ven-light-chaser.deviantart.com
William Earl

avatar

Nombre de messages : 82
Age : 28
Age : 28 ans
Spécialité : Mécanique et Pilotage
Date d'inscription : 10/04/2010

Dossier personnel
Bilan de Santé: Blessé/Malade
Relations:

MessageSujet: Re: Like shadows in your mind [William Earl]   Ven 23 Avr - 11:30

Apparemment, l'arrivée un peu brutale de William avait surpris le jeune homme, qui avait sursauté avant de lever les mains en signe de défense. Il y avait d'abord eu de la peur dans son regard, mais maintenant il semblait vouloir reprendre une certaine contenance, avec une expression neutre voir légèrement méprisante, tout en toisant son vis-à-vis. William étouffa un soupir ; ah ces jeunes, toujours à vouloir jouer aux durs. Même perdu et en situation de faiblesse, il fallait quand même que ça frime. Il laissa couler, mais de son côté ne savait pas trop quoi faire. Manifestement, ce n'était qu'un gosse, à peine plus âgé que Jonas, il n'y avait donc rien à craindre de lui ; mais le Black Snake était un type prudent, pour ne pas dire paranoïaque, et il préférait rester sur ses gardes tant qu'il n'aurait pas tiré la situation au clair. Il ne savait pas trop quoi faire de son arme ; la garder braquée sur le gosse n'allait certainement pas améliorer la conversation, mais il ne se sentait pas de la ranger tout de suite. Optant pour un compromis, il laissa tomber le bras le long de son corps et dégagea son doigt de la gâchette, ce qui lui permettait d'avoir l'air plus pacifiste tout en pouvant réagir rapidement en cas de problème. William était du genre à faire les choses bien.

L'inconnu ne répondit pas tout de suite, ayant l'air un peu perdu cette fois, si bien que le Serpent faillit répéter, lorsque les mots vinrent enfin. Mots hachés, prononcés dans un accent horrible, si bien que William, qui ne s'était pas attendu à ça, faillit ne rien comprendre du tout. Mais malgré l'affront infligé à la langue de Shakespeare, il comprit l'essentiel. Ca oui, il n'était pas d'ici... C'était curieux d'ailleurs, qu'il sache si mal parler anglais alors que logiquement il devait se retrouver sur le continent depuis dix ans, toutes communications étant coupées. Et il n'avait pas l'air de débarquer du Mexique ou affilié. Enfin bref, pas grave, du moment qu'ils se comprenaient – et ils avaient l'air de se comprendre, bien que moyennement – c'était à peu près tout ce qui comptait. Apparemment, c'était un réfugié qui cherchait un abri, ce qui lui accorda d'emblée toute la sympathie de William qui compatissait facilement. Mais qu'il soit arrivé jusque là sans avoir attiré l'attention était un peu louche, suffisant pour que le Serpent reste sur ses gardes, encore un peu.

L'asiatique fit un drôle de mouvement, comme s'il se grattait le dos, et une bestiole bizarre atterrit sur son épaule, regardant les alentours d'un air circonspect. Ah, c'était donc à la créature qu'il parlait. Ma foi pourquoi pas, William parlait bien à ses machines, lui. L'avantage c'est que ça ne le contredisait jamais. Il se pencha légèrement pour inspecter la bestiole de plus près. C'était quoi, une sorte de rongeur ? Il n'avait jamais été à l'aise avec les animaux, comme avec les enfants en fait, on ne savait jamais comment ça pouvait réagir ces bêtes-là. Un instant vous leur tapotez maladroitement la tête en adressant des félicitations à leur propriétaire, et tout de suite après vous retirez votre main en hurlant, couverte de traces de morsures. Et dans le cas des bestioles, ça pouvait véhiculer toutes sortes de maladies louches. Donc, autant s'en tenir éloigné. William salua sobrement la bestiole, puis le propriétaire.


- Enchanté, Mi-Sun et Park Woo Huyk euh... Tu veux que je t'appelle comment ?

Il n'avait aucune idée de la différence entre le nom et le prénom dans ce fouillis, et préférait s'enquérir à l'avance des convenances de l'autre. Evidemment, ce n'était peut-être pas le meilleur endroit ou le meilleur moment pour échanger des salamalecs, mais bon hein... Il avait fait l'effort de parler le plus lentement et le plus distinctement possible, afin d'être sûr d'être bien compris.

- Moi je m'appelle William Earl. Je suis de la base de Niagara Falls.

Manifestement, c'était l'endroit qu'il cherchait, cela allait sans doute le mettre à l'aise de donner cette information. Le Black Snake prit un temps pour méditer sur la situation, cherchant à savoir quoi faire. Le mieux était sans doute de ramener le gosse à la base, si tel était son souhait, et ensuite de le refiler aux Green Bears, histoire qu'ils décident quoi en faire. Il n'aimait pas trop prendre des responsabilités, mais le laisser moisir dans la forêt en était aussi une, et William n'était pas tellement du genre à envisager pareille possibilité. Ramener des inconnus à la base comportait toujours une part de risques, ne sachant jamais sur quel tordu on pouvait tomber, mais il pensait que les humains devaient quand même se serrer les coudes contre les machines. Façon de penser naïve et illusoire, mais quand un peu rassurante, il trouvait.

Park Woo Huyk attendant manifestement des raisons de sa présence ici, il les lui fournit.


- J'étais entrain de faire une ronde de routine dans la forêt lorsque je suis tombé sur toi. Si tu veux aller à la base, je peux t'y emmener, si ça te convient.

A part s'il voulait continuer à errer pendant des heures ici, c'était la seule solution envisageable, mais sait-on jamais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rebirth-forum.forumactif.com
Woo Hyuk Park

avatar

Nombre de messages : 103
Age : 25
Age : 18 ans
Spécialité : Agilité / Acrobaties
Date d'inscription : 15/02/2010

Dossier personnel
Bilan de Santé: Blessé/Malade
Relations:

MessageSujet: Re: Like shadows in your mind [William Earl]   Sam 1 Mai - 15:43


Si ça avait été en "temps normal", Woo Hyuk aurait été encore plus méprisant, et bien moins "acceuillant" si c'était le mot. pourtant, il avait bon fond, juste qu'il masquait les apparences, comme le faisaient beaucoup de gens mal en point physiquement et/ou mentalement... il voulait se forger un aspect intouchable, mais rien qu'à le regarder on devinait sans trop de soucis qu'il n'était pas une brute... il était fin, très fin même, pas forcément très grands, le regard expressif et son attitude était tout sauf celle du jeune homme sûr de lui et bien là où il était. il était perdu, et d'ailleurs, ne disait pas le contraire, ça faisait des semaines qu'il marchait tout seul, avec un écureuil pour seule compagnie, depuis quelques jours il était encore ralenti par un vieux mal de cheville qui n'aurait demandé que du repos, et rien de ce qui pouvait bouger autour de lui ne le rassurait... Alors bonjour monsieur "je joue les durs", c'était pas encore ça.

S'il parlait si mal l'anglais, il y avait plusieurs explications, plausibles, et qui devait se mélanger un peu pour lui trouver une excuse. Pour les coréens, et pas mal d'autres parler asiatiques, les langues occidentales étaient un véritable schmilblick imprononçable, et on pouvait peut-être bien le dire en sens inverse, certes... Mais de plus, oui, cela faisait dix ans qu'il était là, peut-être un peu plus, mais bon nombres de ces années, il les avait passé dans un camps de travail, fourré à cause de sa souplesse dans des tout petits coin que d'autre ne pouvaient pas atteindre... Ce n'était pas là bas qu'il aurait pu apprendre quoi que ce soit. de plus, il avait été amené ici, et n'avait rien demandé, ce n'était pas lui ni sa famille qui avait décidé de venir habité le pays, avant la guerre, non on l'avait amené de force avec quelques autres, pour le lâcher dans ledit camp... Et depuis, il avait guère parlé à qui se soit... Même les personnes qui l'avaient récupéré en chemin, et gardé un moment avec elles... Il était un petit bonhomme muet, lorsqu'il était gamin, et un récalcitrant à apprendre, une fois un peu plus grand, et c'était maintenant qu'il se rendait compte de sa bien belle erreur... mais soit! il n'avait jamais eu de mal à apprendre, du moment qu'il y mettait du sien, alors il pouvait encore s'en sortir, espérons le du moins! Enfin, pour le moment il vivait très bien comme ça, et on trouvait toujours un moyen de se comprendre, même si parfois cela s'avérait bien fastidieux, ça pouvait même tourner au drôle, mais quand on avait un Woo Hyuk méfiant en face de soit, on ne pouvait pas vraiment se rendre compte qu'il n'était jamais qu'un gamin planqué derrière un mur de porte de prison.... Aller, Gentil sauveur aura droit à quelques faveurs, tout de même!

Le jeune homme eut un regard plutôt bizarre quand l'adulte lui demanda comment il devait l'appeler... Oui, pour lui ça paraissait logique qu'on se présentait "nom puis prénoms", mais... Il ne pensait pas forcément que tout le monde ne connaissait pas forcément... Et on n'allait pas en vouloir à cet inconnu, au moins il avait demandé.... Chose que jamais Woo Hyuk n'aurait fait, en sens inverse! Ce fut donc avec une espèce d'ombre de sourire, pas moqueur mais plutôt comme étonné, que le jeune homme répondit, après avoir un peu cherché ses mots... Mais ça, il maîtrisait, c'était le B-A BA, ce qu'on apprenait à dire en premier dans n'importe quelle langue tout de même... Et puis il aurait presque été reconnaissant à notre brave adulte d'avoir parlé lentement... C'était bien moins difficile pour se dépêtrer dans les mots.... Et lui, il avait beau faire des efforts de prononciation... Hum.

    EN: " Juste Woo Hyuk... Park.... C'est le nom de "famille".... "


Enfin, tout bien réfléchit, à quoi cela lui servait-il de préciser son nom... Après tout, ce n'était pas par les temps qui couraient qu'on en avait une grande utilité... Et puis, sans famille, à quoi servaient encore les nom? A pas grand chose, d'après Woo Hyuk, et déjà que tout seul, un prénom n'avait aucun importance... Après tout, ce n'était pas Mi Sun qui allait l'appeler ou taper la discute, aussi gentille et câline soit-elle... Bref, ne partons pas là dedans,ce n'était pas le moment de se mettre aux questions existentielles.

Lorsque l'inconnu se présenta, le jeune coréen eut un vague hochement de tête accompagné d'un petit "enchanté", toujours dans son anglais malhabile, et ce fut sur la deuxième phrase dudit William, qu'il bloqua un instant.... Attendez une seconde, le temps que ça monte au cerveau... Et pour une fois, notre jeune homme laissa tomber un peu de sa réserve et de sa nonchalance pour afficher enfin un sourire digne de ce nom. Qui n'aurait pas été heureux d'entendre enfin de la bouche que quelqu'un que ce qu'il recherchait depuis des semaines, n'était peut-être pas un mirage? Mh? Et puis pour une fois qu'il pouvait en être presque sûr! Car si cet adulte disait être de la fameuse base, il ne pouvait pas être tombé du ciel tout de même! A moins qu'il soit en train de tenter de le berner, en lui racontant des mensonges? Non, il n'y avait pas de raison à ça, voyons, entre humains, on devait quand même être un peu solidaire non? Enfin, peut-être que Woo Hyuk n'était à première vue pas le genre très sociable, mais il pensait tout de même de cette manière, un peu naïf peut-être... D'accord, il avait des sautes d'humeurs bizarres et n'était pas au top de sa forme en ce moment mais ça allait passer... enfin, ça aussi, c'était ce qu'il se disait, n'y connaissant rien en maladie en tout genre, s'il y avait bien une chose dont il ne se doutait pas, c'était que ça n'irait certainement pas en s'améliorant.

Bien sûr le jeune homme n'en baissa guère sa méfiance pour un sou, mais il sembla s'accorder d'abandonner pour un petit moment ses grands airs de rebelles intouchable. Ses yeux sombres continuant d'observer les lieux d'un air méfiant, comme s'il s'attendait à ce qu'on leur tombe dessus sans prévenir... il posa machinalement une main sur la petite tête de l'écureuil, toujours sur son épaule, avant de reporter son attention sur William... Il l'écouta attentivement, et eut un moment d'hésitation à ces mots. La confiance n'était pas son fort en ce moment, déjà en lui-même, il n'était pas très confiant, mais si en plus on lui demandait d'accorder la sienne à autrui... Qui sait? Put-être que cet homme voulait le trainer on ne savait trop où? Peut-être qu'il n'était pas si aimable qu'il en avait l'air, et puis... Cette arme que le blondinet pouvait toujours voir pendouiller au bout du bras de l'adulte n'était pas là pour le conforter dans sa réflexion... D'accord, il en avait lâché la gâchette, mais ce n'était pas une raison... Après tout, qui disait qu'il n'allait pas attendre un instant d'inattention pour l'avoir par surprise? Ah, non, Woo Hyuk avait trop mal au crâne pour chercher à se poser des questions si peu rassurantes...

Décidant de ne pas abandonner le fait de rester sur ses gardes le jeune homme hocha tout de même la tête avant de lancer calmement, et arborant, aussi incroyable que cela puisse paraître, toujours son sourire tranquille, comme n peu sur la Lune:

    EN: " On peut vous suivre, monsieur Earl. Mais.... C'est loin? "


Dieu sait qu'il n'avait pas envie de courir encore des kilomètres, c'était désagréable, surtout en boitant comme un canard, mais bon... Il le ferait quand même, pour la bonne cause, mais si on avait pu lui assurer qu'il n'y avait plus trop de chemin, il en aurait été presque aux anges... Après des semaines, il ne demandait que ça lui, arriver... Et puis il en avait marre de surveiller constamment ses arrière d'une éventuelle menace, parce qu'il ne fallait pas croire qu'il était arrivé jusqu'ici en claquant des doigts... Heureusement que notre jeune blond pouvait sans la moindre difficulté se cacher dans des planques minuscules, ça l'avait plusieurs fois bien aidé, et ce, au moins jusqu'à ce qu'il ne voit pas le trou dans lequel il était tombé il y avait plusieurs longs jours de cela, ce fichu trou qui lui avait valu une cheville de moins... Parce que Woo Hyuk devant les machines... on pourrait le dire courageux mais guère téméraire, ainsi, la fuite était son point fort... Mais depuis sa magnifique chute il ne pouvait plus vraiment compter là dessus.... Peut-être pas pour rien qu'il ne se sentait pas tranquille du tout, ni tout seul, ni avec l'adulte présent ici... Parce que selon lui, ça ne changerait pas grand chose qu'il y ait quelqu'un, du moment qu'on ne peut pas courir plus vite que des machines.... Voilà la vision Woo Hyuk. Il n'avait peut-être plus grand chose à perdre, mais ce n'était pas une raison...

    EN: " Vous faites les rondes.... Tout seul? et... C'est dangereux, là? Parce que..."


Il montra des yeux, l'arme que tenait William, l'air entre curieux et pas forcément rassuré.... le jeune asiatique avait beau chercher des noises à bien des gens, il n'était pas forcément pour la violence -si on oubliait se crises de violence qu'il ne contrôlait pas du tout. Et non, il n'aimait pas le silence, pas dans ce genre de lieux, et ce n'était pas pour rien que William l'avait entendu discuter avec son petit écureuil quelques temps auparavant... Il ne voulait pas avoir à entendre le silence qui forçait presque à chaque fois, à remuer des questions et des pensées qu'on préférerait oublier... Et puis on peut bien parler en marchant, ça c'est encore possible... Même si en l'occurrence, l'idée de se retrouver boitillant, face à un "inconnu", ne plaisait pas à Woo Hyuk, qui avait tout de même son honneur, il devrait faire avec, et avec un peu de chance, on ne verrait rien... Enfin, ça, tout était relatif....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ven-light-chaser.deviantart.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Like shadows in your mind [William Earl]   

Revenir en haut Aller en bas

Like shadows in your mind [William Earl]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Human Resistance - :: Extérieur de la Base :: Forêt broussailleuse -